Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Tests standardisés à l'école | Accueil | L'appel du 18 juin »

17 juin 2006

Commentaires

paul

Philipp Hermann

Il est clair qu'un niveau de taxation élevé, comme celui sur les carburants, freine la consommation dudit produit. Je ne suis par contre pas d'accord quand tu dis que le chèque mazout est "une mesure temporaire, qui donnera le temps au plus démunis pour investir dans des mesures utiles".

Je ne crois pas qu'une mesure telle que le chèque-mazout permettra à ces personnes de procéder à de tels investissements. Il sera tout au plus perçu comme un moyen d'adoucir les effets de la hausse des cours, voire comme un encouragement à ne pas changer de mode de consommation.

Pour ce qui est de la mutation du parti libéral en parti réformateur, et du "libéralisme social", si je peux comprendre ton argumentation, je maintiens que cette tranformation a particulièrement nui à la crédibilité des libéraux, qui ont du coup reconnu la validité des critiques sociales-démocrates contre le libéralisme, et baissé pavillon devant l'hégémonie de la gauche dans le débat politique en Belgique francophone.

Le jour - et je suis convaincu qu'il viendra -où les citoyens rechercheront une alternative au PS, où la trouveront-ils ?

Olive

Comme je l'avais dit sur le forum concernant les propos d'Yves Letermes concernant le multiculturalisme; il y a un grave problème de confusion, surtout chez la gauche mais également chez une partie de la droite, entre critique de l'Islam et racisme. L'islam a actuellement un problème et peu de musulmans font ou veulent faire une distinction entre la pratique religieuse et la vie publique. Ça se voit notamment dans le fait que presqu'aucun État à majorité musulmane n'est démocratique ou respecte les libertés individuelles et religieuses (y compris la liberté de changer de religion) (la Turquie fait peut-être exception). Aujourd'hui quiconque ose critiquer l'Islam (comme l'ont fait nos aïeux pour le Catholicisme dans un passé pas si lointain où celui-ci se mêlait également trop de la vie publique) est traité de raciste. Ayaan Irsi Ali a eu l'énorme courage de faire cette critique. Si un Européen "de souche" avait tenu les mêmes propos, il aurait été traité de raciste et aurait eu probablement une organisation telle que le MRAX sur le dos. Comme il est difficile de traiter Ayaan Irsi Ali de raciste, on essaye de l'écarter comme on peut.

(Pour des références concernant la critique de l'Islam par Ayaan Irsi Ali, une recherche sur google donnera de bons résultats; j'ai retenu la référence suivante: http://service.spiegel.de/cache/international/spiegel/0,1518,399263,00.html ).

Philip Hermann

@Paul: Je ne crois pas non plus que les plus démunis se décideront à procéder aux investissements nécessaires...je ne crois d'ailleurs pas qu'ils ont les moyens de procéder à de quelconques investissements, cependant en insistant sur le caractère temporaire de ce chèque-mazout, nous adressons un message clair au partenaire socialiste...pas question de couler cette mesure dans le bronze, ce serait envoyer un mauvais signal aux consommateurs...la décision se prendra donc au niveau des sociétés de logement, on décidera pour eux...enfin si leur gestion s'améliore...parce que pour le moment, elles décident surtout de qui on laisse en liberté!?!

En ce qui concerne la crédibilité des libéraux, je crois qu'il y a au sein du mouvement réformateur un droit de tendance...reste à l'utiliser, et puis il y a des hommes aussi...personne n'est obligé de voter en tête de liste...ça me convient.

@anti-ps: Je me permet de réfléchir en fonction du cadre institutionnel actuel, si celui-ci change, mes conclusions changeront peut-être également (le passage au scrutin majoritaire, ne me semble pas être au calendrier des réformes urgentes des forces politiques belges). J'essaye d'être le plus pragmatique et le moins dogmatique possible...

En ce qui concerne les gains ou pertes éventuelles en cas de changement de stratégie, il faudrait calculer combien les madataires FDF et MCC apportent en terme de voix aux différents scrutins et y ajouter une proportion correspondante pour les votes de liste, on aurait déjà les idées plus claires...je laisse ce fastidieux travail aux conseillers du centre Jean Gol, mais ce serait un travail intéressant. Je ne crois pas aux sondages...Mais je reste convaincu que la mise en oeuvre d'un programme strictement libéral, encore moins s'il est néo-libéral, ne réunirait pas une majorité suffisante...cela me semble clair quelque soit la forme de scrutin.

Enfin je soumets à ta réflexion le problème suivant...je travaille dans le secteur des assurances...sais-tu qu'il est impossible à une personne, ayant eu un cancer ou une autre maladie grave, même s'il est guéri d'ailleurs, de souscrire à une assurance hospitalisation ou une assurance-décès, par exemple ce qui leur interdit également l'accès aux prêts hypothécaires (de vrais citoyens de seconde classe)...Donc si je crois qu'il y aurait moyen de gérer mieux le fonctionnement des mutuelles en les confiant à des entreprises privées, je pense également que cette solution ne réglerait pas le problème si les politiques n'imposaient pas un contrat de gestion à celles-ci...par exemple, en prévoyant un fonds commun financé par elles pour couvrir les besoins de ces mauvais risques...qui sont pour le moment non-assurable...et être malade, ce n'est pas une question de volonté, cela peut arriver à tout le monde...obliger ces personnes à quémander la charité, me semble inacceptable...le libéralisme social, c'est peut-être simplement cela...la reconnaissance que le marché seul ne peut pas tout résoudre...que le politique a encore un rôle à jouer...

Anti-PS Man

Réponse rapide (je suis pressé par le temps):

1. Système actuel ou majoritaire, la conclusion en note de bas de page vaudrait malgré tout:

"même si cette perte se produisait,
a) soit les électeurs finiraient par comprendre que voter pour le parti de Milquet revient à voter pour Di Rupo et, donc, soutiendraient, in fine, le vrai parti de l'opposition;
b) soit le parti de Milquet se recentraliserait pour satisfaire ses nouveaux petits électeurs.
Bref, dans les deux options, tout bénéfice pour nous. La première nous donnerait, à moyen terme, plus d'électeurs; la seconde offrirait une certaine "redroitisation" de la politique belge francophone - et donc des possibilités d'alliance avec le parti centriste (ce qui ne semble plus possible maintenant)."

En libéralisant son discours, le MR libérerait le centre qu'il a si sottement envahi, laissant petit à petit revenir le CDH à sa place naturelle.

2. Pour la fin de votre post:
Notez que je ne me suis pas référé qu'à des sociétés pour la prise en charge des pensions et chômages. J'ai parlé également d'associations.
C'est bien le problème de beaucoup d'entre nous que de ne pas savoir faire preuve d'imagination.
Ils pensent privé = société = profit. Ce qui est très réducteur.
Par exemple ils oublient que des individus intéressés pourraient lancer une entreprise citoyenne, qui fonctionnerait plus ou moins de la même façon que l'état actuellement, et dont le but véritable serait de lutter contre les malheurs de la vie.
Pourquoi privatiser alors, me direz-vous? Pour permettre aux individus qui ne souhaitent pas cela d'être libres, tout simplement.

Philip Hermann

Je crois que nos divergences se résument à de simples problèmes tactiques...

Je ne crois pas que le CDH ait une quelconque volonté de se repositionner au centre...tous ses élus de "droite" sont désormais chez nous...si ils nous ont rejoints, c'est qu'ils étaient complètement barrés par la nouvelle ligne politique imposée par Milquet et ses amis du MOC, qui dirige son parti d'une main aussi ferme, qu'elle a le sourire enjôleur...Et elle a pris le pouvoir grâce à ses appuis aux mutualités chrétiennes et à la CSC...ils ne la laisseraient pas faire...

Olive

Suis-je libéral? Plus je lis les programmes et les agissements des différents partis politique, plus je me demande si je suis à droite ou à gauche, bien que je sois bien plus à droite qu'à gauche. Ma conception du libéralisme rime avant tout avec liberté et responsabilité individuelle. La gauche vise toujours vers une organisation sociale où le plus de chose est prise en charge par l'État, ou l'individu est déresponsabilisé. De plus la gauche dévalorise tout succès personnel et trouve que par essence la réussite est un péché et mets des impôts excessifs empêchant de jouir du fruit de son travail. Ceci n'est définitivement pas la conception que j'ai de liberté et de responsabilité individuelle.

Mais le problème que j'ai avec le "libéralisme" est qu'il a toujours tendance à favoriser les entreprises et surtout les plus grosses même lorsque ceci va à l'encontre des libertés. Sur ce post Jean-Philippe se plaignait du prix trop élevé (3.5 EUR) du prix du coca dans un stade de foot, garanti grâce à un contrat d'exclusivité. On lui a répondu qu'il ferait mieux de militer au PTB. Le PTB voudrait que tout sois pris en charge par l'État. L'idéal vers lequel je voudrais voir la société tendre est celle où n'importe qui peut vendre ce qu'il veut au prix qu'il veut sans autre formalité et qui me permettrait donc d'aller vendre mon coca au stade de foot au prix que je veux sans avoir à demander l'autorisation à personne (je n'ai pas signé de contrat d'exclusivité, moi); donc tout ces contrats d'exclusivités me mettent mal à l'aise. Ici il s'agit d'un détail, j'en conviens et il ne me viendrai pas à l'idée de manifester pour si peu. Mais on voit plus grave, la droite est en général la première à supporter des lois comme la loi DADVSI en France ou les brevets logiciels. En interdisant, comme la loi DADVSI, le fait de contourner toute mesure technique présente sur les CD, logiciels, etc., ceci donne le pouvoir au grandes compagnies de disques de mettre des mesures ayant force de loi, ce n'est pas la conception de la liberté ni la démocratie que j'ai. On en voit d'ailleurs des abus manifestes où via ces lois, on essaye d'interdire de lire les DVD des autres zones car pour cela il faudrait contourner une protection contre la copie! Alors que tout indique que ces zones sont en contradiction avec les accords commerciaux du GATT (visant au LIBRE échange, ou en tout cas à l'échange avec des droits de douanes réduits) et ne sont en aucun cas garantie par le droit d'auteur. On voit plein d'autres exemples, par exemple tous ces brevets sur les cartouches d'encres des imprimantes qui manifestement ne protège pas une invention (les fonctionnalités des différentes cartouches sont similaires); mais vise simplement à restreindre la compatibilités d'une cartouche fabriquée par un concurrent; c'est essentiellement la même chose avec les brevets logiciels.

Donc je repose ma question pour ceux qui la liront, suis-je libéral, y a-t-il un parti qui défend vraiment les libertés?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.