Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Crise de la gouvernance publique | Accueil | Les 100 ans de la DH »

28 mai 2006

Commentaires

Olivier Lepretre

Donc, si on comprend bien, pas d'immersion linguistique pour éviter de creuser les inégalités. Donc, le nivellement pas le bas; l'égalité plutôt que le mérite et la recherche de l'excellence. Au fond n'est ce pas la philosphie générale de plus en plus développée par la vision socialiste de l'enseignement ?

pijean

La notion d'émulation a quasi disparu de notre société (et pas seulement du système éducatif).
Les belles têtes politiques pensantes préfèrent parader en "couleurs" afin de se faire un petit raccollage électoral au nom de l'égalité sexuelle...

Mais c'est vrai que la catégorie de cette note résume bien ce qu'il faut en penser: "sans commentaires".
On en reste pantois.

C'est où encore que l'on peut émigrer par dégout???

pijean

Tiens un commentaire quand même à propos de : "Nous voulons dialoguer avec les jeunes, leur expliquer les règles éthiques et le comportement que nous attendons d'eux, Elio Di Rupo."

On voit que ce gars n'y connait rien aux enfants. S'il croit qu'un enfant on lui laisse faire tout ce qu'il veut jusqu'à 15-16 ans et ensuite on va dialoguer avec pour leur faire comprendre ce qu'on attend de lui, il est à des années-lumières de savoir l'ombre du moindre rudiment de pedo-pédagogie...
Je défie quiconque d'être capable d'argumenter honnetement sur l'hypothèse inverse.

E. G.  Simon

Elio Di Rupo dixit: "Nous voulons dialoguer avec les jeunes, leur expliquer les règles éthiques et le comportement que nous attendons d'eux".

1) Opération RECUP. Propos creux, as usual... Car dans ce registre, Ecolo avait déjà tenté le coup -sans succès- dès les années 1990s. C'était bien avant la montée de l'extrême-droite et l'usage scolaire des couteaux!

2) S'agit-il d'un "Nous" majestatif (le sien) ou d'une invitation à ses rouges-obligés afin qu'ils s'attellent à mieux faire dorénavant? Car des Cariat, Despi, VanCau et touti-quanti, c'est plus des jeunes quand même! Dans tous les cas, voici un beau "challenge" qu'ON devrait relever. ON: pronom aussi indéfini que le NOUS. Je recommande cependant à Mr Di Rupo de s'exprimer autrement qu'en style réactif, car les autres partis (MR, Ecolos, CdH) avaient eux déjà placé ce message pertinent de la "RESPONSABILITE PARENTALE" directe. Car c'est dans le "berceau familial normal" que s'élaborent les traits fondamentaux de la personnalité du futur citoyen! Dans l'opération "Les lundis du Bd de l'Empereur", faites donc passer le message, et pratiquez la fessée comme au bon vieux temps chez le mauvais élèves?

Pariant sur le dialogue avec les jeunes, déviants placés ou non, Mister président veut-il tenter de le faire avec toute sa puissance de conviction ou le déléguer à Sainte-Marie d'Arène? Paraît qu'à Braine-l'Alleud et Everberg on n'attend que leur rassurante présence. En s'impliquant sur le terrain pour enseigner "LEUR méthode", ils laisseraient un peu d'air à leurs auditeurs RTBS esbaudris afin de réfléchir par eux-mêmes plutôt que de se concentrer sur les propos-intox des "redresseurs wallons".

3) Tiens, en parlant de redresser la Wallonie, avez-vous lu que lui et son fidèle Courard ont concocté un pamphlet pré-électoral : "Comment il faudra voter juste" en octobre prochain? Dans une période troublée par les méchants on-dit, ça peut toujours aider. Démarche astucieuse pour faire une pub gratos sur le dos du contribuable! Car au coût budgétaire annoncé de 225.000 € cela fera pour 1.300.000 contribuables: 0,17 € , sans compter les coûts indirects de distribution et salaires de cabinettards-rédacteurs! Vont-ils y adjoindre une liste électorale-type avec les cases pré-imprimées en rouge afin que le lecteur ignare sache se rappeler les bons noms à pointer? Quand les mêmes parlent sans cesse de DEMOCRATIE, cela donne envie de pleurer!

J'aimerais faire remarquer à l'Elysette qu'en chaque période électorale TOUTES les presses expliquent à leurs lecteurs ce qu'est voter, l'importance du geste citoyen et des enjeux, la manière de remplir un bulletin, ... Donc, si j'étais patron de presse, je ne manquerais pas d'attaquer le gouvernement rouge-wallon pour abus de position dominante et de porter le cas devant Mme Kroes à la Commission européenne, la défenderesse de tous les partis d'opprimés!

wallagonie

"C'est moi qui ai tout fait ici pour relancer cette ville", Jean-Claude Van Cauwenberghe, à propos de Charleroi.
Et s'il n'avait rien fait, que serait Charleroi aujourd'hui ?
On a échappé au pire.
Sur l'immersion linguistique, n'est-ce pas Laurette qui avait promis un "tous bilingues en l'an 2002".
Comme pour le reste, il n'y a pas urgence.

Walter

J'aimerais entendre plus souvent des libéraux déclarer publiquement que le socialisme en tant qu'idéologie (indépendamment de ses pratiques) est une faute morale.

Paul

"Chez nous, le concept d'immersion linguistique n'est qu'en phase d'expérimentation, (...). A Bruxelles, les publics scolaires ne maîtrisent pas suffisamment les bases de la langue française. Généraliser l'immersion pourrait donc s'avérer contre-productif"

Il sort d'où ce pignouf? J'ai eu la chance (parce que c'en est une - je n'y ai aucum mérite) de grandir dans une famille mixte FR + NL.

Autant dire que dès ma naissance, et donc avant que je maîtrise "les bases de la langue française" - ou de l'autre d'ailleurs - j'ai parlé les deux langues. C'est cela qui permis de devenir bilingue, ce qui m'a ensuite largement favorisé dans ma vie professionnelle. A un point tel que je me promets de faire pareil avec notre premier, même si mon épouse est francophone, et que le français est devenu ma première langue.

A Bxl, et tout le long de la frontière linguisitique, les parents francophones se ruent vers l'enseignement néerlandophone. Je les engage vivement à continuer, et ceux qui ne le font pas encore, ça vaut la peine d'y réfléchir!

Ecoeurant, tout simplement.

Muriel Bol de bal

"Dans ce pays, il n'y a plus personne pour assumer les responsabilités", Philippe Moureaux, bourgmestre de Molenbeek, à propos des cafouillages entre le fédéral et la communauté française, après la remise en liberté d'un jeune délinquant arrêté par "sa" police.
Le NORD veut plus de répression immédiate et le SUD veut plus de dialogue, de prévention. Everberg bis n'est pas sa tasse de thé (au SUD). Divergences réelles.
Forcément ça cafouille.
Dans un Etat fédéral (comme aux USA, par ex.), la Justice ne doit pas être nécessairement une compétence fédérale.
Communautariser la Justice a donc ainsi un sens.

pijean

@Paul

"Pignouf" est un mot faible!!

E. G.  Simon

"En quelques mois, nous avons réalisé ce que d'autres pays ont mis plusieurs années à mettre sur pied"
... Jean-Claude Marcourt à propos du Plan Marshall...

Serait-ce plutôt le PRECEPTE suivant:
[[ Si vous voulez prétendre aller "plus haut", commencez par tout enfoncer, puis rebondissez un peu, ça donnera l'impression aux gens peu avertis que vous avez réalisé une prouesse.]]
... auquel Maître Marcourt veut nous rallier pour justifier ce qu'auraient fait les "Rouges" dans notre Wallonie? (il ne s'agit pas ici des footballeurs du Pont de Sclessin)... RAPPELS:

1) Courant des années '60s, alors que la fin des Trente Glorieuses n'était pas encore perceptible, des dirigeants "éclairés" appartenant au PSB d'alors ont joué aux anti-stratèges pour exiger que tout ce qui avait enrichi la W. soit maintenu: les bonnes tradition, l'emploi actuel d'abord. Or que des économistes et entrepreneurs avaient déclaré dès avant l'entre-deux guerres que des pans de l'activité tradition étaient en voie de s'effondrer. En 1960-61, un tribun rouge-régionaliste nommé Renard galvanisait encore les foules syndicales avec ses idées fausses. Les successeurs n'ont pas fait mieux. Haro sur ce pénible passé.

2) Années '80s-90s: la situation internationale inquiétait les hommes à "carrure d'Etat". Quels socialos parmi eux avaient alors eu le courage de clamer un besoin de "transformer de fond en comble" parmi les troupes et la région? Aucun! Mr Spitaels avait bien usé de ses appuis PSE auprès du P.E. pour obtenir de déverser de milliards BEF d'aides Objectif I vers son Hainaut préféré. "La gestion par la charité, SVP". Pendant un temps, il avait encore suffi aux rouges éclairés de pomper dans la manne sans oser dire que cela était mal investi (exemples critiqués par la DG-16 de la Commission européenne, mais entérinés par la RW de Mr Collignon, au nom de la décision "par subsidiarité": le PASS, les murs de Binche, les arrosages divers sur N projets fumeux, tous non rentables). Depuis on le sait et l'U.E. aussi! La situation Wallonne était devenue inquiétante: désindustrialisation, perte de compétitivité sur les pans traditionnels, pas assez de créations d'activités/emplois de remplacement. L'argent des aides européennes (Objectif I et II, Feder, ...) était englouti ailleurs, imbécilement. Il s'agissait surtout de pouvoir dire "tout baigne", navigation à vue. Mais on paniquait sourdement de Mons, à Liège et Charleroi! Hypocrisie ou incompétence? choisissez...

3) En 1999-2004 : retour du PRL après 12 ans d'opposition (pendant lesquelles les socialos avaient régné avec le PSC). L'économie fut attribuée aux libéraux (S. Kubla). Des choses se sont passées, autrement. Les entreprises, investisseurs et l'UWE reconnaissaient alors ne pas avoir rencontré de compréhension et qu'heureusement cela changeait... Mais en tout contexte macro-économique, il y a inertie et des effets retards! Les initiatives & projets se sont multipliés et un élan s'est amorcé qu'il fallait entretenir ensuite. Les clusters sectoriels et pôles d'excellence, l'esprit entrepreneurial c'est ICI qu'ils ont nés, pas en 2005. Le chamboulement de l'AWEX et structures à l'Exportations, c'est ICI aussi que ça s'est produit!

Car arrivé une première fois à la Présidence RW Di Rupo avait lui compris et lancé un "Contrat d'Avenir pour la Wallonie" ... sur base des requêtes des milieux économiques et académiques (pas son IDEE; plutôt celles empruntées aux autres: mobiliser les consciences). Grand show médiatique. De CAW non abouti assez rapidement (cfr.: Mesures dispersées et mal projetées, pas de contrôles rigoureux + des attitudes syndicales tjs négatives ET ce 1/3 de population qui comprendra donc jamais?). On passa successivement aux CAWA 1 et 2.

4) après 2004, on efface une partie des initiatives lancées pour refaire "plus dans le social" ainsi sous entier sous contrôle du P.S. et d'un CdH croupion. Vient la resucée sous appellation contrôlée "Plan M". Un mieux dans les principes de base, mais tjs de vieilles recettes largement dépendantes des "aides publiques aux secteurs & entreprises"... où les instances du P.S. contrôleront 50% des moyens affectés.

L'Europe doute de nos choix en RW, les flamands se marrent de notre aveuglement. Un neutre tel le prof-économiste DeGrauwe l'a redit clairement à la RTBF et au journal L'Echo. Mais Marcourt et DiRupo (et surtout les autres) sont englués entre leur base manipulée et une incompétence de milieux "experts" auxquels il manque une vraie interdisciplinarité active et le courage de HURLER à la FAUTE d'ORIENTATION.

Alors, camarades, préparez vos prochaines excuses et arrosez vos foules sous discours à 300 mots simples pour mieux les endormir! Attention cependant, car les gens doutent maintenant de façon sérieuse, même s'ils ne savent comment changer la donne (ni ne perçoivent leur propre responsabilité individuelle, car leur esprit COLLECTIVISME oblige).

Promethee

Ne peut-on pas résumer tout cela en parlant de hold-up mental précédant la faillite annoncée du système ? Je trouve toujours délicieux ces "politocards" qui, sans honte bue, ne croient pas un traître mot de leur breviaire partisan mais s'y plient pour intoxiquer le militant lambda, celui qui vote "parce que c'est comme cela chez nous!".

Jean-Philippe

Humour:
Lorsque Dieu créa le monde, Il décida de concéder 2 vertus aux hommes afin qu'ils prospèrent.

- Il rendit les Suisses ordonnés et respectueux de la loi;
- les Anglais opiniâtres et flegmatiques;
- les Japonais travailleurs et patients;
- les Italiens joyeux et romantiques;
- ...

et quant aux Wallons..., Il dit:
- les Wallons seront intelligents, honnêtes et socialistes.

Quand le monde fut achevé, l'ange qui avait été chargé de la distribution
des vertus demanda à Dieu:
- Seigneur, Tu as dit que Tu octroyais à chaque peuple 2 vertus et les
Wallons en ont eu trois. Est-ce pour qu'ils se placent au dessus du reste?

- En vérité Je te le dis, chaque peuple a 2 vertus y compris les Wallons car
chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois.
;-)

Pijean

@Jean-Philippe et Promethee

"...ces politocards qui, sans honte bue, ne croient pas un traître mot de leur breviaire partisan..."

C'est aussi pour cela que je ne pourrais jamais participer à des discussions politiques à quelque niveau que ce soit ou parti que ce soit. Lorsque je verrais ce comportement, soit je sors, soit je tape dans le tas mais plus possible de discuter car la FORME de la discussion empêchera tout débat.

Jean-Philippe

@Pijean,

Zut alors, je vais encore me retrouver tout seul à jouer les vilains petits canards. Car, je suis comme vous: On me fait difficilement taire.

Entre nous, je n'ai jamais vu de bréviaire à un congrès du MR ;-)

Personne n'a le monopole des bonnes idées. Une idée peut-être nauséabonde qu'elle soit de droite ou de gauche. Au plus nous serons pour "taper sur le clou" (à défaut de taper dans le tas) au plus de chance nous aurons de nous faire entendre. L'avantage au MR, c'est que TOUT le monde peut exprimer son point de vue. On ne vérifie pas les cartes à l'entrée. Vous pouvez même vous présenter comme "observateur" et quand même participer au débat.

Pour la forme de la discussion: Cela se présente souvent de la manière suivante: Divers thèmes sont abordés au cours de la matinée. Un ou deux experts présentent le sujet. Ensuite, chacun peut prendre la parole pour émettre ses idées. Un rapporteur fait alors la synthèse des idées qui sont présentées devant l'ensemble des participants.

Autre avantage, vous pouvez très aisément rencontrer les "politicards" et leur exposer vos idées. Cela arrive souvent. Pas seulement pour demander un "piston" pour un emploi.

Ne minimiser pas votre capacité de convaincre les autres du bienfondé de vos idées. Vous êtes aussi capable de faire valoir vos idées.

Anti-PS Man

Liège, 2002, Quai Van Beneden. Conférence bleue avec qqs noms comme Ducarme, Reynders, Miller.

Au moment de l'interaction avec le public, voici qu'un paysan critique des propos de Daniel Ducarme. Celui-ci de réagir, en engueulant comme du pus le pauvre type, levé devant 150 personnes et qui attendait une réponse au cas pratique qu'il venait d'exposer (le sien).
Ducarme: vraiment irrespectueux. Reynders a tenté de sauver les choses en prenant le relai, de façon bien plus calme.

Enfin, tout ça pour dire à J-P qu'il ne faut pas rêver non plus, que le MR est aussi une sale machine holiste qu'il faut réformer.
Tiens, avez-vous déjà lu les statuts pour voir comment on en devenait président?

Promethee

Je ne sais rien du MR wallon mais à Bruxelles, il y a ce quelque chose d'auberge espagnole qui fait que le pouvoir ne pourra jamais être reconquis que par les...bourdes de la majorité, pas par la modernisation du parti ni même encore son programme. Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Célestin

"L'avantage au MR, c'est que TOUT le monde peut exprimer son point de vue. On ne vérifie pas les cartes à l'entrée. Vous pouvez même vous présenter comme "observateur" et quand même participer au débat"
Ah, bon ? Il me semblait que les anonymes étaient sommés de se taire par celui qui vient d'écrire cela ?

Jean-Philippe

@Anti-PS Man,

Peut devenir Président tout membre du MR en règle de cotisation. Tentez votre chance, qui sait.

@Prométhée,

J'ai jamais dit que tout était bleu au MR. Mais il y a sûrement possibilité de faire bouger les choses plus facilement que dans d'autres partis. C'est juste mon point de vue.

@Celestin,

La règle de bienséance veut que lorsqu'on prend la parole, on se présente. C'est juste une question de savoir-vivre. Donc, je persiste et signe,les anonymes sont sommés de se taire. Si vous n'avez pas le courage de défendre nommément vos opinions, ne comptez pas sur les autres pour le faire. Est-ce trop vous demander ou bien êtes vous pleutre à ce point ?

alex

Au fait, le MR, c'est un parti libéral dans ce pays?

Ou ai-je rêvé: il n'y a PAS de parti libéral en Belgique (ou en walolo-bxl?) mais seulement de timides courants au sein d'un parti qui est à la vie politique ce que l'ornithorynque est au monde animal?

Promethee

@Jean-Philippe,
En vérité, je ne faisais pas d'opposition à ton opinion, mon sentiment était plus général à la discussion...Pour tout dire, je te concède le fait que les rouages du MR me paraissent moins tenaces que les baronnies du PS. Mais est-ce suffisant pour réformer un parti qui en aussi besoin ? Le moderniser avec un programme clair et une ouverture plus grande aux rangs d'ordinaire réservés aux "petits notables" ?

@Alex,
C'est moins la pluralité de courants que l'absence de plus en plus importante d'un fil rouge politique, qui fait que le MR conforte sa position de joueur de deuxième, voire de troisième division. Hormis la resucée sur la question des indépendants et la réforme fiscale, ce parti ne propose rien...et au niveau local, à Bruxelles, c'est encore pire. Alors de l'absence d'un véritable libéralisme politique, on pourra y ajouter aussi l'absence d'un projet tout court!

Anti-PS Man

@ J-P

Art. 12 § 5 Statuts MR. Tout membre du Comité général peut faire acte de candidature à la fonction de Président.
Les candidatures sont adressées à la Présidence du Conseil de conciliation et d'arbitrage
suivant les règles et procédures fixées par celui-ci.
Les candidatures sont examinées par le Conseil du Mouvement Réformateur qui statue sur
leur recevabilité à la majorité simple.

Art. 9 § 1er Statuts MR. Le Comité général se compose :
- du/de la Président(e) du Mouvement Réformateur ;
- du/de la Chef de file gouvernemental(e) ;
- des membres du Comité permanent du PRL, du Comité du PFF, du Conseil général du FDF
et du Parlement du MCC ;
- des représentants des adhérents directs, à raison d'un représentant par tranche de cinquante
adhérents directs. Toute fraction de cinquante adhérents directs supérieure à vingt-cinq
donne droit à un représentant supplémentaire.

Jean-Philippe

@Prométhée,

Réformer les réformateurs ? Oui, pourquoi pas. Je suis certains de Didier Reynders ou Alain Destexhe ne serait pas contre une discussion autour de ce sujet. Mais réformer ne signifie pas faire "tabula rasa" du passé. Non, point que le passé doivent être un boulet qu'il faille se colletiner, mais bien une expérience sur laquelle se baser pour éviter de commettre encore et encore les mêmes erreurs.

D'accord pour dire qu'au MR aussi, il y a des exmples de népotisme, qu'on peut avoir l'impression que les "bonnes places" sont réservées à une "caste" et qu'entrer dans ce cercle n'est pas simple. Face à ce genre de critique, il est bon de répondre qu'il ne s'agit pas d'une nomemklatura de parvenus, mais bien de gens qui ont eu la volonté de monter au crénaux. Libre à chacun de prendre sa carte dans une section locale, de travailler au sein de cette section pour être repris sur les listes électorales, etc...

Je ne connais pas assez Bruxelles pour juger de la qualité des projets ou de l'absence de ceux-ci. Dans ma petite commune rurale, c'est plus terre à terre. Une école, un centre sportif, une salle où les jeunes pourront faire du bruit sans avoir tout le quartier sur le dos, etc... ou plus prosaïquement (re)faire les trottoirs. Même si cela peut paraître désolant de banalité, c'est cependant le genre de demandes que fait majoritairement la population.

Pour la refonte d'un état libéral, à l'instar de l'état socialiste dans lequel nous vivons, il faudrait parvenir à (ré)intéresser l'homme de la rue à la chose politique. Regardez les remarques de Pixeline et Pijean. Elles sont tout à fait révélatrices du désintétrêt latent de la grande majorité de nos concitoyens. Et encore, les interventions de Pixeline et Pijean sont d'une grande qualité et le fait qu'ils interviennent montre un intérêt bien au-dessus de la moyenne. Merci à eux pour leur participation.

Juste l'exemple: Avez déjà essayé de rassembler 100 personnes autour d'un débat politique ? Quelque soit la question, c'est la croix et la bannière. Quelque soit la qualité des invités, c'est du bonheur si vous remplissez 100 chaises. Et je ne dis pas à Charleroi, mais dans le Brabant Wallon, pourtant connu pour sa coloration bleue. Pire, parfois pour obtenir que les participants posent des questions, il faut insister.

Il y a eu un moment, l'affaire Dutroux, là, il suffisait de dire "Débat sur la justice" et vous aviez 500 personnes. Récemment, nous avons proposé un débat sur le réchauffement de la planète avec en invité le professeur Berger. Si vous enlevez les membres de la section locale, leurs épouses et enfants, faut croire que l'avenir de la planète n'intéresse pas grand monde (au niveau local) Heureusement, quelques temps plus tard, à Louvain-La-Neuve, le débat sur le même thème animé par J-P Van Ypersele a eu le bonheur de remplir une salle de cours.

Parfois, ce n'est pas la volonté de "mieux faire" qui manque, mais avec qui. car il ne faut pas se leurrer, des opportunistes prêts à se faire mousser pour leur seul intérêt personnel, même au MR, j'en connais une liste longue comme mon bras. Et à ceux-là, ne demandez pas d'épeler le mot P-R-O-J-E-T, il ne savent même pas ce que cela signifie.

Jean-Philippe

@anti-PS man,

Merci pour ces précisions. Etre membre du comité général n'est pas compliqué. Mais je ne sais pas si c'est vraiment le lieu pour entrer dans ce genre de détails techniques.

Maintenant, il ne faut pas rêver non plus, ce n'est pas en vous nommant "Célestin", inconnu de tous, que vous deviendrez Président du MR. Avant d'occuper ce poste, vous devez faire preuve de qualités. C'est bien le moins qu'on puisse exiger.

Je serais cependant curieux de lire les statuts du PS (et ou du CDh) sur le même sujet. Au moins verrait-on de quoi est faite la démocratie au sein des partis.

PS: (sans jeu de mot) Pour devenir Président de Section, vous devez être en ordre de cotisation en tant que membre (j'ai été un peu vite en besogne) Une fois à ce poste, sauf si votre section fait moins de 25 membres, vous avez accès au comité général.

Promethee

@Jean-Philippe,
Tes propos ne manquent pas de pertinence, il va de soi que la réforme d'un parti ne se fait pas en deux jours ni en trois semaines. Mais je persiste à croire que l'effort est nécessaire car le projet est assez vide de sens pour l'instant, pas assez distinct de celui du PS, beaucoup trop consensuel....

pixeline

@Jean-philippe et prométhée,
1. j'apprécie de discuter avec vous

2. comme je le disais, s'engager dans la vie politique prend du temps, que je n'ai pas en tant que petit indépendant. Rénovez le système, mettez en place des structures modernes de débat* et surtout enlevez la pression sur les gens dont le travail nourrit le système, et alors ce sera matériellement possible de s'impliquer plus dans le débat. Personnellement, j'ai envie de m'impliquer, mais faire plus que de réfléchir et de débattre sur ce chouette blog (dont l'interface et la navigation mériteraient d'être repensé cela dit :) ), càd, participer à des meetings, demande du temps et donc de l'argent. Je n'en ai pas le luxe.

Je ne veux pas faire dans le misérabilisme. Je me réserve le droit de plonger dans la politique au moment opportun, mais pour l'instant je dois travailler pour rembourser mes impôts... on verra après.
@prométhée, bien d'accord avec toi, la seule chose qui me retienne d'adhérer plus avant au MR dont j'aime l'appellation "réformateur", est que le consensus global du parti sur les réformes n'est pas assez radical. moi je ne veux plus de belgique, je veux des régions fortes englobant des communes proches de leurs citoyens au sein de l'europe, coordonnant et défendant nos intérêts internationaux. Aucun parti je crois aujourd'hui ne reflète cette vision sans Etat (a part en Flandre évidemment).
A nouveau, si je me trompe, merci de prendre le temps de m'en informer :)

*structures modernes de débat: internet est parfait pour cela, bien plus que des "meetings" physiques, en tout cas pour un public de mon type, jeune, technologiquement à jour et n'ayant pas beaucoup de temps; j'imagine que d'autres préfèrent le "corps à corps".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.