Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Sans commentaire (12) | Accueil | Ouverts le dimanche ? »

07 mai 2006

Commentaires

E.G.  Simon

"L'U.E.B. et son président Desseille a fustigé la chaos engendré par les 800 taxes communales qui frappent les entreprises à Bruxelles". Que voici une remarque pertinente (de plus)!
Où se niche donc l'origine du mal, de ce chaos? Lecture de citoyen, plus attentif que Mr lambda:

Scrutons ces mots-clés essentiels à l'organisation de vie quotidienne d'une entité publique, quel qu'en soit le niveau: Budget ORDINAIRE, budget EXTRAORDINAIRE. Un pas plus en détail?
Les postes de: l'Assiette fiscale (éventail des taxes actées) & de Recettes, les Dépenses, la rémunération du personnel (ouch) et les prestataires multiples, les frais de fonctionnement, les Plans et Projets (re-ouch), la DETTE, les subsides et allocations de transferts, etc. Rassurez-vous, ce n'est pas un expert-comptable qui jargonne.
QUI parmi nous (non élu) se serait torturé les méninges pour essayer de décrypter ce que recouvrent tous ces mots? Des mots-clés qui - ajoutés à l'observation des faits de vie - pointent pourtant à la fois sur les forces et les travers de la "gestion" telle que la comprend une trop grande part de nos élus.

Dans toute bonne gestion ménagère, notre base est: Recettes = Dépenses + Epargne. Chaque terme de l'équation est idéalement réfléchi dans sa dimension temps: cette année, les années qui suivront. Je ne parle évidemment pas de ces 7% de concitoyens dont le comportement compulsif d'achat les pousse à se sur-endetter avec l'aide bienveillante des centrales de crédit et instruments de publicités trompeuses!

Alors est-on sujet, en gestion publique, à une même conduite de bonne prévoyance, dite en "bon père de famille"? Ne soyons pas naïfs. Depuis les années '60s, la pratique de gestion s'est propagée sous un vocable: "Déficit Spending". En corollaire, l'équation précédente doit se lire: Recettes - Dépenses = Dettes. Donc, pour rééquilibrer et lorsque le montant de dettes accumulées devient lourd ... Restent l'élargissement de l'assiette fiscale et la pluie des TAXES! Avec application de préférence "pas dans les années qui précèdent les élections". NON, juste après. En comptant sur l'accoutumance du citoyen-électeur que nous sommes, du moins ceux d'entre nous qui payons "pour soulager les affres de vie des autres, collectivistes, qui en seront de préférence exemptés".

Ceci n'est pas une mise en accusation pour ceux de nos élus qui tâchent d'appliquer des règles de "bonnes pratiques" en matière de gestion publique. Mais certainement une mise en garde à l'égard de beaucoup de leur pairs pour qui soi-disant "gérer" biberonnent à l'alchimie socio-électoraliste.

Ce sont les auditeurs de la Cour des Comptes à ceux des "tutelles" qui doivent sourire de ceci. Moi, j'ai plutôt tendance à en mal digérer. Alors, QUESTIONS : quelles sont les conséquences et handicaps introduits par la rage taxatoire? Je vous laisse le soin d'élaborer sur la chose. Je le sais en suffisance, mais il me faut encore déjeuner!

Etienne

Les patrons de Bruxelles feraient mieux de s'occuper de l'avenir de leur région et du chômage, en incitant à engager du personnel, que de devenir les valets de la Flandre. Pour ce qui est des taxes, elles n'empêchent pas tous les patrons d'avoir des salaires indécents s'il on en juge par une étude récente publiée dans le Soir

cobra

@ etienne
les patrons doivent inciter à engager du personnel ????
Les patrons doivent s'occuper de l'avenir de leur région ???
les patrons valets de la Flandre" ? ...
Celà veut dire quoi ce charabia ???

Elevé dans une famile trotskomaoïste ??
Fan de Philippe Moureaux ?

Guy Lamy

A propos de Bierset, l'article semble contradictoire avec une étude commandée par la Région Wallone, si l'on en croit cet article publié dans Le Soir :
http://www.lesoir.be/rubriques/economie/page_5720_430752.shtml

melodius

Dans un pays qui compte le plus grand nombre de ministres par habitant en Europe, et grassement payés qui plus est, s'attaquer aux salaires des patrons, c'est réellement se payer la tête des gens.

barjomen

Dans les sondages, n'est-ce pas le vlaams belang qui est en tête dans la représentation des néerlandophones à Bruxelles ???
Pour moi la Flandre a juste le droit de se taire...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.