Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Sans commentaire (13) | Accueil | (Im)mobilité (2) »

08 mai 2006

Commentaires

Alex

@marcel:

C'est bien ce que je pensais: beaucoup de slogans mais rien de concret. Bonsoir.

Alex

@Promethee:

J'ai une fois dit à un gars des jeunesses socialistes que voter PS c'était commettre un acte de vandalisme. Il n'a pas apprécié.

marcel Chombier

à Alex, vous êtes un comique, je vois. On doit bien rigoler chez les jeunes réformateurs de Rixensart!! Papa et maman doivent être fiers. Mais vous laisseront-ils vous occuper de l'entreprise dont vous allez un jour hériter les dimanche aussi??

E.G   Simon

Je trouve les réflexions du sieur (ou de Mme?) Ras la patate (8 mai, 11:07) nullement absconses, si on prend la peine d'y réfléchir ... avant de formuler des avis péremptoires ou des déclarations si peu motivées. Ceci dit, avec mes 30 ans de pratiques diverses dans les bottes (en matière d'économie appliquée, de prospective, de développement d'affaires et de travail avec de nombreux employés).

Constatez les paradoxes dans une population, la vie en NOIR et BLANC, voire en jaune et rouge-vert. Empruntons ici des titres et propos relevés dans la presse 2005-2006:

1) Consommez, citoyens! (propos d'un 'chargé de communication') poursuivant:
""En Occident, dans la mesure où la production est en général excédentaire, on peut raisonnablement affirmer que la consommation est facteur de croissance. Dès lors, l'acte de consommation relèverait presque du civisme, puisque facteur de prospérité et susceptible de faire reculer le chômage""... Où sont les deux erreurs?
VS
2) Consommez à mort? (propos d'un 'économiste et philosophe'...) qui pointe un doigt sur ""La consommation effrénée n'a de sens que si la vie n'a pas d'autre sens"". Une conclusion qui semble convergente avec une enquête récente nous livrant "les gens ne ressentent pas de bonheur ni de mieux-être en consommant de manière insatiable"...

3) "Consumption drives growth" dit-on aux USA; nous parlent-ils de leurs produits chinois importés? Ou à l'opposé, "Consommez, mais au plus bas prix le mieux" (un maniérisme de pensée à la 'Tests-Achats')

Mais où est la notion d'équilibre dans tout ceci - Mrs/Mmes du Politique - quand 20 à 30% de gens vous avouent être "si mal dans leur peau"? On les compte autant parmi les affiliés-syndicats que chez ces consommateurs qui tuent leur ennui au super-shop du quartier!

Entre ces tenants du minarchisme et ceux volontiers anarchisants qui fréquentent ce blog, y a-t-il un espace libre pour pratiquer l'intelligence concrète? Afin de dégager des réponses aux vraies besoins ou attentes des gens, sans devoir céder aux pulsions idéologies rouges vertes ou même bleues? Bref en fabriquant du bonheur-ajouté?

[[ On lit initialement: "secrétaire d'Etat Vincent Van Quickenborne, qui a commandé l'étude, rappelle que personne n'est obligé d'ouvrir son magasin le dimanche." (lire site KAFKA.be)]]
= = = = = = =
SI ON VEUT déconner un rien de plus ...
Rappelons qu'on sait faire dire aux sondages ce que l'on a envie de "vendre" comme idée.
Le tout tient en trois astuces: a) choisir une formulation habile des questions b) dresser un "bon" échantillon d'interviewés c) fixer une largeur de sondage qui laisse une marge d'erreur permettant la flexibilité "d'expression des conclusions".

Imaginons ainsi un sondage (absurde). "Vous êtes l'heureux gagnant du Jeu de la Chance du P.S. belge. Avec en gros lot: un week-end gratuit au casino d'Oostende."
Qui allez-vous inviter? 1) Mme A-M Lizin 2) E Di Rupo 3) Frya VDBossche
Echantillon : 1.000 mâles et femelles, belges de 7 à 77 ans. Marge d'erreur 3,5 %

Je laisse aux futés intervenants le soin de nous pronostiquer les conclusions ( %, %, %).

Raymond Coemans

Chombier,

Quand j’étais salarié célibataire sans enfants travaillant souvent le dimanche, j’étais bien content de récupérer le jour de congé légal EN SEMAINE : ça me permettait d’aller faire mes diverses emplettes en évitant la bousculade et les énervements du samedi, de régler des machins administratifs sans tomber sur le répondeur et une porte close, d’aller au cinéma avec la salle quasi pour moi seul, de sortir en discothèque le jeudi (meilleure musique, moins de monde…), etc, etc…

marcel Chombier

A Coemans, vous le dites vous-mêmes : "quand vous étiez célibataire sans enfant..." Le problème si on ne légifère pas, c'est que la loi du plus fort s'installera et que c'est l'enterprise qui décidera qui travaillera le dimanche ou un autre jour... Je suis d'accord de laisser le choix, quand il s'agit d'un véritable choix. mais pour qu'il y ait choix, il faut égalité. Or, dans un monde où tout le monde n'a pas un emploi, l'égalité est une notion volatile.

Jean-Philippe

@marcel,

Vous ne manquez pas de cynisme. D'une part, vous reconnaissez que tout le monde n'est pas égal et d'autre part, vous ne voulez pas d'évolution tant que tout le monde n'est pas égal.

Donc, au nom de cette inégalité, vous empêchez les personnes seules de pouvoir travailler le dimanche. Vu que la taille moyenne d'un ménage Belge est de 1.3 personnes (chiffres officiels), le nombre de personne seule suceptible d'être intéressée par un emploi du dimanche ou tard le soir n'est pas négligeable.

Personne n'a jamais dit qu'un travail tardif ou du dimanche ne devait pas avoir de compensation, tant au niveau financier qu'au niveau des récupérations. Prenons, par exemple, le personnel hospitalier. Une garde de week-end est largement compensée. Donc, avant de traiter les gens d'esclavagistes, il serait peut-être bon de leur permettre d'éxprimer leur avis. Je sais qu'au PS, c'est pas dans les habitudes, mais c'est peut-être là qu'il serait temps d'évoluer si on ne veut pas en rester au niveau du sciècle dernier. La lutte finale s'est achevée en 1989 avec la chute du mur de Berlin, au cas ou cela signfie quelques chose pour vous. ;-)

Alex

@marcel

Je n'habite pas Rixensart, je suis fils de divorcé famille nombreuse et employé moyen, ça vous la coupe hein? Qu'est-ce que je fous ici? Simplement j'ai compris que si je voulais faire empirer la situation je pouvais voter socialiste.

La loi du plus fort vous dites? Qui peut se permette d'être au-dessus des lois? De fauter mais de continuer à exercer avec salaire plantureux en prime? S'offrir un jour de congé pour aller voir les vélos aux frais de la princesse? Rouler en voiture avec chauffeur tout en étant un bonimenteur patenté?

C'est grâce à votre bienheureuse législation et au soutien aveugle de bienheureux comme vous!

Bonne chance dans votre poursuite d'une vie misérable, réglementée et sans éclats.

Cosette

Encore cette obsession de l'ouverture des magasins le dimanche.
Les boulangeries et patisseries sont ouvertes le dimanche (pour la plupart) et ferment un autre jour de la semaine. Certains indépendants ouvrent le dimanche (boucherie, fruits et légumes) et c'est très bien. Cela permet un dépannage en cas de visite imprévue et cela permet à ces indépendants de survivre.
Ceci dit dans mon quartier un GB Partner est ouvert le dimanche matin ainsi qu'un Brico
Maintenant pourquoi voulez-vous que les grandes surfaces et autres magasins avec personnels ouvrent le dimanche uniquement pour faire plaisir à quelques personnes qui ne supportent pas de ne pas trouver ce qu'ils veulent au moment ou ils le veulent. Pauvres égoistes.

Raymond Coemans

Chombier,

On ne parle ici principalement que de commerces et les ouvertures le dimanche, même de façon aussi spectaculaires qu’à Londres, ne sont pas généralisées (c’est que pour certains, ça coûte plus que ça ne rapporte). Bref, il y aurait juste une liste allongée de jobs pour lesquels ne pas postuler si vous chérissez les fins de week-ends en charentaises, ce qui est TRES LOIN de l’apocalypse sociale que vous semblez craindre.

Là où je vous rejoins un peu quand même, c’est qu’il faudra penser à légiférer dans le sens où éviter que des employés engagés depuis plusieurs années puissent soudainement se voir contraints d’accepter un horaire remodelé qui n’existait pas du temps de la signature de leurs contrats. Maintenant comme disait l’autre, dans le cas de petits commerces indépendants, clair que chacun devrait être libre d’ouvrir quand bon lui semble…

Le démographe

@ Jean-Philippe:
"Vu que la taille moyenne d'un ménage Belge est de 1.3 personnes (chiffres officiels), ..."

Si vous divisez 10,5 mioHab par votre 1,3 cela donnerait plus de 8millions de ménages (contre une réalité estimée je crois à près de 3,6 mios de contribuables??? D'où une taille moyenne plus proche de TROIS personnes.
Le chiffre 1,3 semble être le taux de natalité (très bas). Vérifiez donc?

Rudolf Menthol

Coemans a dû fumer un truc qui lui fait voir la vie en bleu. C'est cool.

Quand la Wallonie ou Bruxelles affichent des taux de chômage stratosphériques, ne doit-on pas envisager de suivre TOUTES les pistes qui peuvent éventuellement amener à créer des emplois ? En particulier, la plupart des chômeurs sont sous-qualifiés. Ne pourraient-ils pas trouver dans cette nouvelle piste un espoir de se mettre le pied à l'étrier et d'entrer dans le circuit du travail ? A priori, si la mesure n'a pas les effets escomptés sur l'emploi, qu'est-ce qui empêche de la revoir ?

TOUTE PROPOSITION RAISONNABLE QUI PEUT FAIRE DIMINUER LE CHOMAGE DANS CE PAYS DOIT ETRE TENTEE.

Olivier

Puisque l'hystérique de service parlait de "fils de", je ne résiste pas au plaisir de vous linker un article sur le FILS DE Daerden et ses pratiques politiques: http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&art_id=284775

Don

Pourquoi seuls les commerces devraient-il ouvrir le dimanche.
Avez-vous déjà tenter d'aller chercher un formulaire admnistratif entre vendredi 16h et lundi 9h ?
Pourquoi faut-il prendre, au mieux, 1/2 jounée de congé ou perdre la même 1/2 journée de travail pour le faire ?

Rudolf Menthol

Bon, d'accord, c'est un tantinet hors sujet. Mais c'est pas moi qui ai commencé. A propos de Daerden et des "fils de", lire les articles suivants:

http://bulles.agora.eu.org/20051109_nepotisme_encore.html
http://bulles.agora.eu.org/20051017_nepotisme.html
http://bulles.agora.eu.org/20050801_liege_et_la_wallonie.html

EmigréParDégoût

Pour les agitateurs du spectre de l'esclavagisme, rappelons que la durée hebdomadaire de travail reste limitée et les salaires réglementés. Il faut donc arrêter de dire n'importe quoi.

Au Québec, terre bien connue d'esclavagisme barbare et de population malheureuse faisant la file pour émigrer vers l'Europe, les heures d'ouvertures sont libres et les supermarchés ouvrent le dimanche et en soirée. Cela déstresse tout le monde, y compris les étudiants bien contents de trouver là des petits boulots sympas.

Monsieur Mené et ses affiliés feraient aussi bien de réfléchir au fait que nous sommes en 2005, plus en 1975. Leur concurrence, aujourd'hui est sur Internet et là les heures d'ouverture c'est 24x24x7x7. Ce n'es tpas un hasard si l'e-commerce a décollé plus vite en Allemagne qu'ailleurs en europe. Cela est dû au fait que jusqu'il y a peu le seul moment où les gens travaillant à plein temps pouvaient faire leurs courses, cétait le samedi matin !

Personnellement, ma principale motivation quand j'achète par Internet, c'est qu'il est désagréable d'aller faire les mêmes achats en ville. La concentration sur des plages horaires réduites rend les courses synonymes de bousculade.

D'un autre côté, je comprends les indépendants peu motivés à travailler plus. Si c'est de toutes façons pour se faire voler le résultat par l'Etat...

wallagonie

En GB, l'idée des travaillistes, c'est : Tout qui peut travailler DOIT travailler. Il y a là, la nostalgie, avouée, du plein-emploi d'avant les années 70. Et cela donne un taux de chômage d'environ 5.5 %.
A ce propos, sur la RTBS RADIO (La première), aujourd'hui,un certain AUCLAIR nous dit tout le mal qu'il a pu observer du BLAIRISME. Selon lui, rien ne va bien en GB. Or, il semble que la relative déconfiture de BLAIR n'est en rien due à sa politique économique (ce que semble affirmer AUCLAIR).

Promethee

"Au Québec, terre bien connue d'esclavagisme barbare et de population malheureuse faisant la file pour émigrer vers l'Europe"

;))))))))))

Cosette

Pouvoir trainer dans les librairies le dimanche ou acheter des vêtements, en Belgique on a toutes les possibilités de le faire pendant l'heure de midi (ce qui n'est pas le cas par exemples au Luxembourg). Je trouve plus important de se battre pour que les banques, assurances, bureaux de poste soient ouverts de 12 à 14h tous les jours et éventuellement le samedi matin. Quand on travaille, c'est un véritable problème.
Le reste, je suis désolée ce n'est jamais qu'un problème d'organisation.
Pour ce qui est vital personne ne mourra de faim un dimanche.

Promethee

"Pouvoir trainer dans les librairies le dimanche ou acheter des vêtements, en Belgique on a toutes les possibilités de le faire pendant l'heure de midi"

Pensez-vous sincèrement que cela soit possible pour la majorité des salariés de ce pays, que de faire ses courses sur l'heure de midi ?

Je ne le pense pas tout comme il me semble que cela ne justifie ni tout ou partie de ce que l'on s'assoit sur la liberté individuelle d'ouvrir ou non un commerce le dimanche.

Et si on donnait le choix aux indépendants plutôt que de vouloir légiférer au nom de notre propre organisation de vie particulière ? Avec un minimum de garde-fous...

joel

Vaste débat. Je suis favorable à l'ouverture le dimanche (cela crée des emplois, c'est certain), pour peu qu'on mette des garde-fous(désolé, prométhée, je reprends le terme) qui évitent aux petits indépendants de disparaître. Car un grand magasin peut se permettre de faire tourner son personnel sur 7 jours, tandis que l'indépendant tout seul voudrait bien fermer un jour de la semaine. En Amérique, c'est pratique de voir la plupart des magasins ouverts le dimanche, mais ce sont surtout les grandes chaînes de magasins.

Jean-Philippe

@le démographe,

Je ne faisais que citer les chiffres de l'institut national de statistique. Naturellement, si on peu plus avoir confiance en eux....

Pour votre info, le taux de renouvellement de la population serait bien plus alarmant.

Si vous avez d'autres chiffres confirmés, je serais fort aise de pouvoir les comparer. A mon sens, 3 ou 4 personnes par famille me semble beaucoup.

cactus

Un petit détail. Ce n'est pas en récupérant le lundi ou autre qu'on pourra s'occuper de nos enfants. Je ne crois pas au "découpage" des problèmes. On parlait de délinquance il y a qque semaines, mais si les parents doivent encore se taper au boulot le dimanche, quand allez vous vous occupez de vos enfants? Ou vont-ils aller? Dans la rue. Et comment instaurer un dialogue, une éducation, une autorité si on n'est jamais là.

Je pense que ceux qui font le choix du carrière avec des horaires de fou et qui estiment - peut-être à raison - qu'ils ont bien le droit de faire leur course la WE, doivent aussi réfléchir à la gestion bien plus complexe d'une famille.

Rien n'est simple car on n'est pas tout seul à décider. Les coup de têtes n'ont pas leur place et des enfants ne se promènent pas comme des bons chiens chiens, ça demande de l'investissement et pas que pécunier. Tout du moins si on veut qu'ils vivent dans un peu d'amour et moins de violence.

Promethee

Cactus,
Je suis d'accord qu'il y a des limites à la flexibilité mais il ne faut peut-être pas tomber dans l'excès inverse. Je ne pense pas que les enfants des infirmières, des serveurs, des cuistots, des policiers ou des commandants de bord soient tous malheureux et sujets à une plus grande probabilité de mauvaise éducation. Et cela n'a rien à voir avec le fait de "faire carrière"....Comme tu l'écris, rien n'est simple mais il y a aussi un minimum de prise en main personnelle et d'organisation de vie.

cactus

Promethee,

En fait j'élargit le débat à tous les parents. J'aimerais voir une enquête pour savoir comment ils s'en sortent avec leur enfants. Dimanche ou pas.

Par rapport à ce que tu dis ce ne sont pas des boulots facile à vivre tout de même. Je connais une infirmière qui ne sait plus ce que c'est un repas familial, dort de temps en temps la journée et quand les enfants rentrent ils ne peuvent pas faire de bruit. D'ailleurs en belgique, on manque de personnel. Plus personne en veut faire les horaires de nuit. On fait venir des infirmières de l'Est.

Combien de fois un pilote voit ses enfants par an? J'aimerais savoir. Ca ne doit pas être énorme. Comment voir ce que son enfant a fait à l'école, quand discuter avec les enseignants, les fancy-fair, ... pas évident.

Pareil pour les grandes carrières que je respecte. Mais j'ai un père qui était ingénieur et puis directeur d'usine. Je ne l'ai pas vu souvent. J'ai un frère ingénieur qui ne pense pas avoir d'enfants. Sa femme travaille aussi. Ils rentrent tous les deux chez eux à 19h, il ne voit pas quand il pourrait s'en ocuper. Moi je ne vois pas de solution. ET sans enfants, nos sommes un peu foutus non?

Reste les grand parents, pour ceux qui en ont, si ce n'est pas trop loin. Mais alors, ce n'est plus vraiment vos enfants. Pareil pour l'internat.

Un minimum d'organisation ne me semble pas suffisant. A moins d'avoir un des deux conjoints qui réduit son temps de travail.

Je me questionne.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.