Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Chômage des jeunes | Accueil | Sans commentaire (14) »

12 mai 2006

Commentaires

Alex

A ce titre, on entend les parangons de la gauche écologique voulant sabrer dans les 4*4 et les voitures de société, alors qu'il y a encore sur la route des milliers de vieilles voitures à carburateur ou plus entretenues et donc dépassées technologiquement, --> polluant plus, alors que les voitures récentes sont généralement Euro 4. Finalement si on baissait les taxes routières et autres on permettrait peut-être de renouveler plus rapidement le parc automobile, donc de consommer moins (exemple: j'ai un petit diesel neuf qui fait ~750km avec un plein de 35 litres...)

Alexis de Tocqueville

Effectivement, le pic pétrolier recule sans cesse. Le prix élevé du baril entraînera de nouveaux investissements, des forages en haute mer et le développement d'alternatives. Donc il recule dès le moment où on lui donne une échéance.
Toutefois, la demande de la Chine et l'Inde ne peut qu'épuiser les réserves plus rapidement qu'on ne le pensait. Et les alternatives ne sont pas légion : fusion nucléaire encore théorique, pile à hydrogène chère à produire, panneaux solaires à remplacer tous les dix ans, éoliennes moches pour le paysage. Reste l'isolation des maisons. Quant aux avions, ils ne voleront pas à l'électricité...
Rappelons aussi que l'essence est chère parce qu'elle est taxée à 65-70%.

marco

Une étude récente (je n'en trouve plus les références) montrait justetment que les pays producteurs de pétroles avaient tendance à se reposer sur leurs lauriers et à ne pas envisager de réforme. L'étude parlait à ce propos de "malédiction du pétrole".

Jerry Rubin

Et si l'état ne frappait plus l'essence d'impôts faramineux, qui s'élèvent à 80 % du prix à la pompe ?

On parle toujours des pétroliers, mais c'est l'état qui s'en met plein les poches !

Sans toutes ces taxes, l'Europe aurait encore un siècle d'essence à bas prix devant elle !

Calcul simple : le baril de pétrole est actuellement à 75 USD, soit 58 EUR. Or, un baril équivaut à 159 litres.

Donc, le litre de pétrole coûte 0,36 EUR.

Merci l'état belge !

Pijean

Et quid de l'éthanol généralisé pour les déplacements routiers? (voir exemple brésilien)

J'y vois au moins 3 avantages:
- moins de dépendence au pétrole
- moins d'émission de gaz à effet de serre
- plus d'emploi dans le secteur agricole

Pijean

@Jerry Rubin

une remarque quand même, avec un litre de pétrole on ne fait pas rouler un véhicule routier, il faut encore le raffiner, l'acheminer, le distribuer...

E. G.  Simon

Qq. réflexions citoyennes relatives à la situation mondiale de DEMAIN ?

1° Notre vie future dépend TOTALEMENT de la disponibilité d'énergie électrique. Elle nous est indispensable, au même titre que l'eau dont les altermondialistes font si grand cas. Si d'aucuns en doutent, qu'ils nous expliquent donc comment ils vivraient sans électricité (à la façon du moyen-âge? Avec quel niveau de vie?).

2° Une évidence: la croissance de la DEMANDE en énergie poussera tous les pays à opter pour le nucléaire. C'est un fait inéluctable pour la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie, le Pakistan,... (l'approvisionnement-clé de leurs mégalopoles et leurs industries). L'Iran et bien d'autres pays islamiques suivront (ces actuels magnats du pétrole... qui savent que leurs nappes vont s'assécher pour la fin du siècle). D'ici 25 à 40 ans, l'Europe ne disposera plus d'aucunes réserves exploitables économiquement. Aujourd'hui déjà, il faut se convaincre que s'approvisionner loin nous rend vulnérables (impuissants)! Une short-list des pays "à risques géopolitiques aggravés"? a) La Russie pour son gaz, b) tous les pays islamiques (gaz et pétrole), c) pays d'Afrique, d) Amérique du Sud. Oubliée, notre chère Mer du Nord! Alors oui il nous faut des économies d'énergie, ça aidera (un peu) à différer l'instant du trauma économique.

3° La Chine a en premier parfaitement compris l'enjeu. Ses besoins sont (en volume) aussi considérables que ceux de l'U.E.25. Cette Chine agit donc, sans s'embarrasser de Kyoto ou d'autres sujets de prédilection écologistes, ni de droits-de-l'homme. Elle cultive une politique étrangère essentiellement orientée vers les pays à "sources énergie + matières premières" assez critiques. Elle se place ainsi en rivale directe de l'Occident, cherchant à rafler tout ce qui se produit ailleurs. Elle ne condescend à dialoguer avec l'Europe ou l'Occident qu'en termes de "marchés, débouchés" pour y absorber ses productions de masse". Pays capitaliste n°6 actuel, un n°3 demain? Et nous dans tout ceci?

4° Pendant ce temps, que font concrètement les européens? Ils rêvent à diverses utopies, sous la conduite éclairante de 7 à 9% d'écolos (qui affectionnent les scénarios "catastrophe"), écolos appuyés par leurs lobbyists de Greenpeace (contre-pouvoir n° 1 de la désinformation internationale)! L'U.E. est prisonnière de ces activistes agissant fort au niveau du P.E. et de divers cercles nationaux, avec l'appui complice de pseudo-scientifiques (qui profitent ainsi de sa manne R&D pour leur travaux). Un continent d'utopie et de mensonges? Oui, un peu...

Alors, combien de temps nous faudra-t-il pour le comprendre et décider d'agir autrement?
Le NUCLEAIRE est une voie obligée et salvatrice. Ceci doit se penser à horizon d'un SIECLE: 10 ans pour le concevoir, puis 50 à 60 ans d'exploitation active et peu coûteuse, enfin 25 à 30 ans de démantèlement. Sans elle, pas de salut. Sinon celui de retourner au contexte du moyen-âge (niveau de l'actuel Afghanistan?) puis de nourrir nos bonnes âmes U.E. d'alors de l'espérance d'un au-delà auquel se refusent à croire ces mêmes Ecolos???

Oui, il faut des éoliennes, et des cellules solaires, et des technologies à inventer encore. Mais la vie doit se poursuivre, grâce à l'électricité ... pour ne pas se faire simplement bouffer par XYZ, plus réalistes que nous ne le sommes!

Krakou

Associer systématiquement gauche et écologie est pour le moins réducteur. Je me sens écologiste parce que profondément préoccupé par les destructions environnementales et leurs conséquences. Dans ce sens, je trouve effectivement que la glorification de modes de transport incroyablement énergivores et polluants plutôt imbécile. Et s'il est vrai que les nouveaux véhicules (certains) sont peu gourmands, ce n'est pas évident, vu la situation économique de beaucoup de nos concitoyens de leur dire de changer leur tas de tôles contre du flambant neuf.
En outre, rester dans un mode de pensée "tout à la bagnole" est un non-sens puisque c'est bien de la fin prononcée du carburant de cette dite bagnole dont on parle ici.
Et si plutôt que d'associer la gauche et l'écologie, il y avait moyen d'associer le libéralisme et l'écologie.
A nos dépendances énergétiques (énergies fossiles et polluantes) envers des pays aux régimes et à la stabilité douteuses, pourquoi ne pas opposer des politiques agressives de mise en place de productions d'énergies propres, renouvelables, et dont la majorité des technologies sont déjà maîtrisées à ce jour.

Jean-Philippe

@Pijean,

Aux USA, le prix tourne autour de 2.90$/gallon (soit environs 3.785 litres) source: http://www.eia.doe.gov/oil_gas/petroleum/data_publications/wrgp/mogas_home_page.html

Ce qui met le litre aux alentours de 0.60€ On est quand même loin du prix pratiqué en Belgique

Molinari

http://chacun-pour-soi.blogspot.com/2006/05/dirigisme-rtro.html

Pijean

@Jean-Philippe

Je suis d'accord mais J.Rubin comparait le prix de l'essence à la pompe avec celui du pétrole à l'extraction, ce qui n'est pas vraiement comparable.

Alex

@Krakou:

Je souscris à votre analyse. En tant que libéral, je me considère aussi comme quelqu'un s'inquiétant de l'écologie, mais je fustige un certain dogmatisme de la gauche qui se base sur une sorte "d'éco-populisme" dogmatique.

Selon moi l'approche libérale est intégrale, elle assimile aussi bien les notions économiques et des droits de l'homme que les question sociales et environnementales.

Krakou

@ E.G

Une réflexion citoyenne qui prend pour exemple la Chine, ne s'encombrant ni de Kyoto ni des droits de l'homme pour son développement, je trouve cela étonnant.
Le nucléaire est dangereux (très dangereux..), le combustible est épuisable (et rapidement si on décidait de mettre "tout au nucléaire") et les possibilités de la variante fusion font plus partie des rêves de physiciens que de réalité. Le photovoltaique, l'éolien, le chauffage solaire, les moteurs hybrides, les constructions basse énergie sont accessibles dès maintenant et sources d'emplois.

Francoys T

C'est d'ailleurs pour justifier la fiscalité démentielle sur les carburants qu'on subit en Belgique que les médias gauchistes style RTPS nous culpabilisent en permanence en nous innondant de reportages tendancieux concernant le réchauffement climatique soi disant dû aux gaz à l'effet de serre.
Je me suis d'ailleurs laissé dire que la communauté scientifique est loin d'être unanime sur le sujet contrairement a ce qu'on essaie de nous faire croire.
Quelqu'un a t'il plus d'informations a ce sujet?

Raymond Coemans

Tu rigoleras moins avec tes palmes dans le métro d'ici 15-20 ans, mouhahahaha...

Pur troll, sorry...

Krakou

@ Francoys

Désolé, mais que cela vous plaise ou non, la communauté scientifique est bel et bien globalement unanime sur ce sujet. Et les études contradictoires existant sont pour la plupart financées par les lobbies industriel. Pour ce qui est des informations, le net en regorge.

replicant

ravi que l'on aborde ce débat. Par extrapolation, nous devrions également penser le lendemain sous différents aspects, car il n'y a pas que le pétrole qui se fasse rare, nous pourrions également parler de l'eau etc, bref de toutes les ressources naturelles que nous gaspillons allégrement.

Personnellement, même si les médias nous rabattent les oreilles en lançant avec force messages télé qu'il est de notre devoir de protéger la planète, je ne crois aucunement en une quelconque prise de conscience individuelle.

Pour s'en convaincre, il suffit d'être observateur : les prix à la pompe sont en évolution constante, mais ceci n'empêche pas les ventes de véhicule d'atteindre des sommets ! On voit même de nombreux constructeurs proposer des véhicules énergivores, placivores, argentivores etc qui n'étaient jusqu'il y a peu vendu que par de rares constructeurs : je pense aux tout-terrains, 4x4, pick up, humvee, ... Aujourd'hui tout un chacun qui gagne bien sa vie exhibe fièrement son X4, X5, cayenne et autres marques luxueuses. Ces véhicules consomment ? Leurs propriétaires s'en moquent, ils satisfont en priorité un désir, un besoin réél ou compulsif.

A bien y réfléchir, nous prendrons conscience du problème quand il sera trop tard.

Que faire ? Le politique doit prendre des risques et s'investir quitte à le faire au détriment de sa carrière. Je le répète, les échéances électorales, trop courtes, ne permettront jamais de lancer un débat constructif car chacun sait ques les mesures retenues ne plairaient pas aux électeurs... D'ailleurs on se demande comment on peut encore travailler sur le long terme en Europe. Quand un parti arrive au pouvoir, il est relégué dans l'opposition lors des prochaines législatives... Italie, Allemagne, Pologne, bientôt la France, ...

Impossible de mener une politique volontariste en la matière dans ces conditions.

Je riais petit en regardant Mad Max II, aujourd'hui ce film passerait presque pour visionnaire (rires).

Personnellement, et je précise sans être un écolo, j'ai fait mon max. Abandon de ma voiture. Placement de panneaux solaires, de container de pluie, ... Ceci dit, ces investissements, un vrai luxe, sont loin d'être à la portée de tous, eussent-ils l'envie de les entreprendre.

Krakou

A propos du réchauffement. Et les contributeurs de ce sites ne sont pas des farfelus..


http://www.realclimate.org/index.php/archives/2005/10/q-a-global-warming/

EmigréParDégoût

En fait, tout ce débat sur l'énergie est une démonstration permanante des théories de base de l'économie.

Le demande d'énergie augmente, son prix suit, rendant rentable le développement de système consommant moins, ce qui finira par réguler la demande...

L'unanimité n'existe absolument pas dans le monde scientifique. Par contre, plus je vois d'études publiées sur différents sujets, plus je vois une corrélation claire entre les résultats des études et les intérêts de ceux qui les financent. Il n'est donc pas facile pour les quidams que nous somment de savoir de quoi il retourne.

Il y a en tout cas une chose qu'on dit peu concernant le réchauffement, c'est qu'il a commencé à être mesuré vers 1900. En 1900, il y avait 1 milliard d'êtres humains et le nombre de voitures et d'avions était dérisoire. Le graphique où j'ai vu ça ne montrait pas non plus clairement une accélération pour ces 20 dernières années. On dit aussi très peu qu'une simple variation d'activité solaire suffirait à expliquer ce réchauffement. Et alors ce qu'on ne dit jamais, c'est que si le réchauffement est effectivement dû aux rejets de CO2 de l'activité humaine, alors Kyoto, pourtant irréalisable, ne représente que 10% de l'effort à fournir pour enrayer ce réchauffement.

Donc, dans tous les cas le réchauffement va continuer et c'est finalement ce qui compte. Il est donc urgent de concentrer les énergies à s'adapter au nouveau climat qui va s'installer plutôt que d'en gaspiller à générer des culpabilisations et mesurettes inutiles.

Par exemple, la fonte du Groenland a beaucoup de chances de nous amener un climat de type canadien. Sachant que la population canadienne est concentrée nettement plus au Sud que celle d'Europe, il y a du boulot...

alex

@ pijean.

Bio-ethanol/biodiesel : question passionnante, je travaille sur quelques projets dans le domaine en Europe pour le moment. A première vue, ces deux substituts sont la panacée. Mais c’est largement plus complexe que cela en a l’air.

Les acteurs :
Biodiesel : substitut de diesel fait à partir d’huile végétale. Souvent de colza, en fait à peu près toute huile végétale possible (on se préoccupe surtout du « rendement » de la plante, faire du biodiesel à partir de soja est possible, mais pas vraiment intéressant). Attention, c’est un substitut de pétrole comme carburant, pas comme composant chimique pour dérivés pétroliers comme le plastique ou les résines (autres énorme consommateur de pétrole). (Pq ? Huile végétale et pétrole n’ont pas la même structure chimique.)

Bio-ethanol : substitut d’essence. Alcool végétal, fait à partir de n’importe quelle plante ou grain. Immense avantage, on peut le faire à partir de déchets végétaux. Exemple : l’industrie agroalimentaire (producteurs de bouffe, d’amidon, etc.) traite des végétaux (patates, maïs, etc.) pour en faire de la nourriture et des dérivés, et se retrouve avec des déchets végétaux (pelures, feuilles, etc.) à jeter. En faire du bioethanol est possible.

Le problème :
Exemple qui donne l’étendue du problème : l’état du Minnesota a décrété que les carburants vendus à l’horizon 200 ? devaient être composés de 20% de bioethanol. Si les USA étendaient cette disposition à la totalité de leur territoire, absolument toutes les ressources agricoles devraient servir à produire du bioethanol.

C’est une des raisons de la « timidité » des mesures européennes à ce sujet : il est totalement irréaliste de décréter qu’en 2010 10% du carburant devra être d’origine végétale, on n’en a pas les moyens matériellement.

Conséquence : un peu comme le passage de l’analogique au numérique a entraîné une convergence, il y a ici une convergence entre l’agroalimentaire et l’énergétique. C’est très facile de faire du carburant maintenant : suffit d’avoir un champ planté. Seulement voilà : on doit choisir : nourriture ou carburant. Si tu notes la définition donnée des biocarburants plus haut, tu remarques que l’on peut faire du biocarburant avec absolument n’importe quoi. Si on en fait et qu’on ne fait plus que cela, il n’y a plus de quoi nourrir non seulement les hommes mais aussi ce qu’ils bouffent, veaux vaches cochons… C’est basique, évident, mais un risque réel.

D’autant que l’industrie est en train de se donner une swinging capacity : faire de la nourriture ou du carburant indifféremment. Le pétrole est cher, on fait des biocarburants. Le pétrole n’est pas cher, on fait de la nourriture. Je t’assure, ce n’est pas plus compliqué que cela.

La seconde conséquence est que le prix des matières premières végétales, et partant de la nourriture, va augmenter substantiellement. C’est un des aspects paradoxalement les plus ignorés du problème : la raréfaction du pétrole va entraîner à la fois la hausse de son prix mais aussi le hausse du prix des produits agricoles, et donc de la nourriture. Et cet effet sera direct, je ne parle pas ici des coûts indirects, par exemple coûts de production de la nourriture qui eux aussi souffriront de l’augmentation du prix de l’énergie.

paul

Francois et Krakou

Non, la communauté scientifique n'est pas du tout unanime sur la question du réchauffement

Voir par exemple sur le site junkscience.com. J'ai également lu un article au sujet d'un livre d'un géologue néerlandais, qui critique les théories du réchauffement. Je ne me souviens plus du nom de l'auteur, mais l'article était dans l'hebdomadaire néerlandophone Knack.

Jerry Rubin

La science n'a rien à voir avec la démocratie. Ce ne sont pas ceux qui sont le plus nombreux à penser quelque chose qui ont raison. Par ailleurs, il y a de très fortes dissensions entre les scientifiques au sujet du réchauffement climatique, mais bien évidemment on n'en parle pas dans le Télé-Moustique.

A ce sujet, deux livres intéressants : "L'écologiste sceptique" de Bjorn Lomborg et "L'imposture verte", de Pierre Kohler.

Pijean

@alex

le choix "nourriture ou carburant" est valable sur un pays dense comme le nôtre, ainsi que les pays européen en général.

Cependant, qu'est-ce qui empécherait de produire le complément de matière première du bioéthanol ailleurs (Afrique?) et de l'importer?
On ne deviendrait pas nécessairement dépendant de ces pays car, contrairement au pétrole, la production agricole n'est pas géologiquement fixée.

Krakou

@ Jerry

A chacunses sources

http://www.centre-cired.fr/perso/quirion/pierre_kohler.PDF

E. G.  Simon

@ Krakou et qq lecteurs nourris à la sauce écolo (dont ma soeur, une pauvre nature anxieuse)
Avec vos réparties du genre :

1) "Une réflexion citoyenne qui prend pour exemple la Chine, ne s'encombrant ni de Kyoto ni des droits de l'homme pour son développement, je trouve cela étonnant."

Je n'ai pas écrit que la CHINE soit un exemple à imiter inconsidérément! Relisez mon français.
Quelles que soient les critiques à porter sur ce régime pro-communiste et la corruption qui y règne, c'est un pays qui vit avec ses REALITES. Il dispose d'une base considérable d'intellectuels pragmatiques et très volontaires (= relever leurs propres défis).
Voyez l'Inde, la Russie, l'Iran, et les autres. Quoi que vous fassiez, ils iront vers des technologies nucléaires et VOUS ... nous ferez régresser, à leur profit! C'est un EVIDENCE établie, que vous ne pourrez nier ni d'ailleurs stopper par vos gesticulations militantes. Sorry.
La Chine doit nourrir au quotidien 1,3 miads habitants, avec des priorités qui dépassent les discours de bonnes intentions. Ils ont du charbon et 1.300.000 mineurs pour l'exploiter, bravo, comme ailleurs dans le monde! Des ressources naturelles à développer, c'est normal! J'aime les gens qui vivent avec les réalités du monde qui nous entoure, non ceux bercés d'UTOPIES.

Votre discours facile ne passe ... qu'avec une part de désinformation. Et ses effets frapperont en premier la fraction de nos populations qui regroupe des profils en insécurité et souvent un % d'ignorance sur les sujets-malédictions dont nous matraque toutes les T.V. et gazettes! Même la Commission européenne s'est prise à ce jeu; idem et même pire pour les 700+ parlementaires du grand hémicirque. NB: j'ai une base scientifique pour savoir lire, à d'autres sources fiables que celles des lobbyists de Greenpeace...
Soyons d'accord: gaspiller est un non-sens. Rouler en 4x4 de 4,5 l pour frimer à 10km/h en ville ça reflète la stupidité humaine. Non aux gaspis; j'ai côtoyé la pauvreté de mes semblables pour le savoir. Allez en Afrique et voyez le contexte et l'état du charroi: on relative déjà. De là à modeler la vie du plus grand nombre sur une culture de martyrologe environnementaliste, je ne souscris plus, c'est du pur dogmatisme! Vous êtes certainement honnête homme, mais ceci ne doit pas se confondre avec partage d'une vérité absolue... (la vôtre, écolo).

2) ""Le nucléaire est dangereux (très dangereux..), le combustible est épuisable (et rapidement si on décidait de mettre "tout au nucléaire") et les possibilités de la variante fusion font plus partie des rêves de physiciens que de réalité.""

Parfait exemple du discours entretenu par Greenpeace & consorts. Un point de vue, parmi bien d'autres! Je vous reporte à nombre d'article un peu plus sérieux. Vous pouvez lire des articles "grand public" p.ex. dans LaLibre Essentielle n°21 mai 2006, où s'exprime en p.14 le Prof. Berger (météorologie, MIT et UCL) où il s'insurge v-à-v des anti-nucléaire. Mais il n'y a pas que lui pour l'affirmer. Voyez des sites scientifique rigoureux, pas ceux de la pensée unique environnementaliste. Cherchez un peu ... Ceux en mode de pensée "CONTRARIANS" tels:

http://www.google.be/search?hl=en&q=global+warming+lies&btnG=Google+Search&meta=

http://www.newsmax.com/archives/articles/2005/11/17/154853.shtml

The relative unimportance of trying to stop global warming By Bjorn Lomborg/2005
http://www.fahayek.org/index.php?option=com_content&task=view&id=464&Itemid=0

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.