Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Pauvreté à la Une | Accueil | Crise de la gouvernance publique »

26 mai 2006

Commentaires

Jean-Philippe

PH Gendebien pose les bonnes questions et son analyse est pertinente, mais les solutions proposées ne sont pas adaptées à la situation.

Sans s'en rendre compte, les socialistes Carolos ont apporté de l'eau au moulin des flamands. Le dernier quart d'heure est entamé et les prochaines discussions institutionelles promettent d'être chaudes.

Pour ne pas changer, la Wallonie et Bruxelles arriveront en rangs dispersés et leur faiblesse n'en sera que plus criante.

Le "Refus Wallon" dont Louis Michel s'était fait le chantre in tempore non suspecto ne sera pas le chant du coq, mais bien le chant du cygne d'une wallonie minée par les affaires et la corruption, sabotée par un PS qui espère remplacer la royauté par une république socialiste, abandonnée par des investisseurs lassé des grèves, des prises de consciences éthiques des chômeurs qui refusent les emplois proposés, ignare, car l'on y enseignera toujours selon des principes du sciècle dernier... Lorsque cette Wallonie aura vécu son dernier quart d'heure, on lui donnera un statut Onusien, comme le Darfour, la Côte d'Ivoire ou le Timor. A ce moment là, probablement que des casques bleus français viendront l'occuper. Ce qui ne signifie nullement l'incorporer à la France. Ce jour là, tout les parvenus du PS diront "Si j'avais su..." Pourtant, depuis le temps, ils devraient savoir.

Claude Thayse

L'objet de ce livre récent de Paul-Henry Gendebien n'était pas de re-développer, une fois de plus, les arguments économiques (mais pas uniquement) publiés sur le site du RWF ou dans son ouvrage précédent "Le choix de la France" (Editions Luc Pire, 2002. Mais si vous ne possédez pas ce livre, je suis certain qu'il se fera un plaisir de vous l'offrir...

Vous serez surpris d'y retrouver avec quelques années d'avance des analyses du "mal wallon" qui auraient pu nourrir vos réflexions qui, elles, ont été considérablement plus médiatisées.

Si la situation s'est dramatiquement aggravée depuis, nous n'avons, et P.-H. Gendebien le premier, cessé de le dénoncer. Mais il est probable que notre message est tellement radical pour le régime et tous ceux qui en vivent qu'il nous est très difficile de percer la chape de plomb de la pensée unique qui veut que tout va pour le mieux dans ce que d'aucun considèrent comme encore un Etat unitaire, solidaire et modèle.

La solution de la réunion de la Wallonie et de Bruxelles à la France est la seule solution raisonnable, d'autant plus si on ne prend en compte que les aspects économiques et sociaux qui y sont liés. Relisez vos derniers messages sur ce blog et tirez-en le conclusions qui s’imposent… s’imposeront !

joel

J'ai lu le livre "Le Choix de la France" et je ne peux que confirmer vos propos: lucidité et analyse fine du problème wallon. Jean Gol avait la même analyse et partageait nombre de points communs avec P-H Gendebien. Pas facile d'avoir raison avant les autres...

Raymond Coemans

On leur a demandé leur avis aux Français?

Minarch

oui!

Réponse: "Non merci, vraiment, sans façon, on a déjà pris une double ration de Lorraine, là, on peut plus..."

Raymond Coemans

C'est bien ce que je pensais. Affaire classée, post suivant.

Elodie Roupeau

J'aime beaucoup les duettistes Minarch et Coemans !

Tordants !

C'est ça le problème des blogs non modérés, n'importe qui y met n'importe quoi !

Au risque pour le propriétaire du blog d'y perdre toute crédibilité.

Prudence Destexhe !

JM

Du site de PH Gendebien, je relève « Il reste un immense chemin à parcourir pour extirper la Wallonie de l’étouffoir belge. Ce n’est pas la Constitution wallonne qui y parviendra….Enfin, ses auteurs ne bénéficient pas de l’autorité politique et morale pour réussir devant le Parlement. ». A l'opposé de cette proposition de constitution, comme à l’opposé des conclaves qui ont amené les structures de notre fédéralisme, en démocratie, c’est au citoyen de définir ses choix (démocratie directe) et le moyen indiqué est le référendum qui peut être la meilleure et la pire des choses (voyez le résultat du référendum français sur la constitution européenne). Il s’agit donc de rendre mature le citoyen et de poser les bonnes questions. Progressivité donc : le référendum tel que le conçoit notamment la Suisse est une réponse à cette progression. Son point faible est son coût. Au niveau actuel de la technologie, l’e-voting est une solution envisageable (Cryptage et numéro national permettraient aujourd’hui son organisation). Appliqué, au départ, pour des consultations mineures en guise de prototype, il pourrait progressivement être généralisé pour poser enfin la « question fondamentale »

Lucas Dethaye

"(...)qui fait notamment l'impasse sur l'intérêt économique qu'aurait la Wallonie à se rattacher à la France"

Vous semblez le regretter ?

Seriez-vous devenu un mauvais belge ?

Raymond Coemans

@Elodie
1. Prôner le rattachement à la France parce qu’on en a marre des MAGOUILLES, c’est assez cocasse. Dois-je vous expliquer pourquoi ou la lecture du Monde et de Libé de ces derniers jours suffit ?
2. Quelque soit la finesse de l’analyse de Gendebien, la solution de l’attachement à un pays étranger qui se fout complètement de votre sort, c’est aussi pertinent que de faire des prières au sommet d’un terril pour que nos Frères des Etoiles descendent avec leurs gros lasers éradiquer les militants PS.

Jean-Philippe

"nos Frères des Etoiles descendent avec leurs gros lasers éradiquer les militants PS"

Pas besoin des Frères des Etoiles. Quelques juges n'ayant pas froid aux yeux feront l'affaire.

@Elodie,

Loin d'y perdre en crédibilité, le Sénateur Destexhe y gagne. Pas de censure, liberté de parole pour tous. Certains abusent de ce droit de parole (suivez mon regard) pour écrire n'importe quelle excentricité à propos des méfaits du libéralisme qu'ils ne connaissent pas ou du bienfait de la carruptions des camarades parvenus, c'est leur responsabilité.

Cela dit, le mal Wallon souligné tant par A. Destexhe que par P-H Gendebien est réel. Ils divergent dans les solutions pouvant y remédier. Il est certain que l'immobilisme actuel des camarades syndiqués ne fera rien pour y remédier.

Vincent

A monsieur Coemans,

la réponse de Minarch, n'étant pas français mais bruxellois relève de la conjecture de comptoir....donc peu pertinente à mon avis.
La question ne s'est jamais posée mais puisque vous la mettez en exergue, un breton peut donner son avis: pour avoir posé la question autour de moi à de parfaits ignorants de la question belge, le reflexe d'une écrasante majorité est : si les wallons le souhaitent, les français qui adorent se sentir appréciés répondraient OUI à la réunion;
A Minarch: pour votre info, la Lorraine n'est plus à l'actualité dans les pages quart-monde mais dans les pages économiques à la case : reconversion réussie....

Raymond Coemans

@Vincent

Puis-je vous demander en quoi votre petite enquête interne serait plus pertinente que l’avis de deux bruxellois (hé ouais, moi aussi…) ? Ce n’est pas autour de la machine à café de votre entreprise mais du côté de l’Elysée et de Matignon qu’il faudrait poser cette question… Ils ne veulent déjà plus des Maliens désireux de travailler, alors une région à 25% de chômage, vous pensez bien…

AntiPS Man

François Perrin, sympathisant du RWF, m'a convaincu, lors d'une conférence universitaire, de la nécessité pour le monde francophone belge de réfléchir à l'après Belgique.

Pourtant, au vu de l'actualité récente en France (République en ruine), serait-il intéressant, pour nous, de se diriger vers ce pays en voie de sous-développement?
Je ne le pense pas. Mais, hélas, ne dit-on pas "Qui se ressemble s'assemble"?

Les libéraux doivent réaliser qu'il leur sera encore plus difficile de changer leur milieu ambiant dans ce rouge pays. La moitié de celui-ci est fermé à tout changement salutaire. Et si on y prononce le mot "libéralisme", on se fera lyncher par les "progressistes".
Comme chez nous, il n'y a pas de parti libéral (Madelin vaut-il la peine qu'on le mentionne?). Sarkozy, représentant de la "droite", va se présenter face aux électeurs avec une intervention croissante de l'Etat dans le domaine des libertés politiques et privilégiera des politiques purement gauchistes comme le "communautarisme" et les "discriminations positives". (Mais il faut reconnaître qu'il est le seul candidat à proposer un modèle de société.)
Enfin, la France est une société où la violence prédomine (crise des banlieues, manifestations du CPE) - résultat de politiques "progressistes", on l'a déjà dit.

Que faire?
L'on voit de plus en plus, en Europe, de petites entités naître (Montenegro) ou réclamer une certaine indépendance (Corse, Pays Basque, Catalogne).
Je pense que, pour la francophonie belge, la meilleure voie est la gestion propre... pour autant qu'elle s'effectue dans un cadre politique serein. Avec un suffrage majoritaire et, par conséquent, une diminution du poids du PS, peut-être que la francophonie belge pourra, économiquement, relever la tête.

Vincent

c'est bien pour cela cher Raymond, que j'ai dit "mon avis", et cependant, j'ai été troublé par la quasi unanimité des réponses, avouez que cela donne à réfléchir; quant à l'Elysée, la question s'est posée, (mais vous comprendrez le côté ingérent d'une déclaration officielle); rappelez-vous les propos du Gal de Gaulle en 60 et qq à propos de la Wallonie; ils sont connus, et je ne pense pas qu'un Chirac, ou Villepein, qui sont par excellence les disciples du regretté Charles aient des idées contradictoires sur la question;

Enfin comment pouvez-vous vous comparer sérieusement, à des sans-papiers maliens ? d'un point de vue historique, culturel, linguistique, c'est une ineptie provocatrice; il ne me semble pas y avoir une mer ou une chaîne de montagnes entre Valenciennes et Mons....

Nos impôts servent également au RMI des Mahorais(Mayotte), des Corses, des Guyannais etc...et cela ne pose pas de problème identitaire aux français, à tous les français, contrairement, il me semble à une partie de vos "compatriotes" alors, quelques wallons de plus...

Cosette

Cela fait un bon moment qu'un ami me conseille de lire le livre de Gendebien. Comme je suis contre le rattachement à la France, j'ai toujours refusé mais je vais peut-être le lire.....

E. G.  Simon

Sans être flamand, mais "wallon international" sachant avoir de la considération à leur égard:

1) La Wallonie et ses liens de vie au quotidien (c-à-d le travail-emplois, l'économique)?
Rappelons-nous que 40% du commerce belge est d'abord intra-communautaire, Sud-Nord et Nord-Sud confondus. Et des firmes flamandes investissent fort chez nous, pour y prendre des parts de marché! Tandis qu'à l'exportation, le triplet DE + NL + FR reste nos trois partenaires économiques directs.
Faudrait s'en souvenir lorsqu'on veut trop déconsidérer la "Wallonie". OUI, éjectons 50% de ses dirigeants SVP. Mais pas ses entreprises, car je les apprécie, courageuses qu'elles sont, prises entre le marteau syndicalo-gaucho et l'enclume de l'argent centre-droite).

En réalité, ces wallons ne sont que 34 à 42% à voter localement pour des socialos et être des affiliés durs à une FGTB/SETCa "axe Sambre-Meuse". Si les distorsions de "notre système démocratique" conduisent à des égarements, cherchons bien les causes endogènes parmi eux. Ça laisse alors heureusement un petit espace respirable où une proportion de 2/3 population (soit 2.300.000 d'habitants, toutes autres opinions confondues) vont s'activer à autre chose que de vouloir biberonner au seul collectivisme rouge! Ouf, un soulagement mitigé...

2) Analyse de Mr Gendebien? Pertinente sur le contexte: OK, vous jugez mieux, j'ai pas lu. Inadéquate quant à la solution: très certainement. La FRANCE? Non merci. Faut la suivre au quotidien (scandales 1981-2006); sinon encore lire le dernier livre "Histoire de la gauche caviar" publié chez Robert Laffont par Laurent Joffrin (Dir. Rédac Nouvel Obs). Cette grande "France profonde" assez incapable de se réformer devant les changements extérieurs qu'elle doit affronter. Ça demanderait à ses "élites" de bouleverser leurs schémas mentaux. Mais c'est aussi difficile avec des Chirac, Le Pen, Mitterand et bien d'autres, ces beaux discoureurs. Pendant ce temps il y a l'extrême gauche hurlante façon Laguillier + Besancenot: non merci, je préfère notre bon air belge!

3) Une réflexion: devant la montée en puissance de l'Europe des Régions (300 à 400 ... dans l'U.E. à 25+ , le Monténégro y aspire...) ça nous promet encore qq. problèmes épineux: l'excès de fragmentation. L'effet pervers des chocs centrifuges X centripètes, mal anticipés par une politique d'élargissement à toute vitesse (cette fuite en avant géopolitique, sans l'approfondissement concomitant ou préalable)...
Mr Gendebien tient-il ceci à son exacte mesure dans ses élans rattas? Pas sûr! A moins qu'il n'imagine se rattacher aux 67 "pôles d'excellence" français plutôt que d'être le 84e département de Sambre-Meuse-Ourthe? Contexte face auquel il faudrait que Mr G. me prouve en quoi la Wallonie [avec ses étroits P.S. & consorts qui subsisteront demain] présentera ces traits d'excellence qui séduiraient nos amis d'Outre-Quiévrain.

En anecdote à tous les Rattas, (cfr. Yahoo actualités: Les 5 articles les plus envoyés):
"LONDRES (AFP) - Les Français sont jugés par le reste du monde comme le peuple le plus inhospitalier de la planète, le plus ennuyeux, et pour couronner le tout, celui qui manque le plus de générosité, selon une enquête du site internet WAYN. 46% des quelque 6.000 personnes interrogées....".
A moi qui a qq. famille française, ça fait réfléchir sur l'importance des perceptions culturelles!

Lucas Dethaye

@ E.G. Simon :

"LONDRES"... Tout est dit !

"... j'ai pas lu." Pareil !

E. G.  Simon

@ tous les Ratta (-chistes, donc républicains):
Avec des propos tels que ceux de Claude Th. de 11:26 (extrait) et Lucas D. de 15:22 :
""La solution de la réunion de la Wallonie et de Bruxelles à la France est la SEULE solution raisonnable, d'autant plus si on ne prend en compte que les aspects économiques et sociaux qui y sont liés. Relisez vos derniers messages sur ce blog et tirez-en le conclusions qui s'imposent… s'imposeront !""

Je me dis: après avoir subi la dogmatique des socialos et collectivistes divers pendant un bon siècle, voici les nouveaux "aplovoûs" (wallon liégeois) traduisez: ceux qui débarquent. En FR on parlerait des carabiniers d'Offenbach.

Comme le plupart des intervenants sur ce blog sont multilingues (FR, EN, NL ou ...) il leur arrive de savoir penser et surtout (un +) d'avoir fréquenté des cultures plus larges que celles de l'Hexagonale R.F. Nous renvoyer alors à des messages antérieurs de ce blog fait penser à une sorte de confusion mentale!

1) Les rattas connaissent-ils l'économie, en particulier celle FR? Si OUI, à partir de QUOI prétendent-il que l'issue wallonne est au Sud? Avec arguments & chiffres, SVP, sans verbiage propagandiste.

2) Probablement avez-vous (Lucas) réagi dès 15:22 sans avoir médité en profondeur sur le contenu de mon message 14:07 ? Quel est donc le scénario socio-politique auquel vous vous rattacheriez, une fois la BE éclatée, les socialos tjs bien ancrés en WA et FR, l'U.E. Tjs fragmentée en 400 régions disparates, etc. Vos position & stratégie SVP ?

3) considérez-vous que le paquebot R.F. mal gouverné (= FR) puisse être un bon remorqueur pour une barque wallon dont on craindrait pour le viabilité? Et selon QUELLES mesures âprement disputées entre: Namur (mais sans VC, Collignon reviendrait) et Paris (le sketch : gauche caviar + UMP + UDF + ... X ... les CGT + FO + CFDT, ... sans oublier les trois institutions de BXL-Strasbourg? Ni la FGTB, mais sans renouvellement des aides Objectifs I; II; III; etc.?

4) En quoi la FR avec son déficit budgétaire de 3% et ses instruments ENA va-t-elle accélérer une formation déficiente de nos wallo-mandataires incompétents et parfois ceux cupides? Je peux dresser une liste...

Entre 1795 et 1814, nous avons gagné le Code Napoléon et de bonnes règles d'administration, inexistantes jusqu'alors sous l'Ancien Régime. Depuis on avait eu des Ch. Rogier, ... des Alexandre Gendebien (1789-1869), on a monté des choses bien BE, qui nous avaient valu de devenir la 2e puissance industrielle mondiale au 19e S. Maintenant on hérite de la Chine, les Emergents, ... Je ne pense donc pas que ce soit les thèses vieille France d'un P-H. Gendebien pensées 20e s. qui conduiront notre Wallonie à son turnaround radical (pardon, transformation). Comptons plutôt sur nos bons managers du privé et du public, ça se trouve!

"G": son analyse peut être bonne, sa boule de cristal est troublée par l'idéologie X l'utopie.

Paul

Pour faire simple - et bref: je ne vois pas en quoi rattacher la Wallonie et Bruxelles à la un pays aussi bloqué que la France améliorerait la situation de nos régions. Je n'ai de l'autre côté pas davantage envie d'importer leur manif' anti-CPE et leurs problèmes de banlieue dans ma ville, merci beaucoup.

Il faudrait que les rattachistes se rendent compte qu'il faut beaucoup plus qu'une langue commune pour créer une identité commune, et que notre identité ne s'est pas créée d'une manière telle à assurer une harmonie avec celle de la France.

Si je dois me faire bouffer par quelqu'un, j'aimerais autant que ce soit l'Angleterre, tiens. A part que eux ne sont pas si fous, sans doute.

PB44

Pas très alléchante pour la France votre « Wallonie-Bruxelles » avec près de 25% de chômeurs quasi-professionnels... Pour info, en France on peut aussi chômer à vie... mais avec le RMI, soit +-300 euro par mois... Il faudra donc prévenir ces 25% de « walloniens-bruxellois » avant le grand référendum…

En outre Bruxelles n'est historiquement pas terre francophone, les francophones y sont essentiellement d'origine wallonne, il faudra donc aussi convaincre la Flandre de l’octroi de ce dernier cadeau ...

Dominique Corombelle

Bonjour,
Bravo Alain !
Ex-militant du PRL à l'époque du regretté Jean Gol et ex-membre du plus récent MR, j'ai choisi de vivre de l'autre côté de la frontière linguistique depuis quelques années (l'amour a ses raisons etc.). Ma belle-famille est tout sauf extrémiste mais elle me permet de me rendre compte au jour le jour de la volonté de tout le peuple flamand d'acquérir le plus rapidement possible son indépendance. A côté de cela, plongé du matin au soir dans un environnement néerlandophone, je peux témoigner que Flandre et Wallonie sont bel et bien deux nations différentes, aussi bien culturellement que linguistiquement.
Je suis prêt à participer à n'importe quel débat pour ouvrir les yeux des wallons et des bruxellois francophones ! En 2007, ce sera "game over" comme disent les anglais. Il n'est pas trop tard pour réagir mais il est plus que temps d'arrêter de se regarder le nombril ! Encore une fois bravo pour votre "courage politique".
Dominique.

Baudelaire

La Belgique francophone est évidemment mal partie. Celle-ci se trouve coincée entre le mépris (au mieux, l'indifférence) de la Flandre à son égard et l'aversion complexée qu'elle éprouve pour la France. La Wallonie sera-t-elle, dans une Belgique coquille vide qui se profile à l'horizon 2007, la première colonie d'une Flandre autonome, avec les Ardennes comme plaine de jeux pour nos voisins ?
Quant à la France, elle va bien mieux que la Wallonie avec ses 9% de chômage. Enfin, pour l'anecdote, quand j'y vais en vacance, les Français ne cessent de me dire qu'ils adorent les Belges, comme le prouvent les nombreuses récompenses qui couronnent nos artistes à Paris (et Cannes). Nous les payons trop souvent d'ingratitude. Tiens, l'année prochaine, n'oublions pas de rendre hommage aux 300 soldats français morts pour la libération définitive du joug hollandais (1832).

L'Observateur

"Le GESTE FORT? A Di Rupo de l'accomplir!

Opinion du même P-H. Gendebien (RWF, ratta) dans LLB 29 mai, en p.29
Outre sa propre lecture, on croirait presque qu'il s'est abonné au blog de A.D.!

Bonne analyse de sa part, sans se voiler la face. Mise en cause de la molesse des AUTRES PARTIS (où au moins de certains dirigeants en leur seing). A faire lire par Mme Milquet?

PB44

Très surpris par l'analyse de Dominique Corombelle...
Je connais bien la Flandre et les Flamands. On y est très majoritairement attaché à la Belgique, même dans l'électorat VB (c'est l'immigration qui lui apporte l'essentiel de ses voix).
Réexaminez votre belle-famille qui serait... "tout sauf extrémiste"... et méfiez-vous des amalgames hâtifs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.