Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Les 100 ans de la DH | Accueil | Bolkestein : la seconde chance »

30 mai 2006

Commentaires

Une âme dans la foule

Quelles conclusions en tirez-vous?

Pour ma part, j'estime qu'il n'y a rien d'étonnant à ce que des enfants qui ont baigné depuis tout petits dans la politique du fait de l'action de leur père se passionnent à leur tour pour la chose publique et se lancent dans la même voie.

Devraient-ils forcément faire autre chose?

wallagonie

Le problème est peut-être que certains d'entre eux aient bénéficié de "facilités" pour être bien placés sur les listes électorales dès le départ.
A creuser.

climax

Que des enfants aient envie de faire le même job que leurs parents n'est pas problématique en soi.
Le souci réside dans le fait que ces "fils de" bénéficient de passe-droits dans la confection des listes.
Et quand on sait qu'à la simple lecture des listes on peut déjà connaître à coup sûr les futurs élus, il y a en effet matière à réflexion...

Replicant

Effectivement, on parle énormément des filles et fils de. Ce débat ne devrait pas exister. Que je sache, la liberté est totale dans le choix de carrière et ceci que l'on soit ou non politique. Ce fait existe également dans le privé, dernièrement on vient de s'étonner que le prochain dirigeant de Michelin ne serait pas issu de la famille... Par extension, on pourrait parler des amants de, des épouses et époux de, des amis de, des très chers frères de... Bref tout ce qui implique un lien particulier entre deux individus dans un cadre professionnel. Cette pratique a toujours existé et existera autant que durera l'humanité.

Le vrai débat derrière tout ça, c'est la compétence, mais elle se pose aussi bien dans le public que dans le privé.

Quel est donc le but de ce débat ?

Jean-Philippe

Avant que R.C. ne le dise, ça fait quand même un fameux paquet de fils et filles du MR.

Un âme dans la foule a raison, cela n'a rien d'étonnant lorsque, comme Christine Defraigne par exemple, l'on se fait un "prénom" de part la qualité de son action. Je serais plus circonspect concernant Frédéric Daerden ou Anne Barzin qui doivent plus leur place au nom de leur père.

Le "cas" Charles Michel est le plus connu. Difficile d'imaginer Louis Michel parlant de foot plutôt que de politique au petit déjeuner. Forcément, ça laisse des traces. A côté de chacun de ces noms, il serait utile de mettre les diplômes obtenus par ces fils et filles de... On aurait ainsi une mise en perspective de leurs compétences réelles. Sont-ils là parce qu'eux-même ont acquis des compétences particulières ou bien simplement parce que "faute de mieux", papa ou maman les a "casé" dans la politique. Même s'il ne faut faire preuve d'aucun diplôme pour être élu, cela donnerait néanmoins une bonne indication.

Même s'il n'est le fils de personne évitons les personnalités réputées pour tout autre chose que la politique. Être joueur de foot, chirugien neurologue, ex-patron ne font pas nécessairement des hommes politiques de qualité. Je préfère un inconnu (ce qui ne veut pas dire un anonyme) compétent qu'une célébrité qui s'en fiche ouvertement.

Pour rejoindre les propos de Prométhée, si une réforme doit avoir lieu, c'est peut-être par là qu'il faudrait commencer.

Jean-Philippe

@Replicant,

"Le vrai débat derrière tout ça, c'est la compétence, mais elle se pose aussi bien dans le public que dans le privé"

Oui, mais dans le privé, c'est pas avec nos impôts. C'est une sacrée différence.

paul

D'accord avec les autres intervenants: pas de problème avec cette situation a priori (déjà PH Spaak, père de Antoinette, lui-même fils ou petit-fils de ...), sauf si les liens familiaux forment un passe-droit pour une carrière en politique.

La question n'est pas tellement là que dans la formation des listes électorales, qui n'est pas toujours transparante.

Klein

Extrait de "the blank Slate" de Stephen Pinker, professeur de psychologie à Harvard (traduit en "comprendre la nature humaine" chez odile Jacob): ""All traits are heritable" is a bit of an exaggeration, but not by much. Concrete behavioral traits that patently depend on content provided by the home culture are, of course, not heritable: which language you speak, which religion you worship in, which political party you belong to. But behavioral traits that reflect the underlying talents and temperaments are heritable: how proficient with language you are, how religious, how liberal or conservative." (p. 375)

Voir par exemple, cet article-ci:

http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=307693

Evidemment, on peut critiquer les études comparant les "vrais" et les faux jumeaux", mais l'idée que cette continuité s'explique par la génétique est assez amusante...

J'espère que quelques hommes (ou femmes) politiques heureux géniteurs de jumeaux seront disposés à se séparer de l'un des deux à la naissance. Si ceux-ci également poursuivent sur la voie de leurs parents, nous pourrons établir avec plus de certitude la vraisemblance de cette hypothèse. :=).

alex

Dites, Mr Destexhe, et si votre fils veut faire de la politique, vous lui dites quoi?

Laurent

Dans le privé, reprendre l'affaire de son père devient très très dur, mais dans la politique, ça va tout seul...

Alexis de Tocqueville

Une liste du népotisme en Flandre serait urgente à réaliser également.
Ce phénomène qui n'est pas propre à la Belgique n'a rien de choquant en soi mais si on l'ajoute à la particratie, à la pilarisation, aux lienx presse-pouvoir, aux lobbies, aux passe-droit extra-familiaux, etc., cela fait beaucoup.
Le népotisme en politique dénote deux phénomènes : la pauvreté du personnel politique qui se renouvelle très peu si ce n'est génétiquement et à la fois l'attractivité faible de ce secteur pour les "extérieurs" et le cadenassage de la profession. Ceci concourt à la cristallisation de la politique. C'est globalement négatif.
A noter que la plupart des fils et filles font une carrière plus modeste que leur papa, ce qui donne un espoir aux autres.

Pasdutoutfisde

A Bruxelles, 4 bourgmestres du MR (sur 7 ?) sont donc des fils ou fille de .... mais certains se sont fait tout seul, par exemple la carrière de Simonet ne doit pas grand chose à celle de son père.

E. G.  Simon

Certains (généralement des gauchistes, sinon contestataires) n'hésitent plus à blâmer les méfaits d'un jeu "héréditaire" dans des domaines aussi divers que la Monarchie..., les filiations de direction d'Entreprises... Alors pourquoi pratiquer une logique "deux poids, deux mesures" à l'égard de la chose Politique, publique? ARGUMENTATION:

1) Partout on exige des jeunes qu'ils produisent DIPLOMES + démonstration d'APTITUDES. En politique, nul diplôme n'est en principe requis (on peut avoir été plouc à 20 ans et devenir ministre de la Défense nationale à 45 !). C'est l'ascendant individuel sinon le "poids des voix" qui confirmera les prétentions de tel ou tel, hors le tour de taille. "Comment obtient-on les VOIX?" serait donc la bonne question à se poser en relation avec cette pratique du népotisme...

2) Sous l'Ancien régime, l'hérédité était la règle, malmenée par le jeu des intrigues. Sous la présumée "démocratie", c'est la règle de la diversité - mêlée à l'affirmation symbolique - qui doit en principe valoir. Mais est-ce bien le cas? Où va la DIVERSITE DEMOCRATIQUE après quelques générations de ce jeu de Papa-Maman - la Bonne et Moi?

3) Les SYNDICATS hurlent contre l'allongement de l'âge d'accès à la retraite. Mais dans les sphères du pouvoir politique (ou para), cette règle de vaudrait donc plus? Expliquez-nous donc! La seule hypothèse que je suis prêt à admettre est celle de la nécessaire "empathie des classes d'âge", dans la diversité, classes qui doivent trouver une représentation équilibrée à tous les échelons de pouvoir. Mais "durer, se prolonger" n'est pas un gage de qualité, ni d'intégrité publique, hors l'aspect symbolique que j'invoquais plus avant!

4) Dans les entreprises, la tendance actuelle est de stimuler l'acquisition d'EXPERIENCE grâce aux techniques de "COACHING" humain. Excellente démarche, entre des gens de milieux différents qui doivent apprendre à se connaître et construire le lien inter-générationnel en même temps où s'élabore la conduite managériale ou la bonne transmission de certaines COMPETENCES, du savoir-faire (know-how ...).

5) En politique - ces structures et mécanismes d'exercice du POUVOIR PUBLIC - on observera que le nombre de prétendants excède le nombre de postes à attribuer (une situation claire de mise en CONCURRENCE)! Milieu politique dans lequel l'importance du RESEAU est vitale pour survivre et croître encore (cfr. Charleroi et ailleurs). Si l'on confie donc à chaque "père" l'ambition et le rôle de façonner ses rejetons (fils ou fille) selon le poids déjà gagné par l'acquis personnel des papa/maman, on risque de ne faire que "transporter-transférer" l'ordre établi, les schémas mentaux, les influences des réseaux, les réflexes façonnés au long des années de la cohabitation parent-enfant. Soit tout le CONTRAIRE de ce que promettait notre victoire pour la démocratie!

Bien sûr, lorsqu'il a acquis une "belle personnalité", rejeton peut s'affirmer plus indépendant d'esprit. Ainsi parfois en refus/décalage p.r. à papa. Ne dit-on pas qu'un Philippe Moureaux, sévèrement P.S. après avoir longuement flirté avec le communisme de Marx en aurait malgré tout gardé quelques empreintes? Or le dit "cheikh de Molenbeek" est fils d'un défunt sénateur libéral. L'inverse pour notre Jacques Simonet, mais il faut admettre que c'est son père qui avait bien compris en premier! Esprit de révolte filiale, sens social vraiment acquis, ou autres phénomène de juste perception d'un monde qui doit CHANGER? Dira-t-on de Mr Moureaux qu'il a mal tourné? alors que tous les noms cités en haut du fil sont d'un parfait mimétisme???

Reconnaissons à l'internaute qui a dressé la liste des noms d'avoir pris TOUTES les familles politiques. Personnellement, j'apprécierais de voir quelques jeunes socialistes sortir du bois pour pratiquer un libéralisme social (ce qu'il est, mais pas compris comme tel par ceux - nombreux - qui ont à revendiquer quelques avantages personnel de la "collectivisation nouvelle")!

gargamelo

Merci pour cette liste que je vais conserver très précieusement...

" On n'est jamais ni trop mince trop riche ! " Duchesse de Windsor.

Gargamelo le sorcier wallon

gargamelo

mince..*ni trop riche

Replicant

@jean-philippe

En effet, dans le public, cela se fait avec nos deniers, mais comme je le dis il y a également les très chers frères, les amants... Le débat est tout de même plus large.

Cepedant, il n'y a pas lieu de perdre espoir ou de se révolter de cette pratique, je crois fermement au principe de Peter et reste donc convaincu qu'il faut un certain talent pour durer. Vous ne pouvez aps survivre politiquement par la seule volonté de votre père ou de votre mère. Au final, la compétence sera de mise.

Raymond Coemans

Sans commentaire sinon que ça fait froid dans le dos, votre liste… style, préparons fourches et flambeaux et montons au château… Tant qu’à punir tous ces parvenus, brûlons aussi Sofia Coppola, Chiara Mastroianni, Sean Lennon, Matthieu Ricard, Dweezil Zappa, Antoine De Caunes, Etienne Michelin, Mano Solo, Martin Amis, Angelina Jolie et Jane Fonda, tiens…

Jean-Philippe

@Paul,

"la formation des listes électorales, qui n'est pas toujours transparente."

Parlons en de la formation des listes électorales. Je ne puis citer que celle de ma modeste commune rurale issue de la fusion de 6 villages.

Les paramètres sont:

- La "tirette" homme-femme
- La proportion de répartition des candidats en fonction de leur village d'origine. On a constatté que les électeurs avaient "l'esprit de clocher". Il faut donc "balancer" la liste pour chaque village s'y retrouve.
- La répartition en fonction de l'âge. Là, aussi, pour chaque village, il faut des candidats représentants les différentes tranches d'âge de la population. Vu la longétivité des électeurs, à 60 ans et plus, vous avez encore de l'avenir
- La répartition en fonction des professions. Un fermier votera plus vite pour un autre agriculteur que pour un avocat

Vient ensuite la répartition entre les élus sortants, président de CPAS, président de section, des jeunes, des femmes, etc..

Naturellement, tout ce beau monde veut les premières places et personne n'est trop intéressé par la douzième ou la quinzième place.

Deux problèmes:
1. Trouver des femmes sincèrement intéressées par la politique. Et c'est pas une mince affaire.
2. Trouver des candidats représentatifs issus de chaque village.

Sachant que les autres listes éprouvent les mêmes difficultés, la "bagarre" est parfois rude.

Pour les listes provinciales, qui intéressent de moins en moins de monde, c'est encore pire. D'où l'émergeance de certains candidats au profil incertain sur des listes tout aussi douteuses (FN entre autres)

Aussi, l'attrait de "placer" un fils ou une fille, un cousin, un ami proche, etc... est grand. Naturellement ces "invités" ne souhaitent pas faire de la figuration et revendiquent les meilleures places.

Maintenant, si vous avez une autre méthode, tirage au sort, vainqueur du 100 mètres papillon, finaliste de Miss Moissons 2005 ou autre, vos idées sont les bienvenues.

Rudolf Menthol

@Replicant

"il n'y a pas lieu de perdre espoir ou de se révolter de cette pratique"

Bien sûr que si ! Pour y avoir vécu longtemps, je peux vous certifier que la politique en Scandinavie y semble nettement moins héréditaire que sous nos cieux ... Pourquoi ?

Parce que les partis, et surtout leurs appareils, y sont nettement moins puissants : s'il venait à l'idée de Monsieur X ou Madame Y -en place utile- de pistonner fiston ou fifille sur ses propres listes, cela créerait un tolé général. La presse en ferait ses choux gras et ledit fiston (ou ladite fifille) serait plombé pour la génération à venir.

N'est-ce pas ça, d'ailleurs, l'un des grands problèmes en Wallonie ? L'incapacité à s'indigner encore et à défendre des principes éthiques ? Le Wallon est anesthésié : le potopoto politique l'indiffère tant il pense que ce ne sont pas ces gens là qui vont changer quoi que ce soit à son sort ... ou tant qu'il peut y trouver son compte d'une façon ou d'une autre.

Alex

@Replicant:

"Au final, la compétence sera de mise."

Blague?

Regardons les siamois Happart, abrutis notoires mais occupant des fonctions ou ils peuvent occasioner (et font) beaucoup de dégât.

Van Cau & Cie? Compétents? Pas sûr... pourtant leurs montages leur aura permis de s'assurer l'állégeance d'une bonne partie du Hainaut. Pourtant quand on voit la dilapidation des fonds européens, le chômage, l'inculture profonde qui règnent dans leur fief j'aimerais voir oú est la compétence la-dedans.

Et non mon cher, en politique, les compétents ne restent pas frocément toujours (même si ça aide), mais les démagos et les magouilleurs ne s'en sortent pas si mal.

Cosette

"Le souci réside dans le fait que ces "fils de" bénéficient de passe-droits dans la confection des listes."
C'est le vrai problème.
Pour le reste, ce n'est pas anormal que les enfants suivent les traces de leurs parents.
Dans le temps, on reprenait l'étude, la pharmacie de papa. En médecine on retrouvait beaucoup de fils de...dans les spécialisations.Il fut même une époque où il y avait de véritables dynasties de profs d'unif.
Et souvent le fils était moins brillant que le père...
Je suis assez d'accord avec Jean-Philippe sur le fait qu'il faut éviter de mettre des personnalités connues sur les listes afin d'attirer des voix : joueur de foot par exemple !


Le Roi Soleil

La DH du jour nous apprend que Bernard Anselme vient de désigner son fils Olivier comme directeur gérant de la société de logement social "La Joie du Foyer"...
Un hymne rythme désormais les déjeuners familiaux du dimanche chez les Anselme:

Y'a d'la joie! Bonjour, bonjour les hirondelles
Y'a d'la joie! Dans le ciel par dessus les toits
Y'a d'la joie! Et de l'oseille dans mon escarcelle
Y'a d'la joie! Partout, y'a des sous que je prends pour moi
Y'a de la joie!


Y'a d'la joie! Le grognon est toujours en rade
Comme une folle, Elio saute la Meuse à pieds joints
Puis il dit: « Tant pis pour moi si j'suis malade
J'm'embêtais tout' seul à l'Elysette dans mon coin... »

Y'a d'la joie! Le procureur met sa jaquette
Plie boutique et dit d'un air très doux, très doux
« Bien l'bonjour! pour aujourd'hui fini l'enquête
Direction Jamioulx, vous y serez comme chez vous'

Mais voilà soudain qu'je m'éveille dans mon lit
Donc, j'avais rêvé, oui car le ciel est gris
Il faut se saper, se goinfrer, s'enrichir
Et ne plus promettre si l'on n'a plus rien à offrir
Mais je crois pourtant que ce rêve a du bon
Car il m'a permis de faire une chanson
Chanson de printemps,
mon PS d'amour
Chanson du pouvoir de 30 ans, chanson de toujours

Y'a d'la joie! Bonjour, bonjour les hirondelles
Y'a d'la joie! Dans le ciel par dessus les toits
Y'a d'la joie! Et du soleil dans les ruelles
Y'a d'la joie! Partout, ou les socialistes sont là, y'a d'la joie!
y'a de la joie !

D'après l'hymne à la joie de Charles Trenet

Alex

@Cosette:

Pour repndre une étude de notaire ou une pharmacie il faut au moins avoir réussi à l'université.

Par econtre dans le marais politicard wallon des intercommunales, CPAS et autres, il faut juste être bien mis sur une liste, et en cela être fils/fille de aide beaucoup.

Rudolf Menthol

@Coemans
"Tant qu’à punir tous ces parvenus, brûlons aussi Sofia Coppola, Chiara Mastroianni, Sean Lennon, Matthieu Ricard, Dweezil Zappa, Antoine De Caunes, Etienne Michelin, Mano Solo, Martin Amis, Angelina Jolie et Jane Fonda, tiens…"

Pour Sophia Coppola ... euh ... ça n'est peut-être pas une mauvaise idée. Pour les autres, faudrait quand même pas confondre responsabilités politiques et activités artistiques : que les films de Sophia Coppola soient nuls ne m'affecte en rien : je peux passer mon chemin.

Les capacités du rejeton Daerden (par exemple) à nuire dans ma région sont par contre non négligeables. Et il faudrait vraiment être le dernier des naïfs pour croire que le rejeton c'est fait tout seul en participant à toutes les réunions du parti, en collant des affiches et en écrivant des noms sur des enveloppes. Il est là où il est uniquement grâce au coup de pouce du paternel. Idem pour beaucoup d'autres.

Lucas Dethaye

Il serait intéressant de compléter cette liste avec tous les "fils et filles de" qui se retrouvent à pantoufler dans les administrations et autres institutions publiques... dans l'attente d'une prochaine élection qui les installera dans un fauteuil.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.