Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Impôts sur les revenus : Belgique - France | Accueil | Pauvreté à la Une »

24 mai 2006

Commentaires

Minarch

"Celle-ci sont d’un très haut niveau mais chères (environ 1.700 euros par an et par enfant) et présentent de solides files à l’entrée."

Les écoles privées primaires au RU coûtent environ £7,000 pa, soit 10,000 EUR et le secondaire varie de 15 à 30,000 EUR pour les plus sélects (ie Epsom ou Eton).

Pour l' annectode, curieusement, les écoles privées sont apellées public school et les publiques....private schools!

Promethee

Au-delà du fait que l'on soit pour ou contre l'idée, je me demande surtout si ce type de mécénat est envisageable au vu de la culture socio-politique belge.

Si l'on envisage le cas des études supérieures et universaires, aux USA, il n'est ni choquant ni surprenant de se voir offrir une bourse d'étude individuelle par une firme pétrolière (logement, budget frigo, loisirs, etc.), certes, liée à une obligation de réussite et à un contrat d'exclusivité, il n'est pas non plus étonnant de constater que tel ou tel laboratoire de recherche fondamentale est sponsorisé par un industriel des hamburgers. Chez nous, même si des progrès ont eu lieu, cela choque encore et suscite beaucoup de méfiances....Alors l'école fondamentale, hypothèse réaliste ?

Minarch

Principe de fonctionnement décrit dans cet article de la Beeb:
http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/education/4931684.stm

Difficile à imaginer chez nous pour plusieurs raisons, primo, conceptuellement, l' anti-thèse de la pensée unique anti-libérale. Le dernier plan de rénovation des école de la belledoche d' Elodie fait appel à un "partenariat" public-privé, si je comprends bien, il s' agit en fait de prêts bancaires, rien d' autre.

Ensuite, les syndicats s' y opposeraient pour les même raisons et nous aurions droit à des grèves inter"minables".

Finallement, ce genre de solution radicale n' est votable que dans un pays avec un paysage politque simple (gauche vs droite), pas dans un pays à coalitions multiples où 2 ou 3 extrèmes peuvent s' associer (PS+MR+Verts).

Pour ceux que cela intéresse, les autres articles de Mike Baker (Education correspondant) ds la colonne de droite.

Alexis de Tocqueville

L'instit de mon fils s'est plaint récemment de la vétusté du matériel informatique (pourtant ce n'est pas l'Athénée Serge Creuz de Molenbeek). Il plaidait à la réunion des parents pour des "leçons informatisées" qui épargneraient un temps précieux et beaucoup de papier. Dans ces cas précis, on pourrait imaginer un sponsoring d'une firme informatique.
Je rappelle que selon l'OCDE, les USA affichent deux fois plus d'universitaires pour une même cohorte (les 24-65 ans par exemple). En septembre 2005, The Economist y consacrait un dossier et concluait à un enseignement plus inégalitaire en France par exemple qu'aux USA. Mais difficile à avaler pour Sainte Marie belle-soeur de Dieu.
En outre, l'UK n'est tout de même qu'à 200 km!

Alexis de Tocqueville

Ostende-Douvres, c'est même bcp moins...

Le pèlerin vagabond

Amusant comme idée, avez vous pris cet exemple sur le sponsoring en olitique ?
a+Lpv

Minarch

Alexis,

Notre ainé va avoir ses 6 ans en Juillet.
Jusque Décembre 2005, il était en primaire à Londres, dans une école publique du borough de Greenwich. D' après l' Ofsted, la meilleure école du Borough (les Anglais aiment tout mesurer et je ne le leur reproche pas!).

Quand il est entré en primaire (après une année préparatoire dans la même école), les parents furent invités à visiter les classes, rencontrer les instits et la directrice.

Quel choc!

Chaque classe de primaire publique est en effet équipée de Smartboards. Outil qui a remplacé les tableaux noirs.
Chaque instit a son propre laptop (dernière gén.) et le laptop est relié au SB avec un projecteur. Genre de jouets à 15.000 EUR par classe quand même!

Les Smartboards sont des écrans géants sur lesquels ont peut écrire au marqueur , on peut déplacer les objets, ils sont tactiles, on peut surfer sur le net, soft OCR, etc...
Ainsi un instit explique comment ils enseignent le calcul aux enfants. Si un ou plusieurs montrent une difficulté à comprendre un exercice, les instits ont des 100aines d' excercices différents adaptés à certaines difficultés de compréhension et peuvent envoyer ces excercices directment par email aux parents.
Les parents reçoivent aussi des liens sur des sites education de la Beeb ou de l' Ofsted etc...

On nous a expliqué que les enfants devaient être capable d' utiliser Word en fin de 2ème primaire. L' idée étant d' utiliser les outils dont ils auront besoin demain, pas d' en faire des informaticiens.
Nous avons appris à lire et à écrire avec une plume et des cahiers, eux le font avec une plume et des cahiers ET l' informatique. Question d' avoir ça "dans les gènes" dès le départ.

Quand j' explique ceci en Belgique ou en France, c' est le choc! Pas dans le sens positif, non choc négatif!
Quoi? Mais ils sont fous, apprendre l' informatique à des gamins de 5 ou 6 ans!!
Le spectre de MSFT plane évidement, etc..
Non seulement nous ne noud donnons pas les moyens néessaires ou suffisant pour éduquer nos enfants, mais nous vivons dans l' immobilisme le plus total.
Désinformation aidant, les parents Belges restent persuadés que notre enseignement, au même titre que les grenouilles, est le meilleur du monde...hors, Pisas nous prouve l' exact opposé!

Le réveil n' en sera que plus brutal!

Jean-Philippe

Enseignement technique: En coupe-couture, on apprend aux élèves à coudres des boutons (comme à la maison) alors que les sociétés de confection cherchent des personnes aptes à faire de la découpe industrielle. Conclusion: Délocalisation de la production en chine.

Michel Lebrun (Cdh) à l'époque où il était ministre régional a fait installer à grand frais une fibre optique tout le long du réseau d'autoroutes en Wallonie. C'est la seule initiative valable qu'il a jamais eue. Le but était de permettre de connecter les entreprises, les écoles, les universités, les collectivités et à terme les ménages à l'Internet à haut débit. MAIS, car il a un mais, Belgacom venait d'investir dans la technologie ADSL et ne l'entendait pas de cette oreille. Lors de la mise en adjudication publique de l'exploitation de ce réseau, deux candidats sont présentés: Mobistar et Belgacom. L'offre la plus alléchante était celle de Mobistar. Cependant, suite à un lobbying intensif des syndicats (visant a éviter des pertes d'emplois chez Belgacom, selon leur dire), c'est finalement cette dernière qui a obtenu la concession. Pour en faire quoi ? L'enterrer purement et simplement. Pour preuve, dans le département où mon épouse enseigne à l'UCL, des techniciens de la région Wallone avaient installé un connection expérimentale. Dès l'acquisition par Belgacom, d'autres techniciens de la firme pré-citée se sont empressés de venir tout démonter. Seule l'armoire vide est restée. Il y est toujours. Aujourd'hui, soit près de 10 ans plus tard, Belgacom annonce à grand frais de publicité qu'elle va brancher une école "expérimentale". Pendant ce temps, le télé-travail est une réalité dans des pays comme l'Irlande, car eux, ils ont la chance de ne pas avoir Belgacom comme opérateur.

Dès lors, il ne faut pas s'étonner si les marchands de craie ont encore un avenir chez nous.

Des entreprises privées sont prêtes a investir dans les écoles. Mieux, elles peuvent garantir aux clients de leur matériel la possibilité d'engager des techniciens formés et compétents. Mais... la sinistre Marie a décidé qu'un tourneur ou un fraiseur devait être capable de travailler sur "n'importe quel matériel" pas seulement celui d'une entreprise. Conclusion: Le matériel des écoles est suranné, les techniciens qui sortent de ces écoles ont les pires difficultés pour trouver du travail. Malgré leurs années d'études, ils sont découragés de ne se voir proposer quel les files du chômage.

Si vous vous rendez au MIT (à Boston), vous découvrirez le "Lego Lab". Oui, les petites briques de jeu. Pourtant, c'est très sérieux. Les travaux portent autant sur l'ergonomie des pièces de Lego que sur leur utilisation au sein des écoles maternelles et primaires. Le tout financé par la firme en question.

Minarch a raison. Prométhée a raison. Le nombrilisme figé qui caractérise notre enseignement nous garantit encore de longues files de chomeurs pendant des années. Preuve, s'il le fallait que c'est bien un objectif de la politique socialiste visant à maintenir les gens dans la dépendance et l'assistanat afin de s'assurer un vote de gauche. Il n'y a pas si longtemps, Elio Di Rupo s'est prononcé publiquement en défaveur d'Internet à l'école. Tout un symbole.

E. G.  Simon

Il est singulier de constater que divers "milieux publics" (pas seulement des P.O. d'écoles) ont une attitude farouchement adversaire envers le "secteur privé" ... aussi longtemps où ces autorités publiques disposent de moyens financiers dérivés de la taxation ("moyens" gagnés sur le dos dudit privé et des individus corvéables). Mais, en cas de situations contraignantes - ce qui est devenu le cas partout en Europe sans croissance correcte - on en vient à trouver des vertus à ce même privé. Etrange n'est-il pas? Est-ce implicitement reconnaître là que le secteur privé crée cette richesse à laquelle chacun aspire?

En anecdote "un témoignage": ce matin, RTBF J.T. 07:30, le D.G. de la STIB disait pouvoir couvrir 45% de ses coûts grâce aux recettes (comprenons, sans l'en accuser, que 55% sont donc des subsides de compensation...). Donc que les PRIX publics du ticket sont artificiellement bas, dits sociaux. Accuserait-on alors le "privé" de devoir pratiquer des prix à 100% + marge bénéficiaire afin d'éviter ces pertes d'exploitation? Bon, ceci ne pointe que l'exemple des "transports publics"; il y en a bien d'autres à citer. Venons-en à l'école.

Sénateur A.D.: "... élargir le concept d'écoles sponsorisées par les entreprises, Blair entend ainsi « sauver l'école publique en difficulté grâce au monde des affaires". REMARQUONS:

* Qu'en matière d'enseignement BE, plusieurs entreprises ont déjà eu l'élan spontané d'appuyer des écoles ... indistinctement officielles ou libres! Souvent grâce à des initiatives parentales. Pour rebondir sur la remarque 09:51 de notre ami Alexis de T.: dès les '90s, en matière d'informatique, des firmes prirent l'initiative d'offrir leurs PC dits déclassés (4 ans d'âge, c'est encore très valable) dans un but pédagogique. Pas pour doter tout un chacun de la dernière perle pondue par Microsoft ou par Dell. Et ceci bien avant que Mme "O". veuille systématiser le mouvement... Dès après, les profs firent remarquer que forcer des infrastructures "par décret" ne résolvait nullement les besoins d'intendance, d'encadrement, etc. (il fallut alors 6 à 8 ans pour corriger le tir). Mon message est clair: OUI à l'appui, pour autant qu'il y ait un droit de regard ACTIF sur les actes de sponsoring, pas un simple acte de déversage de "moyens €€€". Qu'il s'agisse ici du niveau supérieur, du secondaire, ou du primaire!

* J'aimerais faire remarquer que les fédérations patronales: FEB, Agoria, UWE, ont toutes clamé depuis 1996-99 que des efforts d'amélioration "QUALITE d'ENSEIGNEMENT" étaient nécessaires, sans attendre l'annonce des enquêtes P.I.S.A.! Sous le Gvt wallon 1999-2004, avec l'appui des libéraux, il y eut des collaborations renforcées entre industrie-écoles (dont des recyclages du corps professoral). A amplifier encore: car l'industrie attend toujours la prise d'initiative par certains P.O. d'écoles, or celles-ci hésitent ... sur QUOI, un mot d'ordre politique d'en-haut???

* Faut-il pour cela verser dans le "sponsoring" systématique? Entendez offrir des substituts à des subsides publics défaillants? Pointant sur le débat d'hier (IMPÔTS...), il ne faudrait PAS sponsoriser sans un assainissement concomitant dans nos finances ministérielles et celles de lourdeurs administratives!

* Enfin, lorsque nous constatons - réseau officiel BE - l'excessive emprise des rouges P.S. et sbires FGTB dans la mentalité d'enseignants..., je trouve l'idée du sponsoring "en décalage". J'accorde donc mon soutien à l'opinion déjà notée par Promethee 07:49 soit: "Au-delà du fait que l'on soit pour ou contre l'idée, je me demande surtout si ce type de mécénat est envisageable au vu de la culture socio-politique belge".

Un CONSEIL élémentaire? Trop d'enseignants ne connaissent de la vie que les murs du milieu scolaire. Ils devraient donc faire l'effort (c'est une forme d'enseignement permanent) d'aller voir en "milieu extérieur, privé" ce qui se fait de mieux, de bon à prendre. Puis de porter ces "découvertes" vers le milieu interne de leur propre école. S'établirait ainsi un lien fort et plus spontané entre l'école et la vie du travail, hors les miroirs déformants bâtis par les légionnaires des syndicats ou partis (tels le P.S.).
Collaborer: OUI, pas seulement en termes d'argent! Merci de le comprendre.

Replicant

Au vu des divergences de vues entre les socialistes européens en général et Tony Blair, que plusieurs voudraient voir exclu de l'Internationale socialiste, je doute que ses propositions soient importées dans notre Royaume tant que des socialistes francophones sont au pouvoir.

Comme il a également été discuté, les idées anglosaxonnes mettent toujours un temps fou à trouver une écoute favorable chez nous... Donc si débat il doit y avoir, je ne pense pas qu'il interviendrait avant 10 ans...

Maintenant sur le fond, qu'en pensez ? J 'avoue que je n'ai pas encore d'opinion. J'essaie d'envisager les effets négatifs potentiels à court moyen et long terme. Ce qui est certain c'est que le politique peut bénéficier d'une aide privée dans ses campagnes électorales, ceci sous forme de don. Donc si cela ne pose aucun problème au politique de toucher personnellement de l'argent, pourquoi, par extension, celui serait dérangé que le privé puisse intervenir dans d'autres domaines que ce même politique gérera. Le loup est déjà entré dans la bergerie.

Reste donc à mesurer les effets positifs de telles implications et à envisager les effets négatifs.

Il n'y a pas si longtemps, lors du débat sur les directeurs d'école, il avait été mis en avant que le problème de l'enseignement ne venait pas de son financement... Document de la FUCAM, si je me souviens bien, à l'appui, donc si c'est vraiment le cas, pourquoi un investissement de la sorte serait nécessaire chez nous ???

Quoiqu'il en soit, je pense qu'il faut prévoir un encadrement solide autour de telles participations financières afin d'éviter les dérapages. Notamment des changements d'orientation stratégique au sein d'une entreprise, qui remettrait en cause la-dite participation.

Dan, 35 ans, Ixelles, employé, 2 enfants, pas d'animaux de compagnie.

Parent ordinaire

Revenons à une idée fondamentale: tout ne tient pas à la technologie, svp.

Il y a la PERSONNALITE de l'enseignement, sa motivation, son enthousiasme, son talent, ses capacité de communication et d'autorité. ça doit anticiper le reste!

Oui peut-^tre à quelques "smartboards", mais la craie et le crayon devant une page blanche laissée à l'imagination et à une relative lenteur ont encore qq. vertus d'apprentissage!
Propos d'un non-enseignant, parent d'élèves.

Minarch

Merci cher Parent Ordinaire d' exactement refléter par A+B ce que j 'exprimais dans mon message: L' IMMOBILISME!

Croire que l' apport technologique tue toute imagination est symptomatique de la stupidité ambiante en Belgique francophone.

Croire que l' apport technologique empêche un corps enseignant d' avoir de la personalité ou de la motivation est tout aussi désolant à lire....

Jean-Philippe

@Parent ordinaire,

Pourquoi ne pas prôner le retour au marteau, au burin et à la plaque de marbre ? Comme ça on est sur de ne pas aller trop vite pour suivre votre raisonnement.

Pourquoi venez-vous sur Internet pour faire l'apologie d'une technologie dépassée ? Vous devriez en laisser la trace de craie sur un tableau. Là au moins vous seriez crédible et au aurait le temps de vous lire. En quoi la technologie est-elle un frein à la personnalité, la motivation, l'enthousiasme, le talent ou la capacité de communication.

En quoi la lenteur a-t-elle des vertus d'apprentissage dans le monde actuel ? Nous sommes au XXIème sciècle. Faut se réveiller, sinon, vous risquez bien d'être le cancre au fond de la classe.

Pijean

C'est comme les langues! Toutes les soi-disantes pédagogies bien-pensantes affirment qu'il ne faut pas apprendre plus que sa langue maternelle durant les premières années de sa vie afin de bien la maitriser.
Personnellement, je me fous de maitriser l'accord des participes passé de la langue fraançâââise.
Mes gosses parlent 3 langues (sans neerlandais) et ils ne sont pas retardés en français pour autant. Pourquoi viser la médiocrité?
Evidemment cela demande un effort...

Raymond Coemans, l'ami des félins

@Parent Ordinaire
La formation des gamins d’aujourd’hui est sensée rendre ces enfants opérationnels dans la vie et sur le marché du travail de 2025 à 2070, environ. Si la médecine continue de progresser à la vitesse des 50 dernières années, certains d’entre eux verront même le XXIIème siècle. N’est-ce dès lors pas un peu irresponsable de repousser l’apprentissage de technologies qui, déjà aujourd’hui, conditionnent le quotidien le plus banal ?

Alexis de Tocqueville

Il est correct de dire que l'enseignement FR en Belgique est plus financé que la moyenne en Europe et que les moyens sont suffisants. Mais la réflexion va au-delà de la question budgétaire : l'entreprise dans l'école (pour autant qu'elle n'y fasse pas la loi toute seule), c'est aussi introduire une certaine mentalité de la reponsabilité, de l'effort, le lien permanent avec les nouvelles techniques (surtout dans les écoles du même nom). Quant aux "projets pédagogique" est-ce si sain de les laisser uniquement aux mains des autorités quand on voit le résultat? Je sais que c'est un peu poujadiste. Mais je me demande si un Bill Gates à la place de Marie, ce ne serait pas plus efficace. La méfiance envers internet (le taux de PC à la maison, le taux de branchement ADSL etc. en Wallonie le prouve)chez nous est incompréhensible. il est vrai qu'internet ouvre l'esprit... critique. Ce que nos éminences socialo-véreuses ne veulent en aucun cas.

Pijean

@Alexis

Le lien entre ton post et celui de la technologie est direct. C'est PARCE QUE la technologie demande un effort/mentalité d'apprentissage (et pas seulement un coût en investissement public) qu'elle est mal acceptée.

C'est plus facile de dire que la technologie tue l'imagination plutot que de dire qu'elle encourage la curiosité (et donc l'ouverture d'esprit).
C'est le paradigme de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine.

PS: je n'ai pas dit que la technologie est LA solution (le prof-robot).

Jean-Philippe

@Pijean, (et pas Petitjean ;-))

"je n'ai pas dit que la technologie est LA solution (le prof-robot)."

En effet, que serait Ferrari sans Michael Schumacher au volant et Jean Todt sur le muret ? Le prof (l'humain en général) doit rester maître de la technologie qui n'est que l'outil de transmission de son savoir.

Apprendre à utiliser la technologie, c'est donner une autre dimension à ce savoir. Aucune machine ne sait pourquoi elle est fabriquée. La conscience reste humaine.

L'analphabête de demain sera celui qui n'a aucune prise sur la technologie, faute de l'avoir apprise.

Ce ne pas faute de courage et d'enthousiasme de la pert des enseignants. Plutôt que de les envoyer dans des conférences pédagogiques ou des recyclages où ils n'apprennent rien, il serait peut-être utile de leur permettre de suivre des journées de formations auprès d'entreprises privées où ils pourraient être en contact avec les derniers produits de la technologie. Libre à eux de faire leur choix ensuite. C'est à dire de décider de l'intégrer dans leur enseignement ou non. Il ne faut pas non plus tomber dans le gadget. Car si l'industrie est capable de produire des outils de pointe, elle produit une quantité égale de gadgets inutiles.

Eviter aussi les phénomènes de rejet philosophique. Par exemple en informatique, j'utilise Linux et Open Office parce que je n'aime Bill Gates, alors que Windows et MS-Office équipent plus de 80% des PC de la planète.

Dès lors, la part de l'état serait de faciliter l'accès à la technologie: Internet et logiciels à bas prix. Cela existe déjà. Tout étudiant qui veut acquérir une license d'utilisation de certains produits peu le faire. Mais imaginons que les achats se fassent au niveau de la Wallonie. Il serait dès lors possible d'acquérir, tant pour les écoles que pour les étudiants à domicile, ordinateurs et logiciels pour des sommes tout à fait démocratique.

Il ne manque que la volonté politique. Mais comme le dit Alexis "Ce que nos éminences socialo-véreuses ne veulent en aucun cas."

Cosette

"tout ne tient pas à la technologie, svp."
"Parent ordinaire" a raison.
Personnellement, je n'ai aucune méfiance par rapport à Internet et toute autre forme de technologie mais je pense aussi que la qualité des enseignants est primordiale.
Maintenant quand Alexis de T.dit
"La méfiance envers internet (le taux de PC à la maison, le taux de branchement ADSL en Wallonie le prouve)chez nous est incompréhensible."
Et le coût SVP ?
Quand un ménage a du mal à joindre les deux bouts, l'ADSL peut paraître un luxe un peu onéreux.....

Pijean

@Jean-Philippe

"(et pas Petitjean ;-))"

C'est parce que je fais 1m83 et qu'en plus je n'ai pas, dans mes amis, de Robin qui habiterait dans la foret...

;-))

Pijean

@Cosette

Le discours du budget ménager étriqué tiend de moins en moins la route.
C'est comme pour le sport, les parents accusent que les clubs sont chers (entre 100 et 200 euros par an) mais ils sont prêt à payer à leurs enfants le ciné et la discothèque cahque semaine, le GSM dernier cri que l'on changera quand même dans 6 mois et les paquets de cigarettes pour faire branchés...

Il faut approcher cette problématique comme un investissement, en remplacement de gadgets inutiles.

Ubu

Bref, apprenez aux élèves la soumission aux sponsors.
Et puis, elles seront jolies les classes, décorées aux couleurs du boutiquier local... comme nos zommes politiques ? ;)
Je signale tout de même à tous les babbelers que Notre chère Marie est déjà en train de faire glisser une partie de l'enseignement technique (les Cefa) vers les instituts de classe moyenne, comme en Wallonie.
Sans doute voudrait-elle implanter des Infac-Infobo partout ?
Quel succès !

Cosette

C'est tout de même un peu loufoque cette idée de sponsoriser des écoles.
Après les Maîtres de Forges qui avaient leur école, leur clinique etc...après le clergé....voici le temps d'Inbev, Coco-Cola etc....
Est-ce vraiment sérieux ?

Jean-Philippe

@Cosette,
"l'ADSL peut paraître un luxe un peu onéreux"

A la lecture de ma dernière facture, cela me semble tout sauf onéreux. 29.95€/mois avec 3 mois gratuits, et ça, c'est sans doute l'offre la plus onéreuse que j'ai trouvé.

Comme le dit Pijean, allez voir Robin des bois au ciné, c'est plus cher.

Par contre, venir dire que "Parent ordinaire" a raison est la preuve de l'aveuglement le plus complet par rapport à la réalité. Tout n'est pas dans la technologie, mais rien n'est sans elle.

Regardez autour de vous et constatez:

- Chauffage central avec thermostat programmable
- Taque électrique à commande digitale
- Télévision avec télétexte
- Lecteur/Enregistreur DVD
- Palm avec GPS et/ou GSM intégré et kit main libre pour la voiture
- Four micro-onde
- Cafitière électrique programmable
- Lave linge avec multiples programmes
- Lave vaiselle itou
- Radio réveil avec lecteur CD incorporé
- Votre carte d'identité à puce

Et j'ai même pas parlé d'ordinateur, de châine stéréo, de système d'alarme et autre décodeur canal+/betv.

Maintenant, si pour vous, il paraît ubuesque de faire appel au privé, balaldez vous avec un sac poubelle rouge pour tout vêtement (sponsorisé par votre syndicat), faîte cuire la poule, que vous aurez attarpée à main nue dans votre poulalier, au feu de bois (qui servira de chauffage à votre masure de torchis.) Vos enfants, équipés de d'ardoises et de touches, apprendront ainsi à peu de frais les rudiments de l'écriture, car la seule chose qu'ils devront savoir, c'est l'adresse du bureau de l'ORBEM le plus proche. Pour tout le reste, ce sera "trop onéreux".

Belle vision de l'avenir que vous proposez là. Je respecte votre sentiment de gauche, mais que cela ne vous pousse pas au misérabilisme. "Les misérables" est une grande oeuvre, mais comme l'imploré, elle a été écrite à un sciècle qui n'a plus court. Bien sur, il existera toujours des gens pour qui TOUT sera trop cher, mais est-ce une raison pour en priver 99% des autres ?

Un babeleer qui ne prie pas "Notre chère Marie"

Raymond Coemans

Hahaha, comparer l'apprentissage du four à micro-ondes à celui de l'informatique, hahaha... Et l'usage du DVD en para-scolaire, hahaha...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.