Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Sagesse norvégienne | Accueil | Directeurs impuissants »

15 mai 2006

Commentaires

gargamelo

Qui tient votre Blog ?

gargamelo le sorcier wallon

E. G.  Simon

De la compréhension qu'établit chaque contribuable (non-utilisateur de ces chèques), mais néanmoins "cotisant direct" à leur subsidiation, il nous en a coûté en 2005:
= 210 mio € , soit en moyenne 7.780 € par bénéficiaire (ce chiffre de 27.000 personnes).
= l'équivalent réel de 5.500 emplois temps-plein d'un salarié de base (charges patronales inclues).
= aussi + 75 à 150 € "ajoutés sur l'ardoise" de chaque contribuable que nous sommes, un signe de plus de la générosité collective... D'où peut-être cette subtilité du discours (socialiste) de nous citer le chiffre de 27.000 emplois au lieu de 5.500 E.T.P. ???

Ayant compris qu'il s'agit d'un REVENU d'APPOINT pour l'intéressé-bénéficiaire, revenu ajouté à celui déjà procuré par son chômage ... la question se pose de savoir pourquoi payer +75 % sur un coût-indemnités déjà à charge de la communauté! Surtout d'imaginer qu'au-delà de 2005 cette formule a des chances de "prendre racine" (sera-ce un droit acquis de plus?). Or la presse écrite nous cite déjà une certaine incapacité budgétaire à assumer la charge publique de la chose "suite au succès de la formule"!

Lorsque vous dites: "C'est le fameux "workfare" qui remplace le "welfare"." OK, pour une partie (le moral et la motivation de l'inactif). Mais il n'est pas sûr que ceci réduise d'autant le "travail au noir" de ceux à qui il reste du temps libre (car sur ceux-ci, pas de STATS, rien que des supputations).

1) Croire ensuite à une compensation de ces coûts miraculeux par le bief d'économies réalisées ailleurs? Quelle sera la mesure vraiment effective pour y parvenir, plutôt que des actions "cosmétiques" telles que savent claironner en guise d'esbroufe les "gauches et syndicats"?

2) Pour obtenir une réduction progressive du nombre de fonctionnaires ou assimilés, il est indispensable de SIMPLIFIER. Simplifier les lois et règlements, simplifier les procédures et arcanes artificiellement construites, changer les mentalités d'accueil dans les services publics, être productif. Avant d'y parvenir, il devra passer encore beaucoup d'eau sous les ponts de Belgique!

Alex

Rien de neuf cependant. Même 19% de chômage et 30% d'emploi public (donc en gros 50% de wallons vivant aux frais de la princesse) ne font rien bouger.

Donc je souscris à votre analyse, mais que faire? Une lutte armée? Le wallon ne veut pas entendre votre discours...

ch-eric

quelqu'un pourrait m'expliquer comment ce système peut couter 210 millions d'euros à l'état.

- L'utilisateur paye 6.7€ par titre service

- Le travailleur touche en moyenne 9€ brut de l'heure, soit 2.3€ de plus que ce que l'utilisateur paye

Je me demande donc ou passent les 18.7€ que touche la société Accor et qui ne sont pas utilisés pour payer le travailleur mais qui sont sensés faire partie de son coût. A l'état, en impot? A la sécurité sociale?

E. G.  Simon

@ Alex : que faire?

*** Soutenir la vie des entreprises viables et dynamiques, car il y en a beaucoup (de moyenne taille).

*** Aider à en créer, par tout moyen intelligent et volontaire, sans trop d'entraves (liste..!).

*** Quelle que soit leur taille, les choisir selon TROIS critères:

1) être plutôt tournées sur l'exportation (produits ou services), sans dépendance sur l'Awex & Co

2) productrice de biens durables et/ou de services aux autres entreprises, à l'exclusion de celles axées sur un commerce purement local ou simples courroies distributrices de produits importés à bas prix! (si ceci sert à créer de l'emploi ... à court terme..., c'est pas une preuve de durabilité pour une richesse régionale).

3) si possible, les tenir hors de portée d'une emprise du secteur public. Car celui-ci est tout juste bon à acheter les "moins disant" (c-à-d pratiquant des prix qui portent à la non-rentabilité du fabricant ou prestataire, donc l'affaiblisse progressivement).
Voyez la dernière déclaration T.V. 15/05 midi de Di Rupo dans le cadre des "Centres d'excellence" doivent avoir 50% de contrôle public, et si possible 50% de voix d'entreprises. Bref un échec à demi-garanti?
NB: ces "centres d'excellence" sont un substitut dirupien aux grappes/clusters lancés sous S. Kubla). Si le P.S. et Ecolos aspirent réellement à l'Excellence, qu'ils le fassent donc d'abord parmi les structures alambiquées qu'ils ont montées (longue liste..!).

Et - j'allais l'oublier - faire en sorte de ne pas dépasser la taille critique actuelle de 19 personnes employées ... afin de les tenir hors de portée des nuisances syndicales. Car ce qui tue le plus les entreprises wallonnes (et belges) croisées depuis mes 30 ans professionnels, c'est la misère mentale propagée par la sphère syndicale.

Toutes les techniques de "bonne gestion" en matière de GRH (gestion des ressources humaines) sont régulièrement contrariées par des actions de leurs délégués très basiques (soucieux de ne pas perdre leur emprise sur des salariés peu aguerris aux mécanismes de l'économie voire ... dé-informés). Il est un véritable défis que de tenir un personnel motivé, ce qui est pourtant un MUST à la survie de toute organisation humaine. Là vous constaterez le niveau de détestation fabriqué par leur message "anti-capitalisme" et celui colporté à large échelle par la RTBS. A eux deux, ils ont sapé la capacité de beaucoup de travailleurs offrant pourtant de belles compétences!
Sorry de devoir le répéter, mais l'hypocrisie est de mise chez ces dits "démocrates".

Minarch

ch-eric

La différence va dans la poche des agences intérrimaires et des sociétés qui placent ces travailleurs (voire travailleuses en fait!).

J' en connais qui sont en train de devenir très riche avec ce système, et ce ne sont pas ls travailleuses.

En gros il y a un énorme loophole et pas mal de fûtés ont plongé dedans évidement.
Quant on pense que l' on veut étendre ce système à d' autres jobs, style petit jardinage, bricolage etc...

PVB

Et pendant ce temps là, à Gerpinne dans une région au taux de chômage démentiel, un cultivateur de fraises est obligé d'engager des roumains parce que personne veut se bouger dans sa région.

Tant mieux pour les roumains (je n'en veux pas aux roumains ;-) )et tant pis pour mes sous qui seront dillapidés - encore - dans notre super système.

E. G.  Simon

@ ch-eric (sans vouloir pinailler...)

Reprenant vos chiffres et ceux initiaux de A.D.:

* soit 9 € le coût horaire au profit du bénéficiaire (hors l'équiv. de charges patronales & sécu.!) => donc environ 15€ réels pour un travail peu qualifié, si on veut comparer avec un travailleur "standard"...

* plus charges pour l'Etat de cette déductibilité fiscale que peut revendiquer l'utilisateur du service = 6,7 € x 0.35% = disons 2,4 € ?

* cela (15 + 2,4 = 17,4 €) rapproche assez vraisemblablement le total de votre chiffre 18,70 € (à une erreur de calcul ou marge près).

Et il reste qu'avec ces chiffres, ceci ferait en 2005 une moyenne de prestations/bénéficiaire/an de plus de 780 heures? Est-ce en ligne avec l'objectif gouvernemental de favoriser une réinsertion du chômeur?

Je ne comprends donc pas l'affirmation (assez gratuite) de Minarch. Ni une mise en accusation "d'intermédiaires". S'il l'avance si rapidement, que Mi. le prouve par qq-chose autre que des suppositions et on-dit? Ce serait une attitude plus "libérale" (que j'essaie d'observer).

Et en tous les cas, je n'utilise aucune formule de "chèques-cadeaux" dont je trouve la prolifération "mesure dispendieuse" (derniers en date: des chèques-sports, etc.: conçus pour améliorer la performance mentale et somatique des inactifs?).

mika

Les "chèques sport" n'étant actuellement pas encore ;-) reglementés, ils ne sont pas encore considérés comme de la rémunération au sens des lois du 12 avril 1965 et du 27 juin 1969. Aucun prélèvement n'est donc réalisé par l'ONSS sur ceux-ci. On détourne les lois comme on peut...

Jean-Philippe

"La poursuite de la baisse du coût du travail implique de réduire le poids de la sphère publique dans l’économie"

Quels le coût de:
1. Les parlementaires régionaux et communautaires
2. Leurs administrations plétoriques
3. Les intercommunales et asbl diverses financées par des fonds publics
4. Les bâtiments nécessaires à l'hébergement des différents parlements, ministères redondants, etc...

Avant la régionalisation, nous avions:
1 Roi et sa famille
1 Gouvernement (national)
1 Parlement
1 Sénat
9 Provinces
et quelques communes fusionnées

Aujourd'hui, nous diposons de:
1 Roi et sa famille nombreuse
1 Gouvernement fédéral
1 Parlement
1 Sénat
10 provinces
1 gouvenement régional flamand
1 parlement régional flamand
1 gouvernement régional Wallon
1 parlement régional Wallon
1 gouvernement communautaire francophone
1 parlement communautaire francophone
1 gouvernement Bruxellois
1 parlement Bruxellois
1 parlement communautaire germanophone
1 gouvernement communautaire germanophone
sans parler de la COCOF et autres bastringues aussi inutiles qu'ils sont incompréhensibles

J'espère que je n'ai oublié personne. Le poids de ses assemblées et de leurs sattelites est déjà au-delà des possibilités financières (fiscales) des populations qu'ils sont censés représenter.

Je défie quiconque de me dire qui est son député (fédéral, communautaire ou régional), son sénateur, et quelles sont les noms et compétences des ministres de tous ces gouvernments.

Face au moindre problème, une plétore de ministres sont soi-disant compétents. Du coup, rien ne bouge. Un exemple: Bernie Ecclestone annonce que le GP de Spa en 2007 risque d'être compromis face aux tergiversations politiques de nos élus.

Les vrais problèmes, ceux qui touchent les gens de près sont ignorés: Chômage, sécurité, environnement, enseignement, justice, santé, pensions... au profit d'une cacophonie politique sans précédent.

L'impression que cela donne est que chacun cherche à tirer son épingle du jeu et se fiche complètement du bien commun.

Les passe-droits, le copinage, voire la corruption deviennent des lieux communs. La démocratie a fait place à la particratie. Posez la question aux gens dans la rue, ils vous répondront "Cela ne sert plus a rien de voter. C'est du pareil au même" N'importe quelle crapule avec le sigle VB ou FN se fait élire sans problème.

Le signal des électeurs aux politiques est pourtant clair depuis des années. Sans lancer de fleurs au Sénateur Destexhe, force est de constater qu'il est le seul a se lancer dans ce rude combat. Beaucoup de citoyens attendent un plan cohérent de réductions drastiques de la gabgie qui est faite de l'argent public. Qui d'autre osera prendre le taureau par les cornes ? Quel parti proposera un plan réaliste de réduction des dépenses publiques ? Faudra-t-il attendre que le citoyen, asphixié par l'impôt, manque de moyens avant de manquer de pétrole ?

Nous sommes censés vivre dans un pays riche, mais vampirisé par une classe politique de satrapes. Face aux problèmes réels de notre pays, le discours devient de plus en plus "Oui, mais l'Europe..." comme si l'UE représentait la panacée universelle. Si tel est le cas, qu'on supprime tous ces gouvernements, incapables de faire décoler un avion dans le bon sens, et que l'on confie la gestion du pays à l'Europe.

Absurde ? Bien sûr. Mais l'absurdité institutionelle dans laquelle nous vivons ne vaut guère mieux.

Minarch

@EG Simon

Faites-moi plaisir, téléphonez à ce numéro: 02/515.40.20 (Accro Services) et demandez leur les conditions de remboursement...vous verrez y a des $$ à prendre, beaucoup de $$!

L'expert-reviseur

@ Jean-Phi
Très pertinente votre longue liste des structures roulant aux subsides!

"Je te tiens, tu me tiens par la barbichette"... C'est un refrain bien connu, en BE, en FR, bref partout dans l'UE. En BE, on appelle ça le sens du consensus... Dans l'UE: le sens du dialogue non-violent... Voire encore le sens de la démocratie "par la rue", version écolo-démago-démocratique. Qui gouverne le super-paquebot; et avec quelle efficacité? Allalalah ?

Votre "Quels le coût de:"
Imaginons le coût réel à 500.000 €/tête (somme des rémunérations diverses avec cumuls pour certains, charges directes et indirectes de la fonction, coûts indirects de l'administration mise en demeure d'exécuter les volumineux dossiers pondus à N niveaux, coûts différés des avantages ultérieurs tels pensions publiques et fonctionnaires à 3/4 des dernières rémunérations, frais de représentation et de fonction de tous ordres,...................).

FOIS le nombre de personnes concernées! C-à-d des 000s ... Je ne sais estimer, mais ça fait beaucouuuuuuuuuup!

Tiens, si on demandait au fils Daerden de nous calculer le montant, en expert-reviseur de structures publiques dans lequel il fonctionne en quasi-OLIGARCHIE ? Parions-nous qu'ils ne le savent pas eux-mêmes? De toute façon, c'est pas en majorité avec l'argent de leurs électeurs favoris, donc y-a-ka ponctionner dans la poche des gros-gras capitalistes. Le problème est qu'il y a autant de publico-capitalistes dans leur rangs que l'on en trouve dans la sphère privée tant vomie par eux et leurs affiliés... D'où votre pronostic: "Absurde ? Bien sûr...".
NON, vous avez simplement un regard réaliste sur notre monde progressiste.

A décharge des gestionnaires publics (nos élus et fonctionnaires), il faut toutefois noter qu'il y en a un nombre appréciable d'intelligents, de grand bosseurs, et d'intègres! Ne jouons pas dans les images réductrices. Malheureusement ces intègres ils sont noyés dans la masses des abonnés aux "avantages de la fonction". Qui dit au service de la cause publique?

Alex

@E.G. Simon:

"@ Alex : que faire?

*** Soutenir la vie des entreprises viables et dynamiques, car il y en a beaucoup (de moyenne taille).

*** Aider à en créer, par tout moyen intelligent et volontaire, sans trop d'entraves (liste..!).

*** Quelle que soit leur taille, les choisir selon TROIS critères:

1) être plutôt tournées sur l'exportation (produits ou services), sans dépendance sur l'Awex & Co" etc...
-----------------------

Je suis totalement d'accord mais on a le problème bien réel que 1) c'est le cadet des soucis dla Région wallone, et ce dpuis sa scréation, et le discours gaucho-marxiste est ancrés dans les bassins liégeois et carolos comme le ténia.

2) Des lois surprotègent les syndicats et tant que les socialistes seront au pouvoir, cela ne risque pas de changer. Et cela ne risque pas de changer de sitôt que les socialistes ne soient plus au pouvoir.

scandinavianmodel

@ Jean-Philippe,

Voilà quelque chose d'intéressant effectivement. La régionalisation et la communautarisation de nombreuses matières ont amené à des couches et des "sur couches" de niveau de pouvoir aux compétences réparties de manières complexes et parfois déterminées en dépis du bon sens.

Attention, personnellement je voudrais apporter une nuance et une subtilité qui marque ma différence avec beaucoup de personnes ici sur ces débat. Je ne réclame pas forcément moins d'Etat, je réclame un meilleur Etat, plus efficace et plus efficient.

Les titres services sont à l'image des emplois publics aidés qui existaient par dizaines voir centaines de milliers sous le gouvernement Jospin entre 1997 et 2002. La conséquence de ces emplois a été de mettre gravement les finances publiques en danger. Pendant 4 années de forte croissance la France n'a dès lors jamais dégagé de solde public positif.

Ne commettons pas la même erreur d'autant plus que nous ne pouvons pas nous le permettre au vue de notre niveau d'endettement.

Je ne suis pas partisan de casser de l'emploi public pour casser de l'emploi public. Il faut recentrer les missions de l'Etat sur ses objectifs prioritaires. Et il me smeble que financer directement les femmes de ménage ou le jardinier de tout le monde ne fait pas partie de ses attributions.

Bien à vous,

alex

Ce qui est frappant avec le système des titres-services, c’est qu’ils relèvent de plusieurs paradoxes.

Le premier, c’est qu’on les assimile à des créations d’emploi, alors qu’ils ne sont qu’une régularisation de travail en noir. Il n’y a pas de réelle création d’emploi, ni de création de richesse. Au contraire, en faisant entrer l’état à perte dans le cycle, il y a perte de richesse pour l’état, qui devra à terme compenser par l’emprunt ou l’impôt.

Le deuxième, c’est plutôt dans l’attitude du Ps, qui chéri les titres-services comme ses enfants, et on leur en laisse bien la paternité. Or, en réflexion, on sait que le PS a toujours été un grand pourfendeur (stupide) du modèle des « Mc Jobs » à l’américaine ou à l’anglaise, pays « du grand satan libéral ou tout le monde est pauvre et a un sale petit boulot sauf les riches ». Et le PS supporte candidement un système de travail précaire reposant sur des titres permettant de mettre les classes les plus faibles au service de la classe moyenne et supérieure.

Le troisième, c’est que le même Ps prétend à la fois redresser la wallonie, dont on sait l’économie axée sur le chômage et les PME, et en même temps on entend Marcourt déclarer qu’il va étendre les titres services au bricolage. Donc, les petits boulots que votre électricien ou votre plombier faisait rapidement et en noir, assez logiquement, pourront être fait en clair par un voisin sachant bricoler. Bonjour l’aide aux PME.

Non, les titres services sont vraiment un système idiot. La seule manière de réduire le travail en noir est de rendre le travail moins cher et plus facile d’accès.

Pijean

@Jean-Philippe

"La démocratie a fait place à la particratie"

Je ne vois qu'une seule solution, évoluer vers un système électoral ou il est impossible de voter pour des personnes, des partis, des numéros et des couleurs mais SEULEMENT pour des programmes (j'ai déjà dit cela sur ce blog).

En supplément, une fois au pouvoir, un système d'évaluation régulier de la mise en oeuvre du programme (avec pénalité possible, jusqu'à révocation).

Mais qui est le politicien qui tiend à rendre de comptes sur l'efficacité de son boulot une fois au pouvoir? Globalement, tous n'acceptent comme examen la seule épreuve de l'élection... Insuffisant comme contrôle pour réduire la particratie.

BAILLY

Moi j'ai 55 ans, je suis chômeur (ou si vous préférez un "gros pourri"), c'est bien ce que vous sous entendez tous ici dans ce blog de libéraux voir pour certains....des "thatcheristes".
Bref je suis au chômage depuis longtemps, sans qualification, sans diplômes.....C'est QUAND QU'ON NOUS FUSILLES MISSIOUS ?

alex

Arrêtez, ne nous tentez pas...

Blague à part, finie la belote avec algogol?

scandinavianmodel

@ BAILLY,

Loin de moi cette idée préconçue sur les gens demandeur d'emploi.

D'ailleurs il y a demandeur d'emploi et sans emploi. La nuance est importante, car elle redonne aux "chômeurs" un statut positif. Le demandeur d'emploi est actif quand le sans emploi est passif.

La faute n'incombe pas au demandeur d'emploi, les aléats professionneles et le niveau de qualification sont des déterminants importants pour s'insérer dans un marché du travail dynamique.

Et là commence la mission de l'Etat. Fournir à tous la possibilité d'acquérir ces qualifications et compétences nécessaires pour s'insérer dans un marché du travail en mouvement et en changement permanent. Il faut donner la possibilité aux gens de disposer d'outils et de compétences adaptées aux besoins de l'économie et de la société (si l'on parle d'emploi non marchand) car il n'y a pas que l'"économisme" dans la vie.

En contre partie de cette mission essentielle de l'Etat, il est normal que l'on demande aux "chômeurs" d'être actifs et en recherche permanente d'emploi (marchand ou non marchand). Un contrôle stricte et objectif doit être mis en oeuvre sur les gens au chômage.

En bref, de "chômeur", passer au statut de demandeur d'emploi.

Bien à vous,

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.