Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Marché du travail et personnes d'origine étrangère | Accueil | Sans commentaire (9) »

06 avril 2006

Commentaires

E.G. Simon

Voici un sujet terriblement d'actualité. Merci de l'avoir abordé sous l'angle des MENTALITES.

Mentalités, c-à-d un "ressort intérieur" de leur manière de penser et d'agir, à ces 300.000.000 de chinois qui constituent déjà la classe moyenne en 2005 ! La "transformation chinoise est globale", citez-vous bien à propos. QUI de nous (occidentaux) réalisera que ceci n'est possible qu'avec le couvert d'une AUTORITE forte (même assez diffuse), comme c'est le cas dans ce continent-là? En tout cas, ils sont d'ores et déjà un puissance n° 6 mondiale. Cela pèse (en réserves de change, en M-O, en potentiels de consommateurs, en puissance d'exportation, ...).

Trois cents mios de chinois "middle class", face à nos cent cinquante mios d'Euro-consommateurs de statut quasi comparable? Cela fait un ordre de grandeur analogue à celui que se vantent de représenter nos dirigeants du Conseil et les eurocrates des Institutions!

De quel pouvoir d'achat effectif (en coûts indigènes) ceux-ci disposent-ils, et selon quelle pyramide des revenus? Je n'ai pas d'indicateurs détaillés récents, mais ne vais pas tarder à en trouver.

Nos syndiqués européens n'ont donc qu'à bien se tenir, car les vagues déferlantes du prochain "Tsunami" nous sont déjà passées dessus ... sans que trop s'en émeuvent au-delà du discours revendicatif. Nous restons encore une fois mentalement bloqués au niveau des "protection des droits acquis" et par la "carrière de fonctionnaire" préférées par les 15-25 ans (un sondage récent conduit en FR). Les 15-25 ans qui s'esbaudrissent à défiler en tant qu'anti-CPE ?

Allons, européens assoupis, réveillez-vous, de préférence avec autre chose que des larmoiements en tête!
Je reviendrai en soirée sur des regards sociologiques ou d'autres.

Oscar

Pour une approche plus nuancée du "miracle chinois" :

http://www.fahayek.org/index.php?option=com_content&task=view&id=775&Itemid=1

Cosette

@ Oscar
Merci pour cet intéressante lecture.

Cosette

errata : cette intéressante

Bill Boquet

Ridicule deux fois, fait un erratum de tes errata quand tu accumules les erreurs

Plus

"aujourd'hui, n'est-il pas urgent de mieux la connaître?".
@ Oscar : outre ce qu'en dit Guy Sorman dans un regard "démocratie", allez donc scruter ce qu'en dit publiquement la CIA ?
= = = =
Http://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/ch.html#Issues
= = = =
Et puis d'autres experts de la Chine?

E.G  Simon

La Chine, certainement. Mais voyons son éveil assez largement.
On admet aisément de réfléchir notre avenir par une analyse endogène de chacun des BLOCS qui composent le monde aujourd'hui. Ainsi se focalise-t-on sur ce gros morceau qu'est la Chine, si mystérieuse encore par sa culture et par l'opacité de ses rouages. Toutefois, l'analyse resterait hasardeuse si on négligeait les "interdépendances" qui lient chacun de ces blocs aux autres.

1° Est-on d'accord de réfléchir ce monde comme un "échiquier multipolaire"? Un échiquier avec les USA (en situation d'hégémonie conquise et qu'ils vont préserver); avec un JAPON qui ne va pas s'endormir; avec l'U.E. à 25 qui cafouille (et qui agit assez mollement dans ses relations extérieures); avec une RUSSIE de Poutine (qui veut se réaffirmer après un collapse historique); avec une CHINE numériquement puissante (volontiers agressive, mais aussi assez vulnérable); avec l'INDE qui émerge (de manière assez proche de nos cultures occidentales); avec ce BRESIL de Lula (qui multiplie ses liens tous azimuts); avec un ASEAN dont on reparlera. Devrait-on y ajouter ce Moyen-Orient arabisé, son pétrole et ses instabilités? Le jeu des "interdépendances" et les "relations multilatérales" l'emportera donc sur d'autres schémas purement centripètes. Chacun des blocs se sait tributaire des autres et c'est tant mieux ainsi!

2° La Chine s'affirme évidemment en tant que GROS pions sur l'échiquier. Elle est courtisée par beaucoup et courtise partout sur le globe. Son élan de 10 ans tient beaucoup aux injections continues (de capitaux d'investissement extérieurs et de know-how qu'elle assimile vite), plus à ses exportations (vers des pays-éponges que sont les USA ... pour 50% des recettes chinoises ... et d'une U.E. assez perméable à ses produits, car l'OMC 2001 a ouvert les vannes). Une analyse fine de situation nous révèle cependant une Chine vulnérable endéans les 5 à 10 années à venir ... sur N aspects (cfr. ces chiffres et faits révélés par le site CIA, que j'ai lu). "Un pays qui in fine ne représentent qu'un PNB équivalent à celui de l'ASEAN (cfr. 4°)" nous fait remarquer le Think tank Europe2020. Certes, mais un PNB qui pèse sur les espoirs occidentaux!

3° L'Inde captive aussi. Elle conforte son décollage grâce à une proximité culturelle avec l'Occident et par sa démocratie acquise des anglais (démocratie que ne pratique PAS la Chine). Je renvois à l'analyse comparative élaborée par Guy Sorman (son vécu sur ces deux immensités: 2,4 mio de gens, plus du tiers de la planète)!

4° Moins nombreux sont ceux d'entre nous qui portent un regard sur l'hinterland Asie-Pacifique. Or après 20 ans d'existence, ASEAN, cette une vaste zone économique de 500 mios hab., (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Brunei, Cambodge, Laos, Myanmar, Vietnam) reste prometteuse malgré l'image désastreuse laissée par le crash financier domino de 1997.

Voici une lecture qu'en donnait ce Think tank "Europe2020" (extrait d'un colloque - tenu je crois en 2005 à Londres): ""L'ASEAN s'est donnée à l'horizon 2020 des objectifs d'intégration économique, commerciale, sociale, environnementale et politique qui conduisent l'ensemble des peuples de cette zone (dont une large majorité vit désormais sous régime DEMOCRATIQUE) à devoir affronter des questions très proches de celles que les Européens ont déjà ou bien vont devoir aborder prochainement. Que ces problèmes soient techniques (normalisation, standardisation, suppression de barrières douanières), structurels (infrastructures communes) ou politiques (échanges universitaires, renforcement de la coopération en matière de recherche, en matière de sécurité collective,..), cette entité régionale de 500 millions d'habitants, appartenant à des cultures différentes, a choisi de construire un chemin collectif pour renforcer son poids dans le monde tout en préservant la diversité de ses composantes.""

5° Et par une annonce AFP du 4 avril,nous lisons que le JAPON (inquiet de l'emprise potentielle chinoise) s'empresse d'annoncer son "intention de proposer à 15 autres pays d'Asie-Pacifique, dont la Chine et l'Inde, de fonder ensemble une zone de libre-échange calquée sur le modèle ALENA et de l'U.E. : l'Asie des SEIZE (50% de la population, 25% de la richesse mondiale)!

La Chine est certes donc immense, potentiellement forte, mais elle se sait dépendante du reste du monde. Comptons donc sur ceci pour le court-moyen terme. Après, des gourous nous en diront plus ?

Alexis de Tocqueville

La 2e partie du post me paraît nuancer le miracle chinois : créances douteuses, 800 millions de pauvres... Tigre de papier. Mais leur rage de vaincre et de prospérer me semble évidente.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.