Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Suite de la discussion d'hier ... | Accueil | Où sont les chiffres du chômage ? »

05 mars 2006

Commentaires

Christian Willame

Le commentaire sur l'"âme de l'eau" entraîne plusieurs réflexions.
1°) au niveau planétaire, l'ean potable est devenu un problème, puisque de nombreux pays (millions d'hommes!) n'y ontd pas accès.
Egypte / Soudan : la politique des barrages sur le Nil. Israël /Palestine : l'eau du plateau du Golan. Senegal/Mauritanie : nappes aquifères communes.
Publique ou privé ?
La question semble secondaire, puisque l'essentiel est le partage de l'eau.
2°) Privé serait mieux que public ? Je le pense pour la Wallonie, puisqu'ici la gestion dépend malheureusement d'intercommunales, de couleur politique rouge. (d'où, pratiquement, l'eau sert de "vecteur" à différentes taxes).
3°) Publique ou Privé ?
Secondaire, lorsque l'on utilise unedizaine de litre d'eau potable pour une chasse d'eau par ici, et que par là bà (Mali par exemple), des femmes commencent leur journée par une quinzaine de kilomètres à pied, avec une quinzaine de kilos d'eau sur la tête.
4°) Et, in fine, "croissance zéro ou négative ? "
Que pensez vous de la réflexion suivante, qui est mienne : la croissance signifie l'hyperconsommation pathologique, et une croissance négative signifierait une société beaucoup plus viable pour nous. C-à-d moins de surconsommation.
Exemple de surconsommation au quotidien ? Changer son cartable pour une tirette défectueuse...nouveau gsm car batterie défectueuse...nouvelle veste de qualité pour une défectuosité réparable ....presque mille euros pour un entretien automobile des cent mille km .... une télévision de marque dont le tube cathodique (l'écran!) dure quatre années ...
... Finalement, une croissance négative, ou zéro, ne serait-ce pas la fin d'une course insencée ?

Cher Mr Destexhe : ..encore une fois merci pour votre site, vos message, votre ouverture et ce blog "forum" passionnant.
Très cordialement, Christian.

JM

« une croissance négative, ou zéro, ne serait-ce pas la fin d'une course insensée ? » C’est aussi un leitmotiv d’Albert Jacquard ( la croissance est une drogue) avec des idées paradoxales comme « bientôt il n’y aura plus de travail, tant mieux l’homme pourra s’intéresser à des choses plus valables » et dans le milieu éducatif ou l’orientation scolaire le peu de signification qu’il attribue au QI , la valeur relative de la notation des travaux, l’effet néfaste de la compétition.
Albert Jacquard est passionnant dans le sens qu’il met les idées à plat et avec la négation de tout ce qui constitue des normes établies il force à une remise en cause peut-être un peu utopique.

...

C'est une bien plus belle utopie que celles des zozos libertariens que celle de Jacquard...

Anti-PS Man

Pour les fans de Jaquard, je conseille les rubriques du maître du monde ( http://users.skynet.be/maitredumonde/subpage_autressemaines.htm ), lesquelles sont fort drôles...

La dernière rubrique consacrée ('y en a quatre - cinq) au généticien est celle-ci:
http://users.skynet.be/maitredumonde/2006-01-30.htm

Alexis de Tocqueville

Ces commentaires prouvent à quel point les théories fumeuses jacquardiennes ont investi toute la sphère médiatique et intellectuelle. A la croissance zéro, je préfère quant à moi la théorie de la "substitution", à savoir créer les conditions d'une croissance économique forte sans laquelle aucune innovation n'est possible mais utiliser cette innovation précisément dans un sens plus respectueux de l'environnement, par exemple la voiture hybride essence-électricité lancé par Toyota et les pièces détachées récupérables pour de nouveaux modèles. Donc, n'arrêtons pas le cheval de l'économie, ce qui est impossible, mais créons des possibilités de faire du profit sans sucer le suc de la planète. Réconcilions capitalisme et écologie.

Prosper

L'âme de l'eau ? "cosmogonie mythique" ? Keskessè que ce style grotequement ampoulé ?

Prosper Youplaboum

Cosette

Comme il faut consommer,
les objets ont une durée de vie de plus en plus courte (TV, aspirateur, frigo etc...).Ensuite on ne répare plus on jette. Tout cela fait beaucoup de déchets et on pollue de plus en plus la planète.
Où allons-nous à ce rythme ?

Antoninov

Pour rappel, le libéralisme n'est pas 'pour' la croissance, ni 'pour' la consommation,...

Et n'a rien contre le discours 'anti-consommation' ou 'anti-croissance', sauf que ce discours prône généralement des mesures légales et liberticides pour obtenir ce résultat.

Molinari

"Réconcilions capitalisme et écologie."

Les problèmes environnementaux ne sont pas le fait d'un excès de capitalisme/libéralisme mais bien de son absence. Pour être précis, ils résultent du manque de définition des droits de propriété. Tout l'avenir d'une théorie économique de l'environnement correcte s'inscrit dans la "théorie des droits de propriété" initiée par Ronald Coase, Prix Nobel d'économie 1991.

http://www.environnement-propriete.org

Le "mainstream" de la profession est tout doucement en train de reconnaître que c'est au sein de l'école autrichienne qu'il faut rechercher les véritables fondateurs de cette théorie, notamment chez Ludwig von Mises :

"One of the early moderns, Ludwig von Mises, warned in the 1920s that the
competition of firms under private ownership could not be matched by the
competition contrived by market socialism either. If managers will not receive
the profit and bear the risks of their decisions, the resource allocations of
socialist competition will be highly inefficient – a thesis making Mises the
founder of property-rights theory."

http://www.aeaweb.org/annual_mtg_papers/2006/0107_1015_0303.pdf

Alexis de Tocqueville

@ Merci à Molinari pour ce site qui renvoie à la nécessité de ne pas laisser le monopole de l'environnement à la vulgate écologico-marxiste.
Qq conclusions glânées sur le site quant aux grands principes de ce nouvel environnementalisme:
"- Il existe une relation positive entre croissance économique et qualité de l'environnement,
- le coût des politiques environnementales mal adaptées est extrêmement élevé,
- la croissance économique doit s'appuyer sur un système de prix incorporant les valeurs
environnementales,
- la solution des problèmes environnementaux passe par la réduction de la pauvreté.
S'il existe désormais un consensus sur ces principes leur mise en œuvre demeure modeste car ils heurtent de front la Vulgate à laquelle adhère la pensée « environnementalement correcte » qui depuis les années 60 a inspiré l'écologie politique et l'action des bureaucraties nationales indépendamment des orientations politiques de leurs gouvernements."

luc

Nous avons aussi Petrella qui utilise le concept de l'eau d'une manière assez démagogique me semble t il.
Plus généralement aux côtés de
Roger Garraudy (l'appel aux vivants) et le suisse Jerôme Deshusses :(Delivrez Prométhée).
Il me semble qu'ils ont en commun une vision religieuse et idéaliste d'eux mêmes et du monde qu'ils veulent sauver.
Le libéralisme sous toute ses formes demeurant leur bouc émissaire...

Cosette

Jacquard, Petrella sont peut- être des utopistes, des naïfs, des idéalistes mais qu'importe. Ils provoquent la réflexion, la discussion. Cela me semble important dans ce monde tellement individualiste

Richard maréchal

Jacquart et Petrella sont l'incarnation de l'abyssial vide la pensée qui caractérise le gauchisme larmoyant. A côté d'eux, même un délégué syndical FGTB passerait pour un prix nobel.
Voir la série consacrée à Jacquard par le Maître du Monde (loué soit son nom). Ca commence ici
http://users.skynet.be/maitredumonde/2005-09-15.htm

Luc

Je me rends souvent dans une région reculée en montagne où il n'y a pas de distribution d'eau.Le propriétaire du logement y a installé un captage sur une source en amont.Le calcul du prix de revient de cette installation et son entretien me donnent un prix comparable pour cette "eau gratuite" à celui que nous payons en ville...
et cela c'est sans compter les taxes ,la sécu les amis à placer dans l'intercommunale, les tantièmes etc....
Je me méfie de ces slogans mobilisateurs qui ne visent pas à nous faire réfléchir mais bien à embrigader.
Le pire ennemis des gourous
précités est bien l'esprit de liberté et sa propagation.

Jayce

L'eau est indispensable à la vie, pas le pétrole.


Cyril

Il faut lire les âneries de Petrella dans La Libre d'aujourd'hui sur l'eau. Arretez de suite de boire de l'eau en bouteille !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.