Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« L'absentéisme dans le secteur public | Accueil | Alain Destexhe & Co : le blog »

16 mars 2006

Commentaires

melodius

Je présume que vous pouvez déjà considérer comme un progrès qu'on ne vous traite plus de fachîsse...

Richard maréchal

Ne serait-ce pas synonyme dans la bouche de certains ?

Adam Smith

Critiquer la gestion publique semble être un tabou pour les socialistes : c'est remettre en cause leur profond dogme que tout ce qui est "géré" par le public est bien géré.

Donc j'imagine que si en définitive, c'est quand mal géré, ils en concluent que c'est la faute des fonctionnaires et non du système.

Ainsi, en cas de problèmes, on peut s'en sortir facilement en faisant tomber quelques fonctionnaires qui seraient responsables de l'esprit d'absentéisme ou de comportements déviants.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Il me semble que c'est d'abord et avant tout le système qui conditionne le comportement des gens. Difficile de motiver des fonctionnaires qui sont nommés à vie et quelque soit leur action recevrons le même salaire suivant un barème fonction de leur statut et leur ancienneté. Qui plus est, ce système n'encourage pas le plus souvent l'initiative personnelle.

On pourrait extrapoler ce genre de réflexions à d'autres maux wallons :
- on apprend à l'école comment s'inscrire au chômage, pas comment s'inscrire comme indépendant et créer sa société : le système n'incite pas l'initiative privée
- l'indépendant qui fait faillite, c'est de sa faute ; le chômeur qui est au chômage, c'est de la faute des patrons qui ne recrutent pas assez : pas d'encouragement de la prise de risque
- idem pour les pièges à l'emploi : doit on blâmer les gens qui restent au chômage parce qu'ils y gagnent plus qu'en travaillant ou plutôt le système ?

B Delcourt

J'ai pu assister à différentes sessions parlementaires à divers niveaux, et on ne peut pas dire que la présence soit toujours le souci de nos élus.

A vouloir cumuler différentes fonctions et emplois, il est très difficile de remplir la mission confiée par l'électeur.

A quand une statistique sur l'absentéisme des élus ?

E.G. Simon

Dans LLB 16/03 (p.6) je lis qq. Propos sur le thème "TAUX D'ABSENTEISME PUBLIC" des derniers jours. Ils nous sont rapportés sous la plume de Christian Laporte (que l'on peut qualifier de journaliste "grand professionnalisme"); un Mr cultivé, ce qui ne gâche rien.

Je vais donc réagir en citoyen pas crédule (pas comme un client-affilié à la "Carte Rouge"). En répétant d'abord ce bon vieux dicton de Jean de La Fontaine: ""Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois"", encore et toujours! Procédons ainsi dans l'ordre:

1) Figurent dans ladite page les Q./R. du Min. fédéral de la Fonction publique Chr. Dupont (PS, wallon). Avec des propos tels: "Il est clair qu'il (sénateur A.D.) a voulu stigmatiser le secteur public p.r. au secteur privé" ... puis encore: "Il n'est pas facile de réunir des données comparables sur les différentes fonctions publiques".

Mr Dupont prend t-il ses concitoyens pour des imbéciles? C'est une pure attitude d'hypocrisie et un style en faux-fuyants du ministre. Car ses "fonctionnaires de base" offrent eux des témoignages répétés sur les abus de toujours. Le GERFA en dénonce régulièrement depuis 20 ans. Ici, là, et encore un peu partout. Mais rien n'y fait ! Compréhensible, car quand on n'a de volonté de décider et d'agir qu'après l'examen minutieux - à la 3e décimale - sur un ordre de grandeur d'absentéisme chiffré à 5, 8, 12 ou parfois 15% selon le contexte ... il y a un profond PROBLÈME de "gouvernance publique", ou disons d'incompétence compréhensive?

Encore, s'il n'y avait dans tous ces chiffres que des "récupérations d'accouchements", ce serait parfait pour nos statistiques de démographie. Mais là n'est PAS le cas. Acceptons: des malades il y en a partout, normal. Encore doit-on s'entendre sur "la nature et l'intensité du mal" avant d'accorder un repos compréhensif (à supposer qu'il soit demandé et non pris d'office). Une solution? Puisque Mr Demotte cherche désespérément à faire des économies sur son "budget santé fédéral", peut-être pourriez-vous lui demander d'édicter qq. nouvelles normes médico-pharmaceutiques afin de soigner expéditivement (aux génériques, SVP) ces agents délicats affiliés à la maladie chronique?

Alors, Mr le Ministre, avez-vous vraiment conscience de ce que vous dites avec un: "Pour nous il faut en tout cas remettre un service EFFICACE sur pied"? Ou pensez-vous plutôt: "tâchons d'éjecter les organes de contrôle privé, car ils risqueraient de pouvoir révéler au grand jour - avant les élections d'octobre - ce que TOUS nous savons parfaitement mais ne voulons surtout point reconnaître"???

2) Je peux aussi lire au bas de page une "Réaction", celle de "Mme C.", travaillant à la Communauté française (où?), avec des ambages tels : "Chez nous, il règne un grand respect réciproque et les relations interpersonnelles n'en sont que renforcées ...".
Concluons donc par un "Bravo Mme Arena, chez vous au moins, tout baigne"???

3) Evidemment, lorsque les pouvoirs publics ne sont pas capables d'imaginer, ni de mettre en oeuvre, une vraie politique de croissance économique qui générerait de l'EMPLOI productif, et ceci depuis 30 ans écoulés (1975-2005) ... Il reste la solution de créer des "organes et postes à statut sur mesure", puis d'y caser sélectivement les "fidèles affiliés" qui devront y rester redevables de qq. menus services au Parti lors des élections ou d'autres corvées.

A ceci, couplons la rengaine syndicale (au rationnel parfaitement en phase malgré quelques heurts épisodiques): "Nous manquons de moyens, le cadre n'est pas complet, les congés s'accumulent sans que nos syndiqués sachent les récupérer, le taux d'accidents du travail lié au surmenage menace gravement nos acquis sociaux, etc.". Effectivement, avec 5, 8, 12 ou 15% d'absents institutionnalisés, cela laisse de la place pour de "l'embauche de remplacement". Et la boucle est bouclée ...

Holà ! Voici notre François Martou, maintenant plus disponible et lui, économiste! Lui qui épouse les chères thèses de " l'alliance de toutes les gauches improductives" va bientôt mettre de l'ordre dans ce grand fouloir. Allons François, allons François, allons (comme au Standard de Liège ou je ne sais où).

Paul

Ne vous inquiétez pas de ceux qui vous accusent de faire le jeu du nord du pays: si la plupart des Flamands ne seront pas surpris par vos révélations, la majorité approuvera votre attitude, et la minorité qui l'utilisera contre la Wallonie n'a de toute façon pas besoin de vous pour l'attaquer. Quant à ceux des francophones qui vous dénigrent, ce seront les mêmes que ceux qui s'en sont pris à vous l'année dernière, lors du rapport sur la situation de la Wallonie. En tout cas leur attitude est identique: tirons sur le messager. M'est avis qu'ils ne se sentent pas très à l'aise. Ce qui démontre que votre travail est utile.

kette

Thu, 16 Mar 2006 16:12:27 +0100
Wed, 15 Mar 2006 09:21:00 +0100
Tue, 14 Mar 2006 14:00:00 +0100
Mon, 13 Mar 2006 11:51:07 +0100

Il n'y a donc pas que les fonctionnaires a "blogguer" pendant leur temps !

Alexis de Tocqueville

@ kette,

Si salariés du privé, fonctionnaires et professions libérales interrompent 3 minutes leur travail pour blogger, je ne crois pas que leur productivité en dépende. Assez de ces cornichonneries (il est 9.05 et je débute ma journée de travail par ce post. Bouuuuhhh que je suis vilain!)

Foguenne

@ kette,
Ce genre d'intervention est ridicule. Vous ne connaissez rien de la situation des intervenants à ce blog.

Pour en revenir au sujet, j'espère que cette étude amènera des changements. Si ce n'est pas le cas (c'est ce que je crains) et bien on est mal barré.

Dénoncer le problème est la première étape, s'y attaquer, vu l'hostilité aux changements des fonctionnaires me semble beaucoup beaucoup plus complexe.

Au passage, j'aime toujours lire l'éclairage E.G Simon qui aurait bien sa place comme rédacteur de ce blog.

Nemrod

Voici ci-dessous un article que j'avais envoyé il a quelques mois au magazine Ciné Télé revue, rubrique courrier des lecteurs, qui a été publié. La direction de la poste négociait avec les syndicats une 'méthode' pour diminuer l'absentéisme :

"Absentéisme à la poste.

Si j’en crois les médias La Poste compte régler son problème d’absentéisme chronique en accordant des primes et/ou des jours crédits pension aux moins absents.
Pourquoi un postier serait il récompensé et bénéficierait d’un an ou deux de pension plus tôt qu’un autre travailleur d’un autre secteur parce qu’il aurait moins ‘carotté’ que ses autres petits copains ? Pourquoi devrais je travailler plus longtemps qu’un postier pour obtenir ma pension alors que dans mon secteur d’activité l’absentéisme pour cause de maladie est dans la moyenne ?
Avouez qu’à la direction de La Poste ils ont une curieuse manière de solutionner les problèmes ?
Il n’y a pas trente six solutions. Soit on est malade, soit on ne l’est pas et les carottiers doivent être sanctionnés. Es ce que le corps médical ne porte pas aussi une part de responsabilité en faisant du clientélisme ?
Ne vous étonnez pas si notre sécurité sociale se déglingue et que les vrais malades chroniques comme les cancéreux ou autres maladies génétiques doivent se battre par le biais d’associations pour être reconnus et pris en charge de manière décente.
Voici un exemple de plus de dualisation de notre société qui ne fait que s’accroître. Des entreprises publiques comme La Poste, la SNCB, les aiguilleurs du ciel, les bagagistes, etc… conscients de leur puissance sur l’économie, prennent en otage sans vergogne la population qui subit et paie.
Merci La Poste."

Ubu

Une enquête intéressante à mener ? Pourquoi pas un rapport sur les "faux absents", ceux qui sont présents mais pour faire le tour des bureaux ou qui ont (cas connu) une veste à laisser sur leur chaise face à leur ordinateur allumé et une autre dans leur voiture pour se ballader. Et c'est souvent du personnel coopté par le monde politique, même si tout le monde ne peut être la soeur de Didier Reynders ;)

deborah

Lutter contre l'absentéisme, bien sûr, mais après avoir analysé et par des mesures appropriées et pas inutilement pénalisantes pour tous.
En ce qui concerne la proposition n° 7 (jour de carence),...
Petite coïncidence, dans le Moniteur de ce jour paraissent les textes suivants :

30 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 25 mai 2005, conclue au sein de la Commission paritaire de la transformation du papier et du carton, relative à l'ABOLITION du jour de carence

30 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 22 novembre 2004, conclue au sein de la Commission paritaire des constructions métallique, mécanique et électrique, relative au REMBOURSEMENT des jours de carence supplémentaires par le fonds de sécurité d'existence en exécution du point 2.3. de l'accord national du 7 avril 2003 (1)
On pourrait évidemment faire l'exercice de chercher ce qu'il en est dans d'autres conventions collectives.

Mais parmi d'autres textes et débats d'actualité (et au Sénat, c'est même TOUT A FAIT d'actualité – proposition VLD de février) j'ai relevé
En ce qui concerne la chambre :
51K1358
Proposition de loi portant uniformisation de la législation relative au salaire garanti et SUPPRESSION du jour de carence.
Auteur(s) : Delizée | Bonte | Dieu | Peeters
Situation : PENDANT CHAMBRE ART.78
D'accord, la proposition est socialiste, mais

en ce qui concerne le Sénat :
3-1549/1
Sénat de Belgique
SESSION DE 2005-2006
1er FÉVRIER 2006
Proposition de résolution relative au statut du travailleur salarié et SUPPRIMANT la distinction entre ouvrier et employé
(Déposée par M. Jean-Marie Dedecker et consorts)
"extrait" :
3.1.2. Rémunération garantie en cas d'incapacité de travail, le jour de carence
Contrairement à l'employé, l'ouvrier dont l'incapacité de travail n'excède pas quatorze jours n'est pas rémunéré pour le premier jour.
Il s'agit là du jour dit « de carence ». Le but du jour de carence est de contrer les abus. En exécution de la loi du 13 juin 1999 relative à la médecine de contrôle, une réglementation améliorée du contrôle de l'incapacité de travail est en voie d'élaboration. Il est donc grand temps de SUPPRIMER sans plus attendre cette distinction DEPRECIATIVE et SUPERFLUE. Ici encore, les partenaires sociaux renvoient une fois de plus aux calendes grecques."


Vous disiez donc instaurer un jour de carence dans la fonction publique, … Etonnant! En tout cas, la proposition est, pourrait-on dire de manière étayée me semble-t-il, … à la droite du … vld.

E.G. Simon

A en juger par les interventions inopportunes et répétitives que le brave Mister "Kette" insère librement sur ce blog ... ceci quel que soit le thème de QUESTIONNEMENT invoqué par le parlementaire-élu A.D. ... notre sens commun nous amènera à conclure:

"Kette XYZ" est un de ces "bon prête-nom", vivant probablement de subsides publics. Un être à qui plus d'un siècle d'instruction PUBLIQUE nationale ne semble guère avoir apporté de satisfactions dans la vie. Méchamment dit, on le situerait volontiers dans la peau d'un de ces "attachés de cabinets", ou fonctionnaire-absentéiste dont Courteline se délectait déjà du profil "rond-de-cuir", râleur démotivé, lassé de ne pouvoir jouer qu'avec ses "cocottes en papier". Dac ? Sinon, lire la définition du Petit Robert en fin de mon intervention! Merci par avance.

Car en ces temps modernes, "Kette, XYZ" fut tout entier acquis aux projets que la ministre C.F. (PS, Mme Onkelinx, vers 1997) vendait alors à tout qui accepterait de la croire: "Initier des réformes profondes" dans un enseignement déjà en voie de déliquescence. Attention: pas par la faute des enseignants qui ont la passion de ce beau métier; allez plutôt lorgner du côté de "parents déresponsabilisés" et de "syndicats de la fonction publique" aux slogans éculés ...

Bilan 200x : où en sont ces "Réformes de d'enseignement"? => jamais abouties avec succès nous confessent beaucoup d'intellectuels honnêtes (eux, les professionnels, sont plus versés pour débattre de ces questions fondamentales)! Lassé, ne sachant plus à qui confier cette tâche ardue et toujours entravées par diverses agitations dites à retombées sociales, notre wallo-empereur a cru bon d'appeler Mme Arena à la rescousse. Quel pis-aller. Au moins, jusqu'à 2004, le trio asymétrique de la PS Mme Dupuis + du romaniste P. Hazette + le jeune papa Nollet savaient mieux y faire, s'il n'y avait eu un esprit de pré-carré chez les gauches! Car c'était sans compter sur les musclés de la "FEF" estudiantine (= des affiliés au PS + Ecolos + des ultra-gauchistes infiltrés) FEF accouplée aux militants du SETCA (spécialisés en piquets de grève et en défilés avec pancartes).

Las, pour stimuler la créativité de ces moins-branchés au "download MP3", Laurette voulait aussi mettre un PC + Internet à disposition de chacun. Idée éducative simpliste, en demi-flop (après des échecs préparatoires à l'encadrement professoral et par défauts budgétaires). Mais une idée rachetée en 2005 par notre vaillant Ministre PS Chr. Dupont (celui-là même en qui Elio voit le "maître des réformes" de notre gargantuesque Fonction publique fédérale). Notre futé ministre Dupont tenta d'instaurer cette "diffusion de PC à-Mr-tout-le-monde" via des modalités d'application qui auraient permis d'arroser "200.000 familles" qu'il désirait convaincre des vertus d'un socialisme moderne. C'est vrai, ça fait plus démocratique que d'en offrir pour le même budget public aux "200 familles belges", ici nous souscrirons volontiers. En finale, il semble qu'après consultation par appel d'offre, chaque ménage vraiment intéressé pourra réaliser son rêve dans une enveloppe (basique) à 850 € T.T.C., soit l'équivalent annuel des cigarettes de papa/maman et celui du budget GSM des rejetons.

Revenons aux "Réformes de d'enseignement". Pour rester dans l'actualité, je trouve préférable de réfléchir les idées rendues publiques en ce moment par le professeur Descamp (économiste en gestion publique, FNDP Namur, membre de plusieurs assemblées-conseil). Au moins il y a dans ses rappels plusieurs évidences positives à mettre en oeuvre. Sera-ce une matière à débattre lors des prochaines assises du PS (car il semble que sans eux rien ne sais se faire)? Peut-on espérer de ceux à qui on va ensuite confier la mise en oeuvre pratique qu'ils ne céderont pas aux pressions-anti, aux barrières et entraves dénommées "résistance au changement, défense des droits acquis" dont se délectent tant de "partenaires sociaux"?

Par analogie de procédé, pensant aux nécessaires "Réformes de la Fonction publique". Vont-elles enfin déboucher sur du pragmatisme "à la flamande"? Car, après les entraves mises à la réforme "Copernic" par nos bons syndicalistes et frustrés divers, puis ces hypocrites arguments "à la ministre Dupont" dans la presse du 16 mars, QUI C'EST QUI VA et COMMENT nous mettre ça en place, avec célérité et efficacité? Rappelons au PS que nous "citoyens-contribuables et payeurs", nous attendons le sauveteur Mister Dupont, impatiemment !
= = =
Enfin pour clore sur le chapitre de ce pauvre "Kette". Pouvons-nous lui demander de nous inonder de BONNES suggestions afin de redresser une situation belge qui va de mal en pis? S'il n'a - Kette - que des demi-solutions pour notre Wallonie, cela fera de toute façon un grand bien p.r. à l'existent que nous concocta un PS au commandes depuis plus de QUATRE DECENNIES !

A contrario, je propose que ceux qui ont un véritable esprit d'entreprendre, de construire, de faire changer, de vouloir redresser des situations manipulées, etc. agissent. Laissant alors à ce brave "Kette" un prix de "NEGATIVISME". (NB : pour sa compréhension, au "Petit Robert" NEGATIVISME : "comportement pathologique qui consiste à résister, soit passivement, soit activement à toute sollicitation externe ou interne". "Attitude de refus".
= = =
Simples mots d'un sage wallo-belge, d'esprit suffisamment indépendant.

Cosette

@E.G.Simon
Je suis très souvent d'accord avec vos interventions.
Je suis certaine que vous êtes quelqu'un de cultivé, d'intelligent et une personne de bon sens mais vraiment là aujourd'hui, je vous demande : ne pourriez-vous pas être un peu plus concis. Un peu moins de paranthèses SVP
Si vous vouliez, vous pourriez être le phare de ce blog
Sans rancune ?

nivellement par le haut

Le phare de ce blog et de la pensée humaine, EG Simon, je n'en doute pas.

Mais en attendant si vous pouviez prendre congé pendant quelques semaines, cher EG, cela vous permettrait de vous ressourcer et à ma barre de défilement de récupérer.

Merci.

MinusHabens

Le problème du sénateur Destexhe est que c'est un obsédé de la publicité personnelle. Il a trouvé un créneau qu'il exploite à fond. Cette posture de Grand Dénonciateur devient agaçante.

Bien cordialement,

Minus Habens, de son état

alex

Dites, tant qu'on est occupé avec le futur phare, et si on changeait le titre de ce blog:

http://EGSimon.blogs.com

Ca a de la gueule, non?
C'est qui ce Destexhe, d'ailleurs?

JP

Minus Habens,
Je pense que vous êtes vous-même embêté par la publication du rapport de Monsieur Destexhe car il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, il ose pointer du doigt ce qui ne va pas et apparemment cela vous dérange. Vous sentez-vous visé??
J'attire également votre attention sur le fait que Alain Destexhe dénonce mais propose également des solutions.

Adam Smith

@Minus Habens,

Il faudrait savoir ce que l'on veut dans la vie : où on se plaint que les hommes politiques (sénateurs ou autres) dorment sur leur bureau ou font acte de présence ... alors ils sont gracement payés pour la non réalisation d'un travail
Ou bien on accepte qu'ils font leur travail : en dénoncant des abus, in fine, ils vont forcément faire parler d'eux ...

Entre la mal gouvernance et la publicité personnelle d'un sénateur qui souhaite que les choses changent, il me semble que le choix est vite fait ...

Euclide

Je partage à 100% la réprobation que peut susciter l'absentéisme frauduleux et la mauvaise gouvernance que peut refléter sa persistance.

Mais j'aurais voulu quelques chiffres pour mieux cadrer la problématique.

Si je comprends bien, il pourrait y avoir un absentéisme non justifié de 3% dans un ensemble de services publics totalisant peut-être 200.000 personnes, soit 6.000 personnes percevant indument un salaire net de
20.000 à 30.000 Euros.

Si je fais abstraction des effets indirects ( mais réels ) sur la désorganisation des services, j'arrive à un préjudice annuel de 120 à 180 millions d'Euros pour la collectivité.
Ce n'est même pas 1‰ du P.I.B.

Et, par comparaison, que représentent en euros :
- la spéculation immobilière
- la spéculation financière tolérée par une CBFA qui ne dispose pas des experts indépendants voulus
- le manque d'éthique du monde politique où la corruption passive ou active et le cumul des mandats mériteraient sans doute une étude
- les dysfonctionnements de la Justice
- ...

On sait que la saga Francorchamps risque de couter à elle seule, in fine, plus de cent millions d'Euros ; si les extrapolations que j'ai pu faire au départ de mes infos sont correctes,
les dysfinctionnements de la Justice auraient un impact économique de l'ordre de plusieurs milliards ( ! ) d'Euros chaque année.

Et enfin, compte tenu de l'état de nos finances publiques, la seule certitude de nos fonctionnaires, c'est celle de ne pas toucher la totalité de leur fameuse pension. Les Français ont récemment réalisé que le total des engagements afférents était chez eux de l'ordre de
mille milliards d'Euros ; personne n'a eu le courage, chez nous, de publier le moindre chiffre. Si celui de deux mille milliards d'Euros se révèle correct, ce que je crois, il faut s'attendre à ce que l'Etat ne puisse guère honorer plus de la moitié de ses engagements ; ceci constituerait pour les fonctionnaires un préjudice annuel de l'ordre de 20 à 50 milliards d'Euros, 100 à 200 fois plus que le montant cité plus haut pour des fraudes présumées à l'absentéisme.

La paille et la poutre ?

Minarch

Minus Habens...

Vouz avez mille fois raisons!
Quelle ineptie que d' essayer de révéler la vérité!
Surtout si elle peut être si injuste envers 38% de la population active Wallonne!
Continuons donc à cacher du public les dysfonctionnements d' un Etat providence qui n' a plus les moyens de ses folies.

Stratégie éculée de socialisants profiteurs du système que de traiter AD de self-publicity!

Rapellez-vous l' an passé quand il a osé, le grand méchant, annoncer le déclin officiel Wallon! Levée de bouclier généralisée y compris au sein de son parti.
Alors que les chiffres publiés par l' UE prouvaient à juste titre ce déclin....
Elodie Rupette, le rédac' chef de la RTBS et du Swâr, utilisa toute sa puissance de feu pour faire croire à l' inverse...

kette

Pour rester dans le sujet de l'absentéisme, nos élus sénateurs, parlementaires et ministres feraient mieux de prendre exemple sur les fonctionnaires et ainsi nous éviter des conneries.

Mr le sénateur vague aussi dans les forums de télémoustique ?
C'est quand la star-ac ?

Rudolf Menthol

@Kette

Je parierais ma selle, mon cheval et mes bottes que vous êtes fonctionnaire. Evidemment, le fait qu'il se trouve (enfin !) un homme politique pour dénoncer certains faits qui vous dérangent, ne peut que me le rendre ENCORE plus sympathique.

Car que vous le vouliez ou non :

- il y a en Wallonie deux fois plus de fonctionnaires qu'en Flandre. Ils représentent pratiquement 40% de la population active. Aucun pays ne fait mieux, à part peut-être Cuba (je vous fait grâce de la Corée du Nord).

- la Flandre elle-même utilise proportionnelement plus de fonctionnaires que chacun de nos voisins européens

- pour avoir vécu dans quatre pays différents, je peux vous dire que malgré cette pléthore, malgré le niveau de taxation stratosphérique auquel nous sommes soumis en Belgique, le fonctionnement des services publics est digne d'un royaume bananier. Ainsi, dans l'enseignement, par exemple : je vous invite à lire l'article de La Libre d'aujourd'hui présentant une étude effectuée par la FUNDP où l'on montre que les resources allouées à l'éducation dans notre pays, tant au niveau financier qu'au niveau humain, dépassent celles de TOUS nos voisins. Et pourtant la Wallonie est dans le peloton de queue pour l'enseignement si l'on s'en réfère à l'étude PISA.

- il ne se passe pas un mois sans que l'on dénonce l'un ou l'autre abus, découvre l'une ou l'autre affaire, pointe du doigt l'un ou l'autre dysfonctionnement. Il y a quelques jours, s'était l'alcoolisme chez les fonctionnaires, par exemple, avec des chiffres édifiants. Mais des exemples de dysfonctionnement comme ceux-là, on peut les multiplier à l'infini en Belgique.

Les citoyens en on marre de cette caste de privilégiés, souvent nommés par le jeu des copinages politiques, qui grève le budget de l'Etat. Il faudra vous y faire.

kette

Suite et pas fin :

Mr Reynders place les jeunes du MR au ministère des finances.
Mme Onckelinks fait de mm avec le ministère de la justice.
Mr Flahaux ne se prive pas de placer ici et là en rapport avec ses mandats.
Mme Milquet ne se prive pas de s’entourer de ses proches.
Et je ne parle même pas de Mr Di Ruppo et des placements préélectoraux.

Alors, ma question à Mr le sénateur et son dossier : quid des « untoucheable » ?
Et vous, n'avez-vous jamais usé de votre fonction pour placer ici et là ?

E.S.

@ ce "Kette" qui nous remet une couche d'étroite médisance, je recopie ma réflexion de 13:31 (à laquelle il n'a apparemment tjs rien compris)
= = =
Enfin pour clore sur le chapitre de ce pauvre "Kette". Pouvons-nous lui demander de nous inonder de BONNES suggestions afin de redresser une situation belge qui va de mal en pis? S'il n'a - Kette - que des demi-solutions pour notre Wallonie, cela fera de toute façon un grand bien p.r. à l'existent que nous concocta un PS au commandes depuis plus de QUATRE DECENNIES !

A contrario, je propose que ceux qui ont un véritable esprit d'entreprendre, de construire, de faire changer, de vouloir redresser des situations manipulées, etc. agissent. Laissant alors à ce brave "Kette" un prix de "NEGATIVISME". (NB : pour sa compréhension, au "Petit Robert" NEGATIVISME : "comportement pathologique qui consiste à résister, soit passivement, soit activement à toute sollicitation externe ou interne". "Attitude de refus".
= = =
Libre propos, comme le sien.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.