Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Fête de l'Internet: le blogging politique | Accueil | Finlande : de la crise au succès »

23 mars 2006

Commentaires

Libéral

L'article de l'Institut économique Molinari est excellent. Merci de m'avoir fait découvrir ce site!

kette

"une véritable égalité des chances et qui ne pratique pas la discrimination à l'embauche". Lourde révélation pour la Patrie des Droits de l'homme.

Et qu'en est-il de la Belgique ?
La Belgique bât tout les records, sa discrimination ne se limite pas aux allochtones, les autochtones en "prennent" pour leur langue ;)

Sacré Mr le Sénateur, l'herbe est donc plus verte en France ?

B. Pagacz

http://www.lefigaro.fr/debats/20060322.FIG000000177_la_crise_du_cpe_un_test_decisif_pour_l_etat_poltron.html

Brillante réflexion dans le Figaro sur le CPE, réflexion dont l'auteur, sauf erreur, est belge.

BP

climax

Sur le CPE, une analyse brillante de Bertrand Lemennicier, qui applique à la crise actuelle la théorie du "Public Choice" :

http://www.quebecoislibre.org/06/060319-6.htm

Luc Marcourt

Mais qui est ce Gallifet qui est mentionné dans l'article de Godfriedi ?

Sophie

Je sais que pour la plupart vous n'en avez rien à faire et vous ne vous sentez pas concernés mais c'est important pour nous étudiants en fac....
Je vous écris pour vous demander votre soutien aux étudiants qui se trouvent pris en otage par les manifestations actuelles mais aussi pour vous exposer la réalité de notre situation bien loin de celle que les médias comme à leur habitude déforment.

Je suis étudiante en master de droit des affaires à Paris X_ Nanterre et je suis révoltée face au blocus des universités.

Premièrement il faut rétablir la vérité, la majorité des étudiants sont contre ce blocus sauf que nous subissons des menaces et des intimidations alors peu d'entre nous osent prendre la parole. De plus, les médias font preuve d'une véritable manipulation dans leurs reportages et oublient bien souvent de mentionner les moyens totalement anti-démocratiques utilisés par ces manifestants.

Tout d'abord, les assemblées générales qui ont été diffusées à la télévision ne sont qu'une mascarade : ainsi lorsque le résultat d'une première AG avait donné le non au blocus majoritaire, dès le lendemain une seconde AG éait organisée par une minorité de manifestants pour revoter illégitimement le blocus, ne respectant pas la décision des étudiants. Enfin l'AG réunissant le plus grand nombre d'étudiants jeudi dernier était un véritable scandale: nous étions majoritaires contre le blocus alors ils nous ont d'abord imposé 3 heures de faux débats (temps de parole inégal et les intervenants autorisés étaient à 90% leurs partisans). Ils ont mené une véritable propagande anti-gouvernementale bien loin du problème du CPE et énoncé des abérrations telles que le CPE facilite le licenciement des femmes enceintes et permet de licencier pour une tenue vestimentaire non conforme en dehors des horaires de travail... Le problème c'est que la plupart des jeunes (non juristes) le prenne pour parole d'évangile!!! D'autre
part pendant cette assemblée la sécurité laisse des individus circuler avec des foulards cachant leurs visages et manifestement menaçants. Enfin le vote s'effectue à main levée avec des gens qui pour la plupart ne sont absolument pas étudiants mais des syndicalistes ou autres appelés en renfort: nous étions 2000, seulement 750 ont voté pour le blocus et ils ont quand même déclaré que nous avions perdu!!!

Mais le plus grave ce sont les intimidations et la violence de ces gens que les médias ne dénoncent pas: jeudi et vendredi lorsque des étudiants ont voulu entrer dans leur faculté des bagarres ont éclaté à coups de barres de fer, une jeune fille a été poussée dans les escaliers par des représentants de l'Unef et a été sérieusement blessée mais là encore personne ne dit rien ou ne se scandalise: non toute cette violence est légitimée par le droit de grève?!!!

Enfin lorsque les manifestants étaient minoritaires face aux vrais étudiants qui voulaient accéder aux cours, ils ont fait appel à des lycéens de nanterre arrivant en masse et criant. Ces jeunes n'étaient là que pour nous intimider et n'ont trouvé rien de mieux que de se prendre en photo avec leurs portables devant l'université en nous narguant et en chahutant, démontrant leurs réelles motivations!!!

C'est donc un appel à l'aide que je vous adresse pour les vrais étudiants qui veulent que leur droit à l'éducation et celui de ne pas faire grève soient respectés. Les dirigeants de notre université étant démissionnaires et les médias refusant de prendre en compte notre témoignage, je vous sollicite donc pour nous aider à rétablir la vérité et pour que l'Université française redevienne un lieu où les libertés individuelles peuvent s'exercer loin des propagandes et de la violence.

Je vous remercie de votre attention et d'essayer de diffuser au maximum ce message.

Sophie

Jean-Philippe

[...] "l'herbe est donc plus verte en France ?"

Je ne pense pas que l'herbe soit plus verte en France. En Belgique, cela fait longtemps que les entreprises pratiquent le "CPE" au travers des agences d'intérim. Même si cela ne suffit pas à réduire de manière significative le chômage endémique de la Wallonie, un nombre croissant d'intérimaires finissent par décrocher un contrat définitif souvent après plusieurs périodes d'interim, parfois pour un même employeur.

En proposant le CPE, le Premier Ministre Français veut briser le carcan de "Je n'engage pas alors que cela serait utile, parce que si mon activité connaît un ralentissement, cela me coûtera trop cher de licencier"

Sous pretexte de protection des travailleurs, les syndicats ont rendu les conditions d'embauche, mais surtout de licenciement impossibles. Je ne parle pas des grandes entreprises, mais des PME qui constituent la majorité du tissu économique Wallon.

Force est de constater que lorsque l'activité économique est florissante, nombre de ces PME se refusent à engager du personnel supplémentaire sachant que l'entièreté des bénéfices réalisés risquent de se voir engloutit en frais de préavis. Au risque de perdre des contrats, soit ils essayent de s'en sortir "avec les moyens du bord" (ce qui signfie de nombreuses heures supplémentaires - parfois en noir), soit ils font appel à des agences d'intérim pour une brève période.

Le CPE Français n'est qu'une clarification de la situation. Naturellement, cela dérange la gauche. En effet, en cas de succès, plusieurs milliers de jeunes Français se verraient offrir un emploi, et donc auraient moins de raisons de voter "à gauche" lors des prochaines présidentielles. Impensable, vous imaginez bien. Bien orchestrée par des troupes rompues à la désinformation, accompagnées de casseurs des banlieues qui trouvent l'occasion d'en remettre une couche, couvert par une presse anglo-saxonne pour qui tout ce qui va mal en Europe est du pain béni, la contestation trouve un terreau fertile auprès de jeunes, voire de très jeunes, dont les perspectives d'avenir paraissent peu porteuses d'espoir dans la situation actuelle.

Les Français sont des râleurs nés. Mais à force de tout refuser, ils risquent d'entraîner la France dans une aventure aux lendemains incertains. Laissant la porte ouverte à des extrêmistes de tout poils: Besensnot, de Villiers, Le Pen voire au poujadisme.

La France étant un partenaire économique important de la Belgique, sa situation ne peut que nous alarmer. Si la situation de l'emploi s'améliore en France, les retombées pour notre pays seront palpables. Dans le cas contraire, elles pourraient s'avérer dramatiques.

EmigréParDégoût

Concernant le témoignage de Sophie, rien d'étonnant. La gauche utilise ces méthodes depuis bien longtemps. Au moment de la faillite des forges de Clabecq, il fallait faire attention à ce qu'on disait et même lisait à Tubize.

EmigréParDégoût

J'ajouterai qu'un des moyens les plus efficaces utilisés par Margaret Thatcher pour diminuer le pouvoir des syndicats en Angleterre a été d'imposer les votes secrets pour le smouvements de grève. Intéressant qu'une mesure après tout fort démocratique ait un effet dévastateur sur les organisations qui se réclament du syndicalisme mais qui n'en sont plus qu'une perversion.

Replicant

Le CPE va créer de l'emploi ? Oui, si les manifs perdurent, il faudra engager des CRS et des hommes de métier pour réparer les déprédations causées sur le chemin des manifs... A part ça, je ne vois pas...

Un CPE en poche, comment vont faire ces jeunes pour trouver un logement quand on sait à quel point les bailleurs français sont autrement plus exigeants que nous ne le sommes... Comment vont-ils contracter un prêt auprès des banques (j'insiste ici sur les banques et non les organismes de crédit) ???

Pour en revenir au black que vous citez et qui se montrait favorable au CPE, le pauvre, on devrait lui expliquer que l'employeur potentiel, le pourvoyeur de stages aura toujours, cpe ou pas, le choix entre lui, pas qualifié, s'exprimant dans un français approximatif et un diplômé bac++, à choisir entre les deux, tout en ayant la garantie que l'on pourra virer la personne, on peut poser la devinette, qui les employeurs vont-ils engager... Bien évidemment, on pourra prendre l'argument des patrons : "enfin ! pensez donc nous ne voulons pas investir à perte dans un jeune, le former nous coûte, ce n'est donc nullement dans notre intérêt de le licencier".

Jean-Philippe

Les jeunes travaillant sous le régime du CPE rencontreront les mêmes difficultés que ceux travaillant pour des agences d'Intérim. La réforme du secteur des banques et l'obtention d'un crédit est un autre débat.

Je ne vois pas en quoi engager un allochtone serait favorisée par l'absence de CPE. J'aimerais que vous m'expliquiez.

Etant patron d'une petite PME, j'ai été longtemps confronté à un problème: J'engageais des jeunes à leur sortie d'école. Ceux-ci poursuivaient leur formation en nos locaux ou chez nos clients. Ne pouvant offrir des salaires mirobolants, au bout de quelques temps, il s'en allait ayant trouvé un emploi plus rémunérateur ailleurs. Un jour l'un d'eux, à qui je disais regretter son départ m'avoua "J'ai tout appris chez vous" mais les lois du marché étant ce qu'elles sont, je n'ai jamais pu demandé rétribution de son transfert comme en football.

Former un employé coûte. Ignorer cette réalité, c'est "cacher ce sein que je ne saurais voir" Mais rien ne vous empêche d'être borgne.

Molinari

@sophie : il existe une association en France qui se bat contre ce que vous dénoncez : www.liberte-cherie.com

J'espère qu'à la lecture de ce témoignage, tout le monde ici aura compris que le "renard dans le poulailler", c'est l'Etat socialiste et son aristocratie nouvelle.

Raymond Coemans

Préférer une société foireuse à une société de merde et tout faire pour qu'un jeune ne puisse être transformé en kleenex même pas foutu de signer un bail à son nom (fiches de salaire CDI exigées en France), ça vaut peut-être bien une grève générale, oui, n'en déplaise aux troisième cycles se voyant déjà dans un triplex à Shoreditch avec un salaire mensuel en kilos.

Vous êtes habituellement bêtes, aujourd'hui, vous êtes révoltants.

Laurent Hovine

En Belgique, nous n'avons pas le CPE mais nous avos qqch qui peut y ressembler; à savoir la clause d'essai (L. du 3 juillet 1978 relative aux contrats du travail (M.B., 22 août 1978, Errat., M.B., 30 août 1978, art. 47 et 67 (dans certains secteurs on parle plutôt de stage et que donc un essai peut suivre un stage!): cette clause d'essai va de 7 à 14 jours pour un ouvrier et d'1 à 6/12 mois pour en employé.

N'oublions pas que la Belgique est un pays fort syndicalisé (taux de syndicalisation assez élevé). Nous avons nos consensus à la belge. Il revient aux partenaires sociaux de s'entendre entre eux, à défaut d'entente, c'est le gouvernement qui joue le rôle d'arbitre. En France, c'est plutôt le contraire. Voyez l'état des rues....

Mais retournons en arrière! Les réformes, sur les pensions, faites par monsieur Raffarin ont suscité bcp de remous à l'époque, mais avouons que mnt on en parle plus!!!

Le CPE peut être une très bonne chose, on peut éventuellement le réduire à un an au lieu de deux ans mais soyons tout de même lucides, à l'heure actuelle, nous devons être assez flexibles. Facile de rester sur des acquis!

Pijean

@Sophie

Je me suis permis de recopier ton appel poignant sur d'autres sites et forum où l'on en parle!!
Tu as tout mon soutien!

Jean-Philippe

@Raymond Coemans,
Et vous proposez quoi à la place ?

Evitez-nous les théories fumeuses sorties de boîtes de conserves avariées. D'accord que beaucoup des éléments du système actuel sont "gauchies" à force d'être usée. C'est bien de souhaiter les remplacer. Au delà des grandes théories et des beaux discours, montrez-vous pragmatique...pour une fois ;-)

Replicant

Pour en revenir au témoignage de M. Hamid Senni, malheureux jeune homme condamné à l'exil pour trouver un employeur prêt à l'écouter, inutile de spécifier que Mme Aubry ne tendait pas l'oreille, son message s'adressait également aux politiques de droite.

Plus que le CPE, son témoignage soulevait le problème de la formation. C'est un constat, nous avôns trop de diplômés, des formations qui perdent de leur prestige, tant elles sont effectivement bradées. Résultat, trop de jeunes diplômés frappent à la porte pour un emploi... On en arrive donc à des situations comme en Espagne, en Italie... ets où l'on rétribue 1.000 € un jeune bien formé... Un non sens. L'ancienne génération a éduqué sa progéniture avec l'idée que seule comptait la formation universitaire, sésame à l'emploi. Vaste blague. Si on n'avait pas fait une fixette avec l'univ, je me serais lancé dans une formation tout autre : ébénisterie, plomberie ou autre... mais non, cela faisait tache !!! Ces formations là on les laisse aux élèves en décrochage, etc. Plus qu'un CPE, nosu avons besoin d'une réflexion en profondeur sur les formations. Revalorisons les professions "manuelles", n'envoyons pas d'emblée les jeunes à la fac ! Informons davantage sur les ouvertures professionnelles ! bref construisons une société en fonction des besoins et de grâce sortons de ces clichés qu'il faut absolument un solvayman ou un diplômé en économie pour gérer une boîte. L'étudiant qui a suivi un cursus universitaire est à même de réfléchir et de combler l'une ou l'autre lacune managériale par une formation complémentaire. Les anglo-saxons l'ont bien compris et leur système permet ces facilités, ce que souligne d'ailleurs M. Senni. Malheureusement, nous dénigrons ce système à la carte... Pas grave, les Français on le CPE, nous un taux de chômage de 21% en Région bruxelloise.

Molinari

"tout faire pour qu'un jeune ne puisse être transformé en kleenex même pas foutu de signer un bail à son nom (fiches de salaire CDI exigées en France)"

Vous ne comprenez donc strictement rien au fonctionnement du marché. Sur un marché libre (i.e. où les droits de propriété sont respectés), ce qui crée la sécurité, c'est la multiplicité des choix et des opportunités possibles. Cela implique qu'accroître la sécurité des uns par la législation a pour effet d'accroître l'insécurité des autres, les non-privilégiés (par la restriction de leur éventail de choix et d'opportunités). Au rique de lasser, je vous invite à lire Hayek ainsi que "La Liberté et le Droit" de Bruno Leoni qui expose le détournement du Droit par l'Etat-pieuvre.

Alexis de Tocqueville

Ich Bien ein CPE! Comme j'aurais aimé avoir ce type de contrat lorsque j'ai commencé ma carrière. Au lieu de quoi nous allions de 6 en 6 mois avec un préavis de 7 jours. Quant à la motivation des patrons, c'était "ne correspond pas aux attentes". Ces jeunes manifestants sont cons mais ils font leur édification politique. Dommage que la France ne puisse tout simplement plus se le permettre. Quant au petit Julliard (le patron de l'Unef, il a rendu sa carte du PS récemment estimant que cela ne faisait pas convenable. Peur du Canard enchaîné? En tout cas, sa carrière est toute tracée!

Replicant

Au risque de lasser, tout le monde en ces pages virtuelles ne prend pas son pied en s'envoyant les écrits de von hayek M. Molinari. Autre chose, arrêtez ces phrases agressives du style "vous ne comprenez docn rien aux lois du marché". Ce n'est pas parce que le marché créé l'insécurité des plus faibles que nous devons l'accepter, ne vous en déplaise.

Alexis de Tocqueville

@ Sophie,
Essayez de passer à la télé (Pujadas est assez ouvert). Vous n'avez rien à perdre!

Raymond Coemans

Vous êtes pires que les témoins de Jéovah avec votre Hayek à la con. Un véritable discours d’illuminé… Et c’est précisément avec ce genre d’arrogance des grandeurs que vous allez alimenter un ressentiment populaire qui ne pourra que durcir les positions gauchistes.

Le Grand Soir, on vous pendra à votre tour de verre du quartier Belliard par votre cravate Burberry, gros rigolo que vous êtes.

Molinari

Décidémment "Replicant", vous êtes brilliant...

Bon allez, je continue mon explication : Les banques rechignent à accorder des prêts à long terme aux individus ne disposant pas d'un CDI pour la seule et unique raison qu'est la persistance d'un chômage de masse (créé par l'Etat-providence. Et quelle providence..!). Dans une société libre, tout qui veut travailler trouve du travail contrairement à ce qu'en disent les conneries keynésiennes. Les banques pour vous accorder un prêt à long terme n'ont donc plus besoin d'un CDI.

Replicant

"Décidémment "Replicant", vous êtes brilliant..."

Soignez votre orthographe, c'est assez gênant...

Et svp arrêtez votre ton, c'est insultant et ne vous grandit nullement, que du contraire... Pour ce qui est des prêts, certaines n'ont en effet pas besoin de CDI, sinon elles ne prêteraient jamais aux indépendants et de plus elles escomptent un revenu minimum en relation avec le prêt.

"Décidemment Molinari, vous êtes brilliant"

Replicant

"Vous êtes pires que les témoins de Jéovah avec votre Hayek à la con. Un véritable discours d’illuminé…"

Une religion dirais-je, et comme toute religion elle n'appelle qu'à l'intolérance... Certains sont ici aussi prompts à dégaîner Hayek que certains ne l'étaient à sortir leur petit livre rouge. De l'endoctrinement de masse.

Ceci dit, pourrait-on revenir au débat ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.