Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Une commission spéciale "mémoire" au Sénat | Accueil | L'absentéisme (suite) »

15 mars 2006

Commentaires

Jean-Philippe

@paul,
Le jour où un de vos clients ou fournisseurs vous présentera un flingue, un cran d'arrêt à lame de 15 cm, une batte de base ball, un simplement son poing, vous pourrez parler d'agressivité physique. Ne confondons pas avec l'agressevité verbale, qui si elle est regrettable, est de moindre conséquence.

Sur le taux d'absentéisme inférieur dans le privé, je m'en suis expliqué dans mon premier post. Fallait le lire en entier.

@Minarch,
Vous proposez une solution radicale, mais elle aurait le mérite de secouer le cocotier.
J'ai connu la même mésaventure pour obtenir un raccordement à l'ADSL, tout ça parce que j'habite un coin reculé... du brabant wallon! Lassé, j'ai fini par écrire à M. Didier Bellens, patron de Belgacom. 10 jours plus tard, j'avais ma ligne ADSL, comme par miracle, tous les soucis techniques qui empêchaient son installation avaient disparu.

Aux USA, il y a un slogan qui fait toujours fureur dans le monde des affaires "Aim High" (Visez haut) C'est bien ce que l'on peut reprocher à la Belgique, trop petit (surtout l'esprit), trop bas, trop court... et trop cher

deborah

@Adam Smith,
mon propos sur les prépensions visait à signaler que là où il y a proportionnellement peut-être plus de travailleurs âgés, c'est peut-être une donnée relativement objective à prendre en compte dans la différence de taux d'absentéisme (pour rappel, le nombre de travailleurs encore au travail entre 50 et 65 ans est de 300.000 ai-je lu).
Quant à la pension, même si c'est un peu hors sujet, je voudrais ajouter l'une ou l'autre nuance objective.
1. Ce dont on parle, c'est de la pension LEGALE, le premier pillier donc. Je ne parlerai pas du 3ème puisque fonctionnaire comme salarié du privé ou indépendant peut évidemment cotiser librement. Mais le deuxième pillier, les fonds de pension peut aussi être important et pour rappel un fonctionnaire (j'exclus certaines entreprises publiques) n'a JAMAIS de pension complémentaire (2ème pillier).
2. Un contractuel et toutes les années passées en tant que contractuel relève(nt) des pensions du secteur privé. Et dans la fonction publique, comme dans le privé, les carrières simples, linéaires deviennent l'exception.
Tout cela pour dire que certaines simplifications rapides tronquent un peu la réalité.
Rien qu'un petit exemple, ma mère a travaillé comme indépendante et un peu comme salariée, mon père travaillait à l'état (nomination tardive), mon père étant décédé, ma mère reçoit trois parties de pension et proportionnellement, c'est la partie pension correspondant à son travail comme salariée qui est la plus élevée (évidemment la partie pension "état" est une pension de survie - veuve -, mais ce n'est pas bien lourd).

Alexis de Tocqueville

@ Jean-Phil, t'as raison.

Tout Wallon qui vise haut est taxé de cette expression wallonne qui veut tout dire : "Grandiveux" (+/- prétentieux, ambitieux, stoefer etc.). Succès, fortune, talent, entregent, créativité, dynamisme entraînent le soupçon au Sud du pays. L'échec, par contre, est paré de toutes les vertus. On voue un véritable culte au pauvre, au misérable. Ce qui est somme toute bien chrétien. N'est-ce pas la seule manière de gagner son paradis? Au contraire, les USA protestants valorisent le succès. Car toute fortune amassée sur Terre vous ouvre les portes du paradis protestant. Tout est là...

Cosette

@R.Maréchal
La proportion de mauvais fonctionnaires (80 contre 20 bons) me paraît un peu exagérée.Non ?
Maintenant je pense qu'il y a trop de fonctionnaires mais c'est lié aux institutions pléthoriques

@Alexis de Tocqueville
"Succès, fortune, talent, entregent, créativité, dynamisme entraînent le soupçon au Sud du pays. L'échec, par contre, est paré de toutes les vertus. On voue un véritable culte au pauvre, au misérable."

Que le talent, la créativité entrainent la fortune ne me gêne aucunement. Que du contraire.
L'échec par contre n'est pas toujours mérité . Je pense par exemple à l'Horeca où de jeunes restaurateurs talentueux n'ont pas pu s'en sortir.
En ce qui concerne le culte voué aux pauvres et aux misérables. Où allez-vous chercher cette idée ?
Je pense tout simplement qu'il faut aider les blessés de la vie. C'est peut-être "chrétien" mais cela fait partie de ma philosphie.

Jean-Philippe

@Cosette,

Désolé si ma remarque ne va pas plaire, mais pour moi, un "chrétien", c'est une personne qui s'achète une bonne conscience pour pas cher.

Si les chrétiens faisaient vraiment ce qu'ils disent, il n'y aurait pas de SDF dans les rues. Mais à part ponfitier de beaux discours, je ne les ai pas vu faire grand chose de concret depuis l'inquisition.

Achille Acalan

Je suis le gérant d'une TPME, et vraiment une très petite PME, j'ai une employée malade depuis plus de six mois. Je ne peux pas me permettre d'engager une nouvelle collaboratrice, car au cas où la maladie de mon employée se terminerait, je me verrais l'employeur de deux personnes, ce qui n'est pas dans les moyens de mon entreprise.Je m'informe donc auprès de mon secrétariat social sur les possibilités de résoudre mon problème.
La seule solution est de licencier mon employée pour une absence de santé de plus de six mois, mais à la condition de lui payer : trois mois de salaire, comme indemnité, les congés auxquels elle a droit, because, qd on est malade on a aussi droit à des congés, le pécule de vacances ainsi que toutes les charges sociales y afférent. coût : 11.000 euros. j'ai cru réver d'être pénalisé pour une faute que je j'avais pas commise. Faut-il chercher plus loin les causes des absences pour motif de santé ???
Parce qu'enfin, recevoir une prime de quatre mois de salaire, commeprime de départ d'une entreprise, ce n'est qd même pas si négligeable que cela.

alex

@ molinari:

Posons donc la question autrement, puisque notre intellectuel de haut vol ne puis appréhender le mode métaphorique.

Est-il réellement intéressant de privatiser des secteurs naturellement (structurellement) déficitaires, comme la poste ou le rail?

Est-il intéressant de minuter la prestation de ton facteur, de fermer les petites gares de proximité, afin d'obtenir une rentabilité p-e illusoire dans le secteur en question?

La valeur ajoutée de ces secteurs n'est-elle pas ailleur? N'obtiendrait-on pas un autre valeur en gardant ces secteurs sous contrôle de l'état, en déficit strictement contrôlé, et en autorisant une gestion de type privé (par exemple en n'offrant pas de statut privilégié aux employés), mais tout en retirant la pression de la rentabilité?

Je n'ai pas de réponse, je pose la question. Ton infirmière accoucheuse a sans doute fait un meilleur travail que la mienne, j'attends donc tes réponses éclairées et intelligentes.

Pour le reste, il n'est pas question de créer un "droit aux amis" comme tu essayais d'ironiser maladroitement. Simplement, parfois, certaines fonctions ont traditionnellement une valeur autre que celle qu'on leur prète directement. Un facteur qui s'arrête pour causer pendant sa tournée a parfois une importance dans la vie des gens isolés.

Note, c'est vrai, on s'en fout finalement. Quand les services postaux belges seront un marché secondaire aux mains de conglomérats hollandos-britanniques par l'effet de M&A's avisées et que les chemins de fers belges seront gérés par un conglomérat franco-allemand ne laissant plus que BXL, Liège et Anvers desservis par 2 services par jour, les autres gares fermées car non-rentables et toute façons, le fret étant plus intéressant, sera temps de se poser ces questions. (Je sais, les contrats de gestion, mais ce ne sont que de très faibles garanties.)

Je dis, encore une fois, je n'ai pas de réponse, je pose la question...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.