Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Impôt dégressif en Suisse ? | Accueil | Histoire, mémoire, et politique (2) »

08 février 2006

Commentaires

Alexis de Tocqueville

Rappelons tout de même que dans tout ceci, il y a une bonne dose d'instrumentalisation. Si nul ne sait s'il y a eu intention de nuire parmi certains éléments du Jylland Post, l'imam danois qui a parcouru les Arabies en janvier dernier (soit 4 mois après la publication des caricatures) a certainement fait beaucoup de mal. Rappelons aussi que les régimes syriens et iraniens sont sous pression et que l'Arabie saoudite doit montrer qu'elle n'est pas moins orthodoxe en tant que gardienne des Lieux Saints. Une bonne partie des manifestants sont à l'évidence des illettrés et ont été mis au courant par ouï dire sans recul. Enfin, la Foi dans ces contrées est plus importante que tout le reste. L'offense est donc proportionnelle. La religion remplace la morale à bien des égards et a donc une certaine utilité. Comment serions-nous offensés en Europe puisque, pour l'essentiel, nous avons perdu la foi?

melodius

Ce qui me frappe, c'est le ton orwellien ("pas de censure mais des limites") et les raisonnements collectivistes ("les" musulmans ceci, "les" musulmans devraient faire cela, etc.) voire carrément stupides ("la charia droit commun de l'humanité" - c'est c'lâââ, oui) de tous ces "intellectuels engagés".

C'est bien gentil de dénoncer "le sanglot de l'homme blanc", mais si c'est pour appeler au sanglot de l'homme musulman- qui devrait s'excuser des agissements de Ben Laden dont il n'est en rien responsable - je ne vois pas trop l'intérêt.

La réalité est que toute cette histoire est une tempête dans un verre d'eau et qu'il n'y a que les fouteurs de merde qui y gagnent, sans oublier les pisseurs de copie à qui ce non-événement donne l'occasion de pontifier dans le vide et de prophétiser mille et un malheurs.

Le monde musulman semble se spécialiser dans la production de primitifs aux tendances pyromanes, et nous dans celle de sentencieux hypocrites. Comme le chantain l'immortel Plastic Bertrand "tout petit tout petit la planète".

Merci en tout cas d'avoir attiré notre attention sur ce ramassis de sottises.

Peignelune

Ce que l'auteur du texte du Figaro auquel renvoie A. Destexhe semble avoir voulu dire est que dès lors que des millions de musulmans exigent le respect de leurs interdits religieux par tous, y compris les non musulmans, il y a la prétention à ériger leurs interdits religieux en "droit commun".

M. Melodius : verre d'eau ? Je crois au contraire que c'est une question de principe cruciale pour l'avenir de nos sociétés démocratiques : que les musulamns aceptent qu'on puisse ne pas adhérer à leur foi et à leurs interdits.

D'ailleurs ce verre d'eau a déjà fait dix morts et oblige des journalistes à entrer dans la clandestinité. Si c'est un verre, il est rempli de sang.

Bravo à AD pour son blog et la qualité des débats !!

T. Collignon

melodius

"Des millions de musulmans" ? Vous les avez comptés ou vous faites juste usage de la licence poétique ?

La plupart des musulmans n'ont pas été manifester et parmi ceux qui ont été manifester, la plupart n'ont pas eu de comportements violents. En fait, la plupart des musulmans, s'ils ne trouvent évidemment pas ces caricatures très sympas, les prennent à peu près comme nous les histoires belges. "Les" musulmans, comme nous tous, ont bien d'autres chats à fouetter, à commencer par la nécessité de joindre les deux bouts en fin de mois.

Je tiens par ailleurs à relever l'extraordinaire hypocrisie de tout ce "débat" dans lequel on rend de vibrants - mais bien peu sincères - hommages à la liberté d'expression puisque cette fois-ci cela "nous" arrange. Je n'ai vu aucun de ces intellectuels au petit pied se battre pour la liberté d'expression des racistes, des négationnistes, des homophobes, etc. Mais comme chacun sait, "le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit", et "l'esclavage, c'est la liberté".

"Nous", comme civilisation, ne valons pas mieux que ceux que "nous" condamnons.

Personnellement, je refuse de jouer à ce petit jeu qui ne profite qu'à des personnes qui veulent provoquer une grande "guerre des civilisation", dans laquelle je n'ai pas l'intention de me laisser embrigader.

SFo

Comme vous le dites si bien, melodius, "le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit". La caricature, elle, est une opinion. En tout cas celles qui sont incriminées le sont. Celles qui sont publiées actuellement dans le monde arabe et portant sur l'holocauste sont, par contre, du négationisme, ce qui est un délit.

Personne n'a suggéré que le débat portait sur l'islam mais bien sur l'islam intégriste. Le problème est la proportion de musulmans qui balancent d'un côté ou de l'autre.

melodius

C'est à peu près ce que disent les islamîsses : "la caricature du prophète n'est pas une opinion, c'est un délit". On voit tout de suite les fabuleuses possibilités qu'offrent ce genre de petites phrases à la con. Combien de temps avant "Le néo-ultra-libéralisme asocial n'est pas une opinion, c'est un délit" ?

Quant à la manière dont tu décris le débat, si vraiment ce n'est que de cela qu'il s'agissait, pourquoi le fabuleux Renaud Girard demande-t-il que tous les MUSULMANS (et non les islamîsses) de Belgique pratiquent le sanglot de l'homme musulman ? On se plaint vertueusement de la non-intégration des musulmans, mais dès qu'un truc ou l'autre arrive, leur intégration devrait passer par l'endossement d'une responsabilité collective envers "nous" ? A mourir de rire.

Les Renaud Girard de ce monde sont les idiots utiles de l'islamisme.

melodius

Très bon d'ailleurs, "allez vivre en Arabie Séoudite", tout cela parce que des gens ont le malheur d'aller manifester PACIFIQUEMENT leurs opinions. Mais vous comprenez, ils ont "la haine de la liberté", rien que ça, c'est Renaud-le-lecteur-des-pensées-musulmanes qui nous le dit.

On m'a déjà dit aussi que si je n'était pas content, j'avais qu'à aller vivre aux Etats-Unis.

Avec pareils défenseurs, la civilisation occidentale se passe très bien d'ennemis.

E.G. Simon

Peut-être devrait-on inviter à relire S. HUNTINGTON (politicologue U.S.), cet auteur détesté dans l'U.E. et par divers occidentaux "bien pensants" ...)?

Durant les '90s, S.H. osa écrire sur la nature et/ou les mobiles "profondément religieux" des confrontations perceptibles pour notre 21e s. entre l'Occident et la mosaïque Islam (sorry pour les détails, j'ai égaré l'ouvrage). Il y a 8-10 ans, Huntington fut mal lu et exécré; mais pas après pas c'est son analyse socio-religieuse ET sa vue propective qui s'avèrent être assez pertinentes!

Aujourd'hui, Allah, son prophète et la "croyance" sont instrumentalisés (et déviés de leur sens) par cet islam radical. Les quelques voix d'intellectuels musulmans "modernistes" ou de religieux modérés sont écrasées sous le poids supposé "révélé" des textes sacrés. Au-delà, il semble clair que "l'obscur" dessein de l'extrême est couvert par des officiels du pouvoir (car ceux-ci sont à la fois mus par la crainte de se faire déborder, voire renverser ... et par leur propre Foi ?). Tous écrasés sous le dessein de personnages qui ont tout intérêt à garder l'interprétation des textes "tels quels" aux yeux de populations peu capables de discernement, biberonnées qu'elles sont dans ces "schémas mentaux" dès leur plus jeune âge!

Depuis N décennies on observe ainsi une funeste émulation entre les courants chiites et sunnites à "QUI prendra le leadership?" pour la reconquête, aujourd'hui "mondialisée"! Même ceux-là gangrènent la communauté jusqu'à l'Indonésie (160 mio d'habitants, leur plus massive), un Etat qui s'était longtemps montré musulman, mais d'un autre profil. Un phénomène en tache d'huile, dans des milieux dépourvus d'esprit critique.

Curieusement, et une fois de plus, lorsqu'un cercle de dialogue inter-religieux s'est créé positivement, ce fut sous l'égide du Pape (Jean-Paul II y invitant tous les courants modérés, en ce compris la communauté musulmane). Au plan politique nos chefs d'Etats occidentaux ont eux manifesté une volonté d'échanges assez semblable.

Droit international et droit islamique sont tous deux en décalage par rapport à l'actualité. Peut-on donc espérer que le "Dieu unique" (commun à tous) manifestera son ire et usera de son pouvoir à raisonner des croyants incontrôlés?

Alexandre Gilis

Dans tout ce "foutoir", on ressent quand même une manipulation et la volonté par certains de jeter de l'essence sur le feu. Tout d'abord, les attaques envers les intérêts israéliens et américains dans le contexte de ces caricatures démontre la politisation du problème, et de deux que l'on ne me fasse pas croire que des mouvements soudains de telle ampleur à travers le monde soient "innocents", celà me rappelle l'affaire des banlieues françaises ou j'avais la désagréable impression de sentir une main invisible mener les opérations. Comment d'ailleurs des gouvernements souverains possédant une armée sont-ils incapables de contenir un population en colère?

J'ai peur que dans un sens les extrémistes aient gagné la partie, les journaux occidentaux se censurant par la suite lorsqu'ils abordent des sujets touchant aux musulmans.

Cela me rappelle quand même qu'un jeune de mon quartier se promenait souvent avec un T-Shirt où l'on pouvait voir le pape fumant un joint, je n'ai jamais vu les bonnes soeurs du coin virer au hooliganisme dur pour autant!

melodius

Huntington pensait que de grands blocs transnationaux allaient se former autour d'états phares dans chaque "civilisation", en d'autres termes, qu'on assisterait à un remake planétaire du panslavisme version 19ème.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les événements n'ont pas validé ses pronostics. En réalité, la plupart des gens qui l'invoquent aiment le titre du bouquin mais ne l'ont pas compris/lu.

Alexis de Tocqueville

Je voudrais signaler quelque chose d'essentiel, c'est la différence de réaction entre UN CERTAIN NOMBRE de musulmans d'Europe (manifestations, actions juridiques, éditoriaux) férus, semble-t-il, des possibilités et du fonctionnement démocratiques (et, évidemment, beaucoup mieux informés) et, d'autre part, UN CERTAIN NOMBRE de musulmans là-bas, désinformés, manipulés, habitués à une presse gouvernementale, animés d'une foi proportionnelle à une existence difficile qui, sans l'aide de la religion, n'aurait tout simplement aucun sens. Parallèlement, nombreux intellectuels musulmans ont mis, indirectement, en exergue ce proverbe célèbre : le chien aboie, la caravane passe.
En second lieu, sans une empathie minimale, nous nous condamnons à ne rien comprendre. En tant qu’athée, croire en Dieu relève pour moi de l’idiotie et le blasphème de la salubrité publique. Toutefois, il faut, au moins un instant, se mettre à la place de gens pour qui l’Islam représente l’essentiel de leur existence et leur prophète, une sorte de Grand frère qui accompagne leur destinée et leur promet la résurrection, chose qui ne manque pas de sel lorsqu’on mène une existence de chien toute sa vie. Etre musulman en Europe n’est pas facile non plus. La stigmatisation permanente est leur lot à tel point qu’ils partent trop souvent du principe qu’on les ostracise d’emblée, d’où des réactions outrancièrement violentes quelques fois.
Enfin, sur « l’absence de réaction » face aux crimes commis au nom de l’Islam, il y a là deux sortes de musulmans. Ceux qui soutiennent ces crimes au nom d’une improbable résistance à une humiliation tellement séculaire qu’on se demande quels sont encore ses tenants. Et ceux qui pensent, tout simplement que, n’ayant rien à y voir, ils ne sont pas dans l’obligation de montrer patte blanche. Si les « 19 » qui ont fait 9/11 eussent été belges (certains chrétiens d’autres athées), nous serions-nous levés tous ensemble pour nous en désolidariser ? Rien n’est moins sûr.
Concluons par une banalité : ces caricatures étaient évitables, les réactions disproportionnées, aussi. Hélas, la perception de l’Islam auprès de la population dhimmie en a encore pris un coup ces dernières semaines. Tandis que l’extrême droite ne doit plus même faire campagne. En cela, ce n’est certainement pas une tempête dans un verre d’eau car, insidieusement, l’oiseau fait son nid.

melodius

http://www.alamut.com/subj/economics/misc/clash.html

Robert

M. Melodius, vous traitez Renaud Girard d'idiot utile.

Je lis vos commentaires sur ce blog depuis quelques temps.

Vous semblez passer le plus clair de votre temps à réagir à ce que d'autres publient sur les blogs, dans les journaux.

Ce qui me frappe est que vos commentaires sont à 80% négatifs et trop rarement constructifs. Peut-être devriez-vous tenter de formuler votre vision des choses dans un article argumenté ? Cette constante agressivité donne de vous une image qui n'est guère engageante.

D'ici-là, vous me permettrez de penser que dans votre cas, l'expression "idiot utile" comporte un mot de trop.

Robert (Anvers)

Mango

Lorsqu'au nom de l'Islam, l'émir national du GIA déclarait l'ensemble du peuple algérien ennemi de Dieu et autorisait son meurtre rituel, il trahissait le prophète bien plus que des caricatures. Aucune autorité religieuse ou politique ne l’a condamné. Aucune manifestation publique de dénonciation n'a été organisée dans le monde musulman. Or, rappelons que hommes, femmes et enfants ont été égorgés au nom d’Allah. Des bébés ont été brûlés dans des fours sans que personne ne s'en émeuve.
De même, le cheikh El Qaradawi, guide spirituel des Frères musulmans et « conseiller » d’Al-Jazeera, lorsqu’il légitime les attentats-suicides parce c’est « écrit » dans Le Coran, il fait bien plus de mal à l’Islam que les caricatures du Jylland Post.

Cedlex

Lire « ne rien abandonner à la politique de l’apaisement : il y a bien un choc des civilisations » par Max Gallo (Le Figaro - http://www.lefigaro.fr/debats/20060208.FIG0209.html ) et « géopolitique de l’indignation » par Olivier Roy (Le Monde - http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3232,50-739126,0.html): « Il y a un seuil de tolérance très variable dans l'opinion publique : aucun journal respectable ne publierait aujourd'hui une interview de Dieudonné, alors qu'il n'a pas (encore) été condamné en justice pour antisémitisme. Aucun grand journal ne publierait des caricatures se moquant des aveugles, des nains, des homosexuels ou des Tziganes, plus par peur du mauvais goût que de poursuites judiciaires. Mais le mauvais goût passe pour l'islam."

Antoninov

Euh, monsieur Robert (Anvers), autant je trouve le style de Mélodius assez acerbe et lapidaire, autant je trouve qu'il donne des arguments, et des réponses ou des remises en cause des autres commentaires.

La soit-disant polarisation qui s'est produit ces dernières semaines autour de cette affaire a fait apparaitre non seulement les habituels commentaires collectivistes, conflit de civilisation, etc mais aussi a une fois de plus révélé certains hypocrisies, dans nos contrées également. Autant de point mentionnés par Mélodius.

melodius

Bob,

J'ai beau relire votre petit texte, à part une insulte à mon adresse, je n'y trouve rien.

Cela doit refléter autre chose, un truc plus profond, et partant, je ne suis pas surpris de lire que vous êtes heureux dans notre beau pays, dont votre ville d'origine illustre de manière éclatante toutes les merveilleuses qualités.

Bien à vous,

melodius

Constantin H.

Une chose en tout cas semble faire pencher la balance loin du fameux "choc des civilisations". Le musulman de base se fiche éperdument de cette histoire. Illustration de la chose : aucun de mes élèves musulmans n'a même ne fût-ce qu'évoqué la chose en classe, alors qu'ils ne manquent jamais pas de le faire lorsqu'un aspect de l'actualité les choque.

Enprovest

La majorité silencieuse et croyante de l’Islam, composée essentiellement de pauvres, de ruraux et de petits artisans ne comprend pas, quand elle en est informée par qui que ce soit, comment les Occidentaux peuvent qualifier d’acte relevant de la liberté d’expression un acte qui mériterait la peine de mort chez eux, si un musulman le commettait.

Que signifie pour un petit musulman la caricature du prophète avec un explosif dans le turban ? Cela signifie qu’un journal public de l’Occident riche et puissant peut se permettre de représenter le Prophète et se moquer méchamment de lui ainsi que de tous ceux qui croient en lui en affirmant « Mahomet est un sale terroriste ». C’est une violence sacrilège qui mériterait la peine de mort à un musulman ! Et la violence appelle la violence. Pour un musulman, ce n’est pas une critique, à laquelle il pourrait répondre par la critique. C’est une violence sacrilège à laquelle il risque de répondre par une autre violence sacrilège.

Et si Dieu est sacré pour les musulmans, pour les occidentaux, c’est la vie, les libertés. Le musulman (ou son porte-parole extrémiste) aura donc très envie de répondre en mas-sacrant nos vies et nos libertés !

HP

Je trouve curieux que personne ne relève que TOUS les incidents violents sont orchestrés par des gouvernements dictatoriaux. Il ne s'agit donc pas d'un "choc des civilisations", mais de jeux politiques qui instrumentalisent les grandes valeurs dont les uns et les autres se réclament.

Deckard

HP a entièrement raison.
Des pouvoirs totalitaires et corrompus manipulent à volonté une population écrasée par la pauvreté et l'arbitraire. L'Arabie Saoudite avait ainsi donné instruction à la presse de raviver l'affaire des dessins pour faire oublier les morts du dernier pèlerinage de la Mecque.
N'oublions pas que les dessins danois furent publiés il y déjà plus de cinq mois.
Un journal égyptien les avait même repris le 17 octobre 2005 sans que personne ne proteste:

http://freedomforegyptians.blogspot.com/2006/02/cartoons-were-published-five-months.html
http://freedomforegyptians.blogspot.com/2006/02/egyptian-newspaper-pictures-that.html
http://egyptiansandmonkey.blogspot.com/2006/02/boycott-egypt.html


Sur la légende selon laquelle il est interdit de représenter le Prophète:
http://muttawa.blogspot.com/2006/02/memo.html

Florence

Cedlex! je vous cite:
"Aucun grand journal ne publierait des caricatures se moquant des aveugles, des nains, des homosexuels..."
heureusement que vous n'avez pas pensé aux femmes parceque dans le genre représentations outrageantes, nous avons été servi sans quancun autre genre puise rivalisé en temps, en volume, en espace...
C'est bien de nous proposer un instant de nous mettre à la place d'un modeste musulman pour qui Mahomet est son unique salut.
et puisque qu'on est dans la compassion, se mettre un instant à la place d'une femme pour un musulman, ça devrait être possible, non, et là tout d'un coup il préfera une vilaine caricature de mahomet que des montagnes d'horreurs...
Mahomet en poupée gonflable, c'est notre réalité tous les jours dans la moyenne des représentations du genre féminin.
Et je préfère dégonfler la poupée que de hair son concepteur.
Que d'air que d'air au fond de tout cela.

Mélodius a le mot juste, qu'il soit incisif est une qualité de plume qui ne m'écorche pas mais satisfait mes neurones :)) meme si je pense que nous sommes tous dans le meme train, obligés à sauter en marche ou à se ménager un petit espace de vie supportable...

Arnaud Mouillard

"On peut rire de tout, oui, mais pas avec n’importe qui.", cette phrase de Pierre Desproges est plus que jamais d’actualité suite aux virulentes réactions qu’on provoqué la médiatisation des caricatures du prophète Mahomet qui avait été publié en septembre 2005 par un journal danois, puis dans divers journaux européen. Ainsi, le 30 septembre 2005, le journal danois "Jyllands-Posten" publiait des caricatures du prophète Mahomet. À l’époque, mis à part quelques protestations, il n’y a pas eu beaucoup de médiatisation, maintenant c’est la polémique dans le monde entier.

Que certains Musulmans veuillent interdire la représentation du Prophète peut être compréhensible, je comprends que ces dessins puissent choquer certains d’entre eux. Il faut, je pense, autant que faire ce peut, éviter de blesser une foi. Mais le problème n’est pas là, la question qui se pose est bien celle de la liberté d’expression. Concernant les réactions en France, qui est dois-je le rappler est un pays laïque et qui s’attache donc normalement à être neutre et à préserver l’équilibre entre Croyants et Non-Croyants, je ne comprend pas qu’il y ait autant de condamnations ou de menaces suite à la publication de ces caricatures dans certains journaux.

Entre la caricature et la censure, je choisis la caricature. La liberté d’expression (dont fait parti la caricature), le libre débat ou l’échange d’arguments sont des valeurs qui nous appartiennent. C’est pourquoi les menaces, les boycotts et autres intimidations sont selon moi inadmissibles. Ainsi, je ne peut ainsi qu’être étonnés de la décision du propriétaire de "France Soir" de licencier Jacques Lefranc, son directeur suite à la parution des controversées caricatures dans l’édition du 1er février dernier. La presse Française doit être libre et responsable des choix de sa ligne éditoriale, personne ne devrait leur dicter leur ligne de conduite. Quand Jacques Chirac dit que "le principe de la liberté d’expression constitue un des fondements de la République", je suis tout à fait d’accord avec lui.

Dans une France qui fête cette année les cent ans de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, ce ne devrais pas être des religieux parfaitement respectables et encore moins des ultras qui devraient dicter aux journalistes ce qu’ils doivent publier ou pas.

lien vers les caricatures sur : http://hern.over-blog.com/article-1775366.html

Kayaa

Le Danemark met en avant la liberté de la presse. Le monde Musulman en a assez qu'on piètine leur religion. La question qu'il faudrait se poser est: pourquoi ces dessins? Les musulmans ne comprennent pas le sens de ces dessins. De plus, le rapprochement de l'Islam et de son prophète avec l'intégrisme et les attentats pourrait être un almagame très limite. La liberté de la presse doit elle permettre ce genre de situation? Kayaa.org

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.