Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Les cumuls illégaux d'Yvan Mayeur | Accueil | Le Forum social de Bamako »

20 janvier 2006

Commentaires

Molinari

C'est rare qu'Elio s'en sorte aussi mal. Habituellement, il arrive quand même à faire avaler son discours niveau "Oui-oui" à la moitié la moins informée de la population. Avec ça par contre, ses congrès risquent de ressembler à un rassemblement de trisomiques...

On l'a compris, la question de la responsabilité socialiste dans la décadence wallonne, c'est LA corde de sensible du PS et de son empereur. C'est triste qu'un parti qui se veut libéral ne jouïsse que d'une seule personnalité pour la poser.

Décidement, pour celui qui va voter en Wallonie, il n'y a - outre le vote nul - plus que deux choix : le PS ou Alain Destexhe.

Lucilio

"Il a mis le déclin wallon sur le compte des industriels qui s'étaient désengagés de Wallonie..."

Et évidemment, il ne viendrait pas à l'esprit des socialistes de se demander pourquoi les industriels se sont désengagés de la Wallonie, quand dans le même temps, ils s'engageaient en Irlande.

Deckard

Le sourire d'Elio devient de plus en plus insupportable...

Gate

Vous soulevez souvent des points et des questions très interessantes concernant notre chère Wallonie, mais que proposer vous exactement de concret justement pour pouvoir nous sortir de là et pour qu'enfin des gens capables s'occupe d'elle?

Constantin

Le démantèlement du système clientéliste mis en place par le PS me semble une première étape indispensable :

- réduction drastique du nombre d'intercommunales

- suppression de toutes les ASBL contrôlées par le PS qui gravitent autour des conseils communaux et effectuent à des prix prohibitifs des tâches que la commune pourrait utilement remplir elle-même

- réduction drastique de la fiscalité pesant sur les gens et les entreprises

- abolition des droits de succession, impôt injuste et cynique et des droits de donation

- allègement des formalités pour la création d'entreprises

- plafonnement strict des rémunérations des administrateurs

- suppression de tous les emplois de complaisance : chaque emploi non nécessaire dans le secteur public coûte plus cher au contribuable que les notes de frais de monsieur De Spiegeleer

- décentralisation des décisions, suppression du fonctionnariat et liaison entre la rémunération et la performance dans l'enseignement

- mise en place d'un "bac" en fin de sixième avec rétablissement d'une liberté pédagogique absolue pour les établissements dont la seule obligation serait de permettre à leurs élèves de réussir ledit bac

- suppression des provinces, qui ont fait leur temps et ne représentent plus qu'une sinécure pour politiciens en préretraite

Voilà par quoi la Wallonie pourrait utilement commencer.

Constantin

Evidemment, il ne s'agit que de mes propres propositions. Je suis sûr que Mr Destexhe aura lui aussi sa petite idée sur la question.

Le point central est le suivant : le PS tente de nous faire croire, c'est son message subliminal, que seul lui est capable de sauver la Wallonie. La vérité est que ce sont les politiques menées par le PS qui l'ont mise dans l'Etat où elle est. Dès lors, la voie est claire pour qui se donne un instant la peine de réfléchir : le démantèlement de tout ce que le PS a mis en place depuis vingt ans est la meilleure solution pour sortir du marasme.

Jean-Philippe

Et encore, vous n'avez pas lu son interview au journal "Le Soir"... édifiant!

"L'insulte est le dernier rempart des minables et des lâches" aurait pu dire Confucius. Plutôt que de réagir de manière courroucée, un silence méprisant montre en quelle estime l'on tient son interlocuteur.

les propositions de Constantin sont pleines de bon sens. Je ne partage pas son avis sur l'une d'elle "le bac". On a vu en France les dérive qu'un tel système peut entraîner. Mais nous n'allons pas nous lancer dans une polémique sur le sujet.

Que faire pour la Wallonnie ? Mais renverser le dictateur. Depuis plus de 40 ans, le PS considère la Wallonie comme se chasse gardée. Peut-être serait-il temps que l'électeur réagisse. Derrière son noeud pap, Elio ne pense pas que les affaires récentes auront une réelle influence sur les votes aux prochains scrutins!!!

Les Ecolos ont payé (à juste titre) la suppression du GP de Spa-Francorchamps. Pour 2006, le PS, devant constater son incapacité flagrante, nous promet la même chose pour des raisons différentes mais guère plus glorieuses. L'électeur lui fera-t-il payer le même prix ?

Lors de la présence du MR au pouvoir, les Wallons ont observé un léger mieux, même si le redressement n'était pas spectaculaire, au moins la Wallonie ne plongeait plus. Aujourd'hui, a part déplacer du vent devant les caméras de TV, la Sarkozy Wallon (André Antoine) ne fait rien de bien concret pour maintenir le cap de son prédécesseur. Maintenant, faute de pouvoir présenter un bilan décent, l'empereur de Wallonie s'en prend aux absents. Et on nous fait encore croire qu'il pense au bien du peuple ? Qu'il agit en toute démocratie ?

Heureusement qu'il existe des personnes pour nous faire voire la réalité des chiffres et des faits. Si Monsieur Di Rupo s'est outré du prix remis à Monsieur Destexhe, c'est bien que toute vérité autre que socialiste lui fait mal. Et ça, c'est la réponse du berger à la bergère, le reste n'est que conjectures et babillage pour journaleux en mal de copie.

Molinari

A mon sens, il n'y a vraiment pas lieu de vanter le "bilan" du Quimby de Waterloo.

Je viens de voir Di Rupo dans le journal de RTL (apparemment à la sortie de l'émission d'hier soir). Il a remis en cause une nouvelle fois les chiffres donnés par Alain Destexhe mais surtout il a "trouvé indigne d'accepter le prix d'une association extrême flamande". Il ne faut pas le laisser s'en sortir là-dessus : Nova Civitas est un club de réflexion (très) libéral, pas une succursale du VB.

Si Di Rupo recevait un prix du MOC, il trouverait ça logique qu'on dise que ça vient des amis de Kim Jong Il? Il y aurait pourtant plus de vérité dans cette affirmation que dans celle qui vise à faire passer des libéraux pour des fascistes.

SFo

On sent tout doucement la belle assurance de di Ruppo se fissurer. Comme Jean-Philippe le dit, il ne pensait pas, jusqu'ici, que les 'affaires' puissent avoir une réelle influence sur les résultats des élections. Il est un fait qu'il y a une grosse frange de la population wallone qui bénéficie trop du système pour vouloir en changer. Mais il est toute une partie de la classe moyenne que j'appelle les 'socialistes par bonne conscience' qui pourraient tout doucement commencer à se rendre compte que la Wallonie n'a d'autre avenir que l'enfoncement dans la médiocrité tant que le PS sera le chef.

Alain Destexhe est la mouche du coche d'Elio di Ruppo, il le gêne beaucoup mais celui-çi manque d'arguments solides pour s'en débarrasser et il nous ressort, tout comme Moureaux, la carte 'libéral = extrême droite'. C'est vraiment pathétique en soi, mais ça l'est encore plus quand on se rend compte qu'il y a de gens assez bêtes pour marcher là-dedans.

Cedric


Ce qui me chagrine, c'est l'assurance que, quoi qu'il arrive, le peuple wallon dort, vote pour son PS historique, et que le MR, bien ancré comme "le parti des patrons et des indépendants" n'est pas prêt au discours fort qu'il se devrait de défendre, oscillant entre centre mou et droite sociale. On a grand besoin d'un discours "Sarko"-libéré-sans-tabou. Alors oui, foncez, m'sieur Destexhe, foncez...

Lucilio

Un discours "Sarko"-libéré-sans-tabou" ? Non, merci, sans façon. Si parfois, on peut combattre le feu par le feu, il est suicidaire de vouloir combattre la démagogie par une autre.

Mercure

Moins d'impôts, moins d'état et surtout moins de cons !

Ben

Félicitation pour votre Blog et j'apprécie les politiciens qui ont votre franc parler... :)

jurion

Cher monsieur de Stexhe,

Vous trouverez du grain à moudre pour dénoncer l'incurable bêtise socialiste ici (à propos de la récente idée de l'Institut Emile Vandervelde de bloquer les loyers à Bruxelles) :

http://www.fahayek.org/index.php?option=com_content&task=view&id=590&Itemid=44

Ludovic

Bonne prestation ce midi à Mise au Point... sans surprise néanmoins pour ceux qui vous lisent régulièrement.
J'espère pour vous que la tribune médiatique aura porté auprès de ceux qui ne veulent pas ouvrir les oreilles... et les yeux.

Alexis

S’il y a de quoi désespérer du la Wallonie et du dogmatisme pseudo idéologique puant et rétrograde du PS, il n’en est pas moins claire que parler la langue du bon sens déplait souverainement aux autocrates de la gauche caviar.
Cette même gauche, qui d’une main défend la dignité de l’homme et de l’autre met tout en oeuvre pour l’asservir au moyen de l’assistanat social sous les formes les plus diverses, c’est hélas bâtit par ce biais un inépuisable fond de commerce.
La seule solution à brève échéance pour que cesse la gabegie est le tarissement des sources de financement de la région wallonne.
Si nous voulons que les choses changent avant qu’un demi siècle ne s’écoule, il faut empêcher l’hydre socialiste d’alimenter ses électeurs en vampirisant ceux qui créent de la richesse.
En tant que wallon, je comprends parfaitement les velléités de nos voisins flamands à l’égard de la « nouvelle Albanie » que devient notre région.
Peut-être qu’en voulant notre mal, il causeront notre bien. En tout état de cause ça ne peut pas être pire.
Monsieur Destexhe, continuez votre combat. Nous sommes très nombreux à partager vos points de vues. La preuve que vous n’êtes pas dans l’erreur réside dans les insultes que vous opposent, en guise d’arguments les zélateurs du nivellement par le bas et de la régulation à outrance.
Vive la Liberté, vive la dignité de l’Homme.

paul

CONCERNE VOTRE VOYAGE EN COREE.
Je suis tres choqué de votre prestation dans ce pays ou l'on vous voit occupé a vous moquer des personnes qui s'occupaient de vous la bas.
J'aimerais bien un débat a ce sujet mais je doute qu'il soit un jour réalisé.
Je trouve que des parlementaires qui abusent ou se moquent de l'accueil qui leur est fait dans un pays en voie de développement meme si celui-ci est communiste est impardonnable.
J'ai vraiment honte de etre belge en voyant vous et vos amis complètements ivres dans ce pays qui vous avait recu.
Une chance que la rtbf a filmé tout cela.
Tout cela pour dire que quand vous essayez de critiquer vos collègues, essayez de ne pas oublier votre piètre prestation la bas.

icare

ce qui me déconcerte le plus, ce sont les silences des partis CDH et MR qui semblent incapable de réagir et de contrer ces forbanteries PS.
ils semblent ménager la bête prévoyant un jour prochain devoir manger dans la même auge sans se faire mordre !
Wallonie réveille-toi !

Mercure

Cher Paul,

si j'avais été reçus par Hitler, je lui aurait craché à la gueule et les personnalités qui les ont reçus sont pire qu'Hitler, ils sont plus proches de Pol Pot.

J'ai beaucoup plus été choqué par l'imbécilité de l'échevin de Binche qui souhaitait que l'endoctrinement des écoliers coréens soit appliqué en Belgique.

j'ai également été très choqué par la manière dont ce pays s'est permis de prendre nos parlementaires pour des cons. En leur faisant croire notamment qu’ils les amenaient dans des villages sinistrés, ou qu'ils n'avaient pas la possibilité de leur faire rencontrer le peuple de la rue ou encore en essayant de leur faire gober qu'on fait du parapente dans les champs.

Non franchement, Paul, soit nous n'avons pas vu le même reportage soit nous n'avons pas la même notion de ce qu'est le respect.

Molinari

Très bonne prestation d'Alain Destexhe dans "Mise au point". Juste une petite remarque constructive : quand Maroy vous dit que réduire le nombre de
fonctionnaires provinciaux, c'est mettre encore plus de gens au
chômage, vous répondez que ça peut se faire sans licenciements secs,
simplement en évitant de remplacer ceux qui partent à la retraite.
C'est un bon argument mais je pense que, sans rentrer dans des
considérations théoriques, vous auriez pu recourir en plus au
benchmarking, en citant les pays où la réduction de l'emploi public a
entraîné un net recul du taux de chômage (Irlande,
Nouvelle-Zélande, etc.).

Du point de vue de la théorie économique, la réponse est tout
simplement que licencier des gens dont l'emploi ne sert qu'à
eux-mêmes, c'est aussi libérer les capitaux qui servent à les payer,
et donc dans une économie fermée, ça débouche sur de nouveaux
emplois qui eux sont productifs. Maintenant,dans un contexte de libre
circulation des capitaux, si les belges préfèrent investir l'argent
qu'ils récupèrent à l'étranger, c'est qu'il y a des questions à se
poser sur la fiscalité et la réglementation belge...

Alexis de Tocqueville

En réalité, la problématique dépasse largement le PS dans la mesure où l’ensemble de la sphère politique, économique et intellectuelle est, dirais-je, “socialisée”. Ainsi de l’Union wallonne des entreprises subventionnée pour moitié par la Région, mais aussi nombre d’Instituts statistiques, nombre d’économistes « indépendants » qui doivent leur bequetance à la sphère socialisée (pensons à ceux qui contribuèrent à « La Vérité des chiffres » qui ne peuvent s’afficher avec le « vilain » Destexhe, pensons à tant et tant de professeurs d’université nommés politiquement et qui rechignent à leur devoir d’ingratitude).
Or, si l’on additionne cdH, écolo et PS et l’aile gauche du MR, la « gauche » pèse d’un poids bien trop considérable puisque, même les sociaux-démocrates en conviendront, la réussite d’un pays dépend d’un dosage subtil entre libéralisme et socialisme comme il en est de l’équilibre d’une balance d’horloger.
Le problème n’est-il pas qu’il n’y a, en réalité, en Francophonie, aucun libéral au sens noble du terme, de Stexhe mis à part ? Il me souvient d’un grand méchoui en compagnie de prétendus libéraux qui n’ont pas lu la théorie économique élémentaire reprise ici par Monsieur Molinari qui s’exclamèrent : « Mais si on supprime des fonctionnaires, le chômage va augmenter ! » et bien d’autres âneries de ce genre. Nous payons là, aussi, l’incurie de l’enseignement et l’inculture des gens de médias qui confondent la stagflation avec une recette de cuisine.
Tant que les gens ne seront pas informés que des solutions simples et à notre portée existent, ils continueront de désespérer, certes, du PS mais sans pour autant modifier la direction du crayon dans l’isoloir.
Mais pour revenir au sieur di Rupo, il n’était guère à l’aise, vendredi soir, face à Madame de Brahy, nous rejouant notamment Zola à Marchienne-au-Pont. Jouer sur les peurs de la Wallonie d’en bas, qui cultive la nostalgie des charbonnages, ancrée dans les images du 19e siècle et les enfants dans les mines. Laisser entendre que le libéralisme nous renverra à ces extrémités. Confondre volontairement libéraux, fascistes, néo-conservateurs, voilà les piètres armes qui restent encore à ce lider maximo de bac à sable. Combien de temps encore ses grosses ficelles démagogiques séduiront-elles les masses ? Nul ne le sait. Le « peuple » sondé par des micro-trottoirs sent confusément que son gourou vacille. 40% ne croit pas au Plan Marshall mais 45% continuent de penser qu’Elio Di Rupo est l’homme providentiel. Du pain demeure sur la planche pour leur expliquer que rien ne changera tant qu’on laissera ces piètres personnages aux commandes.

Mercure

En effet, et j'ajouterais que même Alain pourait être accuser d'être trop proche de l'état par certains libéraux.

autrechose Mr de Tocqueville, qu'entendez vous par "la réussite d’un pays dépend d’un dosage subtil entre libéralisme et socialisme comme il en est de l’équilibre d’une balance d’horloger" ?

Claude

Je ne pense pas que les flamands deviennent séparatistes à cause du retard économique de la Wallonie. J'habite en Brabant flamand et ce que je perçois est plutôt un subtil mélange de nationalisme et d'individualisme, doublé de ressentiment culturel.
Bien sûr, une Wallonie forte économiquement serait sur une position moins défensive...

D'autre part, si la classe politique flamande n'aime pas le PS, du moins dans les médias, c'est à mon sens par pur calcul. En effet, il constitue un contrepoids francophone historique au grands partis flamands de la majorité, compte tenu de la réalité électorale au nord du pays où quatre grands partis se divisent l'opinion. Actuellement, il est vrai que le MR a le même nombre de sièges que le PS, mais dans le passé, cela n'a pas toujours été le cas.

Molinari

Ne croyez-vous pas que le nationalisme culturel a tendance a s'exacerber au bout de 40 années de spoliation organisée?

Alexis de Tocqueville

J'entends un subtil dosage mais à forte dominante libérale, rassurez-vous, avec un mince seaupoudrage social qui évite les excès du 19e siècle.
Sur les origines du nationalisme flamand, c'est là aussi un "subtil mélange" de revendications identitaires, de complexe culturel et de sentiment de spoliation. Les transferts nord-sud apparaissent comme une rente de situation au nord du pays. Le bilinguisme dès le plus jeune âge couplé à une Francophonie d'égale prospérité atténueraient les forces centrifuges, c'est évident puisque, en l'espèce, presque plus rien ne nous différencierait. De toute manière, il faut viser la prospérité pour nous-mêmes et non pour le salut de la Belgique.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.