« Dr House | Accueil | Convictions pour Bruxelles »

03/06/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

En tant qu'ex-journaliste, J'ai personnellement interviewé Nick Rodwell(un manipulateur qu'on voit venir à 100m), mari de la veuve d'Hergé, Fanny, et si je me souviens bien, dans l'affaire en question, la Ville de Bruxelles avait proposé un lieu pour le musée (du côté du boulevard Lemonnier); Mr.Rodwell et Fanny ont rejeté leur proposition sous prétexte que l'endroit n'était pas assez beau et valorisant pour l'$image$ de $Tintin$. Ces gens sont à ce point obsédés par leur $monopole$ sur tout ce qui touche à $Hergé$ et $Tintin$ qu'ils empêchent qui que ce soit d'approcher de leur veau d'or. Après mon article sur la fondation Moulinsart (qui gère les droits de l'image et dont Fanny est la propriètaire) j'ai reçu des coups de téléphone de gens qu'ils avaient roulé dans la farine. Ils se brouillent avec tout le monde car ils ne pensent qu'à tirer la couverture à eux. La récente histoire avec l'ouverture du musée où il était interdit aux journalistes de photographier quoi que ce soit en est la dernière et éclairante illustration ( la presse étrangère a assez mal réagi). Finalement, ce sont eux qui regretteront d'avoir snobé la Ville de Bruxelles et perdu le flux de visiteurs amenés par les trains à grande vitesse. Les Studios Universal se sont également retirés d'un projet de film d'animation sur Tintin à réaliser par Spielberg car lui aussi se montre trop gourmand...c'est contagieux.

@Andfon,

Avec tout le respect que je vous dois, comment se fait-il qu'un accord a été trouvé avec LLN et pas avec Bruxelles ? Si Nick Rodwell est attiré par l'appât du gain, il n'est pas le seul. Justement, si le projet de film a échoué pour les raisons que vous invoquez, peut-être comprendra-t-il qu'il y a des limites à tout.

[ils ne pensent qu'à tirer la couverture à eux] Ils ne sont pas les seuls. Dans de nombreux domaines, de plus en plus de gens sont très "touchy" avec tout ce qui concerne l'image et les droits qui y sont associés.

Pourquoi se plaindre à la presse d'avoir été "roulé dans la farine" ? N'est-ce pas à la justice de déterminer si le pérjudice est réel ? Venir geindre dans les journaux est souvent le fait de jaloux qui n'ont pas su exploiter, à leur profit, l'objet de leur convoitise.

Sans défendre Nick Rodwell (que je n'ai jamais rencontré), je pense que le flux de visiteurs est perdu pour Bruxelles, et c'est dommage. Pour votre information, même s'ils ne sont pas à grande vitesse, il y a des trains qui arrivent aussi à LLN.

Pour en revenir à une actualité plus récente, une nouvelle opportunité se présente à Bruxelles avec le musée Delvaux. Faudra-t-il attendre, là aussi, qu'une autre ville fasse une proposition plus alléchante pour voir les trains quitter Bruxelles... définitivement.

@Jean-Philippe
Je ne nie pas que les coups de téléphone en question aient peut-être émané de "grincheux" (d'ailleurs il n'ont pas " osé" prendre le droit de réponse que je leur offrais - mais ils étaient déjà en procès avec le sieur Rodwell), même si la réputation de Nick Rodwell et de n'est plus à faire (vous pouvez vous renseigner...).
LLN a sans aucun doute une meilleure image, plus "californienne", plus propre, que le quartier de la Gare du midi, c'est sans doute un des éléments qui a fait la différence ( peut-être aussi la concurrence avec le musée de la BD). Il y a certes des trains qui y mènent mais le tourisme qui fonctionne à Bruxelles et environs est un tourisme d'un jour ou d'un weekend et l'accessibilité est un must. Le Thalys et l'Eurostar débarquent des masses de touristes français et britanniques qui envahissent le centre de Bruxelles le week-end (c'est assez impressionnant). A LLN le musée aura principalement les amateurs, les mordus, ceux qui viennent en voiture; au centre de Bruxelles ils auraient eu la masse qui vient pour le Manneken Pis, le parlement Européen, le Musée instrumental, et maintenant le Musée Magritte, etc. Il y a en effet un très beau potentiel pour un Musée Delvaux mais aussi pour tous les musées qui comprendront qu'ils doivent rénover leurs collections, organiser des expos qui tournent régulièrement, etc. Le tout est de créer un effet de masse du point de vue de l'offre touristique, et un renouvellement régulier. A cet égard le palais des Beaux-Arts est remarquable, ainsi que tout ce qui touche à Europalia. Je crains que le cas Hergé soit très particulier...

@Andfon,

J'ignore ce qui a fait "pencher la balance" en faveur de LLN, et le fait que le musée Tintin ne soit pas à Bruxelles est dommage. Cela dit, une ville comme Bruges n'a pas de TGV mais les touristes s'y précipitent en masse. Le week-end, faut pas espérer trouver une place à une terrasse de café, ni dans un bateau qui sillonnent les canaux, ni dans une calèche. Et sur les trottoirs, on se bouscule.

Si le potentiel de Bruxelles est indéniable, peut-être que dans 20 ans les touristes débarqueront aussi à LLN pour y visiter l'ensemble de ses musées. Pour vous donnez un exemple, on parle souvent, de ce côté de l'atlantique, des musées de New-York ou de Washington, mais savez-vous que Santa Fé est la ville des artistes peintres ?

Si l'infrastructure ferroviaire était bien organisée autour de Bruxelles (RER) toutes les villes de la périphérie pourraient en bénéficier et pas seulement pour les navetteurs. Les Wallons font des efforts, où sont les flamands ? Aucun permis de construire n'a encore été attribué.

Aujourd'hui, le Sénateur propose un bâtiment pour ouvrir un musée Delvaux. Mieux, il est en contact avec des collectionneurs qui seraient prêt à confier à ce musée des oeuvres de l'artiste. Que fait la presse ? "Manoeuvre électoraliste", "Pétard mouillé"... Un vrai concert de chochottes. Aucun d'entre vous n'a félicité son engouement.

Dites-moi, la période électorale n'est-elle pas faite pour qu'un homme politique présente de nouvaux projets ? Est-ce un tort d'avoir des idées ? Je sais qu'en la matière les socialistes sont plutôt sclérosés, mais est-ce une raison pour réfuter tout nouveau projet ? Alors ne venez pas vous plaindre si d'autres (quelques soient leurs raisons) ont fuit Bruxelles vu l'acceuil qui leur était fait. N'y avait-il que le qaurtier de la gare du midi pour y installer le musée Tintin ? (Je ne pense pas que la musée de la BD aie eu la moindre influence)

Aujourd'hui, l'installation du musée Tintin est de l'histoire ancienne. Faisons en sorte que Bruxelles ne loupe pas (aussi) le musée Delvaux, sinon les touristes auront de moins en moins de raisons de descendre des trains, même des TGV.

@Jean-Philippe
(NB: il y a longtemps que j'ai cessé d'être journaliste)
Je n'ai jamais dit que le Sénateur n'avait pas raison de proposer un musée Delvaux à Bruxelles, d'ailleurs je suis un chaud partisan du Sénateur qui est le seul sur le "marché" dont les idées coincident à 100% aux miennes, et je lis avec délectation ses "convictions pour Bruxelles" qui indiquent une largeur de vue et une expérience internationale qui font défaut aux bataillons de "politiciens de quartier" qui nous gouvernent. En l'espèce, néanmoins, j'estime que le cas Hergé n'est pas à envisager dans le même cadre, et que la personnalité de Rodwell est davantage en cause que le monde politique (pour une fois !). Hors Bruxelles, je peux vous parler d'un désastre autrement plus symptomatique, celui du Musée d'Armes de Liège, un musée unique au monde mais aujourd'hui réduit à sa plus simple expression même si le bâtiment du Grand Curtius est un écrin remarquable rénové à grands frais(ah,les contrats publics aux entrepreneurs...). Le marketing culturel est assurément tout un sujet en soi et hautement politique; chaque ville veut tirer à soi les "locomotives" et certains gâchent leurs atouts, ou investissent dans des gouffres ( pensons au PASS); de plus petites localités que Bruxelles arrivent aussi à faire valoir leurs atouts, l'un n'exclut pas l'autre (pensons à Redu). Dans le cas de Bruges, c'est à nouveau un cas peu comparable à Bruxelles mais plutôt à Venise ou Florence.
Quant à l'absence de suivi au niveau du RER en Flandre, la cause est toute trouvée: le RER amènerait des cohortes de petits francophones, chômeurs et immigrés dans leurs vertes communes...Les politiciens bruxellois ont eux aussi peur du RER qui risque de drainer tout ce qui reste de classe moyenne à Bruxelles...et de précipiter le scénario quasi inéluctable de ville duale à la Washington DC ( 1/4 de riches privilégiés, 3/4 de pauvres), sauf à forcer le destin si ce n'est pas trop tard.

@AndFond,
C'est vrai que lorsque l'on sait qu'une partie des fonds européens attribués au Hainaut pour se sortir de la situation économique déplorable dans laquelle il se trouve ont servit à restaurer les remparts de Binche (Ville de Maria Arena), on reste pantois. A Liège, ville de 'papa', cela a été le musée d'armes. Comme si des cohortes de touristes allaient se précipiter en ces lieux éloignés.

Ce qui me désole, en dehors du Sénateur, c'est l'absence d'une personnalité politique à stature régionale. Tant en région Wallone, qu'à Bruxelles le parlement est composé d'élus locaux qui pensent d'abord et avant-tout à assurer le bien être de leur tas de fumier respectifs. Comment s'en sortir avec des vues aussi courte ? Et lorsque le Sénateur veut aller plus loin, ils s'en trouve toujours pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Je ne nie pas que Rodwell a été un élément clé dans le capotage du musée Tintin à Bruxelles. Aujourd'hui qaund on voit comment le quartier du midi a été géré par Picqué, on pourrait aussi avoir beaucoup à dire. J'espère, même après les élections, qu'on y reviendra.

Je ne sais pas si on peut comparer Washinton D.C. et Bruxelles. Il est vrai que le même genre d'erreur y sont commises. Des milliers de mètres carrés de bureaux inutilisés. Des quartiers populaires rasés pour faire place à des bureaux ou des commerces, etc...

Plutôt que d'abandonner certains quartiers aux bandes organisées (comme c'est le cas à Washington D.C.), Bruxelles pourrait/devrait proposer des quartiers à la classe moyenne en assurant la sécurité et un certain confort. De cette manière, le RER ne serait plus une menace mais un atout. De toutes façons, soit Bruxelles accepte le RER, soit elle meurt asphixiée sous les gaz d'échappements.

Tout ceci nous éloigne du musée Delvaux. Sincèrement, en cette veille de week-end électoral, je ne puis que soutenir le Sénateur et lui souhaiter bonne m**** pour qu'il fasse le meilleur score possible.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.