« Réaction au bilan de l'emploi dans la Capitale | Accueil | 5e de Liste Chrono »

19/05/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Faudrait surtout dire aux punaises rouges qu'ils ne pourront convaincre personne du bien fondé de leur dictature modèle soviétique d'avant 1989. Gardez vos arguments faciles pour les gogos de votre parti. Seuls les endoctrinés peuvent encore avaler vos couleuvres.

(Le char d'assaut T-72 est un char lourd soviétique de la guerre froide qui a largement équipé l'Armée rouge)

Et bien, ça fait plaisir tant d'ouverture d'esprit. Je n'ai jamais insulté personne et j'ai toujours privilégié l'argumentation la plus documentée possible.

Si vous pensez vraiment que je n'ai que ça à faire que de passer mon temps à spoiler des blogs pour faire la campagne d'untel... Libre à vous de voir le monde de manière binaire "toute personne qui n'est pas d'accord avec moi est au PS", mais ça me semble un peu réducteur... Croyez moi ou non, je profite d'un blog de campagne pour partager mes réflexions de citoyens et de chercheur, et me nourrir des idées des autres quand ils daignent les exprimer.

@Jean-Philippe>

Je ne sais plus comment je dois m'exprimer, tant j'ai l'impression que vous refusez de répondre à ma question en répétant ad nauseam les mêmes lieux communs.

Mon "projet" n'a rien de socialiste. Le "mechanism design" est généralement vu comme la manière la plus libérale de gérer les failles de marché. Je ne parle de rien d'autre ici.

Aujourd'hui, et depuis de trop nombreuses années, il y a un problème concret: pour certaines écoles il y a trop de demande et trop peu d'offre. Donc il faut un mécanisme transparent et centralisé pour s'assurer que la sélection n'est pas un "fait du prince" d'une personne issue de l'administration (un directeur d'école).

Soit dit en passant, la solution la plus libérale me semble celle qui fixe une règle claire transparente et centralisée, pas celle qui laisse à un fonctionnaire nommé par des organes publics le choix d'inscrire tel ou tel enfant.

Alors, et j'espère que c'est la dernière fois que j'aurai à le répéter:

- OUI, je suis pour la diversité des projets pédagogiques et l'autonomie des écoles dans le respect des programmes de cours.
- OUI, je suis pour que chaque parent puisse s'informer librement et postuler pour les écoles de son choix.

et par conséquent:

- OUI, je suis pour que chaque enfant ait un droit égal à l'inscription dans une école, et que la décision se fasse de la manière la plus rationnelle possible, soit via une centralisation des demandes, et un mécanisme de sélection des étudiants doté de critères clairs, transparents, et issus du débat public.

Et je rajoute:

- OUI je suis pour la contradiction et je serais ravi si quelqu'un pouvait me répondre de manière argumentée à

"Qui et comment décide, concrètement, aujourd'hui, quel enfant à le droit de s'inscrire dans une école pour laquelle la demande est supérieur à l'offre".

(je repose la question en désespoir de cause, parce que je commence à me dire que personne ne pense sérieusement à y répondre).

- OUI je suis en faveur de n'avoir que des écoles de bonnes qualités dans un monde meilleur, mais ce n'est pas avec ce genre d'affirmations qu'on règle des problèmes concrets.

@Renaud,

Plusieurs d'entre-nous vont-on donné la réponse de manière argumentée. Tant qu'on adhère pas à votre système vous revenez "ad nauseam" avec votre question. La mixité sociale forcée ne nous intéresse pas, même si elle vient de Harvard. Pour la part, je ne rajouterais plus un mot.

@ Renaud,

Vous partez d'un préalable non prouvé: avant ces décrets débiles, le système n'était pas clair, juste, etc...

C'est de nouveau l'idéologie de faire croire que les directeurs d'écoles vendaient les places aux enchères.

Remarquons à quel point ce "Renaud" est manipulateur? Ainsi :
[[ (Anyway, je ne posterai sans doute pas dans les prochaines 36h, n'en tirez pas de conclusions hâtives, j'ai probablement une session intensive de training "écriture sur des blogs" avec tous mes collègues payés par le PS, puisque nous ne sommes pas suffisamment convaincants pour étendre l'empire rouge jusque sur ce blog)

Rédigé par: Renaud | 25/05/2009 at 09:25 ]]

Ensuite un come-back dès le Rédigé par: Renaud | 25/05/2009 at 17:51
[[ Alors, et j'espère que c'est la dernière fois que j'aurai à le répéter:...]]

En qq mots seulement: évitez-nous les répétitions. A force d'agir de manière hypocrite, vous lassez le monde.

Oh moi pour ce que j'en disais. Je répétais juste dans l'espoir d'un jour avoir une réponse, mais bon, toujours les mêmes lieux communs, vous devez avoir raison, je n'ai pas grand chose à faire ici.

J'aime apprendre, mais débattre dans un "fan club" n'est j'imagine pas approprié.

Aux précédents (surtout ceux assez retors pour hurler qu'ils sont incompris dans leur goût du dialogue)

Ayant commandé et reçu ce cahier « Les Valeurs Libérales de l’Enseignement » Mai 2009,
je me contenterai de noter les mots-clés qui figurent sur ledit Cahier. Les voici donc:

" Egalité + Connaissance + Civilité + Autorité + Autonomie + Excellence + Travail + Liberté "

Confrontons ces "signaux-là" avec les réalités de notre contexte de vie?

1) Egalité? C'est un leitmotiv gravé sur les tablettes de la France dès 1789. Depuis lors, en matière d'enseignement, on a découvert une nuance entre égalité des chances et égalités des capacités. Qui nierait - même chez les gauches les plus étroites - qu'on ne peut chacun être une star. Sinon pourquoi les foules socialistes (...) courent-elles comme des folles après les vedettes du Standard, celles d'Hollywood ou de Francorchamps?
Une reconnaissance de fait que des "pyramides humaines" existent au-delà de €valeurs$ affirmées!

2) Connaissance? En Europe il y a un leitmotiv de "formation tout au long de la vie". Faut la désirer, cette formation-là, avec des efforts personnels à la clé. Ceux qui, dès leur sortie précoce de l'école du décrochage, se contentent de vivre le cul dans le fauteuil scotchés sur leur écran TV pour suivre le dernier épisode de la Série du soir n'auront effectivement pas la même chance que les mêmes qui s'inscriraient encore à l'Ecole de promotion sociale en cours du soir ... ou entreprendraient cet effort individuellement grâce notamment aux livres et à Internet!

3) Civilité? Dites-moi donc chez qui nos profs, les éducateurs de rattrape des bandes en rues, des sociologues, voire des criminologues constatent cette absence de comportement? Absence de civilité aujourd'hui diffuse parmi toutes les couches sociales, en des formes variées. Mais les statistiques de nos Polices occidentales ou le peuplement des maisons d'arrêt ou de "redressement encadré" montrent un profil de population assez indicatif du problème, non?

4) Autorité? Parlons en premier de celle des parents démissionnnaires. Ceux-là qui cultivent par dessus tout la non-éducation de leur gosses. Les mêmes qui geignent sans arrêt sur le fait que la "société" n'est pas équitable à leur égard? Ne leur offre pas assez? Assez de quoi au fond?

5) Autonomie? Ouille! Quand on prêche les valeurs de la "collectivité souveraine", on commence par dénier à chaque individu un sens de l'autonomie (sauf celle bien entendu celle que veulent s'accorder les dirigeants assez impérialistes pour exiger la subordination chez leurs troupes militantes)!

6) Excellence? Qui niera cette dimension (cette force) de l'élitisme dans l'accomplissement personnel vers une citoyenneté responsable? Chacun responsable de lui-même avant d'espérer l'être aussi à l'égard d'autrui? Curieux tout de même que les troupiers syndicaux acceptent cette "excellence" chez leurs tribuns-meneurs, que les militants d'un certain boulevard bruxellois se subordonnent à la toute-puissance d'un noeud-papillon qui leur dénie l'espoir - gênant - d'être aussi excellent (hum!) que lui s'accorde à l'être! Que nos foules de lambda acceptent des rôles naturels de "suprématie" de telle excellence sportive, ou cinématographique, ou culturelle, ou simplement dans les tâches éducatives de nos inndividus-bambins?

7) Travail? Quand on est chômeur vraiment désireux de travailler dur pour gagner sa pitance, n'y associe-t-on pas implicitement la haute valeur du travail en tant que moyen d'insertion sociale (à ne pas confondre avec l'insertion sociliste qui exige de vous d'y coller une inscription à la carte du parti et à celle de camarade FTGT).

8) Liberté? N'est-ce pas un concept très imagé que nos ancêtres exigèrent de l'Etat de droit qui se construisit au départ des USA dès 1776 avec la première Constitution méritant ce nom? Qu'un peuple français opprimé ayant subi la domination historique de l'Ancien Régime exigea d'obtenir progressivement à partir d'une Révolution sanglante de 1789? Que nous belges du nord au sud firent de même en 1830 avant de nous déchirer sous l'influence de collectifs extrémistes?

... et LIBERTE de vous-même autant que mienne - individu - qui n'ai jamais admis que ces valeurs-là depuis mon adolescence consciente! Il faut dire que j'avais de chers parents élevés dans la même disposition mentale, que je leur reste reconnaissant d'avoir exercé leur rôle éducatif et de me l'avoir transmis pour la génération +1.

Avis donc à méditer par tous ceux mûs essentiellement par ces slogans lénifiants et usés. Slogans propagés par ceux jamais capables de s'assumer en propre. Ceux-là qui préfèrent accuser l'autre - en un subtil calcul - afin de détourner l'attention sur leurs propres méfaits. Ceux-là chez qui le terme de RESPONSABILITE INDIVIDUELLE est masqué au profit de l'irresponsabilité collective!

J'espère que vous aurez eu la patience et la sagesse de lire ce long commentaire qui veut encourager notre saine REFLEXION!

Merci Simon.

Cf. cette pétition
http://liguedesfamilles.citoyenparent.be/Public/mouvement/Petition.php?ID=29567
lisez les signataires, en espérant que le prochain ministre de l'enseignement soit MR...

Rien ne semble plus bouger dans cette chaleur presqu'estivales?
Méfiez-vous bonnes gens. Car il y a - sous le niveau de la mer tranquille - d'autres manoeuvres dont l'impact futur pourrait être aussi pervers que celles visibles dans le ciel nord-coréen!

Qu'est-ce donc? Regardez un fois encore notre enseignement (l'Officiel, la C.F.). Voyez le rôle qu'y joue historiquement l'INSPECTION. Cette caste de gens qui font et défont le travail des enseignants "de terrain".
Que peut-on apprendre grâce à la presse? Ben qu'après avoir sévi dans diverses sphères PS , un certain Roger Godet (60ans) ex-cabinettard Ecolo et PS y devient patron de l'Inspection!
Remerciements pour services rendus ,après avoir été le père du toujours fumeux décret inscriptions.
Nommé inspecteur en chef, afin d'exercer au futur une tutelle prolongée et souterraine dans l'éventualité fort probable où le PS perdra cette "compétence ministérielle" au profit d'un autre parti. Ce qui promet quelques disputes relatives au contrôle idéologique de nos enfants. Elles risquent d'être bien aiguisées...

Méfiez-vous donc, parents assoupis par les fortes chaleurs; le problème posée en 2007-2009 sous Arena puis Dupont ne fait que sommeiller lui aussi, via des apparatchiks promus à temps. Là comme dans la vingtaine de ces postes niveau 1 où le PS de R.W. plaça ses pions d'administrations il y a quelques mois, en perspective de l'échec citoyen qui les attend!

On a beaucoup parlé de mixité-sociale dans les écoles tout au long des échanges d'arguments dans ce post. La chaleur pré-estivale a ceci de bon, c'est qu'elle favorise le contact entre citoyens aux terrasses des cafés. On parlera ici de mixité sociale, d'intégration, là où il s'agit simplement de civilités.

La conversation avec mes voisins de table fût des plus instructive et faisant fi des études scientifiques de l'université de Harvard, j'ai appris que nombres de musulmans (je ne vais pas dire tous, sinon on va encore me faire un procès d'intention) sont violemment opposés au décret Dupont. Pour eux, il est inconcevable qu'un non-musulman détermine les choix d'un enfant musulman à la place de son père. Autrement dit, c'est au père de choisir l'école. Pas à un ministre.

Conséquence, et cela me fait bien rire, bon nombre de musulmans ne voteront pas PS car ils se sentent humiliés et incompris par ce parti. Comme quoi, à vouloir le bonheur des gens malgré eux...

Poursuivant ma discussion, mon interlocuteur me dit: "Avant c'était bien mieux. Je n'ai JAMAIS eu de problème" (pour inscrire mes enfants dans l'école de mon choix). Car non seulement, il était libre de choisir l'école qu'il souhaitait pour ses enfants, mais en plus, il pouvait mettre ses enfants à l'abri de "la racaille" (sic) et leur donner une bonne éducation leur permettant de s'intégrer au mieux dans le pays. Et de terminer ne me disant:"Nous ne voulons pas de toutes ces lois. Elles ne font que nous [stigmatiser]. Nous sommes bien ici. Laissez-nous nous intégrer petit à petit comme d'autres l'ont fait avant nous"

Il est "surprenant" d'apprendre qu'une fois de plus, le PS n'en a fait qu'à sa tête sans même prendre de renseignements auprès des communautés visées afin de savoir quels étaient leurs souhaits réels. Bien sûr, me diront certains esprits chagrins, mixité sociale ne signifie pas systématiquement mixité musulmane. C'est la qu'on reconnaîtra leur "méthodologie mentale puante" (Louis Michel) qui est d'affirmer la chose et son contraire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.