Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Gaspillages publics... | Accueil | Poisson du 4 avril »

26 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

A. de Tocqueville

Suite des Busheries dont l'objectif est de nous démontrer que le sieur Bush est idiot.
Un idiot ne peut être élu deux fois président des USA. Il a fait campagne sur le terrain, a dû répondre à des questions difficiles avec des réponses relativement pertinentes.

Pour le rapport Attali, entièrement d'accord avec Sorman mais Attali a tout de même lever certains tabous dans les constatations.

J'attends Sarkozy osant dire la seule vérité : la France vit au-dessus de ses moyens.

Petit français

Pas directement à voir avec Mister Bush et les USA; bien avec le contraste de deux cultures
Entre peuples francophones: un copié du dernier échange sur blog de Guy Sorman.
http://www.hebdo.ch/sormanblog.cfm

""""
Controverse avec Jacques Attali. A la suite des divers blogs et commentaires sur le rapport Attali, celui-ci écrit :
Cher Guy,
Sur le fond, nous ne sommes pas d’accord, parce que tu n’as pas lu notre rapport : l’essentiel des propositions porte sur le développement des moyens de libération des conditions de création et de développement des entreprises, en particulier des petites. Il n’y a dans le rapport aucun plan calcul ou autre. Enfin, le tiers du rapport est consacré à la réduction de la taille de l’Etat.

J’ajoute enfin que je n’ai aucun mépris pour M. Raffarin. J’ai dit et je maintiens qu’il fut le pire premier ministre de la cinquième république.

Ma réponse à Jacques Attali: Cher Jacques ,
J'ai relu le texte incriminé . Je n'ai pas écrit que tu étais une maladie dont la France devait guérir mais que le France était malade du constructivisme, volontarisme économique , dont ton rapport me semble, en partie, l'expression. Je crois que c'est clair à le lecture et relecture. Et que l'approche libérale se retrouve plus dans le rapport Camdessus que dans le tien. Ceci est évidemment contestable, polémique, un peu excessif même, mais ce n'est pas exactement ce que tu me reproches. Je suis resté , me semble-t-il , dans les limites de l'épure acceptable , ensuite trés tempérée par mon autocritique , reconnue comme telle. De nombreux commentateurs n'ont d'ailleurs pas admis mon "recul".
Sur Raffarin , prétendre qu'il fut le plus mauvais PM de la Ve et ne pas le mépriser , en un même mouvement, c'est un oxymore quasi sormanien.
"""" 29 mars 2008 à 12:00 | Commentaires (17) |

J'encourage nos doctrinaires PS hexagonaux et les vôtres -belges- à relire la signification du CONSTRUCTIVISME en POLITIQUE (hors l'acception lui donnée en histoire de l'art). Salutations méridionales.

Jean F....e

Ce qui intéresse vraiment le PS ne se situant pas à 6-12.000 km d'ici, on ne s'y émouvra effectivement pas de la situation électorale mondiale. Sauf lorsqu'il s'offre une opportunité de tourisme à Porte Allegre, à Cuba ou à Kyoto. L'odeur du havane et celle de la sueur attirent certaines foules, c'est socialogique.
Au mieux, dès que les événements médiatiques se déroule alentour de chez Martine Aubry ou Ségo, on voit alors des pélerinages s'entreprendre de Mons à Lille ou Paris, en voiture plutôt que sur les genoux.
Y a une logique derrière tout ça, pas vrai vieux rose fanés?

Action de Bush et des USA: entre-temps, si on observe avec soin ce qui se passe dans les masses arabes, notons un mieux. Le "sommet panarabique" de Damas sensé faire le bilan du blocage d'affaires électorales au Liban va être déserté par les copains sunnites, because les manigeances chiites et les jeux des cinglés du Hamas et Hezbollah, plus d'Iran, n'attirent plus les autres (modérés), qui comprennent progressivement ce que la démocratie bien comprise pourrait leur apporter...

Pierre-Yves

En tout cas, pour une fois on ne pourra pas "tirer" sur le PS avec ce post, oh douce terre... ;o)

Simon

Cher Sénateur, les USA sont entrés en période de STRESS préélectoral. Tous les COUPS médiatiques sont vite utilisés pour discréditer "l'AUTRE". Echéance novembre: laissons-les assumer leurs choix?

Que certains "européens" s'amusent des contradictions perçues là-bas (aussi risibles que le sont les nôtres, belgo-belges) puis qu'ils se fassent le terreau de "thèses Démocrates pluriels" ne m'apparaît pas être un jeu neutre ("fair") de notre part. Démocrates comme Républicains, TOUS s'agitent dans un immense appétit de POUVOIR (et d'argent).
Apprenons -Européens- à mieux balayer devant nos portes souillées de problèmes non résolus; seulement ensuite à tirer sur le grand voisin!

Nous subissons TOUS une intoxication d'information via les canaux de la presse. Capteurs à la source: des AP, AFP et ces "correspondants spéciaux". Puis leurs relais journalistiques et de commentateurs, pour une "mise en forme, en texte et images" vers leurs "cibles" lectorales et d'audimat. Chaînes de transmission pas neutres, sauf pour des lecteurs toujours niais?
Que vous relayiez vous-mêmes ici des extraits d'une presse US aussi tendancieuse que les nôtres n'apportera guère d'éclairage sur la situation de fond.
Etant comme vous un lecteur "critique" de titres fort diversifiés, je dois noter chaque jour ces contradictions profondes que l'on y trouve ...au départ d'un événement commun... ces faits que vous percevez quotidiennement sur l'immense étal de lecture du Sénat ou dans vos entretiens. Semblables distorsions dès que nos bonnes presses choisissent leurs "témoins et experts", selon des critères du même acabit et leur ciblage d'opinion?

Le MONDE entier vit nombre de transformations dont la complexité résultante échappe à beaucoup. Sinon qu'elle perturbe notre quiétude et de naïves aspirations à vivre un monde "cocoon, sans heurts". Schémas mentaux trompeurs, construits dès l'école ou par la famille.

Les USA (qu'il s'agisse des Bush, des Clinton ou autres) ne sont pas les seuls à blâmer devant l'incapacité où nous nous trouvons TOUS à maîtriser cette nouvelle globalité.
Les milieux politiques des US s'affrontent entre eux quant à la "manière" de régler des dysfonctionnements. La perspective d'un €/$ inversé se discute chaudement dans les milieux spécialisés, autant que cela se jargonne dans la presse économique et nos élus d'U.E. (qui ne savent comme agir pour inverser plus vite la situation)!

Eri Bruckmann

Il a recopié un vieux discours de son père...

Et on va rire quand le dollar va fléchir, alors...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan