Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Notre destin est entre nos mains | Accueil | Verhofstadt et le bilinguisme »

10 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Alain Destexhe

Euh oui, il va falloir changer ce 2007 !

Sansoffense

Bonjour,

Lorsqu'on click sur le lien interview vidéo et radio, rien n'apparaît, dommage. J'aurais bien voulu voir le JT où vous êtes passé sur cette proposition, on m'en a parlé au boulot.

et puis "2008" à ajouter dans le titre, sinon dans le moteur google votre référence apparaît comme un peu dépassée...

à bon entendeur,

bonne continuation, toujours très contente d'avoir voté pour vous en juin dernier !

E. G.

@ Thierry Schollier, merci d'avoir identifié cette source canadienne.

Elle suscite des réflexions, dont je n'extrairai que ce paragraphe:
""Chaque fois, explique-t-il, que l'unité canadienne fut menacée, et cela s'est produit à de multiples reprises depuis 1867, de petits groupes disposant de moyens considérables ont résolu de mettre l'histoire et son enseignement au service de la sauvegarde du pays. Ils ont opté, dans cette mission plus politique que pédagogique, pour une histoire «narrative et mémorielle, proche de ce que nous avons décrit comme l'histoire traditionnelle». Il s'agissait moins, précise Lanoix, de favoriser «la compréhension de l'histoire chez l'élève» que de «créer un sentiment d'attachement à la nation».""

Sentiment d'attachement que certains -flamands et francophones- s'emploient à démolir!

Thierry Schollier

@Jo Moreau

Ce n'est pas parce que la majorité des manuels d'Histoire dans le monde sont biaisés par des omissions, voire des détournements, à finalité patriotico-nationaliste qu'il faut s'abstenir de critiquer le procédé.

Voir, par exemple, ce qu'en pensent certains historiens canadiens (la comparaison me semble assez pertinente) :
http://www.ledevoir.com/2007/11/10/163655.html

Mathieu Raedts

Bonjour,
je suis étudiant et je suis au premières loges pour observer l'ignorance grandissante, que ce soit au niveau de l'histoire de notre pays ou dans le domaine plus étendu de la "culture générale". Je crois qu'il est grand temps de prendre des mesures pour enrayer les phénomène. En effet, l'ignorance provoque le désintérêt... Et ceci est sans doute la source de nombreux problèmes.
Je suis tout à fait favorablement à cette proposition, et je tenais, en tant qu'étudiant à le dire.
Bon courage, et allez jusqu'au bout!!!

Simon

Observations de W-E sur l'actualité de notre petite Belgique?
1) Rubrique Opinion-Politique du journal LLB 11/01 en page 26.
"Le rapport Verhofstadt, un geste fort".

LLB en extrait, sous-titre:
""Si l'on souhaite un avenir à la Belgique, alors il n'y a pas d'alternative à une REFORME qui permette de passer d'un fédéralisme "déconstructif" à un fédéralisme "participatif".
Auteur Damien Gérard (Chercheur UCL, s'exprimant à titre personnel).

Les âmes éclairées y verront clairement l'opposition de vues entre les thèses flamingantes "à la Vanden Brande, VB et NV-A" versus le regard d'un des flamands "hommes d'Etat" que Guy V. peut se targuer d'être, expérience aidant.

2) Un patron flamand vieillissant: Monsieur Leysen, à qui le jury du "Manager de l'année" vient de décerner un trophée tardif, n'en n'a pas dit autrement sur la question de l'interview.
"Ce qui vient de se passer en BE joue au détriment de notre pays: en termes d'image, aux plans socio & économique, en talents et énergies gaspillés".
Des propos à méditer par de jeunes politiciens aux dents longues (mais à l'esprit étroit). Parfois aussi à réfléchir par des vieux (aux synapses rouillées)?

J'admire le courage de Monsieur Destexhe d'oser aborder ces sujets sur son blog, en sachant par avance à quelles opinions coincées sinon retorses il va avoir affaire! La persévérance dans la lutte contre les manipulations politiciennes, c'est resté une vertu des gens courageux!

Laurent Gebleux

Salut "Jo" ! Quoi de neuf à Braine et dans ce qui reste du RWF ? A part toi, combien de membres ?

Je vois que tu n'as pas abandonné la croisade que t'a prêchée ton seigneur et maître, le vieux Baron devenu républicain par dépit.

Claude Thayse, quelle horreur ! Un Wallon qui aime la Wallonie et les Wallons.
Evidemment, tu restes toujours courgageusement discret et anonyme.
Coq à la Marianne t'a bien mouché. Tu as encore des choses à apprendre mon (très) petit gars !

dito

Ah oui, par contraste avec ces 'broyeurs de noir', faut lire l'analyse de Gérard Deprez à propos de la note du Premier Verhofstadt (La Libre WE).
Là il y a au moins du constructif!

Coq à la Marianne

La litanie à '65 repères' vient en effet du blog d'un réunioniste RW/Bxl -républicain- Claude Thayse ( 09:26 repris en copié-collé par un adepte à 14:56)
donc pas étonnant d'en lire la poésie!

Mouvement entremêlant l'inclination vers les thèses à la Jules Gheude et bruxellois par erreur. V'savez ces boussoles à l'aiguille rivée 'rien de bon que vers le Sud'; Gheude biographe d'un François Perin encourageant tous les pessimismes wallons. Demain on ajoutera une bio pour gens-de-biens.

Bof, ces mecs qui ne savent broyer que du noir, tout en détestant le rouge. :o(

jo moreau

Je trouve assez comique le fait que certains intervenants critiquent le "belgicanisme" des cours d'histoire (d'autrefois). Connaissez-vous un seul pays au monde qui n'ait pas une Histoire nationaliste et partiale (mis à part bien entendu la Belgique d'aujourd'hui).
Voyez l'Histoire wallingante et désopilante un peu plus haut : c'est reparti.(dommage qu'elle finisse mal)
Un Etat ne peut devenir Nation que par les concepts nationalistes qui sont perfusés à ses habitants.

Jo

Il est vain de parler de Belgique avant 1830. Le meilleur exemple ? La Principauté de Liège, loin des avatars des Anciens Pays-Bas. N'est-ce pas, M. Destexhe, vous qui avez un patronyme de ce Pays de Liège ? Les 50 dates proposées ci-dessous par Alexandre Collet se retrouvent sur le blog de Claude Thijs. Qui en est l'auteur, en fin de compte ?

Vincent

OT
Et c' est qui qui aura les coui**es de l' inviter en Belgique Francophone?

http://www.lesoir.be/actualite/france/blair-un-socialiste-comme-2008-01-12-571097.shtml

Cocorico

Encore un coup du PS ???
Non, eric, un simple copié-collé d'un affilié des thèses régionalistes.
Il a été inspiré par la référence faite à Jules Destrée et s'est alors précipité vers un dictionnaire concocté par l'Institut du même nom dont on connait la double obédience:
- aux régionalistipètes (VanCau, Collignon, Happart, bref des huilés)
- mais devinez aussi ...au PS.
La boucle est bouclée, on reste entre parvenus wallons célébrant le culte de "on n'est jamais aussi bien qu'entre nous". Espèce rétive à se responsabiliser mais rapide à revendiquer les subsides et aides externes. Donc des enflés profiteurs.

eric

1637 Assassinat de Sébastien La Ruelle

Encore un coup du PS ???

Alexandre COLLET

Voilà ce qu'il faudrait mettre? le Belgistan c'est fini, ne vous en déplaise

- 130.000 Occupation du sillon Mosan, enfant de la grotte de Sclayn (Andenne) par des hommes de type Neandertal. (Qui auraient du s’appeler d’Engis)
- 35.000 Homme moderne à Spy, culture aurignacienne.
- 57 Bataille de Sabis et occupation romaine. Fait capital par lequel nos régions ont appartenu à la latinité et au bloc des langues romanes.
360 Installation des Francs
480-481 Mort de Childéric, Clovis lui succède.
751 Coup d’Etat de Pépin le Bref, début de la dynastie carolingienne
800 Couronnement de Charlemagne empereur d’occident.
843 Traité de Verdun, division de l’Empire de Louis le Pieux entre ses trois fils.
985 Acte fondateur de la Principauté de Liège par la donation du Comté de Huy, sous Notger
1046 Dédicace de Sainte Gertrude de Nivelles (Dont la collégiale contient latombe d'Ermentrude, petite-fille de Hugues Capet.)
1107-1118 Fonds baptismaux de Notre Dame, Chef d’œuvre de l’art mosan
1188 Charte de Tournai accordée par le roi de France
1196-1200 Charte de Liège, octroyée par l’évêque Albert de Cuyck
1316 « Paix de Fexhe » base constitutionnelle du pays de Liège
1408 Bataille d’Othée, victoire du Duc de Bourgogne et du comte de Hainaut sur les Liègeois
1421 Acte d’achat du Comté de Namur par Philippe le Bon
>1421 Formation de Roger de la Pasture à Tournai
1466 Pillage de Dinant par les Bouguignons
1468 Destruction de Liège par le Duc de Bougogne
1477 Morte de Charles le Téméraire et libération de la principauté de Liège
1492 Traité reconnaissant la neutralité liégeoise, signé par Charles VIII et Maximilien d’Autriche
1521 Prise de Tournai par Charles Quint
1555 Publication des premières chansons de Roland de Lassus
1566 Compromis des Nobles pour s’opposer à l’inquisition
1603 Règlement municipal d’Ernest de Bavière instaurant une démocratie corporative à Liège
1637 Assassinat de Sébastien La Ruelle
1666 Fondation de Charleroi
1745 Bataille de Fontenoy
1756 Lancement du journal encyclopédique de Pierre Rousseau à Liège
1772 Traité de limite de commerce entre la France et la principauté de Liège
1789 Début des révolutions Liégeoises et brabançonnes – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyens (dite de Franchimont ou de Polleur) adoptée le 16 septembre 1789 Largement inspirée de la Déclaration française votée 20 jours plus tôt, elle contient quelques différences notables :
Article 3 : La souveraineté réside dans le peuple (et non la nation)
Article 10 : Tout citoyen est libre dans ses pensées et opinions (sans aucune restriction)
L'article 17, concernant la propriété, est absent. La raison en est simple : les droits civils et individuels des liégeois, dont ceux relatifs à la propriété, sont consacrés depuis 1196 (Charte d'Albert de Cuyck).
1792 Bataille de Jemappes
1794 Bataille de Fleurus
1795 1er octobre : Décret de rattachement à la France. « Cette période française est décisive. Pour la première fois ont été amalgamées dans un même ensemble territorial des principautés de langue romane qui, jusque là, avaient connu des destins différents en raison des fragmentations de l’espace politique. Enfin, il convient de rappeler que ces vingt années ont laissé un héritage politique, juridique, institutionnel et culturel sans lequel il n’est pas possible de comprendre l’histoire contemporaine du pays et de ses entités constitutives » (H. Hasquin, la Wallonie, son histoire)
1815 Désastre de Waterloo et occupation hollandaise
1817 John Cockerill s’installe à Liège. Début de l’industrialisation du sillon Haine - Sambre et Meuse. Naissance de solidarités économiques, sociales et politiques entre ces régions et dont les émeutes sociales de 1886 furent une des manifestations les plus marquantes.
1830 Début de la révolte contre le régime hollandais et proclamation de l’indépendance des belges.
Découverte de la perception des spécificités de deux blocs linguistiques et culturels compacts à l’intérieur d’un petit Etat hyper centralisé.
1831 Adoption de la Constitution belge
1847 6 novembre : Manifeste du Mouvement flamand
1857 Début de la « pilarisation » - Cloisonnement de la société en tendances politiques (libérales, catholiques et plus tard socialiste)
1890 Premier Congrès Wallon à Liège
1911 Lettre au roi de Jules Destrée
1913 Le coq peint par Pierre Paulus en 1912 devient l’emblème de la Wallonie
1919 Premières élections au suffrage universel masculin à 21 ans
1932 Loi sur l’emploi des langues en matière administrative basées sur l’unilinguisme régional
1940 Capitulation de l’armée belge, précédée par le « manque de combativité » des régiments flamands. Retour des prisonniers de guerre flamands (fin 1940) et maintien des soldats wallons en captivité jusque 1945. Cette situation va peser lourd, politiquement et démographiquement, dans la Wallonie de l’après guerre. L’accroissement naturel (en %0) est négatif de 1940 à 1945 (-5,61) tandis qu’il est positif en Flandre (+ 3,69) . En cette matière, comme en d’autres, les ordres personnels donnés par le Führer ont été bien suivis : « favoriser autant que possible les Flamands et n’accorder aucune faveur aux Wallons ».
Création du Mouvement de résistance « Wallonie libre » aux côtés de la « France libre » avec comme objectif de jeter les bases d’une « Wallonie autonome dans le cadre d’une fédération d’Etats démocratiques ».
A noter l’attitude face à l’occupant et son corollaire, la position face à l’attitude du roi Léopold IIII. L’historien José Gotovitch relève que 79 titres de journaux de résistance sur 95 sont wallons, 43.000 prisonniers politiques sur 69.000 sont wallons, l’UTMI, syndicat unique de l’Ordre nouveau fondé par Henri (Hendrick) De Man ne comport que 17.000 Wallons sur 109.000 adhérents…
1945 (20-21 octobre) Premier congrès national wallon à Liège. 1048 personnalités de tout premier plan dont plus de 300 chefs régionaux de la Résistance se sont réunis sous la présidence de Joseph Merlot, Ministre d’Etat et se sont prononcés, dans un premier tempsà 486 voix pour une réunion à la France, 391 pour le fédéralisme, 154 pour l’indépendance et 17 pour une formule de décentralisation de la Belgique.Sous la pression du Gouvernement Pierlot-Spaak (ancien partisan de la politique de neutralité de Léoplold III dirigée contre la France et favorable à l’Allemagne du Chancelier Hitler...)les ténors politiques ont rallié leurs militants sur la solution dite « raisonnable » de l’autonomie.
L’historiographie officielle de la Belgique a toujours nié ou même minimisé cet événement qui montrait l’importance du ressentiment wallon et sa capacité de mobilisation.
1950 Consultation populaire sur le retour du roi Léopold III, morts de manifestant à Grâce-Berleur abattus par la gendarmerie, abdication en faveur de Beaudouin Ier, assassinat de Julien Lahaut dans des circonstances qui rappellent celui de François Bovesse en 1944 par les rexistes. (Extrême droite belgicaine, collaboratrice des nazis)
1957 Le revenu par habitant de la wallonie devient inférieur à la moyenne belge.
1960-61 Grèves contre la « loi unique » et ralliement du mouvement syndical wallon au fédéralisme. La grève va durer 34 jours, la Wallonie va renouer avec le climat insurrectionnel qu’elle avait connu 10 ans auparavant. Le gouvernement choisit l’épreuve de force : le Parlement est mis en congé, des troupes sont rappelées, la gendarmerie fait appel à ses réservistes, les journaux «Le Peuple », « La Wallonie » et « Le Monde du travail » sont saisis, des perquisitions ont menées chez les chefs du mouvement.
« la grève fut la révélation d’une prise de conscience du déclin des bastions économiques wallons traditionnels. (…) la réforme de l’Etat était devenue indissociable d’un possible sauvetage de la Wallonie ; c’était la seule façon de lui assurer un avenir dont se désintéressait par trop un Etat national conditionné dans ses choix économiques par le poids démograpique et donc économique de la Flandre. » (H. Hasquin, la Wallonie, son histoire)
1962 Publication du « Rapport Sauvy sur le problème de l’économie et de la population de Wallonie ». Constat du Professeur au Collège de France : « Privée à la fois d’indépendance et de jeunesse, la Wallonie serait voué à l’asphyxie ».
1963 Fixation définitive de la frontière linguistique qui devient une frontière politique
1968 Création du Rassemblement wallon
1970-71 Révision de la Constitution rompant avec l’Etat unitaire.
1973 Dernier premier ministre de Belgique d’expression française (E. Leburton)
Création d’un secrétariat d’Etat à l’Economie wallonne (J. Gol)
1974 Entrée en vigueur de la « Régionalisation préparatoire » (F. Perin)
1975 Le coq de Paulus est choisi comme symbole de la Communauté française (F. Massart)
1986 Namur devient capitale de la Wallonie
1993 La Belgique devient un Etat fédéral
1998 Adoption du coq de Paulus comme symbole de la Wallonie
2000 Autonomie fiscale des régions
2007-2008 Constat de blocage institutionnel
200. Etats généraux de Wallonie au Parlement wallon. Décision de négociation de réunion avec la France.
20.. Double référendum en France et en Wallonie sur la réunion et les conditions de celle-ci.
20.. La Wallonie est française.

Thierry Schollier

« Les francophones sont-ils au courant que l'Etat belge est un Etat FEDERAL et savent-ils vraiment ce que cela signifie ? »

Probablement pas tous. Il suffit de voir le nombre de gens qui se réfèrent à Destrée et son horrifiante vérité sans connaître (ou en feignant d'ignorer) la conclusion de sa lette au Roi.
Et combien savent que le même Destrée a partiellement revu ses positions en 1916 en déclarant que les Belges montraient une indicible volonté de vivre ensemble ?

E. G.

@ wallagonie, j'appuie totalement votre : "Les francophones sont-ils au courant que l'Etat belge est un Etat FEDERAL et savent-ils vraiment ce que cela signifie ?"

J'ai tenu cet été, à l'occasion d'une réunion de jeunes 25-35 ans, un petit débat de société qui a viré sur ...la crise politicienne en cours... Il fut édifiant d'y voir à quel point l'ignorance et la confusion existent chez ceux qui sont/vont être parents en charge d'éduquer la génération+1 des francophones! Dire que parmi eux il y avait de jeunes enseignants ne nous rassurera certainement pas. Cet aspect met le doigt sur une profonde aliénation des cadre/programmes dans nos "Ecoles Normales" en principe chargées de la formation des enseignants de base... déglingue assurée, à moins que la CF se ressaisisse (ce qui est loin d'être privé avec la grosse cloche Arena).

wallagonie

L'ignorance : Les francophones sont-ils au courant que l'Etat belge est un Etat FEDERAL et savent-ils vraiment ce que cela signifie ?
Quand on lit : La détérioration des routes en Belgique alors qu'il s'agit des routes wallonnes...
Oui, la presse a fait un effort, tout comme l'enquête PISA 2 et 3 qui ne concernent pas la Belgique dans son ensemble et les francophones, alors, ont mal quand ils voient la Flandre caracoler en tête et le Vineux, désargenté, et ses routes pleines de trous qui TUENT !
Quand on lit que François Pirette a été le personnage le plus regardé à la télévision BELGE en 2007 (véridique), alors qu'il s'agit de la télévision francophone de Belgique,... et des exemples comme cela, il en pleut depuis toujours.
En dehors de la réalité !
Il faudrait d'abord enseigner la réalité institutionnelle et sociologique belge ACTUELLE à nos élèves - étudiant(e)s
Bien plus que de se focaliser sur notre Histoire complexe et chiante à souhait.
Allons de l'avant et construisons des projets comme des grands.

Thierry Schollier

« L'ignorance étant un des fondements les plus sûrs du sentiment nationaliste belge »

C'est l'inverse, en fait.

C'est l'ignorance par le Belge moyen de sa propre histoire (ou l'unique connaissance des versions arrangées enseignées depuis la fin du XIXe jusqu'au début des années 80) qui permet aux séparatistes des deux bords d'exister et de ne pas être contredits sur leurs propres détournements historiques.

Quand je vois certains wallingants parler d'identité liégeoise (ça fait beaucoup rire à Beringen) en se basant sur l'indépendance historique de la principauté, c'est tout aussi n'importe quoi que la vision romanesque de Conscience à propos des éperons d'or.

Claude Thayse

Je tiens à vous féliciter pour cette excellente initiative Monsieur le Sénateur !
L'ignorance étant un des fondements les plus sûrs du sentiment nationaliste belge. L'ignorance de l'histoire du fédéralisme et de la Wallonie certes, mais aussi l'ignorance de l'histoire de Belgique elle-même.
Là, vous faites vraiment oeuvre utile !

Thierry Schollier

@Stan

En deux mots (ce n'est pas l'endroit pour un cours d'héraldique, que je serais d'ailleurs incapable de donner), les différents types d'armoiries sont utilisés suivant une hiérarchisation des pouvoirs.

Les grandes armoiries sont le privilège du chef de l'État et des corps constitués (premier ministre, présidents de la Chambre et du Sénat, Procureur général etc.), les moyennes armoiries (lorsqu'elles existent) par les parlementaires, les cabinets ministériels et d'autres autorités nationales, et les petites armoiries par les pouvoirs locaux (provinces, landers, départements, communes etc.).

Pour répondre à l'autre partie de votre intervention, je ne crois pas, justement, que l'Histoire de Belgique ait jamais été enseignée (au niveau des enseignements primaire et secondaire, s'entend) autrement que dans des versions arrangées à la sauce belgicaine, style Henri Pirenne.

C'est ce qui me faisait, par boutade, voter pour Anne Morelli, mais j'aurais mieux fait de me casser une jambe, le second degré ne passant pratiquement jamais à l'écrit.

La bonne idée, à mon avis, et plutôt que de sortir 50 événements d'un chapeau, serait de faire plancher une commission sur un vrai manuel d'Histoire et de remettre un vrai cours au programme.

Ça éviterait de voir des intervenants prendre Gui de Dampierre, comte de Flandres et de Namur, ou le Duc de Looz pour des chefaillons flamingants à la tête du petit peuple mû par un sentiment flamand.
Il n'y a évidemment pas un historien sérieux en 2008 pour voir dans les Klauwaerts et les Leliaerts autre chose qu'une lutte de classes au XIIIe siècle.

william

Ce n'est pas soeur Anne (Morelli) qui a mis à la porte de son cours un étudiant portant un drapeau américain sur son T-shirt , mais Flup Moustache de Molhabeek ex porteur de valises du FLN.Il est vrai que la Morelli est une agitée du bocal et qu'elle en serait bien capable aussi .C'est sans doute cela que les soixante-huitards ULBéistes appellent aujourd'hui le LIBREX (= libre-examen )

Stan

A monsieur Thierry Schollier :
Je vous remercie, mais j'ai effectué une petite recherche évidemment, je ne me suis pas contenté de poser la question et de souligner que le "alt name" de l'image est totalement inutile...

vous dites :
"Ce sont les grandes armoiries de votre pays, m'sieur. Avec les drapeaux des 9 provinces parce que personne n'a pensé (ou voulu) les modifier depuis la scission du Brabant.
(...)
Vous voyez que c'est une bonne idée que d'enseigner ça !"

Evidemment que c'est une tres bonne idée, je ne comprends d'ailleurs même pas pourquoi on est occupé à se dire que c'est une bonne idée... ça devrait être le cas depuis belle lurette...

Quelle est la différence entre les armoiries (sans les drapeaux) du pays et les armoiries "royales" ou grandes armoiries (ici illustrées) ?

Voici un lien à visiter: http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_de_la_Belgique

Célestin

A eric : vous avez effectué des recherches avant d'écrire votre "post", dites-vous ? C'est très bien. Continuez donc : lisez par exemple, le chapitre consacré à la bataille des Eperons d'Or dans l'ouvrage "les Grands mythes de l'Histoire de Belgique" écrit sous la direction de mémère Morelli dont on parle tant. Même là, on ne sort pas une ânerie aussi énorme que celle que vous écrivez.

Pierre-Yves

Hier en voyant le JT parler de cette initiative, j'ai manqué de chuter de mon divan, c'est dire!!!
Franchement, critiquer Arena pour en sortir une pareille après, c'est, heu... ridicu...heu, inapproprié!
Est-il certain que tt cela va motiver les jeunes face à l'école et leur offrira des perspectives d'emploi???????????
Même le PS belgicain n'oserait pas en sortir une pareille!!!

Bruno

Comme plusieurs l'ont souligné la difficulté sera de réunir 50 historiens sans ^penchants^ trop distordus. Un Th Schollier met le doigt sur un mal répandu parmi nombre de scientifiques:
{{c'est une particularité propre à la quasi-totalité des historiens, comme des journalistes politiques. On ne fait pas des métiers de ce type si on est neutre.}}

Journalisme politique, on en connait certains. Parmi les scientifiques? Morelli est davantage un esprit militantiste teintée en historienne (MRAX & autres collectifs) qu'une scientifique véritablement neutre. Idem pour la garde rapprochée des sciences dites ^humaines^ qui épouse les mêmes thèses militantistes (tous très à gauche mais cocoon à l'égard du pourtour méditerranéen).
Là ne peut règner l'ouverture d'esprit à l'égard de la Belgique ou d'un Occident qu'ils abominent.
Cessez de nous bassiner les oreilles, "historiens" de service.

Jo Gerard

@Paul Le grand Charlemagne, vu son nom, pourrait faire l'unanimité côtés wallon et flamand. Né en pays de Liège, il parlait le francique (l'ancêtre du néerlandais), faillit se faire inhumer à Paris (Saint-Denis) et se trouve pour l'éternité à Aix/Aachen (germanophone).

paul

Oui, comme pour le Plus Grand Belge (ou comment cela s'appellait-il, encore?)

Jo

Il devrait y avoir 2 types de ces "50" dates clés : une pour les Flamands et une pour les Francophones.

Blue

dites ? c'est un sujet sur Anne Morelli ?

alex

Ditto, j'ai entendu cette histoire.

Variantes: les cours abordant l'histoire du proche orient à l'ULB sembleraient sortis tout droit d'un syllabus du hamas (sans la partie "comment fabriquer une bombe dans sa cuisine") quand ils abordent Israel et la question palestinienne.

Faut dire, baptiser un amphi "Allende", on sait à quoi s'en tenir.

pat

Evidemment c'est n'importe quoi. Les professeurs n'ont pas tous les droits à l'université. Si elle avait fait ça, elle aurait été convoquée par l'administration de l'ULB pour faute. C'est en tout cas la première fois que j'entends cette histoire ..

wallagonie

Est-il vrai qu'Anne Morelli ait fait sortir un étudiant de son cours le lendemain des attentats du 11 septembre 2001 au motif que celui-ci portait un pull assorti d'un drapeau américain ? Pure légende ?

pat

J'approuve le choix de Thierry Schollier. Ayant eu cours avec Mme Morelli, je peux vous dire que j'ai suivi son cours avec un esprit très critique (la sachant d'extrême gauche).
A l'exception d'un livre qu'elle nous avait fait lire, son cours ("Critique Historique") ne reflétait pas ses idées de gauche. Elle s'était attelée à critiquer de manière objective diverses situations, et avait notamment abordé certains mythes de l'histoire de la Belgique (par exemple je me souviens Godefroid de Bouillon, présenté comme un héros belge, et sur lequel il y a beaucoup à redire).
Sur le plan de la critique de l'histoire, je n'ai en tout cas rien à redire. Pour le reste, ce sont ses idées ..

wallagonie

Enseigner, à nouveau, l'histoire de la Belgique, pour sauver la Belgique.
Il faut arrêter de vivre constamment dans le passé.
Cela me parait toutefois utile sur le plan historique pur et en incluant l'histoire rapprochée de manière très lucide, à la lumière de la radicalisation des esprits et du nationalisme flamand des 25 dernières années. Or je crains, voyant ce que l'on a enseigné à mes enfants à l'école primaire, qu'il subsiste un fameux décalage. Quel est le sens de faire étudier la dynastie belge et de présenter la Belgique comme unitaire (C'est un peu ce qui se passe) en ne pipant mots de la volonté profonde de réformer l'Etat belge par la majorité des Belges (= Les Flamands) ? C'est prendre nos chérubins pour des bêtas et, surtout, leur mentir... et continuer à se mentir à nous-mêmes. Il y a plus de 20 ans que fut organisé en Flandre, dans les école, un exercice de composition d'une Constitution flamande...
En francophonie, ce sont encore et toujours des petits drapeaux belges pour accueillir la monarchie de passage dont il est souvent question ! Surtout, attendons la dernière seconde pour réfléchir à la construction de notre avenir. Les enfants nous reprocheront d'avoir occulté ce qu'ils seront bien forcés de rencontrer un jour proche.

eric

> Célestin
Je n'étais pas certain de ce que j'affirmais au sujet de la participation des namurois à la bataille des éperons d'or aussi j'ai pris la peine de vérifier avant d'envoyer mon message.... en avez vous fait de même avant d'envoyer le vôtre ???

Jo Gérar

On suppose que, comme d'habitude, nous serons belges depuis Ambiorix et que l'Histoire du Pays de Liège, longtemps indépendant des Anciens Pays-Bas, sera évacuée...

alex

On prend Anne Morelli (celle qui parlait de "déportation économique" en parlant des italiens de Belgique, faut le faire dans une europe ou le mot "déportation" est tellement chargé de sens...) et Francis Balace (probablement le dernier royaliste nationaliste Belgicain de l'ULG), on les tape dans une pièce et on les autorise à sortir quand ils ont pondu un manuel d'histoire.

Et on demande à la macarena de relire.

On va rire, les gars.

paul

Non, je ne crois pas.

J'ai un jour entendu Anne Morelli déclarer lors d'une interview reprocher à la droite (quoique cela veuille dire) "de se cacher derrière les crimes de Staline pour éviter que l'on parle des crimes du nazisme" (je cite de mémoire).

Outre qu'à part quelques abrutis néo-nazis, personne "de droite" ne fait cela, j'ai pour ma part l'impression que c'est exactement l'inverse: évquez Staline, la famine ukrainienne, Pol Pot ou la Cabana devant un gachiste, vous aurez droit à Auschwitz.

Depuis lors, quand j'entends qu'un journaliste va demander son avis à Mme Morelli, je change de poste, ou je l'éteinds.

Thierry Schollier

@Paul

Une bio d'Anne Morelli :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Morelli

Par ailleurs, s'il est vrai qu'elle est politiquement très engagée, c'est une particularité propre à la quasi-totalité des historiens, comme des journalistes politiques. On ne fait pas des métiers de ce type si on est neutre.

Le tout est d'arriver à gommer ses sentiments personnels afin d'être objectif. Et je crois qu'Anne Morelli remplit cette qualité quand elle endosse sa tenue d'historienne.

Pour terminer, ma réflexion n'était qu'un clin d'oeil eu égard au fait que c'est sous la direction d'Anne Morelli qu'a été publié l'ouvrage collectif "les grands Mythes de l'Histoire de Belgique".

Célestin

"(...)les namurois que vous évoquez n'ont combattu aux côté des milices flamandes que dans le roman "Le lion des Flandres" d'Henri Conscience(...) écrit eric qui démontre, en affirmant ceci, que sa culture historique est très superficielle car sa remarque est fausse.

paul

Outre que je ne suis pas sûr que Morelli soit historienne, si c'est elle qui doit rédiger, on pourrait tout de suite demander à Gérard de Selis ou au Comité de rédaction de Solidaires! de s'y mettre.

Le résultat serait le même.

Thierry Schollier

« Ce serait déjà sympa (et sans doute utile) d'avoir une légende sur l'image qui illustre ce billet »

Ce sont les grandes armoiries de votre pays, m'sieur. Avec les drapeaux des 9 provinces parce que personne n'a pensé (ou voulu) les modifier depuis la scission du Brabant.

On les voit mieux ici : http://royale-belgique.skynetblogs.be/post/5007665/les-grandes-armoiries-

Vous voyez que c'est une bonne idée que d'enseigner ça !

Faudra juste penser à ne pas nous refaire le coup de l'histoire arrangée à la mode belgicaine, style Henri Pirenne, parce que le résultat serait désastreux.

Si on peut voter pour les membres de la commission universitaire, je choisis Anne Morelli.

jlaszlo

Très bonne idée, comme le montrait la RTBF situer Charlemagne en l'an 1800 il faut le faire !
Les nouvelles méthodes padagoludiques font que les élèves ne savent presque plus rien et savoir lire un document, c'est de la foutaise. Quand on sait LIRE, on sait lire un document.

Stan

Ce serait déjà sympa (et sans doute utile) d'avoir une légende sur l'image qui illustre ce billet...
"Arm_grd_belgique" ne dit pas de quoi il s'agit.
Merci d'avance.

pat

Il est vrai que dans les principes de la critique historique, on doit regarder le commanditaire des études pour repérer les intérêts éventuels qu'il souhaiterait défendre. Le danger de la propagande est présent. D'un autre côté, les chercheurs jouent leur réputation. L'ouvrage sera plus que probablement critiqué par d'autres collègues s'il manque d'objectivité. Nous ne sommes en démocratie où est garantie la liberté d'expression. Cet ouvrage ne manquera donc pas d'être critiqué, et ces critiques relayées par la presse.

Le danger n'est donc, à mes yeux, pas important.

eric

Un manuel d'histoire fait par des chercheurs sérieux mais ... dont le commanditaire est le sénat!
Ce n'est pas ce que j'appelle une garantie d'indépendance vis à vis du politique !
Combien de fois sur ce blog le fan club de monsieur Destexhe ne s'est il pas déchainé sur des études d'universitaires accusés d'être à la botte du PS !!!
Encore une fois je trouve ce projet en totale contradiction avec ce que monsieur Destexhe disait ici même sur l'enseignement.

Andy Warande

Incroyablement audacieuse idée politique que de proposer le retour du Trivial Pursuit sur les bancs de l'école!!!

N'oubliez pas d'inclure Soeur Sourire au billboard américain dans les propositions de dates clés!

pat

eric > d'où l'intérêt du recourt à des spécialistes des 6 grandes universités belges (c'est expliqué dans le document en lien) ;)

eric

Est ce bien le rôle du monde politique de décider quels sont les moments-clé de notre histoire ? une histoire "officielle" en quelque sorte...
Le pouvoir a toujours utilisé l'histoire et particulièrement son enseignement à des fins politiques ("projeter une Belgique fédérale dans l'avenir" dites vous) et la vérité historique en est rarement sortie grandie.
De plus cette proposition me semble contraire à la vision libérale de l'enseignement que vous avez défendu ici même !
L'exemple de la bataille des éperons d'or que vous citez est un bon exemple du risque de manipulation politique que ce genre de proposition risque de provoquer : au 19eme siècle cette bataille faisait partie de l'imagerie belgicaine ("les valeureux belges resistants à l'envahisseur français") avant de devenir un puissant symbole flamingant ("les valeureux flamands resistants à l'envahisseur francophone") et d'ailleurs votre propre interprétation n'est pas neutre puisque les namurois que vous évoquez n'ont combattu aux côté des milices flamandes que dans le roman "Le lion des Flandres" d'Henri Conscience (l'auteur a inventé ces namurois pour aider à faire de cette bataille un mythe belgicain)
L'histoire nous apprend plus de choses sur nous et notre propre époque que sur le passé...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan