Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Mots croisés | Accueil | Quartier du Midi: Welcome in Brussels! »

30 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

wallagonie

C'est bien beau tout ça mais qu'est-ce Mr Denis Ducarme (et Madame Milquet) compte faire en tant de parlementaires ???

steve

copié collé du blog de Denis Ducarme, Député du Hainaut:
"mercredi 30 janvier 2008

Zaventem, Vilvoorde et Zemst -Apartheid linguistique- Acte II : Le Ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, renforce l’apartheid linguistique en périphérie et couvre les règlements illégaux de ces communes CD&V.
Après avoir longuement planché sur les questions relatives aux questions de discriminations linguistiques, j’interrogeais, ce mercredi, le Ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, sur la violation de la loi anti-discrimination du 10 mai 2007 par les communes de Zaventem, de Vilvoorde et de Zemst dont les conseils communaux ont pris la décision que leurs terrains communaux ne seraient désormais plus vendus qu’aux candidats-acquéreurs néerlandophones. Si tel que notifié par le Wooncode (nouveau code régional du logement flamand), l’octroi d’un logement social est conditionné à l’exercice du néerlandais ou à son apprentissage, matière liée au logement public qui relève ici des compétences régionales, il n’en est en effet pas de même pour les décisions prises par ces conseils communaux qui conditionnent la vente d’un terrain communal à des candidats-acquéreurs appelés à répondre aux mêmes critères et conditions linguistiques.
Le droit de vente, tel que visé ici par la décision de ces communes, relève bien entendu de la loi et non du décret.

Tel que l’article 1594 du code civil le définit clairement : « tous ceux à qui la loi ne l’interdit pas peuvent acheter ou vendre ». Un règlement communal ne peut naturellement pas remettre notre code civil en question.

La loi du 10 mai 2007 « tendant à lutter contre certaines formes de discrimination » nous donne les moyens d’action utiles en la matière.
Les critères protégés visés par cette loi sont l'âge, l'orientation sexuelle, l'état civil, la naissance, la fortune, la conviction religieuse ou philosophique, la conviction politique, l'état de santé actuel ou futur, un handicap, une caractéristique physique ou génétique, l'origine sociale mais également la langue. J’ai appelé ce mercredi le Ministre de la Justice à avoir recours à sa capacité d’injonction positive telle que la loi du 10 mai 2007 lui en confère le droit. Dans les cas d’indices sérieux de discriminations et de violations de la loi du 10 mai 2007, le Ministre de la Justice doit en effet demander au Ministère public d’ouvrir une enquête, lequel peut saisir le tribunal de 1ier instance qui prendra un acte de cessation sur les décisions discriminatoires si celles-ci sont établies par le parquet.

Le Ministre Vandeurzen, s’il a confirmé qu’il disposait bien de cette possibilité légale, m’a répondu qu’il ne l’utiliserait qu’en dernier recours. J’ai pu répondre que la situation était bel et bien celle-là et que la loi fédérale devait également être respectée par les communes CD&V. Si je ne m’attendais guère à une autre réponse de la part de Jo Vandeurzen, je lui ai également fait savoir au passage qu’il était plus que temps qu’il quitte la peau de Président du CD&V pour entrer dans le costume de Ministre de la Justice de tous les Belges qu’il choisissait délibérément de ne pas endosser dans ce dossier. Il est clair que les réglementations prises par ces communes CD&V et l’absence de réaction fédérale met la Belgique au banc de l’UE sur le plan des valeurs et du respect des droits des personnes. J’ai pu informer le Ministre que je reviendrai sur ce dossier et que j’informerai le Président du MR de ma volonté à déposer cette fois une interpellation suivi si nécessaire d’une motion de recommandation au gouvernement. Le « chic » de l’exercice de contrôle parlementaire, rarement utilisé, il est vrai par un parlementaire de la majorité. Mais faut-il continuer à accepter l’inacceptable… , surtout quand comme j’ai pu le mettre à jour, le niveau fédéral a une capacité concrète d’intervention et de contrôle dans ce dossier ? J’estime en effet que le choix du Ministre Vandeurzen de ne pas inviter le Ministère public à mener une enquête neutre et objective dans ce dossier est éclairant sur la volonté du CD&V d’organiser un apartheid linguistique en périphérie bruxelloise.
N’est-il pas temps que les francophones refusent les gifles flamandes à répétition ?
J’y reviendrai sur ce blog et ailleurs. "
http://blog.denisducarme.net/

Jo

@Ketje Oublions votre pseudo qui évoque une bière du millénaire qui a fait faillite en 5 ans et votre allusion aux "rattachisses" qui est incompréhensible. Tout le monde n'a pas son bachot.
Alain Destexhe a raison de soulever ce lièvre : la filiation avec la collaboration est toujours présente au plus niveau en Flandre.
Bart Somers, Président du VLD, n'a jamais renié le passé nazi de sa famille, Bart De Wever, Président de la N-VA, invoque un grand-père VNV et Etienne Schouppe, né en juillet 1942, porte le doux second prénom ... d'Adolf !
Bruno Valkeneers, futur président du Belang, est un petit-fils de rexiste.
La dénazification n'a pas eu lieu en Flandre et nous, francophones, en payons les conséquences.
Jean-Marie Dedecker, on ne sait pas encore ce que pensaient ses parents résidant à deux pas d'un camp militaire, Lombardsijde, construit spécialement pour envahir l'Angleterre. Devait y avoir pas mal de Frigolins dans son bled.
Pour mémoire, cher Ketje, Gendebien (RWF) est le fils d'un pilote de la RAF mort en service commandé.

Alain Destexhe

Bien sûr que je n'ai pas ciblé la communauté flamande, mais bien un groupe d'extrémistes qui a du mal à rompre avec la passé collaborationniste.

Simon

""Ik ben zeker dat hij (als zijn lezers) weet hoe belangrijk het Vlaams Belang in Vlaanderen is.""

Merci à "pat" d'avoir corrigé notre ami blogger gantois "smithson" sur l'interprétation faite par nous, "mensen van Zuid-België". A bien le lire, Mr Destexhe n'a effectivement pas ciblé la communauté flamande dans son ensemble. Heldere geest!

Le VB représente un DANGER: par certaines idées et motivations qu'ils propagent chez 20 - 25% de nos compatriotes flamands. Pourtant (je le tiens d'un flamand, anversois très cultivé qui me le confiait) il y a parmi les "VB stemmer/stemster" une proportion de gens très instruits. Si ces derniers votent "en rebellion" contre certains choix + actes politiques, nous devrions en chercher les raisons profondes (peut-être fondées?) dans les attitudes adoptées par d'autres politiciens!
La "vérité" et le bon sens n'existent pas seulement dans la tête de la gent des élus! Le manque de courage en politique détermine une grande part de l'insatisfaction parmi nous, électeurs. La crédibilité moyenne du politique est tombée sous la barre des 25% (cf. enquête internationale 2005).

A.D. a clairement répété son engagement à oeuvrer pour un renouveau de TROIS axes: économie, éducation/formation, bonne gouvernance publique. Faut-il dire ici que ces points ont beaucoup irrité les milieux de ces "gauches plurielles"... je vous en laisserai citer les noms, ami SMITHSON.

pat

Smithson > Meneer Destexhe heeft geen generalisatie gedaan. Hij heeft alleen over ultranationalisten en extremisten gesproken. Ik ben zeker dat hij (als zijn lezers) weet hoe belangrijk het Vlaams Belang in Vlaanderen is.
Wat u bescrijft is meer de mededeling van de anti-vlamingen propagandisten ;)

www.smithsonsplace.eu

Geachte heer Destexhe,

Ik ben een Vlaming, maar dat wil daarom nog niet zeggen dat ik een Vlaams Belanger ben. Niet alle Vlamingen zijn Vlaams Belanger. En het Vlaams Belang is niet de hele Vlaamse Beweging. En niet de hele Vlaamse Beweging heeft gecollaboreerd, net zoals niet heel de Waalse Beweging gecollaboreerd heeft.

Dat alles neemt niet weg dat ook ik vind dat Brussel gescheiden moetn worden van Halle-Vilvoorde. In een federaal land zijn de kieskringen van de deelstaten gescheiden van elkaar, dat is heel normaal.

Beste groeten,

Smithson.

PS: Het ís correct dat onder de Duitse bezetting de taalwetten in Brussel voor de eerste en enige keer correct zijn toegepast. Dat wil echter niet zeggen dat Vlamingen heimwee zouden hebben naar de tijd van Duitse bezetting

steve

Houston we have a problem...Appolo 13

moi je dis: Belgium you have a problem...

Ketje

en utilisant le terme VERBRUSSELING sur leurs machins, le lecteur sera directement fixé sur les intentions louables qui sont sous-jacentes!

Le splitsing du Brabant et les revendications B-H-V confirment que le VB n'est pas seul à développer un goût pour le "chacun pour soi".
Voyez l'attitude similaire chez des rattachistes à la R.F.?
Les premiers -VL- sont agressifs, les seconds sont défensifs + nostalgiques.
La métaphore de la loco et du tender, avait déjà invoqué un commentaire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Devenir Fan