Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Energie - stratégie | Accueil | Maurice Béjart »

21 novembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Babette M.

Que de commentaires pertinents dans tout ceci, hors un "cas" de Mme D.

Le comble est qu'en dépit de toutes les protestations émises par vous tous et bien d'autres, parlementaires compris ..RIEN.. ne bouge dans le sens d'un mieux fonctionnel! Même un Mr Dupont n'y fait pour un mieux qu'Onkelinx qui fut elle à la base de nombreux laxismes idéologiques dans ce domaine clé de notre futur.

De manière aussi risible (enfin je crois jusqu'aux sanglots), nos huiles sacrées du Parlement et de la Commission ne cessent de jargonner sur la Société de la CONNAISSANCE et la R&D avancée face aux déferlantes d'avancées étrangères à notre Europe.
Lisbonne version 2108? Des animaux de cirque, voici ce que je déplore de devoir dire en regardant cette ménagerie!
Babette M.

Question

Pourquoi vous en voudrait-on autant?
Pourquoi un examen de passage n'a-t-il pas été proposé?


delcroix lucie

J'aimerais donner la version du parent floué en toute impunité par l'illusion d'un droit au recours contre une décision arbitraire d'échec scolaire : CF l’article de Frédéric Soumois, le 30/08/2007 "Pour Julie une copie mal corrigée = un an de vie" Nous venons de vivre EXACTEMENT la même histoire que Julie, mon fils double en tout arbitraire, avec un 8/10 en bio contesté (il manque des points à la correction), la préfète n'a dans un premier temps pas répondu à notre demande de recours, puis m'a dit oralement qu'il n'était pas rentré dans les temps (elle se basait sur une note non signée des parents, distribuée en mai 2008 aux élèves). Vu ma détermination ( je lui ai dit de me faire savoir cette décision officiellement par écrit + je me suis rendue chez un avocat qui a faxé une demande des copies contestées le jour même) la préfète a changé d'avis, a accepté le recours mais EN DEPLORANT QUE NOUS NE NOUS SOYONS PAS PRESENTES SPONTANEMENT DANS SON BUREAU COMME IL ETAIT PREVU DANS SA NOTE DE MAI. Donc nous n'avons pas été entendus, la copie n'a pas été revue, un faux conseil de classe a confirmé la décision d'échec et l'AOC. Nous avons introduit un recours externe, ce conseil (monsieur LOUIS) a téléphone à la préfète, et a refusé de nous recevoir, prétextant que nous avions été reçus par la préfète dans le cadre du recours interne. Les déclarations écrites et orales de la préfète sont FAUSSES. le recours externe a maintenu la décision, en se basant sur les déclarations fausses. Le conseil d'etat a maintenu la décision car le conseil n'avait pas à nous entendre, et la motivation d'échec est suffisament claire (8/20). Outre le fait que nous avons été privés d'un droit à la défense, ce qui est déjà très grave en soi, même les copies des examens nous sont refusées encore à ce jour. Il est navrant de constater que un an plus tard, rien n'a changé, le principe démocratique de la séparation des pouvoirs n'existe pas dans les bureaux des chefs d'établissement : ils font leur loi, l'appliquent comme il l'entendent, et font les sanctions qu'ils décident. C'est lamentable pour les enfants. J'ai écrit au ministre Dupont à ce sujet, sa réponse est consternante. J'ai rendez vous ce jour avec monsieur Aerts Banken, secrétaire du Conseil de Recours, je suis décidée à insister jusqu'à ce que ces injustices soient considérées. NB l'article paru dans le soir du 20/11/2008 a enfin suscité une réponse de la part de l'établissement scolaire... j'ai remercié le journal pour ce coup de pouce... va t on enfin avoir accès à ces copies?

Emploi des jeunes

à faire lire par l'ensemble des partenaires sociaux naturellement revendicatifs, par les agents chargés de gonfler le marché du travail, par certains enseignements public. A ne surtout pas rater par les membres du clan ARENA qui nous liraient!

Dernier rapport (2007) de l'OCDE "DES EMPLOIS POUR LES JEUNES".
Des chercheurs UCL-IRES conduisent une analyse sérieuse du Rapport, dans "Regards Economiques" n°56 Nov 2007. Actions utiles à mener, autrement que les discours creux!

Huit pages accessibles sous:
http://regards.ires.ucl.ac.be/Archives/RE056.pdf

chères RW, CF, etc

Ces deux derniers jours se tenait à LLN le congrès des économistes de langue française.
Thème : Nos régions en Europe. Voies d'impasse, voies d'avenir.
Quels développements pour la Wallonie et Bruxelles?

Des contributions assez académiques. Mais en finale venait la synthèse des problèmes & enjeux identifiés. Et l'expression sans trop de retenue des MONSTRUEUX défauts persistants de nos systèmes de la gouvernance publique, dont celui de notre enseignement obligatoire.

Un panel politique des quatre partis wallons (PS Marcourt, MR Kubla, CdH Prévot, Ecolo Javaux) eut "une fois de plus" l'occasion de s'exprimer sur ces aspects.

Il est risible d'y entendre comment, à chaque laïus du PS (Magnette l'ayant fait là avant Marcourt) les huiles socialistes affichent leur satisfecit sur les "remarquables" travaux et progrès accomplis par la diva des douchettes en matière de gouvernance de la CF et l'enseignement en particulier.
Déjà que les parents s'énervent des résultats "- - -" atteints par certains sales gosses, si on leur surinne en plus l'espérance d'un mieux grâce à diva Arena, ça risque de faire des déprimes d'ici juin 2009.

Vincent

"Ainsi un GROUPE de professionnels sont jugés inaptes à évaluer les performances ou aptitudes du pauvre enfant? S'il fallait gifler le corps professoral, il/elle l'a fait."

Un peu comme quand un flic arrête un Finlandais-aux-yeux-bleus-qui-a-aidé-une-vieille-dame-à-traverser-la-rue-en-la-soulagant-de-son-sac puis qui le retrouve une heure plus tard libéré par un juge qui ne voit pas l' intérêt de donner une bonne leçon...

Qui dit la fonction publiqe est sous-motivée parfois?

Pijean

Tjui né estou à Tcharlerwè.
Quand jestè djaune, jem suis dit que stènin possib d'y viv telmin sèstè l'bordel. Donc jem suis mi a estudier pour nin y restie. Mes vie i zont bossi poum payer les estud et djé né eu bsoin d'faire el revolution pour soula ni encore moins d'dir merde sur dè blaug politiques!

Ceci dit, je comprends qu'il y a des situations qui deviennent intolérables, mais pour les résoudre il faut trouver les vraies causes et/ou les vrais coupables ainsi qu'utiliser les bonnes méthodes.

riquette

GROSSE COLERE A TCHARLERWE
MARDI 20 NOVEMBRE 2007
Grosse colère à Tcharlerwè!

Au secours Titine !
Suis Zen colère!
Suis la riquette di tcharlerwè, une comme titine, toute ordinaire, mais zelle elle boute au ministère. Oui, mon cher!
Elle boutte, elle bosse, toute l’année, pour des clopy, des cloppinnettes…
Pouvoir d’achat au raz del buze…elle en peu plus des piques de prix, d’la vie trop chère et du salaire qui stagne du bas.
Elle en dort plus, elle en vit plus, elle en cauchemarde, elle est colère.
Elle a deux djône à élever, un ptit loyer, une tite auto, elle est A1 comme Titine…
Une nana comme les zautres qui n’en na marre d’clouer s’grande gueule.
Une tite nana genre Titine qui bosse qui boute qui peine qui trime pour des clopy, des clopinnettes.
Voudrais l’gueuler sur tous les postes, sur tous les toits di tcharlerwè, tous les médias, toutes les gazettes…CA SUFFIT!
L’Europe se réveille tout doucettement et la Belgique dort encore!(cf les deux premières bulles de Titine à Charleroi)
Riquette propose très zhumblement une révolte toute, tout en douceur.
Riquette, Titine, vec plein d’humi d’humilité propose aux Belges de Belle Gique, de sortir dans sa rue, oui, sa rue à lui, à elle, pas za bruxelles, le 29 novembre à 10 heures pour dire son marre!!! Aux prix qui flambent.
Le pain, le vin et l’boursin…L’essence, l’mazout, l’lumière, l’chauffadge
Et qwè quot!!!!Mais wèsqu’on va? Mais quand qu’on sort dinl rue?
Titine c’est toi, c’est lui, c’est moi, el pensionné, l’lindépendant, l’fonctionnaire, l’chômeu, l’clodo du coin, …
Tous les ménages sont concernés et rien ne transpire de ce mal, de ce mal de ce profond malaise qui grouille qui rôde mais en sourdine.
Les syndicats n’en ont que faire, les politiques sont loin de nous, de nous, des comme tout l’monde.
Rique en a marre, Rique colère, Rique veut exprimer sa rage.
Elle ameute qques journalistes d’ici, de là, de tcharlerwè et même d’ailleurs.
Pour qui ? Pourquoi ? Pour dire que MEEEEERDE, Y’en a assez, on va crever!
Merci Titine, tu m’as portée dans ma colère bouillonnante.
Merci d’me lire, merci d’m'entendre, moi m’dame toulmonde, qu’aimerait qu’on s’bouge , qu’on s’bouge les couilles pour exprimer notre colère sur la vie chère.

Riquette

Socrate

Le pire est que des gens qui ne connaissent rien de l'élève lui donnent raison. On a ainsi vu des élèves réussir avec 5/20 en math ou 4/20 en chimie. On en arrive à avoir des élèves qui font l'impasse sur un cours en tablant sur le recours. Bien triste!
Cependant je ne suis pas contre un recours interne.

Simon

Peut-on nous rappeler le nom du/de la génie politicienn(e) sous la "compréhension" duquel/de laquelle ce décret fut adopter en C.F. et quand?

Ainsi un GROUPE de professionnels sont jugés inaptes à évaluer les performances ou aptitudes du pauvre enfant? S'il fallait gifler le corps professoral, il/elle l'a fait.
Et si on rendait le parent contestataire responsable du paiement des coûts (d'heures perdues) dans ce cirque juridico-socialiste (car c'est bien un PS qui força la chose)!
A bas l'élitisme, vive le laxisme et la médicocrité.

Bonte Emile

vue, la médocrité de certains de parents, je trouve ce chiffre peu élevé, je me serais attendu à plus de râleurs.
Emile BONTE

Alexis de Tocqueville

C'est la république des Soviets : les parents d'élève décident à la place du corps professoral. Celui-ci ne bénéficie plus d'aucune aura. Les parents soutiennent systématiquement leurs fils et filles contre le prof qui a le tort de contrarier tous ces petis génies.
A table, les parents demandent l'autorisation aux enfants pour pouvoir dire un mot. Après avoir avalé quelques bouchées sans dire merci, ils quittent la table et se ruent sur leurs jeux vidéos sur lesquels ils se métamorphosent en tueurs en série bientôt en 3D.
Merci Mai 68.

Pijean

Beaucoup de parents rejettent la responsabilité de l'échec de leur rejeton sur la société.

Un livre paru dernièrement présente bien la situation de l'éducation parentale: "Parents, osez vous faire obéir".

Alain Destexhe

Du journal du libre, je les ai transcrits mais sans garder la source exacte.

Ludovic

D'où tenez-vous ces chiffres ?
Est-il possible d'avoir les sources ?
Merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan