Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Fête du Roi... | Accueil | Crime tribal à Charleroi...dans une relative indifférence »

15 novembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Frédéric Mascetti

Message au MR et à son Président :

Monsieur le Prédisent,

A l'heure où certains laissent croire que la démocratie consiste à ce que tous les partis soient au pouvoir, privant ainsi le peuple de sa liberté de choix, je tiens à vous faire part de mon modeste soutien.

Il m'est plusieurs fois arrivé de me montrer critique envers le MR, mais je crois que c'est le moment de serrer les rangs.


Elie Leprophète

à vous, Claude, de nous la définir clairement cette vision commune
...puisque votre analyse du contexte est si pénétrante...
ça aidera ceux des dirigeants francophones qui manquent de talent ou de flexibilité mentale à recevoir la lumière du ciel.

quant à l'ambition, on compte sur la réussite préalable du Marshall pour nous la confirmer.
;-(

Claude

Même les problèmes communautaires ou les tendances centrifuges des régions d'Europe sont de la faute du PS, amusant !

Je constate en tous les cas que PS et MR faisaient partie de la majorité précédente et que tous deux ont reporté la solution de la problématique BHV à leurs successeurs. Or, ils ne pouvaient que savoir que, quel que soit le résultat des élections du côté francophone, le cartel CD&V - NVA serait au pouvoir.

Quel manque de vision politique et quelle erreur de stratégie. Pendant que les deux grands partis francophones se disputent "le centre de gravité politique" , les partis flamands, eux, ont un objectif clair malgré leurs divergences. Peu à peu, ils le concrétise.
Où est la vision commune (et ambitieuse) pour les francophones en Belgique ?

Vues de France

Je ne cautionne nullement la position de cette revue. Il est intéressant de confronter aux nôtres, avec réalisme.

##
Le défi démocratique des mouvements sociaux , samedi 17 novembre 2007

Tous ceux qui, comme Riposte Laïque, se réclament de la République, et qui plus est "sociale", sont confrontés à la question démocratique. Le mot république peut être utilisé par des courants qui pervertissent ce terme. Que dire des "républiques démocratiques" de l’Est, quand régnait la dictature du parti unique ? Que penser du terme "république", quand les ayatollahs iraniens parlent de la "République islamique d’Iran" ?

Pour nous, le mot "république" signifie forcément progrès social, laïcité et démocratie. Dans les différents mouvements sociaux qui font l’actualité de ces derniers jours, le mot «démocratie» revient souvent dans les débats. A l’université, on entend souvent les élus UMP protester contre les assemblées générales où on vote à mains levées. Ils soutiennent les étudiants qui réclament les votes à bulletin secret.

Ces mêmes élus seraient plus crédibles, dans la défense de la démocratie, s’ils ne se préparaient à cautionner un hold-up démocratique, en refusant aux Français un #référendum# sur le nouveau texte européen de Lisbonne, qui n’a pas l’air bien différent du précédent.

La direction du Parti socialiste continue à se saborder, en ne réclamant même plus le référendum que Ségolène Royal avait promis, lors de sa campagne. La raison est fort simple : Sarkozy et Hollande savent parfaitement que si les Français devaient revoter, deux ans et demi après le 29 mai, la réponse serait la même : NON !
## Source : http://www.ripostelaique.com

(un magazine animé par un musulman #moderniste# entouré d'une équipe non identifiée)
Nos rattachistes en penseront ce que bon leur semble...

Simon

Curieux que tous les blogs jugent les "professionnels" de la politique en tant que personnes totalement "indépendantes" d'un contexte et de courants ambiants.
Nous vivons dans des sociétés et Etats de droit, présumés démocratiques. L'H/F en politique peut avoir de hautes idées personnelles sans disposer pour la cause d'une puissance d'influence suffisante pour les imposer dans chaque contexte. Il est simpliste de le/la ramener au schéma "d'électron libre". Nos organisations humaines fonctionnent en INTERACTIONS, en leur sein et avec d'autres. Où est la liberté de n'en faire qu'à sa tête, en ignorant d'autres acteurs?
La responsabilité appartient en finale à l'électeur qui ne s'intéresse pas assez à son sort ou à celui qui reste fixé sur des convictions "à l'opposé des réalités", voire à ces utopistes toujours en recherche de l'ultième inatteignable!

Etre au-dessus des considérations d'autrui n'est le propre que de dictatures! A cet égard, un docu ARTE d'hier soir retraçait la recherche, la capture en Argentine ex-Péronniste d'Adolf Eichman, cet assassin de 6.000.000 de juifs (et de bien d'autres confondus dans la masse des victimes). Des humains transportés tels des bestiaux, de monstreux abattages, un choc des civilisations. Tout ceci commis au nom d'une utopie, au départ d'un leader fou et ceux -nombreux- qui acceptèrent de le suivre, jusqu'au précipice d'une grande Nation européenne!

La leçon n'est pas totalement apprise, car une relève folle se pointe: à l'Est (nazifiants), au Sud (dictatures d'Afrique), en un Islam dévoyé des paroles du Coran par ce fou Bin Laden, bref dans toutes les géographies, y compris la nôtre. Souvent le fait de minorités très agissantes, pour lesquelles la notion de hors-droit est la règle première. Devant tout ça nous peinons, blessés, sans moyens rapides de rétablir l'équilibre.
Ceci est un peu aussi la posture de bien de politiques, sans les excuser totalement.

Coco

Envieux, point du tout. J'ai voté pour M. Destexhe car il tenait un discours très positif en terme de gouvernance et d'anti-socialisme intelligent, et voila qu'il succombe au système... La seule chose dont je suis envieux c'est de politiciens responsables qui font ce qu'ils disent. Mais bon, pour certains dont vous, critiquer un fait d'un homme c'est critiquer l'homme dans la totalité de son oeuvre...

PS: Ce n'est que ma 3ème intervention sur ce blog..

himself

De rand is niet vlaams
(avec extraits de réactions de cet article)

http://grand-barnum.blogspot.com/2007/11/de-rand-is-niet-vlaams.html

J. de La F.

Mr Coco-Corbeau,
vos interventions périodiques sur ce blog sont malheureusement le reflet des personnages ENVIEUX.
Je vous livre donc qq vieux dictons à cet égard.

"Les envieux mourront, mais non pas l'envie."

"Fais bien, tu auras des envieux;
Tu les confondras si tu fais mieux."

"Contre forts et contre faux,
Ne valent ni lettres ni sceaux."

D'autres si vous voulez, au prochain numéro!

Ah oui, un petit dernier:
"Quand il n'y a plus de foin au râtelier, les ânes se battent."


Coco

Ici Coco le corbeau... Mon propos se base sur des faits réels pourtant... Mais même sur des espaces dit "citoyens", il reste des vérités qui dérangent!

himself

@Smithson

Je m'étonne, vous référencez sur votre blog Le Mouvement pour une Flandre Indépendante et Socialiste (V-SB) qui affirme œuvrer pour la création d’une société socialiste, avec égalité de chances, droits et devoirs, dans une Flandre indépendante, loin de toute structure supranationale anti-démocratique et capitaliste mais coopérative et solidaire avec tout peuple et état désirant la liberté."

Et donc, vous soulignez vous-même vos propres contradictions, car vous admettez une seule exception axiomatique que serait le cas des francophones en flandre. Vous ne donnez aucun élément d’argumentation à ce sujet.

Vous semblez oublier qu’il a été considéré à un moment donné qu’une région était aussi « la Flandre » à la condition expresse (non temporaire) que des facilités soient octroyées aux francophones.
Plus grave, vous semblez ignorer totalement que la Région wallonne englobe totalement la région de langue allemande et ces derniers semblent actuellement contents de la situation.

Pour rappel, la Belgique a été condamnée il n’y a pas si longtemps par le Conseil de l’Europe (http://www.coe.int/DefaultFR.asp) pour le non respect de ses minorités francophones en Flandre… mais comme me l’écrit si bien (malheureusement pas dans sa langue) sur mon blog un flamingant :
«So, you can write what you want, we do as we like. »

Simon

Smithson, que vous soyez flamingant est VOTRE affaire; tous ne les ont pas.
Mais votre statement suivant:
"on a le droit en Flandre de exiger que les gens qui vivent chez nous, parlent Néerlandais. En Wallonie, c'est pas autrement."
nous démontre paradoxalement qu'avec une culture de base assez poussée (latin, français, etc...) vous basculez dans la subjectivité de l'homme ordinaire.

Si vous vous promenez parfois en Ardenne et Wallonie, vous trouverez des gens qui font l'effort de vous répondre, même dans un NL approximatif! Voyez la masse de vos pairs qui aiment s'y rendre et même y investir (malgré un infâme PS et des syndicats bornés).
Lorsque je vais en Flandre (j'aime y faire du tourisme) je fais l'effort de parler mon NL basique...
Donc, évitons de caricaturer les positions?

Verdraagzaamheid, disent vos compatriotes aussi cultivés...

www.smithsonsplace.eu

@ Olivier

En effet il y a quelque chose à dire pour votre point de vue. Moi, je supporte les minorités avec aspirations nationalistes dans les autres états du monde (comme les Basques, les Catalans, les Schotten), donc ce point de vue n'est pas entièrement compatible avec mon point de vue vis à vis les Wallons. J'ai publié une réflection sur mon site concernant ce problème.

Mais, désormais, je trouve quand même qu'on a le droit en Flandre de exiger que les gens qui vivent chez nous, parlent Néerlandais. En Wallonie, c'est pas autrement. Les Flamands dans les communes de facilités Wallons se sont adaptés, pourquoi pas vous en Flandre? Il y a une différente attitude vis à vis s'integrer. Des centaines de sans-papiers en Flandre sont repatriés, tandis qu'ils parlaient aussi bien Néerlandais comme moi. Et dire qu'il y a des francophones qui ne savent même pas acheter een brood (un pain) en Néerlandais. C'est incomprehensible pour moi.

Et une autre argument: en 1970, on a decidé, sur demande des Wallons, de transformer l'état en fédéralisme. Ca veut dire que chaque région à obtenu son autonomie culturelle. Donc c'est aux Wallons de decider ce les immigrés doivent parler. Et au Flamands la même chose. Ce n'est pas la dictature, c'est une mésure agrée ensenmble. "Pact sunt servanda", on dit en Latin. Du côté Flamand, on a toujours fait ça. Du côté Wallon de moins en moins.

Salutations flamingantes,

Smithson.

E. G.

Lorsque "les mêmes" pensent à des choix pragmatiques
...au lieu de verser dans des déclarations lénifiantes du micro-trottoir...
ça aide à faire avancer le schmilbick.

Les francophones sont embarrassés, on les comprend. Parler à des murs, c'est pas humaniste.
Or Milquet joue à l'obscurantiste politique.
Di Rupo sourit à chaque espoir d'apparaître tel la bouée de sauvetage (bof!)
Là, seuls Javaux et Reynders osent le langage assez direct (ouf!).
Pendant ce temps, il est notoire que les acteurs du cartel CD&V NV-A se disputent sournoisement (aussi).
Et qu'une majorité de belges s'impatientent à voir la Marche de demain 18 novembre!

Mais une parole francophone positive vient via la presse: celle de Hervé Hasquin (MR)
"DIRE NON à TOUT, C'EST FAIRE EXPLOSER LA BELGIQUE" (titre LLB, V.d.W. 17/11).
En un temps où l'on sait que 15% d'imbéciles du Nord comme du Sud ne prieraient que pour cette extrémité!

gribouille

Si les élections fédérales et les élections régionales avaient lieu en même temps, la situation serait moins malsaine.
Actuellement les deux camps ont peur de perdre des voix aux régionales de 2009.
De toute façon, on retrouve les mêmes hommes pour les deux élections avec selon les choix des désistements pour des suppléants. Grotesque.

Renard & corbeau

Un corbeau (alias COCO 15:38) éructe périodiquement sur ce blog. Son propos reste confiné au verbiage d'oiseau de basse-branche instruit par un maître digne de l'extrême-droite.
Son style préféré: la délation gratuite, cette arme de pleutres tant pratiquée durant 40-45 ou sous le régime soviétique. Conseillons-lui d'aller répandre ses remarques creuses sur des chats ad-hoc. Ici, c'est un blog citoyen, avec idées et faits avérés. Retournez donc prendre quelques leçons de civilité avant de nous revenir.
Meilleures salutations de Jean de La Fontaine!

olivier

Smithson,
"Het is de meerderheid die beslist", entièrement d'accord, mais si c'est en opprimant une minorité, ce n'est plus de la démocratie.

Coco

Déni de démocratie:

Se désister pour une parfaite inconnue alors qu'on a reçu 80.000 votes de préférence, tout ça pour des jeux de parti.

Mots-Indices: sénateur, agent secret, auderghem.

(ça vaut pour les autres aussi)

Alexis de Tocqueville

@Smithson,

Entièrement d'accord avec vous. C'est d'ailleurs ce que le maire de Drogenbos a rappelé.
Toutefois lorsque les bourgmestres flamands de 26 communes de HV refusent d'organiser les élections, ils sont encouragés par leur ministre de tutelle et ce n'est pas très légal non plus.

Vincent

A ce sujet, article intéréssant du Figaro sur les méthodes des syndicats RATP:

http://www.lefigaro.fr/actualites/2007/11/13/01001-20071113ARTFIG00237-ratp-ces-grevistes-pas-comme-les-autres.php

Ici Paris

Déni de démocratie dans les
Transports en U.E.:
dialogue de sourds entre les grévistes et le gouvernement, les perturbations continuent
(journal La Tribune , vendredi 16 novembre 2007)

[[Moins nombreux mais plus déterminés, les grévistes ont décidé jeudi soir de poursuivre le mouvement malgré les négociations entre les syndicats et le gouvernement. Du coup, les transports publics sont encore très perturbés ce vendredi, et devraient l'être encore samedi, les premières assemblées générales de cheminots ayant décidé de reconduire la grève.]]

Comme quoi la coercision ne se pratique pas uniquement par les extrémistes flamands.
La base des gauches européennes s'y entendent aussi pour nier le droit à la libre circulation dans les territoires sous leur domination monopolistique.
Droit des quoi?

Simon

@ Blue de 11h03, à propos de l'assymétrie décisionnelle.

Aussi longtemps où la notion de CIRCONSCRIPTION FEDERALE ne serait pas mise en oeuvre (relire ces idées soutenues par le Groupe d'intellectuels PAVIA, des "pas coincés"), le gouvernement flamand se permettra de régir les affaires "de son territoire" sans tenir compte des pieux avis émis "au dehors"!
Symétriquement, quand des décisions et projets aberrants sont adoptés par le gouvernement de RW (hors du respect d'une logique d'équilibre intérieur ou de simple bon sens)... les flamands sont légalement tenus de ne pas s'en inquiéter (subsidiarité, 2e)!

De telles "sottises" résultent d'options "régionalisons!" pour lesquelles des wallons autant que des flamands ont opté il y a plus de 30 ans, dans le même climat de vieilles tensions et rancoeurs! Qui en fut responsable? Mordons-nous les doigts, mais ce fut fait, avec la bénédiction des défunts responsables PSB + PSC d'alors, pauvres obtus.

Le statut "spécial, à facilités" des communes périphériques exigerait une forme de respect ET de compréhension, des deux côtés de la barrière. Jouer avec la "légalité" y est à la fois un piège et un sursis, dont usent les deux parties! Ces problèmes récurrents y resteront sans solution apaisante. Sauf de CHANGER DE PARADIGME, comme se plaisent à dire divers milieux. Allez expliquer ça à des politiques et des juristes, c'est comme si vous parliez le chinois ou l'espéranto!!!

Smithson

Beste meneer Destexhe,

U verwijst graag naar het ondemocratische karakter van het tegenhouden van de benoemingen door minister Keulen, maar dat is in wezen intellectueel frauduleus. U moet kijken naar het niveau waarop dit gebeurt: op gemeentelijk niveau zijn de Franstaligen misschien een meerderheid, maar in de Vlaamse ruimte zijn jullie een minderheid. En het is de meerderheid die beslist. De Vlaamse overheid heeft steeds gematigd gereageerd op de aanwezigheid van Franstaligen in Vlaanderen door het verlenen van faciliteiten en het dichtknijpen van een oogje wat taalwetgeving betreft. Maar het ostentatief Frans spreken in een Vlaamse gemeenteraad terwijl dat bij wet verboden is, dat is pas ondemocratisch. De oorlogsverklaring van de burgemeester van Wezenbeek-Oppem aan het adres van de Vlamingen kon dan ook niet zonder antwoord blijven. U hebt het recht verontwaardigd te zijn, maar de beslissing van meneer Keulen was wél democratisch. En dat weet u zelf ook.

Vlaamsgezinde groeten,

www.smithsonsplace.eu

blue

Pour wallagonie,

C'est effectivemment une décision possible mais la question est alors, lors des élections, 20 bourgmestres flamands n'ont pas respectés la loi en n'envoyant pas les convocations électorales, le gouverneur a du pallier à ce manquement.
Dans ce cas, aucune sanction pour les intéressés ?

Juliette

"certains": pronom indéfini dans le sens utilisé par "wallagonie".
Quand va-t-on se risquer à en donner une liste nominative?
1°) côté francophone
2°) de l'autre côté, où on pointe plus volontiers des noms
Parce que l'hypocrisie existe partout chez les humains, indépendamment du sexe et de la langue. Evidemment, il y a en sus les ambivalents...

wallagonie

La décision de M. Keulen me semble totalement démocratique dans la mesure où les bourgmestres n'ont pas respecté les décrets.
Les francophones comprirent un peu tard qu'avoir accepté tout ce qu'on leur avait fait avaler n'était pas bon. Ils firent semblant pendant des lustres de ne pas comprendre la radicalisation qui s'opérait en Flandre. La casserole était en ébullition et on (Mr Verhofstadt et consort) refermèrent le couvercle pendant longtemps. Puis ce fut l'explosion après tant de retenue. Après tout, si les Wallons profitaient à ce point des flamands (6 milliards d'euros par an (transferts nets parafiscaux - donnée non contestée n'incluant pas les transferts fiscaux !), Nous les flamands, notre peuple qui fut tant humilié pendant longtemps, pouvions bien maintenir quelques vexations en périphérie. Revanche et escalade. Rien de bon à l'horizon. Il faudra, si cela continue, internationaliser le conflit pour faire appel à des médiateurs étrangers (français et hollandais) pour avancer. Et pendant ce temps, je me rendais à Hasselt et à Leuven le W.E. dernier. La vie continue et le francophone que je suis fut très bien accueilli. Ce pays me lasse chaque jour un peu plus et je crois que c'est le but de certains, faire en sorte que la Belgique s'évapore par lassitude.

Stef Pire

Il faut se mettre a la place du gouvernement flamand, quelle sorte d'Anschluss de Bruxelles permettrait aux francophones de virtuellement controler trois communes?

Simon

Outre la capacité d'être fin négociateur ( H/F qui écoute, comprend, dialogue et tranche),
une force essentielle à tout "homme d'Etat" fut et reste sa capacité de VISION
= vision dans le temps long, plutôt que seule myopie dans le court terme
= vision dans une géopolitique portant au-delà de son territoire indigène
= vision de TOUS les gens du terrain qu'il représente grâce au vote démocratique.

Nombre d'études sérieuses ont prouvé une faible capacité de vision pour 99% des gens. Ce serait donc un "don" exceptionnel. Calculons: +- 50.000 belges adultes, toutes classes et professions confondues.
Indéniablement, il s'en trouve chez nos politiques. Qu'est-ce donc qui les handicape au point de ne savoir librement exercer leur don personnel?
Cherchons sans détours (...).
Y en a-t-il qui sont dépourvus de cette capacité, la réponse est évidente. On peut se trouver élu et néanmoins "peu doué". Je n'en vais pas citer: chacun en connait bien une foule.

Ceux du début des années '60s devaient manquer un tantinet de cette vision lors de la fixation d'une "frontière linguistique" (en 1963; par cette majorité socialiste /sociale-chrétienne). Ouche.
Depuis, il faut "faire avec"; c'est illusoire d'imaginer un assouplissement territorial chez des flamands coincés dans leur principe du droit du sol, espace si cher en Flandre.
L'U.E. et autres grands machins n'ajouteront rien à un assouplissement potentiel: Subsidiarité.
Au passage, rappelons-nous qu'il se tient en Espagne une "fronde des Régions d'Europe" dans laquelle 75 d'elles dont RW et VL (parmi environ 300 régions des 27+ Etats Membres) ont chacune démontré encore une fois l'hétérogénéité de leur situation et de leurs VUES coincées respectives.

Donc, comme l'ont dit nombre de sages (...) reste à négocier en mode WIN-WIN : une concession contre une autre. Dont les EFFETS - cadrés dans la VISION 3D - devront persister pour le meilleur profit des DEUX parties.

Avec le juridisme ambiant, rien ne sert de pleurer au déni de démocratie (sinon nous aurions déjà entrevu des solutions acceptables).
Donc, messieurs-dames, que vous l'appréciez ou non, continuez à négocier, habilement, avec une VISION à N dimensions et ce talent de savoir trancher sans blesser l'autre. Les belges interviewés le disent à suffisance (85%), sauf bien sûr ces coincés du slogan "BE Barst", irréductiblement bornés. Leur ADN n'y est pour rien...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan