Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Questions à la Une sur l'école (RTBF) | Accueil | Ecole : comment en est-on arrivé là ? »

21 septembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Claude Thayse

Celle)ci est très bonne !
Du Sydney Morning Herald :
“Belgium, as many of you will know, was established in 1830 for two reasons: to host the main international conflicts of the 20th century; and to provide a viable, long-term basis for Belgian jokes.
After World War I, Polish jokes briefly threatened to overtake Belgian jokes in popularity, but at Yalta, where Stalin, Roosevelt and Churchill met in 1945 to negotiate the division of postwar international comedy, it was decided that Belgian jokes would go to the West, while Polish jokes were left to the Soviet Union.
If Belgium were to cease to exist, this would create a potentially fatal vacuum at the heart of Western comedy.”

Patati Patata

vu sur un blog astrologique autre que celui d'Eric

En cette année 2010, l'U.E. peut s'enorgueillir de compter deux nouveaux Etats membres. Aux "33" qui s'agitent déjà en son sein vient en effet de s'ajouter la jeune RAWETTE (République Autonome Wallonne ETêTéE). Son nouveau régime - enfin libéré d'un joug belge qui martyrisa des décennies durant ses leaders démocrates - sera désormais guidé par une équipe gouvernementale de nostalgiques d'un temps révolu. Pour simplifier la gestion publique dans ce vaste espace verdoyant, son Guide Suprême a décidé la réintroduction de quelques grands principes de solidarité collectiviste qui avaient tant fait le bonheur d'une population sous le système soviétique du XXe.
L'année calendrier y prendra dorénavant cours à chaque Premier Mai, en célébration de la victoire du prolétariat sur le grand capitalisme nordique.

Inévitablement soucieuse de venir en aide aux régimes les plus défavorisés parmi ses Etats membres, l'U.E. vient de décider à 99,92% des voix parlementaires l'octroi d'aides régionales fraternelles et universelles à la RAWETTE.

Leçon de cette déconne vespérale:
Y en a qui sont prêt à dire et croire n'importe quoi afin que leurs thèses soient réalités, en un jour de grande utopie.

eric

vu sur un autre blog:

La Belgique, exemple du libéralisme ultime

On nous explique qu'un pays doit être géré comme une société commerciale et qu'il faut minimiser les dépenses et maximiser les revenus.

On privatise alors les transports, la poste, les banques, les fournisseurs d'énergie, les services de santé, la retraite des travailleurs...

Mais ce n'est pas assez car une bonne compagnie doit également se séparer de ses divisions les moins rentables. C'est ce principe que la Flandre est en train d'appliquer en décidant de se séparer de la Wallonie.

Simon

@ Paul : je crois qu'en fait la STIB sous-traite certaines lignes (jugées peu intéressantes) à des compagnies privées non subsidiées...
c-à-d se doivent d'être rentables. Et elle le seraient malgré cela.
Q.: pourquoi la STIB ne sait-elle l'être sur des liaisons bien plus juteuses?

Lombard: j'y étais, tout au long des 4 étapes.
De fait, seule Milquet était au Soldat Inconnu. Mais pas parmi les officiels! Elle s'est arrangée, à front de la rue Royale...pour se faire repérer par les caméramen et accorder deux interviews opportun(ist)es. A-t-elle assisté ensuite, oui comme Madame tout-le-monde, en tenue à 5 sous!
Onkelinx (robe "chic" habillée, était à la seule Place des Martyrs, parmi les invités de marque, assis.
A. De Decker en tant que président du Sénat f.f., il fut d'ailleurs le seul à saluer personnellement l'Orchestre de la Force Aérienne qui s'est fendu des interprétations de la Brabançonne et des airs de recueillement. Quelques politiques locaux de BXL et IXL et des Corps constitués. Caporal Flahaut (?) était représentés par les militaires d'active et les anciens combattants et prisonniers de guerre.
Rien me semble t-il de nos fédéraux. Gênés par une éventuelle présence du VB? Ceux-là étaient absents, eux aussi.
Citoyens ordinaires? 400 en effet. Mais 400.000 dans les rues de BXL le jour sans voitures?
Du ludique oui vite et fort; Commémoratif? Wat is dat?

paul

@eric

Franchement, je ne sais pas si la STIB serait viable sans subsides.

Je voulais surtout réagir à ce poncif selon lequel un service public ne devrait pas viser la rentabilité. Et l'ignorance manifeste des gens qui profèrent ce poncif de ce qu'est une rentabilité.

Par ailleurs: il y a quelques années, j'ai appris qu'à Bruxelles, une compagnie de bus privée, qui souhaite fournir un service de ramassage scolaire doit payer pour cela une redevance à la STIB, qui dispose d'un monopole sur cette activité.

Il s'agit donc de payer la STIB pour un service qui ne lui est pas demandé.

Je crois que l'on parler ici d'entrave à la concurrence, et au transport public, non?

Peut-être d'autres intervenants en savent-ils plus...

Lombard

400 personnes à la manifestation à la mémoire du Soldat Inconnu ( pourquoi l'a t-on tué alors ? ) qui devait aussi montrer une coalition des belges anti-scission... 3 personnages politiques seulement, Onkelinx, Milquet et De Decker ! Bravo...

S. 2e

Ah oui, notre RER Bruxelles. Relisez (presse de ce WE)
Les ESTIMATIONS de coûts et calendriers (2016, théoriquement). Coûts à la grosse louche: 1,8 miads€
Investissements à actualiser après finition: facteur correctif de 2x à 3x fois l'estimation initiale? Car c'est ce qui se constate dans TOUS les grands travaux d'infrastructures. Les politiques en place ne seront plus là, les suivants s'excuseront en blâmant les prédécesseurs!
Si pas convaincu, fallait acheter des actions EUROTUNNEL fin des années '80S et dresser un bilan aujourd'hui. Ciao Eric.

S.

Eric, des CHIFFRES oui, associés à des idées.
1) Si vous voulez en obtenir, demandez donc des extraits de la comptabilité des organes cités (compta publique, fractionnaire, sans calculs du prix de revient exhaustif).

2) STIB, TEC , DeLijn, SNCB, chacune d'elles pratique des tarifs largement sous-estimés. Le fédéral et/ou les régions n'ont qu'à compenser, avec difficultés croissantes.
Ticket urbain à 1,00€ pour se rendre au cinoche à 15-25€ (car petits à-côtés...). Vous trouvez ça équilibré? Senior, jeunes, etc. à tarifs spéciaux "ras-du-sol"; ou pire la pseudo-gratuité comme De Lijn à Hasselt (l'exploit électoral du Steve Stevart, avec une imitation future par Pascal Smets?). Vous trouvez ça normal?
Je connais un 65+ qui voyage à 2,00€ pour aller s'offrir des repas à 50-60€ au littoral ou en province. Equilibré, ce schéma des dépenses public-privées?

3) Les sociétés de transport public sont staffées en surnombre. En faillite virtuelle (intégrez SVP les charges de pensions futures, etc). Pas question de toucher aux camarades syndiqués, ni aux droits acquis! ça coûte cher => PAYEZ!
4) Les infrastructures et charroi sont extrêmement coûteux d'entretien. Pas question d'optimiser. Tout est calculé pour les pointes théoriques. Fort heureusement, dans les centres urbains, il se trouve une génération de "responsables trafic" qui cherchent des améliorations (ex: à BXL, trafic pendulaire sur tronçons, modulé, etc). Ouf, relatif.

5) Des collectifs et associatifs (PS, Ecolos, etc) exigent le ticket Lune A/R à deux sous. Après débats sans vraie rationalité, on fixe des "contrats de service" aux entités citées. Conséquences: on doit dépenser sans limites pour gonfler le charroi ou construire des axes en tous sens. Budgets? ça se négocie, à l'influence.
6) Le voyageur public (j'en suis aussi une part du temps) mérite des égards: tarifs bas + confort Trams3000/4000 ...que des crapuleux vandales s'empressent de nous tagger, salir, sans respect aucun.

7) Alors, mettez des chiffres sur tout ceci. Vous vous effondrerez! Mais je ne vais pas perdre davantage de temps à tâcher de vous convaincre: vous êtes rivé à vos convictions. Demain, tous transports gratos, c'est Ecolo qui rince la dalle!

eric

"Le propre des "souteneurs" d'un service public en tout et pour tout, c'est d'avancer des mots, des concepts, voire des utopies"

Ha bon ... un peu comme vous alors ?
Je vous repose ma question Simon : est il possible qu'une société de transport en commun ne touchant aucun e aide des pouvoir publics puisse être rentable ET génère du profit (sans quoi aucun investisseur n'ira s'y risquer).
Prouvez moi que votre conception libérale du monde est autre chose que "des mots, des concepts, voire des utopies" pour reprendre vos propres mots.
Attention : la réponse "faire payer le ticket de bus 10 euros" ne sera pas considéré comme une réponse convainquante....

Simon

Le propre des "souteneurs" d'un service public en tout et pour tout, c'est d'avancer des mots, des concepts, voire des utopies.
Jamais d'admettre la confrontation avec des chiffres, c-à-d l'expression formelle d'une réalité.
Ni les arguments de Robin 10:37, ni les réactions de Paul 14:48 ne sont ici prises en compte.
Du verbiage contre des faits, tels semblent être vos "schémas", Eric et Claude.
A bien lire le Robin, il n'a pas invoqué l'idée d'une suppression du service indispensable à un certain public. Il s'oppose (bien à propos) à une forme de gabegie publique qui consiste à "inventer" des besoins pour coller ensuite des actes dispendieuses qui ne profitent qu'à un très petit nombre, à charge pour la "communauté" d'assumer les errements des influenceurs/décideurs.

Moi non plus je ne supporte pas cette posture mentale.
Rendons les gens RESPONSABLES de leur actes, et amenons-les à assumer leurs dépenses réelles selon les exigences qu'ILS imposent aux autres, SVP!
Restons solidaires envers les "pauvres, démunis", eux le nécessite, pas envers les abuseurs... Simple à concevoir?
Pas du goût des gauches qui achètent des voix à coup de dépenses "somptuaires".

Claude

Robin, c'est tout de même évident : il faut supprimer tout ce qui coûte et n'est pas rentable au regard du fonctionnement du marché.

1. La sécurité sociale : totalement inutile, chacun doit se constituer ses propres assurances.

2. Le financement de la culture : quel intérêt il n'y a aucun rendement mesurable.

3. Le logement social : gabegie et compagnie, il faut encourager l'accès à la propriété.

4. Les transports publics : beaucoup trop chers par rapport au nombre d'utilisateurs, pourquoi ne pas confier cela à des sociétés privées ?

5. L'enseignement : trop onéreux en Communauté Française et pas assez performant, vive les écoles privées et le libre choix des parents.

On pourrait aussi supprimer les services publics, à part la police et la justice, bien sûr : quel rêve, plus d'impôt ni ne cotisations sociales, salaire brut=salaire net.

Cette liste n'est évidemment pas exhaustive, ne nombreuses dépenses publiques inutiles peuvent en faire partie.

eric

>paul
Je ne dis pas qu'un service public (je ne parle pas d'une 'activité' en général) ne doit pas être rentable , je dis juste que c'est secondaire , il doit juste être le 'plus rentable possible', la question délicate est de savoir ce qui est du ressort du privé et ce qui doit être public.
Mais est il seulement économiquement envisageable qu'une société comme la STIB puisse exister sans aides des pouvoirs publics ? (je pose la question)

eric

'hors sujet': le remake wallon de la marseillaise de monsieur Leterme :
http://fr.youtube.com/watch?v=ip-DNU8c7-s

paul

Si je peux suivre le 3ème argument d'Eric, je trouve que le deuxième est justement simpliste: des dizaines d'accidents? Sur quelle base pouvez-vous appuyer cette opinion.

Je ne suis par ailleurs pas d'accord avec votre 1er argument: dire qu'une activité ne doit pas être rentable sous prétexte qu'elle est publique révèle une méconnaissance de l'économie, ou de la signification de rentabilité.

Rentable suffit qu'elle est est à même d'assurer ses propres coûts, comme l'entretien de ses outils, ses frais de personnel et les investissements nécessaires. Ce n'est donc pas parce qu'une activité est rentable qu'elle génère du profit.

Par contre, quand elle n'est pas rentable, elle doit forcément aller puiser ses moyens ailleurs...

Vous voyez?

eric

>Robin Piedicycliste

Sans doute toutes ces initiatves ne sont elles pas rentables mais :

1) un service public n'a pas pour objectif premier d'être rentable ! je ne pense pas que privée de son financement public, la STIB pourrait survivre (quel serait le coût réel du ticket de bus?) et sans transports en commun Bruxelles serait paralysée ce qui aurait un coût économique sans doute bien plus important que ce que la STIB reçoit du contribuable.

2) votre calcul est un peu simpliste car il ne tient pas compte de tous les paramètres (par exemple les 2000 utilisateurs de 'noctis'auraient sans ce service provoqué des dizaines d'accidents couteux en vies humaines , en soins médicaux en dégats matériels).

3) votre raisonement ne tient pas compte de l'effet d'entrainement que ce genre d'initiative peut provoquer (montrer qu'il est possible de rouler à vélo à Bruxelles va pousser des gens à prendre leur propre vélo).

Bilboquet Milquet

@ Robin ...
La Ville de Bruxelles est omniprésente dans votre vie? Variez vos lectures en lisant l'encart publicitaire [format A0 en recto-verso papier glacé noir] du Vif/Express. Un événement public payé par 27 sponsors. Parmi lesquels - surprise - votre STIB NOCTIS.
[[[ Samedi 29 septembre NUIT BLANCHE07 (voir site web). Excellente nuit blanche à tous!
(signé) Joëlle MILQUET, première échevine Culture; Emploi; Etat civil. ]]]

La ""NUIT BLANCHE07 "" dans sa 6e édition (sigle07 inadéquat) n'aurait pu avoir lieu sans le SOUTIEN de, tenez vous bien: R.B.C. [Picqué, Pascal Smet], la COCOF [Huytebroeck], la C.F. [Simonet Enseignement supérieur et recherche?], la Ville de BXL [Thielemans, Milquet, Close, Lalieux, Mampaka], les communes d'Ixelles et Saint-Josse [Decourty, Demannez]...
Vu donc la liste de ceux et celles qui allouent les "euros-taxes-citoyennes" pour gaver ces braves sorteurs du Saturday Fever?
Devinez aussi les multiples à-côté ""GRATUITS"" concerts, petit déj.!, transports, et tuti quanti. Qui a parlé d'acquointances synergétiques PS et CdH en C.F.?
Et en prime, vous devenez scandaleusement riche, grâce à EURO-MILLIONS, dit le prospectus.
Les €€€€€€€€ de qui, Robin Piedicycliste?

Robin Piedicycliste

A la veille d'un "dimanche sans voitures", l'interrogation sera t-elle vraiment du coq-à-l'âne belge?
MOBILITE URBAINE. On fait grand foin autour de cette journée folklorique vélo-trottinette-skateboard, moment où sont permis tous les débordements inverses à ceux perçus dans notre quotidien. Encombré et pollué, comme aiment à le clamer certains milieux environnementalistes.
Ma foi, 1/364e de l'année, ça ne tue personne et ça amuse les grands enfants.

Mais en deux aspect périphériques, moins cocasses, voyons les exemples d'abus suivants?
1) Un articulet de LLE 22/09 nous confie: la STIB "NOCTIS" (service bus de nuit) peine à atteindre les objectifs visés de 6.000 voyageurs noctambules. Pour n'en représenter que 2.000 après 6 mois de tests.
Dont coûts opérationnels = 3.600.000 euros! Ma règle de trois dit:
soit 1.800 €/an/usager réels, fatigués après sorties.
Question citoyenne: QUI PAIE ?
Réponses publiques: la STIB (déjà largement subsidiée, donc en déficit) et RBC (80 ou 90% de l'expérience).
Or avec nos +- 300.000 contribuables sur RBX, dont à peine 50% acquittent réellement des taxes ad-hoc, ça fait environ 25 €/an/contribuable pour offrir ce "cadeau" à des gens assez fatigués que pour s'éviter 3 à 6km piedibus!
Vous trouvez ceci normal et démocratique? Pas moi.

2) Après une vaste lobbying européen de J.C. Decaux (à Barcelone, Paris, Bruxelles, à l'U.E et ailleurs encore), ce leader FR en mobiliers urbains convainc notre collectiviste Pascal Smet-RBC et la Ville de BXL.
On leur vend 250 vélos d'essais, sur 23 stations du pentagone. Pour 55 locations par jour!
Quel investissement (vélos "à louer" + stations (23 x M2) + coûts auxiliaires): disons quelques millions €?
Plus un financement indirect (récurrent) par la Ville et la région.
Véhicules dont le taux d'utilisation reste négligeable après un an où la plupart d'entre eux rouillent au grand air et nécessitent une surveillance/entretien constant!
Coût de ce "service public"? Je vous laisse estimer.
Chacun cherchera des explications et trouvera des excuses à ce(s) gaspillage(s).

Quelles solutions croyez-vous que vont nous pondre les édiles politiques "conseillés" par des experts?
Réponse: mettez en encore plus, accentuez et faites des campagnes de matraquage publicitaire via les médias en tous genres.
Dont coûts réels ajoutés ???
Marre de cette gabegie publique!!!

François

Les folles du PS craignent que la crise n'abîme l'image de la Belgique à l'étranger. Qu'elles soient rassurées, il n'y a plus grand chise à abîmer. Je reviens de Bahreïn, et quand j'ai dit que j'étais belge, on m'a immédiatement parlé des vieilles affaires de la mafia socialiste de Charleroi.

Véridique.

Maria

Si DeWinter démontre un profil que l'on qualifierait à l'extrême de nazifiant,
je trouve parfaitement imbécile qu'un grand journal étranger s'appuie sur de tels propos plutôt que de demander à quelques grands démocrates tels les EDR, Lolo ou PhilMo
:-)

Jean-Philippe

@Alexis,

C'est un peu réducteur, mais il s'en trouvera pour dire qu'il n'a pas entièrement tort. C'est bien là que réside le danger de l'extrême droite.

D'ailleurs, le Vlaams Belang ferait bien de s'en inquiéter: Si demain la Belgique part en vrille, au sud, ne serons plus que vraisemblablement une république socialiste prolétaire (et mafieuse), mais au nord... ? Vu que l'objectif sera atteint, qui aura encore besoin d'un VB ou d'une NVA ? En fait, leur intérêt est de maintenir une Belgique unie tout en réclamant sa scission.

Alexis de Tocqueville

Dans le même NYT, la "quotation of the day" est offerte à Filip Dewinter:
"We are two different nations, an artificial state created as a buffer between big powers, and we have nothing in common except a king, chocolate and beer."
FILIP DEWINTER, the leader of a right-wing Flemish party, on Belgium’s ethnic tensions."

Jean-Philippe

N'oublions pas un détail: Bruxelles est la ville qui possède le plus de journaliste au m² (Europe oblige). Quelle image pour la planète entière qu'une crise de plus de 100 jours. Chaque journaliste en mal de copie n'a qu'à se tourner vers les informateurs-formateurs-explorateurs et autres radoteurs pour avoir de la copie. Vous avez dit "La démocratie en marche" ?

Jean-Louis Leroy

En Belgique on sait comment s'y prendre: on fera une Bruxelles-la-Neuve :-D

E. G.

Les avis extérieurs ont parfois une valeur, lorsqu'ils seraient détachés de l'émotionnel qui nous submerge en tant qu'indigènes...
Ramener la question des disputes belges au seul point focal BXL est un peu court.
Outre ceci, nos amis américains sont en attention sur notre pays depuis 1917 (époque où ils nous aidèrent grandement). Depuis, ils ont eu des correspondants permanents (et de qualité), assez perspicaces que pour nous offrir un autre regard. Nous aidant à mieux méditer le contexte que ne le faisait récemment The Economist, un magazine trop vite spécialisé dans les jugements péremptoires?

Entre-temps, demain samedi soyons à PRO BELGICA, de 13h30 (à la Colonne du Congrès) et vers 15h00 à la Place des Martyrs.
1830, 1914-18, 1940-45 ça laisse quelques traces chez ceux qui réfléchissent encore. Et les interdépendances, aussi!
Les "unitaristes" devraient y être massivement présents. J'imagine que les Gendebien contemporains et leur compagnie se complairont eux dans leur provincialisme étroit!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Devenir Fan