Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Société wallonne du logement (SWL) | Accueil | "les Flamands ont raison de mettre la pression"... »

30 juin 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L'abbé Cassine

La Wallonie compte un cômeur de moins, nous apprend La Libre de ce matin. Le népotisme a toujours le vent en poupe, par contre :

"Le collège échevinal de Tubize a voté fin juin l'engagement de l'ancien syndicaliste Roberto D'Orazio comme coordinateur pour son service propreté, affirme jeudi "La Dernière Heure". L'opposition se pose des questions sur la régularité de cet engagement, vu que l'échevin de l'Emploi n'est autre que le fils de Roberto D'Orazio, Samuel D'Orazio, qu'il n'y a pas eu d'appel à candidatures et que le collège a mis en place un service non prévu dans le cadre administratif. Samuel D'Orazio affirme qu'il n'a pas participé au vote. (NLE)"

L'Abbé Résina

@ Claude

"la sécurité sociale et les fonctionnaires ne sont pas les seules dépenses de l'Etat"

Non, mais payer 800.000 fonctionnaires là où efficacment l'on pourrait peut être n'en utiliser que 200.000, c'est sûr que cela grève le budget de l'Etat.

Et pour le reste, vous ne répondez pas à mon argument : le choix, je ne l'ai pas. Je suis forcé de participer au système, qu'il me plaise ou on, qu'il soit efficace ou non, qu'il soit politisé et clientélisé à outrance ou non. Il n'y a pas d'échappatoire.

Claude

C'est vrai que le niveau d'imposition du travail est excessif, surtout pour les salariés (voir http://docufin.fgov.be/intersalgfr/thema/stat/Stat.htm#Overzicht%20van%20de%20federaal%20ge%EFnde%20ontvangsten notamment le tableau III.A.5.4). Quelques chiffres intéressants : en 2006 sur 49,6 milliards d'EUR d'impôts directs, 37,9 milliards proviennent des personnes physiques. A comparer également : précompte professionnel 2006 34,15 milliards d'EUR et versements anticipés 1,78 milliards.

Il ne faut faire d'amalgame, la sécurité sociale et les fonctionnaires ne sont pas les seules dépenses de l'Etat (voir http://www.begroting.be/portal/page?_pageid=158,152320,158_152322&_dad=portal&_schema=PORTAL ). La justice, la police, l'armée, la mobilité et surtout la dette sont également de gros postes de dépenses.

En ce qui concerne la sécurité sociale, j'ai lu avec intérêt le point de vue exprimé dans le blog. Les comparaisons internationales montrent en tous les cas que le système totalement privé n'est pas globalement moins cher que le système public et n'est surtout pas plus performant. D'un point de vue individuel, il est évidemment moins cher pour les "bons" assurés mais beaucoup plus cher pour les "moins bons". La problématique est identique pour n'importe quelle assurance.

Là encore, tout est question de choix.


alex

"Un petit commentaire au sujet de sa comparaison avec la révolution française : en résumer la genèse à l'opposition à l'impôt, c'est un peu court."

Oui et non, c'est sans doute le plus mauvais exemple. Par contre, il est avéré que les libertés publiques, et la première, celle d'échapper à l'arbitraire de l'état, le droit d'aller et venir en somme, est née de l'opposition de la bourgeoisie anglaise au roi. La bourgeoisie a, si l'on veut, conditionné le payement de l'impôt, à l'obtention de droits. C'est l'essence de la magna carta de 1215, qui évoluera et s'étoffera, toujours par opposition à la fiscalité, par les petition of rights, habeas corpus, etc.

Je laisse de côté la révolution américaine pourtant intéressante à ce point de vue (largement motivée par le refus d'allouer des droits similaires aux populations des colonies alors qu'elles étaient écrasées d'impôts), pour dire simplement que, si la fiscalité n'était pas LA cause de la révolution française, elle avait été au centre de l'émergence des parlements français. Par ailleurs, si la taxe sur le sel n'avait pas été augmentée, incidemment, il n'est pas certain que la tête de Louis XVI aurait fini au bout d'une pique. Cela dit, je suis d'accord, la mêche n'est pas la poudre. Autre point intéressant, d'autres principes fiscaux naîtront de cette révolution, comme le droit de contester l'impôt (ou son principe équivalent, celui de l'acquiescement à l'impôt, totalement vidé de sa substance à l'heure actuelle).

Il est piquant de constater que certains, à gauche surtout, couinent lorsque l'on critique le taux d'imposition confinant à la folie dans ce petit royaume de merde, alors que telle critique constitue une des libertés des plus fondamentales et des plus chèrement acquise...

L'Abbé Résina

@ Claude

"On peut comprendre ceux qui préfère une autre logique, plus individualiste, tout aussi respectable, mais il faut aussi qu'ils en acceptent toutes les conséquences. C'est une question de choix."

Le problème est bien là: le système ne me laisse PAS le choix d'y participer ou non.

C'est d'ailleurs la force de ma position par rapport à la vôtre.

Car en effet, en admettant que l'on en vienne à un système plus "individuel", comme vous l'écrivez, rien ne vous empêcherait de vous regroupez avec ceux qui partagent votre conception pour recréer un système mutualiste, auquel vous consacreriez plus de 50% de vos revenus.

Mais ici, l'Etat m'impose son système et je n'ai AUCUN moyen d'y échapper (et me il me fait payer son inefficacité par la même occasion : on ne reviendra pas ici sur le fait que la Belgique, pays de 10.000.000 d'habitants emploie 800.000 fonctionnaires là où la Hollande, pays de 14.000.000 d'habitants en emploie 400.000).

Lire l'excellent billet de Thierry ici, pour une autre variation sur le même thème:

http://bruxelles-ma-ville.skynetblogs.be/post/805933/quitter-la-secu-

paul

Je suis tout à fait d'accord pour dire que ramener les causes de la révolution française à l'impôt est particulièrement réducteur.

L'inadaptation du cadre institutionnel à la société, les disettes de la fin du XVIIIème, la volonté de certaines catégories de participer au pouvoir, et d'autres éléments encore ont joué.

Pour ce qui est du taux d'emploi/taux de chômage, là également je pourrais être d'accord, mais je ne vois pas ce que cela apporte. Le constat reste inchangé.

Par contre, je pense qu'il vaut mieux qu'une personne soit au travail avec un salaire faible - mais qu'elle gagne par elle-même, qu'au chômage, avec une allocation que d'autres doivent lui apporter. Comme indiqué par d'autres, ces emplois faiblement rémunérés ne doivent pas être vus comme un emploi pour toute une carrière, mais comme une réinsertion sur le marché du travail, puis comme un tremplin vers d'autres emplois. Notre système d'assurance (?) chômage à durée indéterminée quant à lui n'incite pas suffisament à être actif dans la recherche d'un emploi, et n'incite pas à se dire que celui-ci servira de marchepied vers autre chose.

Enfin, je ne sais pas si nous nous insurgeons tellement contre le niveau fort élevé de nos contributions que contre la mauvaise utilisation de celles-ci (notre justice est extrêment lente et peu dissuasive, nos villes sont absolument dégueu, et notre enseignement est parmi les plus mauvais d'Europe).

Perso, je suis d'accord pour une contribution raisonnable, en échange de services efficaces.

Mais le niveau d'imposition est excessif, et je n'ai pas l'impression d'en avoir pour mon argent.

Tout le problème de la mal-gouvernance dénoncée par le sénateur.

eric

Un commentaire plein de bon sens et de modération qui risque de ne pas convaincre les "économistes" qui hantent le site (je peux me tromper mais je doute que les "John Locke" et autres "Alexis de Tocqueville" de ce blog soient des esprits revenus d'outre-tombe pour éclairer les débats ;-) ).

Claude

Il faut tout de même conserver un minimum d'honnêteté intellectuelle ! Je m'explique avec le cas de la France par exemple : le taux de chômage baisse mais le nombre de personnes dépendant du RMI augmente dans des proportions similaires (+4,4% entre juin 2004 et juin 2005 principalement en raison de la réforme du sytème d'assurance chômage). Je ne pense pas qu'il y a là de quoi pavoiser. Les comparaisons chiffrées méritent une certaine analyse critique.

Il est beaucoup plus intéressant de comparer le taux d'emploi que le taux de chômage, je m'étonne que les économistes présents sur ce blog n'en parlent jamais. Si l'on regarde l'évolution de celui-ci en Belgique depuis de 1997 (http://www.statbel.fgov.be/figures/d31_fr.asp#2), on s'aperçoit qu'il augmente à peu près dans les mêmes proportions en Flandre en en Wallonie. La Wallonie ne résorbe pas il est vrai, son retard historique.

Il ne faut pas oublier non plus que les plafonds des allocations de chômage sont BEAUCOUP plus élevés (qui a dit "plantureuse" en Belgique ?) à l'étranger, plus de 5.000 EUR en France, 2.500 EUR en Allemagne, c'est d'ailleurs ce qui fait que le sytème est "tenable" du point de vue du budget.

Personnellement et cela n'engage que moi, cela ne me gêne pas qu'une grosse partie de mes revenus soit consacrée à des dépenses sociales ou d'intérêt collectif : la sécurité, la propreté, la justice, l'enseignement...Tout cela a un prix et tout le monde en profite d'une manière ou d'une autre. De plus, personne n'est à l'abri d'un accident de la vie, non ?

On peut comprendre ceux qui préfère une autre logique, plus individualiste, tout aussi respectable, mais il faut aussi qu'ils en acceptent toutes les conséquences. C'est une question de choix.

Un petit commentaire au sujet de sa comparaison avec la révolution française : en résumer la genèse à l'opposition à l'impôt, c'est un peu court. Tous les historiens s'accordent pour dire ques les causes sont multiples : contradictions sociales, changements culturels, guerres, organisation de l'Etat notamment.

L'abbé Carrécé

@ Giovanni

Vous n'êtes pas nègre pour l'aile paléo-gauchiste du PS ? Ah, pardon, l'aile paléo-gauchiste, c'est le PS en entier.

Ca en a tout l'air, pourtant.

Giovanni

Triste sire peut-être à vos yeux mais pas encore nègre pour subsister ou survivre.

E. G.

au triste sire GIOVANNI, "entartreur" du blog, hier à 23:40

Pierre, Paul, Jacques et d'autres ont beau vous avoir donné 99 "exemples" sur la manière dont il faut comprendre l'économie et la fiscalité (la véritable), plus les mécanismes humains... rien n'y fait. Votre fixité mentale reste étonnante, faite d'un verbiage récurrent mais aux idées creuses, dans le même style qu'un certain empereur d'opérette qui n'a pas pour nom Napo.
Cela relève-t-il d'une pathologie caractéristique des endoctrinés?
A quelle secte de martyrs appartenez-vous donc?

Ainsi, n'avez-vous "pas assez" de plantureuses allocations social(ist)es qui vous seraient indûment octroyées, puisque vous avouez implicitement ne pas appartenir à ceux à qui on vole (pardon, on "prélève") ces 3.500 à 7.000 euros chaque année afin de vous mieux gaver le bec à paroles?
Vos propos peuvent aussi s'assimiler au discours d'un bon électeur brun du F.N. ("complicité criminelle", "...a décrété trois amnisties pour les fraudeurs, dont une pour les diamantaires"). Etes-vous donc raciste? Antisémite? ou simplement envieux?
Remède à prescrire (fortes doses recommandées):
TRAVAILLEZ, durement mais intelligemment, comme le fait la moyenne des gens courageux. Enrichi alors, vous accéderez à la catégorie de "ceux qui paient de fortes taxes" (66%) plutôt que "ceux qui glandent et quémandent" (les 34% restant). Puis pourrez vous retourner l'interrogation : "Mais à qui donc PROFITENT tous ces prélèvements?".

AVETE CAPITO, Giovanni? Réponse: non, malheureusement!
SALUTAZIONE DISTINTE, triste sire.

paul

Celui qui cherche à éviter l'impôt veut garder ses ressources, afin de les utiliser aux fins qu'ils décide lui-même.

Celui qui n'a pas l'occasion de le faire voit une partie de son revenu ponctionné par une autorité qui décide de son côté ce qu'elle fera de cet argent.

D'après vous, où cet argent sera-t-il le mieux utilisé?

L'amnistie fiscale est simplement l'aveu que notre système d'imposition fonctionne mal, et entraîne la fuite d'un capital dont nous avons fort besoin.

L'hommage du vice à la vertu...

alex

"tous les ans, chaque ménage du royaume se fait voler 3 500 à 7 000 euros."

Ah c'est pas mal. Moi, c'est 10 x cela que l'état me vole chaque année, alors tous les moyens sont bons pour limiter la casse.

Giovanni

Complicité criminelle.

Sire, tous les ans, chaque ménage du royaume se fait voler 3 500 à 7 000 euros. Comment ? À travers la fraude fiscale. Si ces malfaiteurs ne payent pas leurs impôts, ce sont les autres qui payent pour eux. Vous devez savoir, Sire, que les 10 % les plus riches du pays sont responsables de 57,4 % de la perte fiscale due à la fraude. Mais non, pas vous, Sire. Mais alors qu’il est censé diriger la lutte contre la fraude, Reynders a décrété trois amnisties pour les fraudeurs, dont une pour les diamantaires. Que fait la police ?

alex

"ne pas payer ces impôts est une manifestation d’incivisme."

En fait, c'est plus nuancé que cela. C'est notamment grâce à la résistance à l'impôt opposée par la petite bourgeoisie commerçante et la petite noblesse anglaise qu'ont émergé les droits individuels. De même, les révolutions française et américaines ont atteint leur paroxysme lorsque les citoyens se sont opposés à la levée d'impôts. De là a découlé un principe sur lequel l'état marche constamment, celui de l'acquiescement à l'impôt, donc le droit de tout citoyen, par opposition, de contester l'impôt.

Lucilio

"...ne pas payer ces impôts est une manifestation d’incivisme..."

Qui paie ses impôts affame ses enfants.

Alexis de Tocqueville

Cher Olivier,
Je souscris à la réponse d'Alex. En Scandinavie, les syndicats sont extrêmement puissants mais ont intégré largement la logique d'entreprise. Sauver l'outil est leur première priorité et les grèves sont rares.
Je ne suis pas riche, je n'ai pas d'actions, pas d'épargne, je rembourse ma maison et ma voiture appartient à la firme qui m'emploie. Pour roulerais-je pour les riches?
Cf. d'autres posts que j'ai écrits : si la taxe plate (20% pour tout le monde), apparemment plus injuste, rapporte plus à l'Etat qui peut davantage aider le public précaire, faut-il y renoncer parce qu'elle est de droite? Si l'allègement des protections contre le licenciement entraîne plus d'embauche, faut-il y renoncer parce que c'est "libéral"? La gauche libérale canadienne a fait des réformes qui ont abaissé le chômage à 6% en ne remplaçant pas tous les fonctionnaires. Vous diriez que c'est de droite? Le plein emploi est une notion de droite? J'avoue ne pas comprendre.
En France, 30% des pensionnés touchent 70% des pensions, Sarko veut mettre fin à cette injustice (pour les 70% qui touchent 30%), est-ce de droite, de prendre un peu des pensionnés de luxe (Banque de France, RATP, SNCF) et le rendre à ceux qui vivent avec 500 euros? En Belgique, un fonctionnaire touche 2.000 - 2.500 de pension et un employé du privé, 1.200. Le premier a bénéficié de la sécurité de l'emploi toute sa vie et d'un salaire presque équivalent, est-ce de droite de considérer que c'est injuste pour les salariés du privé? La libérale Laruelle a relevé les pensions pour indépendants (ceux-ci prennent beaucoup de risque, est-ce de droite de relever leur pension)?

Giovanni

Incivisme
Sire, n’y étant pas soumis, vous l’ignorez peut-être : ne pas payer ces impôts est une manifestation d’incivisme. Le libéral Daniel Ducarme avait dû démissionner naguère pour s’être soustrait – temporairement – à ses obligations fiscales. Mais son comparse Reynders élude – définitivement – 5 800 euros d’impôts chaque année. Comment ? Grâce à sa réforme fiscale qui a détaxé les plus hauts revenus, dont le sien. Et il veut encore mener une nouvelle réforme fiscale dans le prochain gouvernement.

E. G.  Simon

Visiblement, l'alias Olivier et son homologue Giovanni sont comme bonnet blanc et blanc bonnet.
Le pseudo-italien ne comprend pas sa propre langue: (...une forme de lassitude vers laquelle vos commentaires distordus nous conduisent.
AVETE CAPITO? SALUTAZIONE DISTINTE !), pas plus clairement le français (sa confusion du sens des dépêches Agence Belga). Tandis que l'autre (dans sa langue d'O.) participe au verbiage de la secte syndicale des "martyrs du système non-collectiviste".

Si vos arguments "creux" visent à influencer nos consultants du blog en faveur de vos thèses, ça fait comme un FLOP.
Si vos démonstrations allaient au-delà de slogans éculés, vous auriez une petite chance d'être lus. A défaut, c'est un coup dans le vide, car les vrais citoyens pas pourris se lassent de vos discours et rouge manière d'être. Comme le fit, avant vous deux, votre cousine alias Sylvie d'avril-mai (dont on n'entend plus le laïus depuis qu'elle doit chercher fébrilement - comme beaucoup de camarades-cabinettards - à se repositionner dans une des structures favorites du perdant P.S.)!
PENSEZ, Olivier-le-martyr et Giovanni-qui-lit-de-travers, ça fait un bien énorme pour le fonctionnement des synapses rouillées, en plus d'être ravigorant.
Ce que je souhaite à tous nos compatriotes wallons.

alex

honnêtement, il n'y a qu'en belgique et en france que l'on considère la flexibilité comme un concept de droite: tous les pays scandinaves qui sont en général le hochet de la bonne conscience social-démocrate plutôt à gauche ont adopté une gestion extrêmement flexible du travail et ils n'ont pas l'air de s'en plaindre. Evidemment, le discours d'un socialiste danois est sans doute plus libéral que le discours du politicien MR de base dans notre beau pays, tandis que le syndicalisme local fait passer nos glandus de syndicaux qui ne comprennent pas grand chose pour les dinosaures qu'ils sont, mais passons...

Olivier

Chèr Alexis,
Toutes les mesures évoquées n'ont qu'un seul but: asservir un peu plus la masse salariale, la précariser pour la rendre plus maléable ("flexible" diriez-vous), en faire une "ressource humaine". Que ne voyez-vous que la baisse des charges sur le travail ne fait qu'augmenter la part du patron qui, soit dit en passant, n'a aucun intérêt au plein emploi. Ce qui me dérange profondément dans l'idéologie de droite, c'est qu'elle roule pour quelques uns et fait miroiter aux autres qu'ils pourraient en faire partie.
Cordialement

paul

C'est vrai qu'on finirait par croire que la gauche préfère voir les gens au chômage que dans un soit-disant "petit boulot".

Il serait utile qu'ils creusent un peu la matière. Peut-être certains d'entre eux verraient-ils que ces "petits boulots" servent de tremplin vers d'autres emplois, que les concernés n'y restent pas longtemps, etc.

Mais non, je rêve sans doute. La gauche pense qu'un emploi doit être quelque chose d'attribué à vie, ou au moins jusqu'à la pré-pension, peu importe l'état de l'économie ou de l'entreprise (ce mot infâme).

Rien n'a changé: le rêve du chauchiste, c'est que tout le monde devienne fonctionnaire.

paul

C'est vrai qu'on finirait par croire que la gauche préfère voir les gens au chômage que dans un soit-disant "petit boulot".

Il serait utile qu'ils creusent un peu la matière. Peut-être certains d'entre eux verraient-ils que ces "petits boulots" servent de tremplin vers d'autres emplois, que les concernés n'y restent pas longtemps, etc.

Mais non, je rêve sans doute. La gauche pense qu'un emploi doit être quelque chose d'attribué à vie, ou au moins jusqu'à la pré-pension, peu importe l'état de l'économie ou de l'entreprise (ce mot infâme).

Rien n'a changé: le rêve du chauchiste, c'est que tout le monde devienne fonctionnaire.

alex

"Le blanchiment d'argent mon Cher E.G.Simon est toujours frauduleux en Belgique....il est vrai que la Droite prend souvent des libertés..."

Vu les performances de nos amis de gauche en ce qui concerne la gestion de l'awhip, des logements sociaux et de tout ce qu'on leur met sous la main, transformé à machine à s'enrichir personnellement, je ne sais pas, je ne la ramènerais pas trop si j'étais vous...

"Il fallait bien inventer quelque chose avec la fin annoncée des centres de coordination."

Ben oui, c'est exactement à cela que ça sert. Et cela a eu pour effet d'amener en belgique quelques gros fonds de pensions néerlandais (dont des fonds servant à payer les pensions du public, oui oui, parce qu'en Hollande, les fonctionnaires voyent leur pension financée par les vilains capitalistes et pas uniquement par le labeur des pigeons payant l'IPP.)

Alexis de Tocqueville

C’est toujours difficile pour nos générations habituées au chômage de masse de ne pas y voir une fatalité. « Tous ont échoué » rappelait Mitterrand. Donc, quand un pays comme l’Irlande ou la Finlande ou le Canada affichent des taux de chômage planchers, on a tendance à dire : y a anguille sous roche. Ça ne peut qu’être des « petits boulots de merde ». Mais surtout, la sphère socialiste, Olivier, a intérêt à pérenniser ce genre de contre-vérités puisque tous ces pays qui ont réussi sur le front du chômage ont utilisé peu ou prou les mêmes méthodes, réprouvées par la "gauche" : réforme du droit et du marché du travail, réduction du poids du secteur public, baisse des charges sur le travail, activation des chômeurs, pas d’allocations à vie, gros effort sur la formation, etc. Ces réussites renforcent notre propre constat d’échec. Donc, à chaque fois, on ressort : la pauvreté grandissante, la crise du logement, les « petits boulots de merde » les « milleeuros » espagnols qui seraient la conséquence de ces politiques de relance-rigueur. Lassant

L'abbé Résina

@ Giovanni

Ah, là, en l'occurence et au vu des évènements de ces derniers mois, j'ai plutôt l'impression que c'est la gauche qui prend des libertés ... avec l'argent de ceux qu'elle est supposée protéger et défendre.

Giovanni

Le blanchiment d'argent mon Cher E.G.Simon est toujours frauduleux en Belgique....il est vrai que la Droite prend souvent des libertés.....

Il fallait bien inventer quelque chose avec la fin annoncée des centres de coordination.

E. G.  Simon

Pôvre Giovanni qui ne comprend décidément guère! Votre commentaire ce jour 15:20
""..penser doit être au dessus de vos possibilités. Je cite néanmoins sans rien modifier:""

"L'intérêt notionnel pourrait-il attirer le blanchiment d'argent?"

Si vous arrivez à lire ce communiqué de presse d'Agence BELGA, pôvre Giovanni, vous constaterez qu'un Service Fédéral s'est activé plus que de coutume afin de VALIDER QUE LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL DEMANDEES PAR DES ENTREPRISES N'AVAIENT PAS DE RAPPORT PERçU AVEC DES CAS DE FRAUDE ou BLANCHIMENT. Ainsi (Belga): ""Les enquêteurs ont dû examiner l'an dernier 2.359 augmentations de capital d'entreprises, contre 1.348 en 2005. Cette analyse est NECESSAIRE car la déductibilité des intérêts notionnels peut être intéressante pour les personnes qui s'adonnent au blanchiment d'argent.""

Où, dans ce communiqué, auriez-vous lu qu'il s'agit de constats d'accroissement frauduleux?
Si vous connaissances -apparemment rudimentaires- en matière d'économie et d'entreprises étaient avérées, vous auriez pu nous crier "CHIC, de plus nombreuses entreprises on fait choix de cette autorisation NOTIONNELLE pour accentuer leur capital et donc leur faculté d'investir afin de se développer et de créer ...de l'emploi additionnel"
Malheureusement, votre disposition mentale étant telle, vous n'y avez erronément perçu que des tentatives de fraudes!

Sachez enfin, Mr Giovanni, que nombre d'entreprises à capitaux PUBLICS (ah?) ont elles aussi quémandé à des politiciens ...wallons et autres... l'autorisation de RECAPITALISER LEUR BILAN.
Ceci généralement pour rendre pérenne des activités largement déficitaires jusqu'alors et ayant déséquilibré la structure de leur BILAN.
Or, cette hypothèse ne pouvant exister dans l'entreprise privée (cause de concordat ou de faillite), l'augmentation de CAPITAL peut donc dorénavant se réaliser autrement; encouragée cette fois par un gouvernement fédéral qui COMPREND des ...libéraux et socialistes!
Voici, mon seul et dernier éclairage mental, avant une forme de lassitude vers laquelle vos commentaires distordus nous conduisent.
AVETE CAPITO? SALUTAZIONE DISTINTE !

Giovanni

Une des inventions de vôtre performant Ministre des finances....MERVEILLEUX mais je reste persuadé que vous ne répondrez pas si ce n'est que pour me traiter de gauchiste...!!!
Mais je peux comprendre que penser doit être au dessus de vos possibilités.

Je cite néanmoins sans rien modifier :

"L'intérêt notionnel pourrait-il attirer le blanchiment d'argent ?
(Belga) Le service des fraudes de la police fédérale fait des heures supplémentaires depuis l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2006, du système de déductibilité des intérêts notionnels. Les enquêteurs ont dû, en effet, analyser près de deux fois plus d'augmentations de capital.
C'est ce que l'on constate à la lecture du rapport annuel de la Direction de la lutte contre la criminalité économique et financière (DJF) de la police fédérale. Celle-ci compte 230 enquêteurs, indique samedi "De Tijd". Les enquêteurs ont dû examiner l'an dernier 2.359 augmentations de capital d'entreprises, contre 1.348 en 2005. Cette analyse est nécessaire car la déductibilité des intérêts notionnels peut être intéressante pour les personnes qui s'adonnent au blanchiment d'argent. Le système de déductibilité des intérêts notionnels permet aux entreprises de déduire de leurs revenus imposables un montant égal à l'intérêt qu'elles auraient payé sur leur capital dans le cas d'un financement de dette à long terme, et donc de payer moins d'impôts.". (NLE)

Robin des giboulées

Pas mal, L'abbé carrécé, votre référence à l'université de Wisconsin et aux "causes" des changements climatiques qui nous affectent, mais nous sont tues au nom "d'intérêts supérieurs"!

ça me rappelle une aimable altercation avec l'Ecolo-scientifico-prof J-P van Ypserseel il y a qq mois lorsqu'il jouait le 700e expert-climatologue du CO2 au congrès GIEC de Bruxelles.

Hystérie publique et subsides ont une certaine connivence!
C'est comme les dogmes politiciens et le statut de parvenu?

L'Observateur attentif

à l'alias GIOVANNI qui tartine régulièrement pour comptes du P.S. ou du PTB (on ne sait trop, ça se ressemble parfois). S'il vous en reste (jugeote, hors vos a priori), méditez donc sur ceci?

Edito L.L.E. 30 juin p.4, par Pierre Loppe (moi je le lis et observe):
La Wallonie, terre d'emplois ...en compte 16.000 VACANTS et pourrait en générer d'autres.
Taux d'emploi de 56% (contre 66% de moyenne européenne)
"Wallonie engluée dans un sous-emploi endémique", observe l'UWE.
Taux de chômage de 12% (poches à 36% en Hainaut et Bxl) c'est le DOUBLE de la Flandre, TROIS FOIS plus élevé que les pays européens "performants".

Difficultés vécues par les employeurs? RECRUTER ! 94% des employeurs wallons doivent y faire face. Il existe un fossé énorme entre les compétences déclarées par les chômeurs (= mensonge ou esbroufe) et celles escomptées par le monde de l'entreprise qui souhaite embaucher!
CINQ métiers "à pénurie": sur 6.747 chômeurs déclarant avoir le bagage requis, seuls 153 ont décroché un job (2,27%)!

La QUALIFICATION n'est pas le seul FREIN à l'embauche.
--> La fiscalité des entreprises BE-RW 22% supérieure à la moyenne UE
--> Le manque de MOTIVATION est un autre problème aigu...
AGIR ? (hors les circonvolutions mentales de DiRupo et consorts)
1) réduire le coût du travail
2) réduire les "pièges à l'emploi"
3) améliorer la formation des chômeurs

Vu et compris, Giovanni et rouges copains?
= = =
J'ajouterai (cfr. l'Administration du Travail en BE, vendredi):
2/3 des immigrés récents en âge de travailler émargent aux aides sociales, chômeurs, CPAS, etc!
NB: ceci n'étant qu'un constat trivial; n'a rien à voir avec les slogans du VB, du FN, ...

Rien que les yeux en face des trous. Compris, Giovanni et rouges copains?


L'abbé Carrécé

Rien à voir, mais trouvé en partant du lien mentionné par "Garry Becker dixit":

http://www.wecnmagazine.com/2007issues/may/may07.html

Une pierre de plus dans le jardin des réchauffistes.

Lombard

Prochain Post le 5 Juillet : c'est gentil de prévenir...Mini-trip au Darfour ?

martin

Si le chaumage ne recule pas en Wallonie et a Bruxelles c'est simplement car il est trop avantageux d'en dépendre. Une baisse des allocations de 10% avec une suppression systématique au bout de 5 ans, des possibilité de formation renforcée et de haute qualité dans les domaine de pénurie accessible a tous et un contrôle systématique du travaille au noir visent les chômeurs avec suppression directe des allocation en cas d'infraction et remboursement de celle déjà perçue seraient les très bonne solution. Car comme par hasard quand les gens se trouvent face à une grosse difficulté ils trouvent toujours le moyen d'avoir un emploi. Sans conter qu’il faut réaliser le programme du MR qui veut une augmentation du salaire poche des petits salaires sans que cela pèse sur le budget des employeurs.

Giovanni

"Selon le titre de la Une du Monde de ce samedi, "le chômage de masse est en recul dans toute l'Europe" ... sauf en Wallonie et à Bruxelles aurait pu ajouter le célèbre quotidien du soir."

Je trouve désobligeant d'ajouter des inepties sans l'autorisation de l'auteur mais la Droite de la Droite n'a pas la moindre leçon à recevoir de quiconque, il est vrai !!!

L'intoxication continue, il faudrait penser à vous soigner au plus vite.

Robin des colles

à Lombard: très pertinent votre pointeur vers 7/7
L'enseignement va dans le mur (s'il n'y est déjà encastré).
Soyons sûrs que la vingtaine de parents qui s'y expriment ne fera pas l'objet d'un Rapport médiatisé à la mini-ministre en charge; temps de vacances d'enseignants et recyclage de non-élus PS obligent.

En C.F., DiRupo va néanmoins s'arranger pour recaser l'étroiture d'Arena dans le poste Enseignement...
tandis que les syndicats vont encore attribuer ça à un déficit d'encadrement!
Là au moins, du chômage de masse on ne risque pas de la voir de sitôt.

Gary Becker dixit

Une réflexion pas idiote à méditer:
""Ce qui menace la planète, me dit Gary Becker, Prix Nobel d'économie et prof à l'université de Chicago, ce n'est pas le réchauffement climatique mais les politiques économiques stupides qui pourraient en dériver; celles-ci seraient plus dangereuses que le réchauffement en question. Il lui paraît que le risque est réel de voir la croissance mondiale brisée par la passion écologique qui s'empare des politiciens en quête d'une bonne cause.""
(entretiens avec Guy Sorman, 19 juin)

Voici ce qui pourrait accroître MASSIVEMENT le chômage d'Europe, si on poursuit dans l'hystérie climato-politique actuelle.
Mais c'est malheureusement ce qui va perdurer, avec des effets retards où les divins de la boule de cristal n'auront pas alors le courage de faire leur mea culpa!!!
Pour plus de détails:
http://www.hebdo.ch/sormanblog.cfm
Chacun va en avoir le temps d'ici le 5 juillet...

Lombard

Ceci résume TOUT. http://www.7sur7.be/hlns/cache/det/art_509395.html?wt.bron=categorieArt3

Pourquoi cela?

{ Emplois et taux de chômage }
On se questionnera longtemps sur 'pourquoi ça va moins bien chez nous'.
OK, il y a relative absence d'une 'gouvernance compétente et rigoureuse' dans les matières clés détachées aux régions. Mais outre cela?
Comparant avec les pays limitrophes, p.ex. en fonction de la TAILLE des sociétés qui procurent l'emploi massif : en Hollande, nombreux GRANDS groupes, en Allemagne idem, en France idem, en G-B idem.
Italie? Curieusement un vaste tissu de PME, TPME : pagaille et débrouille.
Mais toutes chez ceux-là sont assez fortement exportatrices.

PETITS Etats membres dans l'UE ? beaucoup de PME, faibles en capacité de recherche et introverties, souvent absentes à l'export. Essentiellement axées sur du commerce à portée locale et pire, des importatrices nettes. La plupart opèrent en industrie comme sous-traitantes et restent liées à des groupes 'donneurs d'ordres', donc fort dépendantes du climat conjoncturel de ces derniers. Nous manquent alors - particulièrement en Wallonie - ces entreprises MOYENNES à GRANDES. Un fait connu et une thèse défendue par tous les milieux patronaux. Condition pré-requise: une forte dynamique de CROISSANCE, une ouverture totale au commerce outre-frontières.
Autre fait avéré: une entrave à la dynamique, à cause d'attitudes défensives et de résistantes parmi ces 'forces du travail' (sic) et ceux qui disent les défendre: ces FGTB, CSC, CGSP. Ces mêmes milieux qui revendiquent de mettre leur nez partout, y compris demain dans les PME où ils ne sont pas encore virulents? Ici sera le prochain leurre: dès qu'ils y seront, ils mettront la pagaille chez nos petits patrons, comme ils le font ailleurs chez les grands en voie de disparition, depuis 40 ans. Extension des acquis sociaux qu'ils disent? Mon oeil, bernique, pagaille et résistance et grève suivront.

Critères? TPME < 10-15 pers, PME < 250, moyennes +250 à 2500 ?

E. G.

Esprit entrepreneurial, pôles de compétitivité, etc. donc emplois massifs?

Jusqu'en 2004, la RW-Economie-Kubla soutenait des partenariats d'entreprises (grappes/clusters). Grappes fondamentalement animées par des cadres d'industrie et parrainées par l'UWE. Notre région sponsorisait cette forme d'initiatives industrielles, encouragées grâce aux programmes INNOVATION du commissaire U.E. Liikanen, précédant l'actuel Verheugen.
En 2005-2006 ces grappes, étendues plus étroitement à une R&D d'unif étaient rebaptisées en cinq "pôles labellisés" (avec larges subsides associés). Pôles de croissance, à l'instar de l'appellation française (qui en compte elle-même 67, à vocation métiers-régions).

Aujourd'hui vient la présentation médiatisée de ces 5 pôles, "résultats" mis à la sauce "Marshall-Marcourt". Si on lit attentivement la relation de presse(s), Mr Marcourt s'attribue des vertus qu'il faudrait chercher là où elles sont vraiment réelles: dans les entreprises. Même s'il y a un chapeau collégial de patrons-unif-politiques qui filtrent les choix et sollicitations d'aides.
Car ramener une dynamique industrielle wallonne à 43 dossiers-appels à projets, ça fait fort gestion publique qui minimise les efforts menés parallèlement au sein de chaque organisation antérieure aux dits pôles. Pôles dont on attend toujours de comptabiliser les chiffres d'emplois massifs, ceux-ci restant essentiellement perspectifs, à moyen-long terme.
S'étonnera-t-on de ce que le thème porteur actuel soit axé "réchauffement climatique"? Et de voir lancer des cocoricos quant aux emplois massifs créés ainsi. Allez svp suivre les avancées ailleurs (USA, ES, DE, ..., car trop de projets belges "singent" de l'existant déjà vendus de manière concurrentielle ailleurs!
Tous ces flonflons ignorent les entreprises "tirées par un marché réel et demandeur". En se rappelant qu'elles seraient capables d'y répondre de manière plus ferme en volumes et emplois ...si elles n'étaient entravées par les mentalités assoupies de leurs salariés, dont beaucoup en "défense de droits acquis", à la manière préférée de nos bons syndicats?
Et bien sûr à la manière "Olivier" décidément rétro-wallon.

L'abbé Carrécé

@ Olivier

Tout cela est affaire de mentalité parfois. Il y en a en effet qui préfèrent de loin vivre d'un emploi précaire et sous-payé mais ne strictement rien devoir à personne, et d'autres qui préfèrent dignement profiter de la sueur des autres en restant assistés, y compris quand ils pourraient ne plus l'être. Pourquoi se crever quand d'autres le font à ma place "solidairement, éthiquement et festivement".

Olivier

Le chômage de masse est en recul? Très bien. Pourquoi? Parce que le nombre d'emplois précaires et sous payés est en hausse, parce que l'accès aux allocations de chômage est de plus en plus restrictif. Sur la papier ça fait bien, la réalité est plus sombre.
Cordialement.

L'abbé Carrécé

Est-ce que le Dilbert d'aujourd'hui fait allusion au chômage de masse en Wallonie ? Telle est la question :

http://www.dilbert.com/comics/dilbert/archive/images/dilbert2007062036730.gif

Les statistiques publiées dans un dossier récent du Swaaar montraient que la proportion d'étudiants qui se lancent dans des études dites de "sciences humaines" va en croissant, alors que les "sciences dures" voient leurs effectifs s'amenuiser au fil des années. Et, pendant ce temps là, "Shift Happens":

http://www.slideshare.net/jbrenman/shift-happens-33834

Sauveur

Il y a une " certaine " fainéantise qui s'est installée chez certains étudiants francophones et dans le corps professoral ( ce qui est compréhensible pour les profs ) il y a 40 ans nous n'avions ni calculette, ni traitement de textes etc...et 290 jours de cours ( +/- 40 h/semaines ) et avec les horaires actuels, on retombe à 215 jours et je pense que nos examens étaient plus durement cotés ! Donc, la faute à qui ???

Babette

Des économistes ont planché à Istanbul sur le bonheur

[[
http://fr.biz.yahoo.com/30062007/202/des-economistes-ont-planche-istanbul-sur-le-bonheur.html
]]

Voici de quoi faire réfléchir un certain nombre d'élus et de citoyens?
Prof. Ruut Veenhoven, de l'université Erasmus de Rotterdam:
"Les pays heureux sont ceux qui sont riches, avec une économie compétitive, ils sont démocratiques, bien gouvernés (...), ce sont ceux où règnent l'égalité des sexes et la tolérance, où les gens sont libres de rechercher le mode de vie qui leur convient le mieux", explique le chercheur.

Est-ce le profil de société qu'offre la communauté francophone, avec son P.S. de profiteurs?

Lombard

En effet, les Wallons ne veulent ni travailler, ni apprendre et forcément ne sont pas capables, d'où appel à des Polonais etc...Et je peux vous dire qu'une profession manuelle ( plomberie, électricité etc... ) cela rapporte! Mais le peu d'étudiant ayant acquis ont un diplôme préfère travailler au noir ( peur de payer des impôts ? ), non, ils n'ont pas de respect pour les autres, donc chômage et black !!! Comme je considère que c'est " voler ", dès la 2 ème prise en faute, éjection à vie du chômage et CPAS.Si l'on changeait déjà la durée des indemnités qui est illimitée en Belgique ( le seul pays Européen ) cela irait on ne peut mieux.A vous Sénateur d'ouvrir les yeux à vos collègues...

Simon

Trop d'instances publiques et parapubliques vivent avec la grande illusion qu'elles peuvent infléchir significativement l'équilibre naturel DEMANDE x OFFRE d'emplois. Or que leur action politique au quotidien démontre l'exact opposé.
Dirigeants et administrations entravent plus qu'ils ne dynamisent.
Leurs dogmes et l'incompétences en sont souvent à l'origine.

Observons que les contrées où la dynamique de création reste la plus forte ...sont là où ne règnent pas ce concept flou d'Europe sociale... qui sert tant d'attrape-mouches pour certains milieux. Ainsi, dernière interview du MOC: "Madame Milquet, n'allez pas avec le MR"
(LLB du W-E en p.6, par Vincent Rocour). Son actuel président, Th.Jacques a hérité de toutes les vues bornées et dogmatiques du gros François (Martou, pour ceux qui n'auraient pas reconnu l'ex-MOC passé au PS ... mais non élu chez les rouges).
Lorsqu'on blâme les flamands pour l'influence excessive de leurs Standen...
MOC & Co nous en servent l'image à l'identique! Affligeant.

Jean-Louis Leroy

Pour paraphraser Yves Leterme: est-ce que c'est parce qu'ils ne sont pas capables de travailler ou parce qu'ils ne veulent pas travailler?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Devenir Fan