Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Blog et politique en Belgique | Accueil | Conjoncture et structure »

25 avril 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Gaston la goffe

Vattel : 'Au Soudan de régler ses problèmes.'

Insinuez-vous par là que la communauté internationale doit jouer au laisser-faire?
Si vous refusez les protestations répétées de l'ONU (déjà sous Koffi Anan), puis les interventions de l'OUA, puis les maltraitances des indigènes, civils et ONG charitatives,
quelle est votre disposition mentale?
La fuite? Celle d'un discipline de la non-intervention façon GRIP? Quoi d'autre encore?
Soyez donc réaliste: à partir de combien de centaines de milliers de victimes êtes-vous capable d'émotion???

Vattel

Par pitié pas encore cette litanie d'intervention d'humanité, le principe de souverainté des Etats doit prendre le dessus. Désolé pour les âmes sensibles, mais on ne peut définir objectivement les motifs d'une guerre juste. Les justes causes humanitaires sont des prétextes à la politique de puissance. Au Soudan de régler ses problèmes.

cyrille

J'ai vu hier sur la rtbf un documentaire très intéressant qui résumait les enjeux du conflit au Darfour. Mais pourquoi ce type d'émission passe-t-il si tard !!! J'y ai appris notamment combien les américains avaientinvestis, quasi 3 X que l'europe, pour la reconstruction du sud soudan. Un investissement dans la droite ligne apparemment d'une " solidarité chrétienne". Je m'étonne que ce genre de motif influence encore les relations internationales aujourd'hui. Je préferai voir triompher un principe de solidarité d'humanité, laïc. Effectivement, je crois que les interventions
au Darfour s'impose vu les atrocités commises.

Alex

Ne serait-il pas opportun d'opposer la "souveraineté nationale" d'états de pacotille tels que le Soudan au droit à la vie et à la protection légitime à tout être humain? Le Soudan n'est manifestement pas un état digne de ce nom puisqu'il est complice d'exactions envers sa propre population. Quand la diplomatie échoue, il faut passer à autre chose: l'intervention militaire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan