Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Retour sur Immo Congo | Accueil | "Que veulent les Flamands?" »

07 mars 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

alex

Finalement, l'essentiel est de voir ce que l'on a envie de voir dans les propos de l'autre.

Wali

Non, je te remerciais d'avoir reconsidéré tes propos à l'égard de mes compétences, tout comme tu l'as fait à l'égard de ta thèse dans le présent débat. ^^

alex

Et "merci" dans ce contexte équivaut à me reconnaître un niveau supérieur au tiens (ce qui est un fait, mais j'apprécie que tu t'en rendes compte. :-))))

Wali

"Bon, c'est pas mauvais"
Venant de toi, cette phrase n'appelle qu'une réponse: merci.

alex

Je l'ai lue, ton analyse. Bon, c'est pas mauvais, mais c'est pas d'un niveau extraordinaire non plus, hein. Ce ne serait certainement pas publié dans une revue.

Oui, bon, wiki est fait par ci ou par ça, c'est bien, mais c'est de la pétition de principe. Pas fort substantiel.

Wali

Ah, mais si tu veux vérifier mon niveau juridique, je t'invite à lire mon analyse du décret Arena: http://porteentrouverte.canalblog.com/archives/2007/03/03/4192885.html
Tu pourras ravaler tes critiques.

N.B. Wikibéral est réalisé par des quarantenaires avertis. Qualité excellente.

alex

Ah, la posture morale... Voila autre chose. Etre contre le voile, c'est être islamophobe et raciste? Soit.

wikibéral = wikikrakra: des students excités qui se masturbent, et ceux qui les prennent en référence à leur niveau, quelques soient les garanties qu'ils donnent.

Non, je te charriais mais je commence à le penser: le niveau n'est *vraiment* plus ce qu'il était.

Wali

"Décidément, le niveau n'est plus ce qu'il était"

Tu me l'avais déjà faite chez Thierry quand tu défendais ta position islamophobe et raciste. Pas beaucoup d'imagination dans tes ad hominem, je vois.

Le reste, c'est du Straw man concernant ma position et ma personne.

La conclusion, c'est que tu n'oses plus défendre ta thèse de départ ("le marché doit être régulé").
Tu affirmes "le libéralisme, ce n'est pas l'anomie". Et je te rejoins. C'est très bien.

N.B. Quant à Wikibéral, je t'assure que cette encyclopédie est réalisée par les personnes les plus cultivées qui soient en matière de libéralisme et libertarianisme. Inutile de cracher dessus: celui qui lit les références postées saura qu'elles sont mille fois supérieures au moindre texte que tu pourrais pondre.

alex

Comique. Le mec me dit "tes attaques ad hominem prouvent ton incapacité à défendre ton idée", et en même temps il se vautre lui-même dans ce genre de propos. Comme l'on a du fait de ce recours mutuel à ce genre de faux arguments creux (mais tellement réjouissants à balancer) montre que l'on a tacitement décidé que ce genre d'attaques ne prouvait ni la validité ni l'invalidité de l'argumentation, je continue sur le même ton:

Ah? t'as quand même terminé? Décidément, le niveau n'est plus ce qu'il était (tu es toujours fonctionnaire?). Je ne pense pas avoir affirmé que le droit se résumait à la loi.

Je dis simplement que les auteurs ne se sont rapidement plus limité à la référence au droit naturel. Tu sembles considérer que la "rule of law" est contraire à l'idée d'ériger un principe en loi, et ta maîtrise de l'anglais semble insuffisante pour saisir le sens de "law" qui, s'il ne signifie pas "loi" ("act", tu auras appris quelque chose aujourd'hui), mais ne se limite pas non plus au concept du "droit".

Et en pratique, l'exemple du décret d'allarde simplement pour dire par l'absurde que, même dans l'idée complètement théorique d'une cité idéale "libérale" complètement utopique, il faut toujours au moins une règle de base. Même si celle-ci dit "vous êtes libres". (C'était ça que je disais, je ne me limitais pas au premier degré, la valeur de ce décret, degré dont tu sembles bien en peine de t'élever.)

NB: références à wikibéral = références à wikikrakra, l'une à droite, l'autre à gauche = poubelle.)

Wali

Je précise tout de même ma dernière réponse, afin qu'il n'y ait pas d'amalgame:

Le décret d'Allarde fut positif en tant qu'il supprimait un monopole offert par la loi. Par exemple vis-à-vis de:

"Les corporations réglées réunissent des artisans dont les statuts sont approuvés ou même donnés par les autorités royales. Dans ce cas, elles sont souvent dotées d'un monopole.
Elles ont un pouvoir de réglementation du travail, de l'échange et de la production. Les corporations les plus riches ou les plus grandes sont représentées de droit au niveau politique où elles imposent des décisions jusqu'à la fin du XVIIIe siècle." (Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Corporation_%28Moyen_%C3%82ge%29 )

Il s'agissait bien de lutter contre un monopole offert iniquement par le pouvoir: tous les libéraux applaudissent donc la mesure.
Toutefois, le cadre de notre débat ne revient pas à traiter des monopoles étatiques (je pense que nous sommes d'accord sur ce point). Notre discussion porte sur le marché, les maux que tu lui prêtes et les règles anti-libérales que tu souhaites y agraffer.

Bref: parler du décret d'Allarde = un gros Straw man.

Dès lors, l'explication de ma réponse "non" est qu'il ne faut pas nécessairement des règles étatiques pour lutter contre le monopole naturel d'un acteur économique. Le lien WIKIBERAL que je viens de reposter dans mon post précédent t'éclairera bien plus sur cela.

Wali

Alex, je t'en prie, tu n'ignores pas que je suis licencié en droit depuis quelques temps déjà. Cessons les gamineries: tes ad hominem ne prouvent qu'une chose -- tes difficultés à défendre ta thèse.

"Pas de loi, pas de droit, et vice versa?"

Droit ne se confond pas avec loi. C'est l'erreur que tu commets depuis le début. Mais je ne t'en veux pas: lorsque l'on sort d'études juridiques sans être allé plus loin que ses syllabi, l'on n'a pas forcément tout le sens critique pour faire la part des choses entre certaines notions. (Car ce qu'on t'a appris durant cinq ans, c'est que le droit se résumait à la loi -- ce qui est faux.)

"Pratiquement, il faut toujours quelque part un décret d'Allarde, non?"

Non. As-tu lu ce lien?
http://www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Monopole#Erreur_courante_:_le_march.C3.A9.2C_livr.C3.A9_.C3.A0_lui-m.C3.AAme.2C_tend_vers_des_situations_de_monopole

alex

Voilà ce qu'est une vision un peu sclérosée, mais je ne t'en veux pas, je n'avais pas non plus bien compris de quoi il en retournait en sortant de 2eme candi. Quand Montesquieu théorise l'état de droit, le fait-il sans loi, en se fondant uniquement sur le droit naturel? Non. Bien entendu qu'il y a une référence "transcendante" au droit naturel dans les écrits libéraux, particulièrement dans la perspective historique (ce quye dit ton encyclopédie libérale.) Pas de loi, pas de droit, et vis versa? C'est court. Pratiquement, il faut toujours quelque part un décret d'Allarde, non? (Tu verras ce que c'est en licence - ou maîtrise, je ne sais pas comment on dit.)

Wali

1. Tu confonds les notions de loi et de droit, visiblement. (A ta décharge, les traductions ne sont pas toujours les plus appropriées.) Il est question, ici, de droit naturel. Pas de droit positif. (Toi, les mesures que tu prônes sont positives et étatiques.)

2. "qui n'est pas comme tu le prétends une idée millénaire flottant dans le vide mais un concept fondamental abordé par tous les grands auteurs"

Je t'ai opposé le texte d'une encyclopédie libérale. Ne viens pas dire que j'invente... C'est ridicule.

3. J'attends toujours que tu me cites un auteur libéral affirmant qu'on a besoin d'un cadre légal régulant le marché... (car c'est de ça que traite notre discussion, je te rappelle.)

alex

La réflexion est: "on peut être libéral mais pour un cadre juridique solide"

Tu me dis non, je te dis la rule of law, qui n'est pas comme tu le prétends une idée millénaire flottant dans le vide mais un concept fondamental abordé par tous les grands auteurs, qui dit simplement que le fondement du libéralisme est aussi la loi. Un cadre juridique solide, comme je le dis plus haut. Bref: inutile d'essayer de te dépatouiller, tu as dis une grosse connerie, tu ferais bien de revoir tes classiques, reconnais-le, et c'est tout.

Wali

L'on trouve des traces de ce concept dans des textes millénaires.
En fait, cette expression signifie qu'il existe une loi supérieure à n'importe quelle puissance politique.

Dès lors, je ne vois pas trop en quoi le concept de rule of law affirmerait -- comme vous semblez le croire -- que l'économie doit être régulée par l'état.

Pour ceux qui souhaitent se cultiver un tant soit peu, je renvoie à http://www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Rule_of_Law

Bàv,

Wali

alex

Heuuuuu et le concept de la rule of law, il vient de qui, déjà?

Allé, retour à tes syllabi, gamin.

Wali

Je n'ignore pas que tu sois "plus" "libéral" à certains niveaux que nos hommes politiques.
Toutefois, je t'ai opposé un lien affirmant pourquoi tu ne pouvais être qualifié de véritable libéral.

"Et oui, Wali, encore une fois, le monde est compliqué: on peut être libéral mais pour un cadre juridique solide"

Cite-moi un auteur libéral, un seul, qui défende cette position.

alex

Oui, je suis cet alex là, et oui, on peut être libéral et avoir des idées qui ne soient pas totalement, toujours, absolument libérales.

Wali, tu es certainement un très gentil garçon, et il est certain que le monde est très simple vu de ses syllabus ou de l'amphi de sa faculté.

Mais ce qui se passe dehors, dans la vraie vie, montre que ce que les entreprises essayent d'obtenir, c'est la plus grande part du gateau, si tu vois ce que je veux dire. (J'essaye de simplifier histoire que tu saisisses.)

Donc essayer d'invalider toutes les règles protégeant la concurrence par une phrase lapidaire comme "le véritable libéralisme offre un marché ouvert: par conséquent, il sera toujours possible de rentrer dans le marché et de perpétuer la concurrence.", c'est à la fois léger-léger et cela tient fort de la pétition de principe.

Et oui, Wali, encore une fois, le monde est compliqué: on peut être libéral mais pour un cadre juridique solide, on peut être libéral et défendre la liberté de tous en altérant la liberté de certains. Cela ne signifie pas devenir socialiste pour autant.

Enfin, je ne pense pas à Louis Michel ou Sergio de Waterloo en disant cela...

Wali

"la concurrence parfaite vers laquelle le marché tend, mais le monopole parfait"

N'importe quoi. C'est perdre de vue que le véritable libéralisme offre un marché ouvert: par conséquent, il sera toujours possible de rentrer dans le marché et de perpétuer la concurrence.

Il y a, par ailleurs, beaucoup d'autres choses à dire (et à apprendre). Je renvoie à l'encyclopédie LIBÉRALE wikibéral pour démonter vos préjugés: http://www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Monopole#Erreur_courante_:_le_march.C3.A9.2C_livr.C3.A9_.C3.A0_lui-m.C3.AAme.2C_tend_vers_des_situations_de_monopole

"Et oui, je suis libéral."

Si vous êtes le "alex" qui a participé à la discussion à propos de l'Islam sur le blog "Bxl ma ville", ici http://bruxelles-ma-ville.skynetblogs.be/post/4099373/letat-dans-letat, je vous répète ce qu'on avait déjà eu l'occasion de vous dire à l'époque: les mesures que vous prônez sont, une fois de plus, anti-libérales.

Bien à vous,

Wali

alex

Ouais, sans doute, et c'est là que les la théorie montre ses limites, parce que sans ces règles, ce n'est pas la concurrence parfaite vers laquelle le marché tend, mais le monopole parfait. Héééé oui, ça fait mal au Q mais c'est comme ça... Le libéralisme, c'est bien, mais il faut un minimum de règles. Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit: ici, il y a infiniment trop de règles, et elle sont touvent à côté de la plaque. Et oui, je suis libéral.

Wali

Il n'est pas difficile de trouver sur la toile une critique libérale ou libertarienne de ces règlementations.
Qui croit encore que l'Europe ou les USA sont libéraux? ...

alex

"N'importe quoi. A moins que vous ne parliez de règles privées?"

Wali, au choix, inculte ou complètement nigaud?

Vous vous êtes déjà intéressé un poil au règles antitrust US ou leur équivalent EU? Simplissime, hein?

Wali

"la mise en place d'une saine concurrence nécessite des règles précises, et souvent très complètes, en telle façon que l'on ne peut parler de "dérégulation" mais plutôt de "re-régulation". Il n'y a donc pas de contradiction entre la mise en place de règles, per se, et le libéralisme: tout dépend du type de règles."

N'importe quoi. A moins que vous ne parliez de règles privées?

alex

Oui et non, c'est le système canada dry à la belge encore une fois: d'un côté on est obligé, fusil européen dans le dos, de libéraliser, de l'autre, on a pas envie: c'est un système teeeellement rémunérateur.

En plus, les intercommunales sont pas toujours très transparente, personne, ou presque, jusqu'il y a peu ne mettait son nez dedans (et quand c'était le cas, c'était pour certifier les comptes une fois par an avant le dépot à la BNB, et qui faisait cela? La boîte de réviseurs à la Daerden. Z'imaginez bien que c'est pas eux qui vont relever les Enron sauce intercommunales wallonnes...), donc finalement, on en faisait ce que l'on voulait.

Dans ce contexte, c'est dommage de devoir se priver des vaches à lait à cause du diktat des sales zultralibéraux de Bruxelles, hein?

Maintenant, il faut se garder des conclusions hatives: le système libéral n'est pas un système "dérégulé" ou sans règle comme on aime à le croire. Au contraire, la mise en place d'une saine concurrence nécessite des règles précises, et souvent très complètes, en telle façon que l'on ne peut parler de "dérégulation" mais plutôt de "re-régulation". Il n'y a donc pas de contradiction entre la mise en place de règles, per se, et le libéralisme: tout dépend du type de règles.

Wali

Vous noterez que la "libéralisation" évoquée n'est en fait qu'une "privatisation" accompagnée par une multitude de règles qui ferment le marché et qui, par conséquent, n'ont rien de libérales.

pierre desree

Simon, on apprécie de vous lire, mais un peu de cohésion SVP

E. G.  Simon

"libéralisation" de tout:..." [ à Aline 12:30 et certainement à d'autres]

Il y a dans libéralisme une notion sous-jacente. Elle implique la RESPONSABILITE individuelle et la sanction personnelle, plutôt que de reporter celle-ci sur "On", "l'autre", "l'Etat", la "Collectivité".

Libéraliser, c'est donc rompre avec des pratiques parfois ancestrales (...) dans lesquelles l'autorité hiérarchique en place se maintenait par delà toutes ses erreurs et ses incompétences, aussi longtemps où leurs grossièretés n'étaient pas révélées au grand jour: ex. le Logement social en R.W.?, l'AWIPH en C.F.?, et ces 100 autres cas, dans des organes contrôlés par des potentats inamovibles (généralement liés au P.S.), ces vieux politiciens aux 34 mandats qui ne savent même pas de quoi il retourne lorsqu'on aborde des questions épineuses en C.A. ...mais les tranchent "d'autorité" sans considération aucune pour les vraies causes du problème. Et ceux qui savent vraiment s'écrasent.
DOGMATISME et lutte d'influence sont ainsi aux avant-plans. Guère plus!

En "libéralisant", on introduit une autre dynamique, un sens du jugement souvent très critique. Alors reviennent en surface tous les abus historiques masqués jusqu'alors (par les gestionnaires publics, supposés intègres?). Il faut donc remettre de l'ordre, remanier les structures, couper "dans les couches de lard". Cesser de jouer les apparences du grand coeur (hypocrisie en français). Car il y a souvent déviances, malversations, déficits accumulés et bien masqués. Mais comme les "systèmes de contrôle libéraux" ne sont là pas en place, tous les manques restent. Viennent parfois les "sales principes libéraux": la règle c'est fait pour être suivi, sinon la règle n'a pas de raison d'exister. Ici, les syndicats et nos chers "politiciens" n'aiment pas, car c'est casser la pseudo-logique dans laquelle ils se sont complais tant d'années et "changer" signifie amoindrir leurs sphères d'influence et leurs relais de ces "tireurs de ficelles". Vive les "droits acquis" disent-ils. Indûment? En un temps obsolète? Par des pressions anti-démocratiques?

Avez-vous -Aline- observé la chose sur le terrain réel? Avez-vous connu les deux contextes successifs, puis apprécié les différences d'attitude? Sinon, ne basculez pas SVP dans les slogans dont trop de médias-pas-neutres et certains "domatiques" vous bassinent journellement les oreilles!
Juste un conseil de sage qui en a vécu des douzaines de cas sur 30 ans... et en a rugi, libéralement.

alex

Aline,

Ah, ça, c'est clair: si ta source d'inspiration est le télémoustique, ses approximations marcmoulinesques sont ta tasse de thé, et les considérations de Chirac, un des présidents les plus nuls que la France ait connu, sont pour toi parole d'Evangile, en effet, tu ne dois pas fort apprécier les vagues de libéralisations successives.

Aline

Simon
Merci de m'avoir renseigné le site de Guy Sorman. Comme je m'intéresse aux élections françaises, j'aurai plaisir à le lire.

Aline

Alex
OK, pas de rapport.
1.- La phrase de Chirac m'est revenue car je ne cesse pas de râler contre la "libéralisation" de tout : gaz, électricité et bientôt la poste.
2.- Je ne dis pas qu'il faut supprimer les CA des intercommunales mais que si les 100 administrateurs touchent des jetons de présence, il faut diminuer le nombre d'administrateurs.

alex

Aline, si je suis votre raisonnement (difficile, car le rapport entre la phrase co-conne de Chirac et les CA d'intercommunales wallonne est tordu), faut virer tous les CA d'intercommunales. Car un CA, ça fait vachement ultramegalibéralisss-capitalisss', ça, non?

pasmartou

Il y'a des raisons objectives qui font qu'on ne peut comparer la composition du CA d'une société privée et celui d'une institution publique. D'abord la réalité des sociétés privées est tout à fait mutliforme. Ensuite les CA sont souvent doublés par d'autres organes qu'on ne retrouve pas dans le public (conseil de surveillance, directoire, etc...). Enfin, les sociétés privées ne sont nullement tenues de représenter la pluralité politique ou autre dans le CA. La composition d'un CA d'une entreprise ne reflète en général qu'une seule volonte, l'expression de ou des actionnaires majoritaires. Bref, on compare de pommes et des poires comme souvent.

Il faudrait comparer pour bien faire des institutions similaires dans le privé ou dans le public. Par exemple les hôpitaux (en s'attachant à la rémunération des administrateurs) ou encore des sociétés de transport.

Wali

Citer un vieillard sénile et demander en surplus de méditer ses propos... Les commentaires sont vraiment un cran en-dessous de ceux qu'on connut l'an passé...

Simon

à Aline,
Chirac n'ayant jamais été un visionnaire, mais un pur opportuniste (une "bête" politicienne), je ne pense pas que vous devriez attribuer grande importance à ce que dit le Moustique!
Allez peut-être consulter les débats animés par Guy Sorman: la sphère française en vit quelques interrogations profondes...
http://www.hebdo.ch/sormanblog.cfm

Aline

Si chaque administrateur d'une intercommunale touche vraiement un jeton de présence, alors OK sabrons.....mais dans quelle société vit-on ?
Petite pensée de Jacques Chirac reprise dans Moustique :
"Je suis convaincu que le libéralisme est voué au même échec que le communisme et qu'il conduira aux mêmes excès. L'un comme l'autre sont des perversions de la pensée humaine".
A méditer......
Bonne nuit

pierre

Ce n'est qu'un exemple. Sur 10 délinquants arrêtés par la police de Bruxelles, un seul passe finalement en jugement ... plusieurs années après les faits

Bej

3 ans et 5 mois pour qu'un dossier fasse 50km!! cette bande a commis des préjudices qui se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d'euros. Quelle justice!! Et à l'arrivée, l'acquittement de cette bande pour raison de délais. Je suis outré. J'entends souvent autour de moi que des gens ont peur de prendre le métro le soir, quand je lis ce que rapporte la DH, je les comprends. Imaginez que des gens coupables de ces délits sont dans la nature

E. G.  Simon

Pourquoi faire simple en représentation politique?
Au-delà de la géographie, je découvre des ressemblances étonnantes entre les pratiques rouge-hennuyères et celles de la Chine. Ainsi,

1° le plenum actuel du comité central de la Chine communistes compte 3.000 délégués pour couvrir le destin de 1.300.000.000 chinois. Soit un ratio 2,3 délégués par million d'habitant.
Tandis que notre Hainaut requiert d'assembler 110 administrateurs (par intercommunale, fois leurs 30 organes différents?) pour "bien gérer" nos 1.300.000 habitants. Soit un ratio supérieur à 85 délégués par million d'habitants.

Conclusions à tirer de ces simples chiffres? Chaque élu hennuyer vaudrait autant que 85/2,3 = 37 chinois. D'où un problème de droits de l'homme assez inégaux entre cultures. On le savait déjà pour la Chine, ça transparaît mieux chez nous. Problème couplé à un risque "d'obésité politique" dont on nous dit qu'un régime amaigrissant constitue la meilleure prescription médicale à long terme, sinon gare à un taux amplifié de mortalité précoce parmi les élus à la face rouge écarlate!

2° J'observerai encore que 3.000 délégués, qui s'endorment sous l'effet de discours type Fleuve Jaune durant leurs 13 jours d'assemblée, subissent une seule et même volonté: celle du bureaucratique secrétariat central à Pékin. Heureusement il y a quelques grandes métropoles: Shanghaï, Honk-Kong, Canton,... pour oser contrebalancer le poids massif de l'organe central.
En Wallonie - axe Sambre et Meuse - les délégués présents au Manège de Mons doivent se contenter de pâmer et applaudir devant les 24 prescriptions sénatoriale du Boulevard de l'Empereur. Après bien sûr la fronde coutumière entre les USC-Liège, l'Alliance Ans-Herstalienne Daerden, celles des Seraing et Flémalle, puis ces 2000 hommes à voix carolos de VanCau, sans oublier notre Chapelle-St-Patrick, et l'angélique nivelloise d'André apôtre-de-paix?
Visiblement nos socialistes partagent des gènes mentaux avec les chinois. Normal: l'homme n'en partage-t-il pas avec d'autres espèces vivantes, et à 97%, affirment les généticiens?

Alain Destexhe

Tous les administrateurs qui participent à une réunion du conseil (même brièvement) touchent un jeton de présence.

Avant le fédéral ou la communauté française, certaines provinces ont été pionnières en matière de dépistage du cancer du sein (car mobile à Liège, nombreuses initiatives au Luxembourg, etc). Il n'empêche que rien ne justifie que le député permanent signe la lettre de convocation.

D'un point de vue médical, les données ne sont pas collectées et analysées par les provinces de façon standardisée. Ce qui pose problème en terme de santé publique.

Gaston

Suite à l'article de presse LLB
[...on a appris sous la plume de Paul Piret que certaines intercommunales du Hainaut comptaient ... plus de 100 administrateurs : 100 à l'IEH (énergie, Charleroi); 106 à l'Ideta (développement, Tournai-Ath), 110 à l'IPFH (financement, Charleroi).

Qu'est-ce que ça donne un Conseil d'administration à 110 ?]
Voici quelques éléments de réponse à méditer par les électeurs/usagers:

1) autant de jetons de présence indûment mérités (à combien/an se montent ces sommes?)
2) plus des frais de déplacement pour 110 véhicules + des chauffeurs + un vaste gaspillage écologique.
Je demande donc aux écolos, élus actuellement fort soucieux du réchauffement climatique, d'aller protester auprès du parlement wallon et d'exiger que l'on véhicule tous ces gros bonzes en pousse-pousse sharing, engins motorisés avec leur seule bioénergie mentale.
3) lors des cocktails et agapes qui suivent ce genre de rencontres périodiques, nos routes voient un grand nombre d'élus-bitus qui risquent de constituer un danger pour les autres usagers de la route !

Blaise

Je suppose que si l'ULB a 35 administrateurs , c'est parce que chaque faculté a un représentant. Si c'est le cas, ce n'est pas anormal . Si c'est pour un savant dosage politique ou pour toute autre mauvaise raison alors là c'est trop....

Justine

""Les provinces envoient une lettre (le plus souvent signée par le député permanent en personne!) convoquant madame au dépistage; les provinces collectent et analysent les résultats.""

Deux questions parmi bien d'autres:
- que viennent foutre les D.P. dans ce processus publicitaire?
- ont-ils accès aux "photos" prises lors d'examens. Dans ce cas il y aurait VOYEURISME avéré et une atteinte grave à la vie privée des patientes!

Justine

Aline: vous devriez visiter des sites Internet d'entreprises, avant de croire que leur C.A. est comme une république bananière.

Pijean

Un petit commentaire en marge du sujet mais quand même en rapport avec la médecine préventive, et concernant le tabac.

Pourquoi s'acharner à des lois anti-tabac ainsi qu'à de la publicité pour des méthodes afin d'arrêter de fumer, alors qu'il me semble plus efficace d'apprendre à nos futures générations tout simplement de ne PAS commencer à fumer?
En quoi un cours expliquant les méfaits du tabac donné dès la toute petite enfance serait-elle (par ex.) contre les principes de la liberté individuelle?

Aline

J'ose espérer que sur la centaine d'administrateurs, un certain nombre sont là pour la forme et ne touchent rien.
Maintenant je ne suis pas du tout certaine qu'une grosse multinationale n'a qu'une dizaine d'administrateurs....

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan