Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Intérêt pour la politique | Accueil | Flahaut : démission ! »

28 mars 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Anne GERENTE

Amusant, ce mythe de la présence. Comme si "être présent" était l'essentiel dans la vie politique parlementaire ou communale. Avez-vous déjà assisté à une séance plénière dans une assemblée ou à un conseil communal où que ce soit lorsqu'il y a une majorité absolue? Je défie qui que ce soit de ne pas en conclure qu'il perd son temps. Bref pour moi, ce qui compte c'est l'action, le bilan dans son ensemble et pas de ridicules comptes d'apothicaires sans aucun intérêt. Et il y en a qui sont toujours là mais qui ne servent strictement à rien. De ceux là que fait-on?

Robin pasSergio

@Sergio, ou @ celle? qui emprunte ce pseudo. N'étant pas A.D., mais juste un citoyen plutôt éveillé, je vais me permettre de 'questionner vos 3 questions' et d'y soulever au passage vos propres (nombreuses) contradictions. Jeu fort amusant...

Ainsi, contradictions sous 1. (la mythologie politique, ces élus-hydres à têtes multiples...)
* Vous étiez-vous posé cette même question à propos de Laurette Onkelinx (son Kot d'étudiante-ministre à Schaerbeek) et son étrange composition de liste 'communautarisée' avec si peu de candidats d'origine indigène? RE: non, probablement !
* Sous un intitulé: 'Des candidats attrape-voix. Normal?' (Paul Piret, LLB 5/04 p.7), cet excellent journaliste partage notre perplexité d'électeurs quant à la raison de figurer sur une liste alors qu'on est déjà hautement en poste ailleurs. Comme souligne P.Piret, aucun parti ne résiste à la tentation de caser les PLUS CONNUS pour récolter une max de voix, quoi qu'il fasse aujourd'hui ou ferait demain. La Cour d'Arbitrage s'est, elle, prononcée contre la pratique.
* Mais pourquoi vous limitez-vous au cas du seul Hainaut; ça vous gratte-t-il quelque part? Car Javaux-Ecolo fait de même à Liège, Busquin-PS, DiRupo-PS, Eerdekens-PS à Namur, le soiffeur PS Daerden à Liège, Mme Fonck CdH en Hainaut, Cerexhe CdH à Bruxelles, Antoine CdH en Bt-W. Sans oublier notre père Michel. Avons-nous ainsi affaire à une schizophrénie sur votre cible du seul MR en Hainaut?
Pour rappel, Destexhe proposait dans un billet récent de jumeler tous les scrutins!
Solution théorique qui eut empêché les effets de vote à la Starmania. D'ac, Sergio?

Contradictions encore sous votre 2.: (absentéisme des fonctionnaires en post-accouchement)?
Destexhe a-t-il ciblé les vaillantes dames qui acceptent de hausser le taux de natalité wallon?
RE: non bien sûr!
Voulez-vous Sergio, que je vous détaille (en chiffres) l'invraisemblance de vos légers propos? Attention toutefois, car avec le taux d'absence moyen de 10-12% qui caractérise plusieurs pans de métiers en Wallonie (selon les fonctions), vous finiriez par nous convaincre que le temps de grossesse de ces dames wallonnes est passé de 9 mois à 3 mois (un record mondial pour le Guinness Book). Restons sérieux, Sergio, à moins que vous ne vouliez imiter Marcello Maestroiani?

Perplexité enfin sous votre 3.: (de faibles présences en conseil communal)
Etes-vous donc tant assidu à ces séances pour en avoir compté les têtes? Ou bien vous contentez-vous, Sergio, de relayer ici de petites médisances de sources PS auderghemoises?

Sergio

Cher Monsieur Destexhe, permettez moi de mettre en avant quelques unes de vos (nombreuses) contradictions :

1. Vous etes membre du MR et vous criez haut et fort qu’il faut la fin du cumul bourgmestre-deputé. Dans les memes temps, le MR présente sa liste en Hainaut : 12 des 15 bourgmestres hennuyers y figurent !

2. Vous expliquez que l’absentéisme est le mal Wallon et gangrène l’administration. Dans votre livre, vous ne tenez pas compte des pauses carrières ou congés de maternité. Une femme qui accouche est donc une fénéante pour vous.

3. Vous donnez des leçons de rigueur et de sérieux. Vous oubliez de dire qu vous etes Sénateur et conseiller communal et que comme conseiller communal vous n’avez siégé qu’à un seul des 12 deniers conseils. En l’occurence, celui où vous avez prété serment.

Alors bon, les leçons des menteurs, il faut etre bien désinformé pour les gober !

Sergio

paul

Il me semble évident que nos partis politiques sont des machines à gagner les élections.

Sur le plan du programme, par contre, le superflu, le vague et le démagogique sont la règle.

Ce qui explique, au moins en partie, les dérives clientélistes.

Et bloque toute possibilité de réforme: les gouvernants n'étant jamais élus sur base de projets précis, ils n'ont pas le mandat pour en appliquer un.

Par contre, la contestation de toute mesure, elle, en devient légitime.

JMG

L’excellent débat hier soir à l’ULB a mis en évidence l’entrave à l’expression des minorités : les petits partis politiques, les membres de leur parti à l’intérieur de celui-ci, les citoyens lambda. La politique gravite autour d'un consensus au niveau des partis. La solution de PH Gendebien, par ailleurs très caustique à propos de la politique belge, plaide pour une réforme au profit d’un scrutin majoritaire à deux tours qui mettrait le mandataire seul en face de ses responsabilités, éviterait le « c’est pas moi c’est l’autre » et verrait la sanction à la fin du mandat.
J’en tire quelques conclusions : Le référendum aussi défendu par PHG est essentiel : les sondages n’ont pas de valeur (on a évoqué comme exemple : la personne qui plébiscite certaines idées ou partis « non traditionnels » est montrée du doigt et votera différemment). A l’heure de la révision de la constitution ce recours au référendum qui devrait responsabiliser les votants est me semble-t-il un amendement essentiel.
Autre conclusion découlant de la thèse de PHG: la solution d’un amalgame à la Bayrou n’est pas souhaitable car il institue une cohabitation à la belge.

Rédac chef

La presse est bien trop préoccupée par le fait de continuer à se vendre face à un marché en perte de lectorat. Voir aujourd'hui le succès des gazettes 'tout gratuit', Metro et compagnie: du superficiel payé par de la PUB! Voir aussi la tête de leurs lecteurs?
Voir le métier de journaliste (sont-ils peut-être en surnombre?). Beaucoup d'entre eux biberonnent auprès des 'copains de parti' ce qui leur procure l'illusion d'une source unique. Puis on peut s'interroger sur la qualité de certains de ces rédacteurs, travaillant pour plusieurs titres en parallèle.
Alors au milieu de tout ça, investiguer et rester neutre c'est un peu la gageure!

Massart

Forcément quand un bourgmestre reste 30 ans au pouvoir, les tentations sont grandes. Même si la loi est respectée, le clientélisme s'installe à avec un tas des faveurs, subsides,...Dans la première édition, je n'ai pas vu que vous proposiez, comme ça se pratique aux Etats -Unis pour le président, les gouverneurs et les maires, de n'être réélu qu'une seule fois. Avec cette simple mesure, on n'aurait pas connu la saga de Charleroi.

Ljuveaux

J'ai assisté à la conférence de l'ULB. On n'a pas assez parlé de la presse et de son côté de plus en plus consensuel. Où est le temps où les journaux défendaient une ligne idéologique et l'assumait ? Le Soir, La Libre Belgique, la Cité, le peuple : il y a avait de vraies différences sur les questions économiques et sociales, sur la société.

jlaszlo

La situation en Flandre n'est pas brillante non plus. Le cumul des mandats existe toute autant qu'en Wallonie, mais l'administration fonctionne mieux ; elle est soumise à des évaluations, au niveau des cabinet ça vaut bien le côté francophones. Rudy Aernouts en parle longuement dans son livre.

BL

@ Alain Destexhe
Envoyer des demandes de soutien en vue des prochaines élections à des électeurs potentiels dans une enveloppe du Sénat, cela n'a a priori rien d'illégal non plus. Il s'agit juste de faire de la propagande électorale sur le compte des contribuables...

Simon

Il fut un temps (révolu...) où les "Politiques" exerçaient leur talent pour le statut et la gloire qui s'y liait. Sinon aussi quelques avantages, ne soyons pas niais. Gens de salons? Parfois, mais pas uniquement. Plusieurs d'entre eux défendaient une juste cause. De tous ceux-là on peut relire certains noms dans nos livres d'histoire, des noms tels ces "bourgeois de la gauche 19-20e", autant que des noms "de droites, catho et libérales" d'alors. C'était généralement des gens nantis, éduqués et cultivés, consacrant une part de leur temps "libre" afin de faire progresser la notion l'Etat et celle de la Communauté.

Dans un souhait -légitime- d'élargissement et de démocratie, on en est venu au 20e, post 14-18, à laisser accéder tout un chacun (puis n'importe qui) à un rôle de pouvoir pOLITICIEN. Cette espèce "homo progressimus" venue de guère (voire de rien) se nourrit de la politique quotidienne, comme l'artisan qui consacre ses longues heures de labeur à exercer son métier.
Avec cependant la différence notable entre artisan et pOLITICIEN(NE): c'est que le premier est modeste et le reste, laborieusement. Le second quant à lui, sous des airs débonnaires ou apparemment attentifs à une cause publique, n'en use finalement que pour cimenter sa gloire ... derrière laquelle le pas sera vite franchi (chez quelques-uns) d'instrumentaliser la situation pour s'en remplir les poches, vite, avidement, cupidement.

Ceux-ci, par la nature humaine, se trouveront un peu partout dans les partis. Mais il est singulier d'observer qu'on les trouve assez fréquemment chez la "gauche caviar" comme aiment à les nommer nos voisins français. Eux, venus de rien mais dont l'ambition démente est d'égaler en patrimoine (occulté) ces mêmes catégories de gens qu'ils s'emploieraient volontiers à dépouiller pour l'exercice de leurs dogmes. Ils y parviennent grâce à des discours attisant l'envie inassouvie qui est en nous et parfois même sur la haine: "la lutte des classes, camarades...". Une version modernisée d'un thème éculé, en usant numériquement de modestes gens pour mieux se permettre de s'emplir les poches ...à titre personnel. Au besoin, les mêmes individus cupides n'hésiteront pas à employer les outils de communications qui leur sont inféodés (TV et imagés, de préférence). Tels sont-ils, nombreux cas d'individus épinglés aujourd'hui par une presse libre et par une Justice moins partiale. Ils sont nombreux, chez des socialistes renégats de leur cause et leurs dogmes historiques! Malgré tous ces faits avérés, il s'en trouve encore plusieurs bien protégés derrières les remparts de ce qu'on appelle des "USC" et obscurs organes analogues.
Bravo aux chasseurs qui aideront à les en débusquer!

Roger

J'avais lu la première version. L'essentiel des recommandations sont applicables en 3-4 ans. Mais il n'y a AUCUNE volonté politique pour le moment car ce système est le socle du clientélisme. L'abandonner, c'est prendre le risque pour le PS (notamment!) de se retrouver sous la barre des 25% en perdant ses affidés placés partout et redevables. Impensable.
Ajoutons que la Flandre est tout aussi touchée par ce système mais son secteur privé très dynamique "amortit" le problème.

Alain Destexhe

@justin
La nouvelle introduction du livre développe ce thème du "je n'ai rien fait d'illégal". De fait placer ses copains (compétent ou non), accorder un subside à mon club sportif préféré, dépenser inutilement, gaspiller,....ce n'est illégal n'est ce pas....

Simonjoris

@ Axel mandeville :

Je suis parfaitement d'accord avec vous.

Nous vivons encore trop dans le confort pour se rendre compte des problèmes qui nous guêtent si nous n'entamons pas des modifications structurelles profondes...et un tournant dans les mentalités ! Mais que voulez-vous, les gens votent socialiste pour sauver leur acquis sociaux...sans se rendre compte que seuls les libéraux réellement en défendent l'avenir...

Justin

Ce qui m'émerve par dessous tout, c'est lorsque j'entends des mandataires soupçonnés de conflits d'intérêts ou autres ambiguïtés s'exclamer qu'ils n'ont rien fait d'ILLEGAL...De qui se moque-t-on ? " J'ai placé mes amis, truqué des marchés publics, détourné des fonds pour mon conforts personnels; placé ma maîtresse et mon fils ; attribué des logements sociaux en fonction d'appartenance politique ; ..." mais "ai rien fait d'illégal" ET BIEN CHANGEONS LES LOIS !

pierrerimont

Félicitation sénateur pour la réédition de cet excellent ouvrage. Comme je le lis dans le Télémoustique, le rythme des affaires vous ont donné amplement raison. Bien peu fiers doivent être ceux qui avaient tant critiqué votre ouvrage il y a quelques années. Je pense que pour votre livre sur le Hainaut, l'histoire vous donnera également raison, lorsqu'en 2011, nous irons pleurer à l'Europe pour de nouveaux subisdes parce que le Hainaut aura encore besoin de temps. Enfin, c'est un plaisir de vous lire.

Alex mandeville

D'où viendra le choc salutaire ? Un problème : les belges et surtout les wallons n'ont pas le sentiment de crise. Ils pensent vivre dans un pays de cocagne, malgré les impôts, le scandales, les écoles, les pensions,...
Et ils sont braqués vers la France, un pays qui va très mal mais où on débat de l'identité nationale plutôt que de la mondialisation...

Alex mandeville

D'où viendra le choc salutaire ? Un problème : les belges et surtout les wallons n'ont pas le sentiment de crise. Ils pensent vivre dans un pays de cocagne, malgré les impôts, le scandales, les écoles, les pensions,...
Et ils sont braqués vers la France, un pays qui va très mal mais où on débat de l'identité nationale plutôt que de la mondialisation...

Laurent

Quoi de neuf par rapport à 2003?

Rien si ce n'est que les bonnes vieilles pratiques continuent, la liste des scandales s'allonge. Mais jusqu'à quand???

paul

Vous expliquer? Je ne m'y risquerai pas!

En fait, nous aussi, on rit beaucoup. Même si c'est parfois un rire jaune.

Gaston

@ Jan
...discrédités. Chez vous, ils restent souvent très populaires. Faudra un jour m'expliquer...

QUI reste ainsi vraiment populaire? Enumérons:
Arena (apparatchik?), Daerden (clownesque?), Happart (populiste?), VanCau et consorts (m....x ?), et fil(le)s de... (des faiseurs de voix, sur base d'un patronyme paternel souvent douteux).
Trait commun: l'appartenance à un caste omnipotente.
Se rappeler la nomenklatura de l'URSS.
Trait typique d'électorat? 90% de votants ne comprenant guère à la politique, mais prêts à s'inféoder sur les racines d'un dogme éculé!

Bon j'oublie le petit Antoine (gentil, subordonné)...

Janpetersken

Je suis Danois et je vis ici. je ne m'intéresse pas beaucoup à l'actualité belge. Mais ce que je vois me fait quand même assez rigoler. Chez nous, il y a longtemps qu'un tas de gens auraient démissionné et seraient complètement discrédités. Chez vous, ils restent souvent très populaires. Faudra un jour m'expliquer.

Lisa Permentier

La liste des affaires est effectivement longue. On croyait que tout était dit à Charleroi mais on trouve encorte une caisse noire. Il me semble pourtant qu'un réviseur avait fait un audit de tous les comptes de la ville.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan