Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« Tests standardisés à l'école | Accueil | L'appel du 18 juin »

17 juin 2006

Commentaires

Jean-Philippe

Le prix d'un coca au Mondial de foot est de 3,50€ et il vous est interdit de rentrer avec votre boisson amenée de l'extérieur (même de l'eau). Certains ont même dû enlever casquette et T-shirts car ils représentaient des marques concurrentes aux sponsors du mondial. ça c'est du capitalisme sauvage et de l'exploitation. Alors face à de tels exemples, il ne m'étonne guère qu'un chef d'état africain s'en donne à coeur joie avec l'argent de la coopération au développement. Preuve qu'il n'y a aucun controle sur les fonds ainsi distribués.

olivier leprêtre

Le Congo Brazza est un producteur de pétrole, il n'empêche la majorité de la population n'a strictement rien.

Molinari

"Le prix d'un coca au Mondial de foot est de 3,50€ et il vous est interdit de rentrer avec votre boisson amenée de l'extérieur (même de l'eau). Certains ont même dû enlever casquette et T-shirts car ils représentaient des marques concurrentes aux sponsors du mondial. ça c'est du capitalisme sauvage et de l'exploitation."

De l'exploitation ? Non, ça s'appelle un contrat d'exclusivité. Ne vous étonnez plus de la faiblesse du libéralisme en entretenant de tels sophismes.

Jerry Rubin

"Le prix d'un coca au Mondial de foot est de 3,50€ et il vous est interdit de rentrer avec votre boisson amenée de l'extérieur (même de l'eau). Certains ont même dû enlever casquette et T-shirts car ils représentaient des marques concurrentes aux sponsors du mondial. ça c'est du capitalisme sauvage et de l'exploitation. Alors face à de tels exemples, il ne m'étonne guère qu'un chef d'état africain s'en donne à coeur joie avec l'argent de la coopération au développement. Preuve qu'il n'y a aucun controle sur les fonds ainsi distribués.

Rédigé par: Jean-Philippe"

On reconnaît bien là les propos du MeRdiste de base. Je me demande quel hasard vous a fait militer au MR plutôt qu'au PTB.

gargamelo

" Je n'admets en aucun cas les propos et les rapprochements sommaires qui sont tenus à mon égard sur ce blog "

Denis Sassou-Nguesso, Président du Congo Brazaville.

Mon petit doigt de sorcier wallon m'assure que ce message sera reçu 5/5 par au moins un de vos lecteurs, cher Sénateur.

Gargamelo

E. G.  Simon

Observant ceci et de nombreux autres exemples dénoncés par la "bonne" presse, on ne peut que s'inquiéter de l'avenir de TOUTE l'Afrique. Continent de 900 millions de gens dont 90% végéteront longtemps encore. Vivoter par la débrouille, leur moto. Un déni d'organisation.

Les 10% autres abusent grassement des privilèges conférés à des coutumes/schémas tribaux d'un autre temps, sinon par la guerre et les intimidations en tous genres. Les richesses considérables du continent sont pour une grosse part pillées par eux-mêmes, détournées des élans "développement du peuple". Natalité entrecroisée avec mortalité. Et SIDA + d'autres maladies à caractère épidémique amplifient ces phénomènes. Alors, ce n'est pas naïvement en abaissant le coût des médicaments pharma (= un slogan émouvant) que l'on résoudra fondamentalement les problèmes du continent et des mentalités abusives!

Au milieu de ceci, il est affligeant d'observer le cirque de gesticulations d'instances internationales, celles européennes en premier lieu. De suivre le "jeu politique" de qq grandes O.N.G. niant l'apport positif des ex-grands colonisateurs (dit sans naïveté aucune). De voir le désarroi de la myriade de petites O.N.G. agissant au niveau de base, par micro-projets. Où est le juste milieu?

Chaque peuple a droit à l'auto-détermination. Un "concept 1949" bien policé par l'Occident démocratique, indûment récupéré par des dirigeants indigènes dont beaucoup sont pires que leurs ex-colonisateurs! Mais sur la géographie dont nous discourons, que valent ces notions? Allez d'Ouest en Est, du Nord au Sud, à travers le Liberia, en Côte-d'Ivoire, en Afrique tropicale, au Zimbabwe, en Somalie, au Soudan-Darfour, et même en Afrique du Sud dans les temps plus récents! Instabilité, la règle première. Palabres et atrocités, le comportement ordinaire.

La cause des femmes semble encore assez bien défendue dans l'Afrique sous influence culturelle "chrétienne", même si des abus y sont régulièrement constatés. En contraste, on devra s'émouvoir longtemps encore du poids que fait peser la culture musulmane sur la "condition" de la femme sur l'arc arabisé.

QUI donc tient une clé assez universelle pour améliorer ces Etats, ces états?
A en juger par les FAITS, peu de gens parmi leurs indigènes, peu d'excellences occidentales.

Povre Gargouille

Voici que Gargamelo, ce triste sire, se manifeste à nouveau? Toujours aussi abscon, ce pleutre?

Après les affirmations récentes de notre Raymond ne souhaitant plus qu'on le confonde avec ce mauvais clown, va falloir que notre Coemans réagisse avec son intelligence de feu. Go on, Ray.

gargamelo

@ Povre Gargouille

Entre nous, s'il n'y a que toi qui ne "pige" pas, c'est pas trop grave !

A la mi-temps du prochain match de foot, vas faire un tour ici...

http://chacun-pour-soi.blogspot.com/2006/06/olivier-chastel-la-honte-de-la-jungle.html


Gargamelo le sorcier wallon

Raymonde Koienhoeder-Bonobo,

Waarde Heer Raymond Gargamelo, diergeneeskundige

Si c'est tout ce qui t'importe de dire quand on regarde les drames d'Afrique, t'es vraiment un être bassement vulgaire!
ça il y en a qui l'ont dit avant moi.
Zijn de heren het eens?


Raymond Coemans

Tichke,

Gargamelo is een Waalse Tovenaar.
Ik ben en dikke Brusseleir bobo.
Dat is dus niet hetzelfde, hé, onozel aap...

gargamelo

SENATEUR !

Le journal Ubu "ose" écrire
que tu aimes te faire remarquer ! A croire que c'est vrai. C'est n'importe quoi sur ton blog ! De plus ton pote "pharmacien" de Charleroi censure, censure, censure comme PAPA STALINE...le problème c'est que "ton pote"
est en principe étiquetté MR ! La HONTE ! la vraie honte ( me semble t'il) pour un VRAI libéral !

Je vais dénoncer son attitude à Mr Didier Reynders....franchement le seul capable qui puisse sauver le MR !

.......NUNCA MAS......

Gargamelo le sorcier wallon
censuré par un député MR !

Jean-Philippe

"On reconnaît bien là les propos du MeRdiste de base. Je me demande quel hasard vous a fait militer au MR plutôt qu'au PTB."

Parce que libéralisme ne rime pas toujours avec capitalisme. Parce que je me sens mieux MeRdistes que Petit Tondu Bêlant.

Jerry Rubin

"Parce que libéralisme ne rime pas toujours avec capitalisme."

Là je sens qu'on va rire. Expliquez-nous un peu ce grand concept.

mailman

"...élue, cette intellectuelle diplômée de l'université de Leyde, oratrice brillante et courageuse..."

Ah oui, mais le mensonge, c'est un vilain défaut aussi. Surtout ceux qui ont le potentiel de créer des précédents, comme semble le désirer M. Stroobants.

Là où il se trompe, à mon avis, c'est qu'il ne s'agit pas ici d'un non respect des règles, mais des principes à la base des règles. C'est autrement plus sérieux.

Jean-Philippe

"Là je sens qu'on va rire. Expliquez-nous un peu ce grand concept."

Pourquoi ? Tu es capable de comprendre ? Parce que si tu as besoin qu'on t'explique ça, c'est que tu n'as rien pigé à rien. Mais c'est normal, à force d'être nourri au biberon de l'assistanat socialiste, on fint par avoir le cerveau en bouillie.

Jean-Philippe

@Molinari,

"Non, ça s'appelle un contrat d'exclusivité. Ne vous étonnez plus de la faiblesse du libéralisme en entretenant de tels sophismes."

C'est là que je ne partage pas votre avis. Habitué des GP de F1, j'ai l'habitude des prix exhorbitants (5€ pour un sachet de frites), mais jamais on ne m'a demandé d'enlever ma casquette parce qu'elle ne représentait pas le logo du sponsor de bière de l'évènement. Avoir un contrat d'exclusivité et être le seul vendeur de boisson, de nourriture, de n'importe quoi sur le site d'un évènement sportif et imposer aux spectateurs de porter les couleurs de votre société sont deux choses totalement différentes. Ce n'est nullement un sophisme, c'est une dérive. Le libéralisme n'est pas de tout abandonner aux mains du capital sans règles ni contrôle.

Raymond Coemans

Meuuuh, non, c'est pas une dérive, c'est un contrat tout à fait normal...

Et après, on s'étonne qu'on les traite de gros fachos, hahaha...

Anti-PS Man

J-P, 19 juin, 08:08

Dommage que vous fuyez, ... en traitant au passage un libéral pur jus de socialiste.

Voilà qui ne vous crédibilisera pas bcp.
Depuis quelques temps, vous êtes plus adepte de la critique de généralisation du discours ("communiste", "rétrograde", "gauchiste", etc.) et des colères d'enfant que d'une argumentation sur le fond.
Prenez des vacances quelques temps, et revenez-nous dans la forme qui était la vôtre il y a peu.

Jean-Philippe

@Anti-PS Man,

Je ne fuis pas. J'estime qu'il est des personnes dont les critiques sont à ce point creuses, qu'expliquer ne serait qu'un perte de temps. Maintenant, si vous tenez à l'explication entre Capitalisme et Libéralisme, je veux bien vous la fournir.

Je ne fait pas de généralisation de discours "Gauchiste=Rétrograde". J'ai même ecrit que c'est pas parce que les socialistes wallons comptent des pourris dans leurs rangs que toutes les idées de gauche étaient à rejetter (Cosette en a même prit bonne note) Mais losrqu'on vient me vanter "le charme discret de la craie sur le tableau noir", je ne peux quand même pas nommer cela "un progrès". Notez que j'ai pris le temps d'expliquer les avantages de certaines technologies dans le domaine de l'éducations.

"des colères d'enfants" Où ça ? Parce que je renvois RC à ses chères études au fond d'une bouteille de cognac ? Parce que lorsque je me fais traiter de MeRdiste, je ne me laisse pas faire ?

Si Jerry Rubin est un libéral pur jus, alors il n'a aucun souci à comprendre la différence que j'évoquais dans un post précédent. Mais vu la politesse du personnage, permettez-moi de douter de ses simples qualités humaines.

Philip Hermann

Je crois qu'il existe une différence entre certains néo-libéraux qui hantent ce forum et le libéralisme social que revendique le MR.

Les néo-libéraux sont restés bloqués au libéralisme d'Adam Smith, l'état ne doit surtout jamais intervenir, le marché s'autorégule naturellement...le libéralisme, tel que défendu par le MR et notamment par Didier Reynders encore ce week-end, ce n'est pas cela...il s'est notamment opposé au plaidoyer pour un laisser-faire absolu défendu par un représentant des marchants de pétrole...Pour lui, c'est précisément le rôle de l'état de fixer les rêgles du marché (notamment la taxation et la redistribution sous la forme en l'occurence de chèques mazout (poussé par l'urgence)), l'état garantit par ailleurs, la libre concurrence entre les acteurs qui évoluent sur celui-ci, une fois les rêgles fixées au niveau politique.

Je milite au MR, mais je ne serai pas d'accord d'aligner notre droit social par exemple, sur la conception qu'en a...l'esclavagiste pakistanais qui fait travailler des enfants prépubères dans une cave pour réussir à être le moins-disant...Certains néo-libéraux, oui...qui sur ce forum?

Anti-PS Man

Personnellement, je suis pour la suppression du droit social étatique.

Cela ne veut pas dire moins de solidarité. Cela signifie justement PLUS de solidarité.
En effet, celle-ci serait réllement volontaire, et non plus forcée. Par conséquent, elle retrouverait ses lettres de noblesse.

Et tout ceux qui en ont besoin pourraient en bénéficier via organismes privés.

Bref, l'on retrouverait plus de LIBERTÉ dans ce secteur de la vie.

Selon moi, ne pas accepter cette voie, c'est se réfugier dans la social-démocratie étatique. Et ne pas être libéral.
Vos idées, ajoutées à toutes ces considérations qui vous rendent si proches du MR, démontrent que celui-ci n'est pas - du tout - libéral. (Faut-il rappeler que LIBÉRALISME = LIBERTÉ?)

Le gros problème de beaucoup de gens, c'est qu'ils n'envisagent le libéralisme comme pensée économique alors que son essence est avant tout politique (réflexion sur: qu'est-ce que l'Etat et à quoi doit-il servir?).

Anti-PS Man

lire:

"c'est qu'ils n'envisagent le libéralisme [que] comme pensée économique ..."

paul

Mr Hermann

L'exemple du chèque mazout est effectivement intéressant.

Comment peut-on, d'un côté, se plaindre du réchauffement climatique, imputé à la consommation de combustibles fossiles, et en plus s'alarmer de l'épuisement de ces mêmes combustible fossiles, et de l'autre, empêcher le marché de jouer quand justement, de par le mécanisme des prix, il pourrait réduire cette consommation.

Comment peut-on, par ailleurs, taxer de manière éhontée la consommation de pétrole, pour après rembourser une partie de cette taxe par l'intermédiaire d'un chèque-mazout?

Le propre du marché, c'est d'inciter le consommateur à avoir un comportement rationnel, même si ce comportement fait défaut a priori.

Le propre de l'état, quand il intervient dans l'économie du moins, c'est de chercher à favoriser les catégories qui lui semblent les plus intéressantes, même si pour cela il doit freiner ou empêcher toute rationalité.

L'idée de l'état qui encadre l'économie a été supplamntée par l'état qui intervient dans l'activité économique de manière directe. Avec les conséquences que nous connaissons.
Le MR, par le "libéralisme social" s'est fait le complice de cette évolution. C'est une erreur qui le poursuivra longtemps. Cette même atitude, qui lui a permis une participation au pouvoir, lui a enlevé beaucoup de crédibilité quant à sa possibilité de former une alternative au PS.

Philip Hermann

@Paul: Si l'état s'interdisait tout prélévement sur la vente de carburant ou s'il limitait ceux-ci à presque rien, comme aux USA...nous serions dans la situation de ceux-ci, qui sont le plus gros pollueur en CO² de la planète et qui continue à consommer massivement des inciviques 4X4.

Une baisse des taxes sur les carburants, bien loin, d'avoir un effet positif sur le climat, aurait au contraire un impact désastreux. Il est à noter également que ces prélèvements renforcent notre indépendance par rapport aux fluctuations du cours de brut, tandis que l'économie US n'a pratiquement aucune marge de manoeuvre par rapport aux fluctuations de celui-ci...par exemple, le mécanisme de cliquet des carburants mis en place Reynders.

Le chèque-mazout n'est qu'une mesure temporaire, comme cela a été rappelé ce samedi, qui permet aux plus démunis de disposer du temps nécessaire pour procéder aux investissements utiles (remplacer ses chassis, intaller des chauffe-eau solaire, isoler son toit, etc...) qui permet de revendiquer d'ailleurs des avantages ficaux et même des primes...Saviez-vous que le délai d'attente pour la livraison d'une chaudière au gaz, ou un poëlle à pellet est de plusieurs mois!!!

Les USA, qui étaient encore exportateur net de produits pétroliers lors de la crise de 1973, ne disposent pas d'un tel volant d'action pour faire face à ces fluctuations...cela donne à l'Europe un avantage concurrentiel important...nous pourrons faire varier notre taxation le cas échéant tandis que eux subiront sans moyen d'action un choc pétrolier s'il se présente (par exemple dans le cas d'un attentat terroriste à Abqaïq ou d'une cristallisation de la crise iranienne).

@ Anti-PS: Voilà bien tout le débat "La politique étant l'art du possible", vous avez raison de souligner que c'est cette évolution qui nous a permis de participer à des gouvernement en coalition avec le PS.

S'agit-il d'un renoncement à nos valeurs fondamentales et surtout d'un renoncement à constituer un jour une alternative crédible à l'état-PS?

Je ne le crois pas. Mais le réalisme nous force à admettre que cette évolution nous a également permis de renforcer notre pénétration dans l'électorat belge. Devons nous rester un aiguillon du pouvoir politique en restant intransigeant sur des positions qui ne sont partagées que par 15-20% de la population belge (en moyenne au cours de notre histoire) ou devons nous fédérer d'autres énergies réformatrices? C'est cette question qui a été tranchée lorsque le parti libéral a décidé d'intégrer le FDF et le MCC au sein d'une nouvelle formation le MR...Pour résumer, avons-nous vocation à être un parti de gouvernement ou devons nous rester un groupe de pression? A titre personnel, je pense que les réformes, qui devaient et qui restent à mener à bien en francophonie, sont tellement nécessaires qu'il ne fallait plus attendre...

Quelques succès...La mise à l'équilibre du budget de l'état, la réduction de la dette publique, la privatisation de certaines entreprises publiques, l'introduction, même si cela reste insuffisant, d'une meilleure gouvernance dans l'administration (Selor, Audit de contrôle des intercommunales, des ociétés de logement, etc), la diminution même si cela reste insuffisant de la fiscalité,une amélioration du statut social des indépendants, etc...Le bilan de la participation du MR au gouvernement me semble globalement positif même si en échange de ces réformes urgentes, il a bien fallu faire quelques concessions au socialistes (dans un régime au scrutin proportionnel, c'est inévitable).

Le processus d'évaluation de notre présence au gouvernement doit être permanent même si nous savons en Belgique, à quel point l'instabilité politique est néfaste....

Compter sur la charité privée uniquement, pour remplacer notre droit social??? Voilà typiquement le genre d'affirmation, qui réduirait le poids politique de notre parti à 2-3% de l'électorat belge...Une position libérale plus classique, qui conviendrait que c'est bien le rôle de l'état de fixer une obligation scolaire pour les mineurs, une interdiction des pratiques esclavagistes, mais que son intervention doit se limiter à une organisation a minima de notre mode de vivre ensemble nous permet de convaincre le noyeau dur des libéraux 15-20%, enfin si nous élargissons le rôle de l'état à edicter des rêgles contraignantes pour les acteurs du marché, tout en restant convaincu que l'état est le plus mauvais des acteurs économiques et qu'il doit limiter son rôle à suppléer au privé lorsque celui-ci fait défaut...nous sommes, je crois en mesure de convaincre une majorité, même si tel n'est pas encore le cas.

L'enjeu, c'est évidemment de convaincre ces derniers sans renoncer à notre noyau dur...C'est la raison d'être de cette fédération, qui regroupe plusieurs tendances.

Je pense que 30 ans d'état socialiste, nous laisse largement de quoi avancer sans que nos divergences de vue sur ce qui pourrait être un état idéal, dans le cas où nous obtiendrons une majorité absolue, soit pour le moment rédhibitoire...

Anti-PS Man

@ Philip Hermann

Merci pour votre contribution constructive.
Voici ce que certains de ses extraits m'inspirent.


1. "Si l'état s'interdisait tout prélévement sur la vente de carburant ou s'il limitait ceux-ci à presque rien, comme aux USA...nous serions dans la situation de ceux-ci, qui sont le plus gros pollueur en CO² de la planète et qui continue à consommer massivement des inciviques 4X4."

Je suis loin d'être une lumière en matière économique, mais il me semble que, sans les taxes, le prix du carburant serait trrrès abordable, et donc le carburant trrrès consommé. Peut-être y aurait-il des effets sur l'environnement dans un premier temps. ("Peut-être", car il semble que les scientifiques ne soient pas tous d'accord avec les thèses avancées par les écologistes.)
Très consommé, donc petit à petit il ne resterait plus beaucoup de ressources pétrolières sur terre. Dès lors:
a) Vu la rareté du bien, son prix augmenterait tout seul - pas besoin de taxes pour cela - réduisant, de fait, la consommation. Et donc la "pollution".
b) Vu la rareté croissante du bien, les entreprises se tourneraient vers d'autres sources d'énergie pour déplacer les véhicules. Qui plus est, elles tiendraient compte de l'intérêt croissant de la population pour ce qui "pollue" moins.


2. "S'agit-il d'un renoncement à nos valeurs fondamentales et surtout d'un renoncement à constituer un jour une alternative crédible à l'état-PS? Je ne le crois pas. Mais le réalisme nous force à admettre que cette évolution nous a également permis de renforcer notre pénétration dans l'électorat belge."

Je pense que pénétrer dans l'électorat au détriment de ses idées est tout aussi contre-productif que de bénéficier seulement de 5% de votes avec celles auxquelles on croit.
Par ce procédé, on réduit l'offre au citoyen. Il n'a plus que le choix (¿¿¿peut-on encore parler de choix???) entre des partis défendant les théories de l'état interventionniste, rien d'autre.
De plus, je ne pense pas que s'éloigner du libéralisme social, du FDF et du MCC soit source de beaucoup de perte dans les sondages(*). (Le tout est d'être clair et pédagogue dans ses propositions - j'y reviendrai.) Ainsi, avec un bon petit 20%, il y aurait moyen, au cas où on adopte le scrutin majoritaire en Wallonie (qui, je l'ai déjà dit dans ces lieux, est pour moi le suffrage le plus démocratique vu qu'il permet au citoyen d'exclure celui dont il ne veut à tout prix pas), de se retrouver au second tour... lequel ne serait certainement pas gagné d'avance pour le PS, vu la haine qu'a pour lui une grande partie de la population.


3. "Compter sur la charité privée uniquement, pour remplacer notre droit social??? Voilà typiquement le genre d'affirmation, qui réduirait le poids politique de notre parti à 2-3% de l'électorat belge"

Voilà ce qu'il ne faudra pas dire, encore moins croire. Il est clair que les socialistes joueront sur la peur du citoyen, et c'est pourquoi il faudra être pédagogue, concret et répétitif pour le convaincre.
Car, quand je dis "halte à la solidarité dans le cadre de l'état", je ne dis pas "halte à la solidarité et retour à la bonne vieille charité privée". Non. Je dis: bienvenue à la solidarité privée, prise en main par des associations ou sociétés (peu importe).
Celle-ci permettra au citoyen
a) de choisir. De choisir s'il assure ses arrières seul, via l'économie, ou en collectivité, via les organismes privés. Ou en faisant un mix des deux (c'est la voie que j'élirais personnellement.)
b) de se rendre compte du coût effectif de tout cela, et de permettre d'être plus dur envers les gens qui profitent du système. Il est clair qu'un organisme privé ne pourra se permettre d'accorder le chômage à vie. (Et puis, de toute manière, si le droit social est supprimé, plus personne n'aura de réelles difficultés à trouver emploiS.)
À mon avis, il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur tout ceci, mais je m'arrête provisoirement ici.


---
(*) De plus, même si cette perte se produisait,
a) soit les électeurs finiraient par comprendre que voter pour le parti de Milquet revient à voter pour Di Rupo et, donc, soutiendraient, in fine, le vrai parti de l'opposition;
b) soit le parti de Milquet se recentraliserait pour satisfaire ses nouveaux petits électeurs.
Bref, dans les deux options, tout bénéfice pour nous. La première nous donnerait, à moyen terme, plus d'électeurs; la seconde offrirait une certaine "redroitisation" de la politique belge francophone - et donc des possibilités d'alliance avec le parti centriste (ce qui ne semble plus possible maintenant).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.