Ma Photo

Inscription

Blog powered by Typepad

« "Le Guide du voyageur au Congo" | Accueil | Sans commentaire (19) »

30 juin 2006

Commentaires

melodius

Des Bulgares qui apprennent le néerlandais en huit semaines !

Je ne compte plus pour ma part le nombre de gens que je connais, en ce compris des universitaires, qui ont toujours eu "comme un blocage" en néerlandais. Il y a de quoi avoir honte.

Raymond Coemans

Le problème, c’est qu’avec 2500 mots et 8 semaines de background, vos Bulgares, ils seront peut-être capables d’expédier les affaires courantes mais quid d’un service performant dès qu’on bute sur une erreur administrative, un truc qui sort du drill de base ? Y en a aussi un peu marre de tomber sur des mecs basés à l’autre bout du monde qui vous traduisent du coréen écrit avec les pieds en mauvais français ou mauvais flamand dès qu’on a une question d’utilisateur courant de leurs zoberies de produits à poser.

E. G.  Simon

""Pour l'entreprise, il s'agit d'un développement, non d'une délocalisation. D'une part, les activités de comptabilité, prospection, marketing,... restent en Belgique. D'autre part, chez nous, le taux de rotation du personnel est très élevé : 2 mois en moyenne. Peu de personnes acceptent de faire ce travail pour de longues périodes.""

Voici un MESSAGE que nos syndicats devraient pouvoir entendre 5 / 5.
Mais je les perçois atteints de surdité chronique et incurable!
Les indiens, les bulgares et les autres ... cherchent à sortir d'une longue ère de pauvreté qui explique leur grande motivation à TRAVAILLER.
Les jeunes (et maints aînés) d'Occident refusent cet état de chose car ils sont d'emblée cocoonnés par le "système de protection" dite sociale (sinon par des parents idiots)!

Que le travail en call-center soit lassant est d'une certaine réalité. Mais est-elle différente de devoir vendre des légumes sur une échope de marché en plein air? Où est l'aspect négatif par rapport avec celui de devoir accueillir des chômeurs qui quémandent un droit au travail ou un réfugié qui quémande un accueil charitable et sa pitance? Est-ce dégradant pour ces "occidentaux" que de devoir interagir avec des "clients" placés en situation de besoin d'aide et de conseil souvent basiques? Que diraient les mêmes si on décrétait que le médecin est dorénavant superflu car il n'a qu'à pas être malade?

Evidemment, si le moindre diplômé bi-trisseur avec une pénible "satis" exige d'avoir un job rémunéré comme un parvenu du P.S. (ou d'autres partis), alors il y a comme une distorsion dans l'air.
Je vous laisse le choix de juger où se situe ladite distorsion...

""taux de rotation du personnel est très élevé : 2 mois en moyenne."" C'est ce qui fait le désespoir de beaucoup de patrons d'entreprises (PME) qui recherchent des travailleurs, pas des glandeurs!
Dernière illustration banale? Mon boucher cherche DEUX personnes pour "vente au comptoir": temps de prestation moyen avant qu'ils fichent le camp et aillent se réinscrire au chômage = TROIS SEMAINES!
Illustration "à côté de la plaque" ou un fait avéré?

paul

@Raymond

Je doute qu'il s'agit d'un call-center où tu peux t'adresser avec des questions concernant l'administration ou la facturation.

Ce sera plutôt le genre à te téléphoner à l'heure où tu n'as pas envie d'être emm... par quelqu'un qui fait la promotion d'un nouveau produit.

Par ailleurs: effectivement, avec 2500 mots, ces Bulgares en apprennent plus en 8 semaines que pas mal de francophones que je connais sur toute une vie.

Le francophone aurait-il une incapacité héréditaire à apprendre le néerlandais? Je ne le crois pas.

Par contre, les méthodes d'enseignement ! Beaucoup de profs de langues que j'ai connus étaient du style à interrompre l'élève à chaque fois qu'il faisait une erreur pour le corriger. Ce qui fait que finalement l'élève doute, craint de mal faire, hésite. Et finalement évitera autant que possible de parler cette langue, et donc, n'apprend plus rien.

EmigréParDégoût

"Le problème, c’est qu’avec 2500 mots et 8 semaines de background, vos Bulgares, ils seront peut-être capables d’expédier les affaires courantes mais quid d’un service performant dès qu’on bute sur une erreur administrative, un truc qui sort du drill de base ? Y en a aussi un peu marre de tomber sur des mecs basés à l’autre bout du monde qui vous traduisent du coréen écrit avec les pieds en mauvais français ou mauvais flamand dès qu’on a une question d’utilisateur courant de leurs zoberies de produits à poser."

Outre la grossièreté habituelle, ces doléances sont légitimes. Aucun problème, adressez-vous dans ce cas à votre revendeur local où vous n'aurez évidemment pas manqué de faire votre achat en acceptant que ses coûts étant supérieurs, il vous aura facturé un prix supérieur.

En bref, si le service d'un fournisseur n'est pas bon, allez à la concurrence.

Cela a déjà contraint Dell à rapatrier aux US une bonne partie de ses call-center de support.

Si les Bulgares offrent un bon service tout se passera bien pour eux et leurs clients.

Raymond Coemans

"Que le travail en call-center soit lassant est d'une certaine réalité. Mais est-elle différente de devoir vendre des légumes sur une échope de marché en plein air?"

La réponse, étonnament, est : OUI!

Pas bcp de call-center au menu de votre longgggue expérience, l'ancêtre.

mailman

D'accord avec R. C. ici. Le pas entre "développement" et "délocalisation" est bien petit et il a déjà été fait ailleurs. Il n'y a qu'à voir le cas des entreprises américaines ou anglaises et leur délocalisation vers l'Inde. Les clients n'ont pas été contents. Même pour la résolution des affaires courantes ça laissait à désirer...

Il faut aussi faire la différence entre "apprendre en 8 semaine à lire 2500 mots en flamand sur un écran" et "parler et savoir articuler 2500 mots en flamand". Je doute qu'une fois sortis de leur cheminement indiqué sur l'écran de résolution de problèmes les bulgares néerlandophones en question soient capables de vraiment parler le néerlandais, même de base.

melodius

Au boulot, des universitaires viennent me demander de traduire des textes en néerlandais du type "Veuillez trouver en annexe les documents réclamés". Visiblement, à l'ULB, on n'en est donc même pas à 2.500 mots néerlandais.

alex

Heu, personnellement, expérience des marchés. Lever à 4.30 non stop jusque 14.00 puis ranger, particulièrement jouissif en hiver, je ne sais pas, je ne parierais pas.

NB: rhôôô quelle horreur, mais quelles conditions de travaiiiiil mes aïeux! que font les syndicats? Mieux vaut être chômeur, c'est plus digne!

Jean-Philippe

@Alex,

Dialogue avec mon boulanger dimanche dernier:

- Je suis contraint de fermer la boutique pendant mes vacances
- Pourquoi ?
- Parce que trouver un apprenti-boulanger qui accepte de se lever à 4 heures du matin le dimanche pour faire du pain, ça n'existe plus.

Faudrait peut-être lui suggérer un Bulgare, un Polonais, un Roumain ou un Hongrois... à croire que tous les Wallons sont des fééénnnaaasssesss

Félicitations à vous, été comme hiver. Dans quel coin travaillez-vous ?

item

Monsieur le Sénateur Député et Star de nos médias,

Ce genre d'activité existe depuis belle lurette. Des entreprises sont déjà présent a Kinsasha et recrute dans les universités du Congo.
Le seul hic que vous devez connaître mais que vous avez omis dans votre pathétique campagne électorale est bien leur "accent de noir" que vos entreprises ne veulent pas. Ca pourrait nuire à leur chiffre d'affaire et bien entendu vos futurs électeurs de droite.

Bien à vous

alex

@ Jean-Philippe,

J'ai travaillé sur les marchés quand j'étais étudiant. Maintenant, je fais tout autre chose :-)

C'est un métier dur, mais en général, ceux qui le font consciencieusement ne gagnent pas mal du tout.

marcgambois


Voilà longtemps que je me suis plus promené sur votre blog, Monsieur le sénateur, bravo de maintenir la cap.

@item :
ce genre de pathétiques caricatures sont lassantes, encore un peu on lirait entre les lignes libéralisme = profit égoïste = méchant = fasciste...........pffffffftoujours la même rangène...et ce terrible mot onni "droite" .....
Est-ce un crime de réfléchir à des solutions qui permettent de diminuer le chômage ? qu'on ne soit pas d'accord sur les moyens et qu'on en débatte c'est constructif, mais toujours réduire ceux qui parlent de saisir les chances de la mondialisation à des anti-sociaux partisans du profit (et racistes à présent), c'est malhonnête.

Zenit anti-Item

Dans le genre "fumier d'extrême-droite":
=
... leur "accent de noir" que vos entreprises ne veulent pas. Ca pourrait nuire à leur chiffre d'affaire et bien entendu vos futurs électeurs de droite...

Bien à vous
Rédigé par: item | le 30 juin 2006 à 14:01
=
Lorsque ce débile s'exprime à intervalles sur le blog, il a l'art de se faire passer pour citoyen outré.
Afin de mieux dissimuler ses penchants xénophobes?
Quel belge pitoyable! J'vais le dire au MRAX.

Jean-Philippe

Une simple question: A-t-on jamais fait une étude sérieuse sur les Belges prêt à quitter le pays pour trouver du travail ?

Dans quel pays ? Qu'est-ce que cela implique ? etc...

Et le même genre d'étude au niveau européen. Pour voir si les Wallons sont particulièrement casaniers ou bien si les flux migratoires sont multiples.

@Alex,

Bon, b'en le jour où l'informatique ne paye plus, je sais que faire. Et pour ne pas faire "n'importe quoi", je me permetterais de faire appel à vos souvenirs.

eric

"trouver un apprenti-boulanger qui accepte de se lever à 4 heures du matin le dimanche pour faire du pain, ça n'existe plus"

C'est devenu aussi difficile à trouver qu'un patron qui ne force pas son personnel à bosser en noir.
Hormis certains secteurs bien particuliers il n'existe pas de patron honnête et payant décement son personel qui reste très longtemps avec une place à pourvoir!

melodius

Si on veut comprendre le mal wallon, on peut déjà commencer par lire le commentaire d'eric.

Jean-Philippe

@Eric et Melodius,

Loin de vous critiquer, vous venez de refermer le cercle (vicieux) des problèmes liés aux charges sociales et aux coûts liés au personnel. Des patrons pourris, il en existe sûrement autant que des socialistes pourris (sauf que pour les patrons, c'est pas avec nos sous) Je suis convaincu qu'une réduction des charges sociales entraînerait une moindre tentation de recourir au travail au noir. Cependant, il est à craindre qu'il ne faille une génération pour changer les mentalités.

E. G.  Simon

HYPERCONCURRENCE, quand tu nous tiens... jusqu'à la tête dans le mur.

Allez donc explorer Google avec ce mot-clé (ou "hypercompetition" qui en est encore plus peuplé). Comparez ensuite ce qu'il conveindrait de faire et ce qui se fait réellement.

Quand les politiques comprendront (ça risque de prendre du temps!) que les effets pervers des "mesures" qu'ils prennent à tous niveaux induisent l'INVERSE de ce contre quoi ils tentent de lutter, alors on arrivera peut-être à redresser la barque!
Malheureusement, dès le niveau de l'U.E. c'est déjà une manière dogmatique et erronée qui guide les esprits, puis ça percole de niveau en niveau jusqu'à celui régional/local.
Les mêmes se vantent de faire de l'INNOVATION et de la CREATIVITE?
Faudra encore le prouver...

eric

le "mal wallon" serait donc l'espoir d'un salaire décent, le respect des législations sociales ?
un aveu intéressant 'mélodius' !
finalement j'aime à peu près tout chez monsieur Destexhe... sauf ses (futurs) électeurs.

melodius

eric, à d'autres.

Si vous alliez troller ailleurs ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.