Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Aide - appel aux volontaires | Accueil | Chirine Ebadi, prix Nobel au Sénat »

02 mars 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

louis rougnon glasson

.
Le tract intitulé "Le plus beau cadeau", du mouvement Ortograf-fr entraine l'adhésion immédiate de ceux à qui on le présente.

La forteresse Orthographe pourrait bien s'effondrer dès 2010. Ca ne veut pas dire qu'on va se mettre du jour au lendemain à écrire n'importe comment.

Ca veut dire qu'on aura abandonné la question idiote "FAUT-IL réformer l'orthographe?", parce qu'on aura justement trouvé la bonne réponse à la bonne question "COMMENT réformer l'orthographe?"

A ce sujet, surtout, ne pas confondre Ortograf-fr avec Ortograf.net, qui donne l'exemple même de ce qu'il ne faut pas faire.

Avec la parution du POLYCOP ORTOGRAF 2010, la guérilla de l'orthographe décuple sa puissance de feu. L'unité de diffusion n'est plus seulement le tract, elle est aussi le polycop complet.

Voir notamment l'article de quatre pages intitulé: "C'est une gestion complètement godiche de la langue française qui est la cause de son déclin"

Le polycop "Ortograf 2010" peut être chargé intégralement sur le site "alfograf". Il est également diffusé à prix coûtant.

.

Valéry Schollaert

Bonjour

Je comprends les réactions contre les changements... mais cela montre aussi que l'on trouve une chose belle non pas parce qu'elle est belle, mais parce qu'on y est habitué.

Hors, vu les problèmes auxquels l'humanité fait face actuellement, on ferait bien d'apprendre à changer nos habitudes sans trop de regrets...

Et puis il faut voir toutes les horreurs qu'on fait au nom des traditions, un concept pour renforcer les habitudes.

Mais franchement, même si je préfèrerais garder notre belle orthographe traditionnelle, c'est un problème tellement mineur...

Amicalement,

Valéry

Alisson Duprez

Je suis d'avis des résistants... Ceux qui prônent la beauté de la langue française par sa complexité!

Je suis étudiante en communication et déjà on nous a informé de l'apprentissage de cette "sous-langue" dès les premiers cours et dans cette armée d'étudiants soumis il n'y a que moi, me semble-t-il, qui ait eu un frisson de dégoût (d'ailleurs à présent on dit "dégout"!!) C'est tellement réducteur ! Je me mets à la place du professeur littéraire aimant par dessus tout son français et qui devra instruire par obligation des fautes...

Et tout bien réfléchit j'en vient à une autre réflexion: On commence par l'orthographe et après on fera quoi? On supprimera les math parce que c'est trop compliqué pour les étudiants ou alors on annulera les leçons d'Histoire parce qu'après tout le passé c'est le passé!!! M'enfin où va-t-on?

Jean-Philippe

@Lombard,

Excellent, mais on pourrait tout aussi bien écrire de haut en bas si les Chinois sortent vainqueur de la crise économique mondiale dans laquelle nous entrons.

@Alex,

Et vous avez déjà vu quelque chose de concret sortir de ces deux assemblées ? :-)

@Jean-Louis Leroy,

Il m'est arrivé de contester une taxe provinciale pour faute d'orthographe. J'ai argué ne pas comprendre la langue dans laquelle le texte était rédigé. J'ai fini par payer (sans intérêts de retard), mais il a fallu deux ans à l'administration pour rectifier la faute.

alex

"l'académie française est une institution bornée, composée de parasites coûteux et inutiles."

Marrant, certains disent exactement la même chose de l'assemblée de la communauté française... :-))))

alex

"L'anglais est une langue simple et cela explique son succès (outre le fait que c'est la langue des affaires)."

S'il est certain qu'un certain niveau de globish est facilement accessible à tous (surtout lorsqu'il s'appuye sur des "slides" et se contente de mots tout droit sortis de l'encyclopédie du bullshit bingo dont l'utilisation est commune à toutes les entreprises, genre: go/no-go, benchmarking, customer satisfaction, user friendly, etc.), en déduire que l'anglais est une langue facile est une idée assez erronée. L'anglais est une langue complexe, d'autant plus complexe qu'elle se parle autant avec des non-dits et contresens que des expressions directes, en UK, et l'inverse exact aux US.

Sa prééminence n'est pas due à sa facilité mais à la puissance économique des états en partageant l'usage; à l'époque ou la France était la première puissance économique et militaire au monde, le français était la langue de la diplomatie, du droit, et dans une certaine mesure, des affaires. Sans que sa difficulté ne soit un obstacle.

Dante

désolé pour les 2 posts (un mot anglais) mais il y a eu un délai de mise à jour

Dante

troisième essai (désolé si vous le voyez plusieurs fois)
.
je suis d'accord avec Paul et StephaneB.
Juste quelques remarques:
- le français écrit de la fin du moyen-âge était très phonétique. Lisez le roman de Renard (une page) et vous comprendrez tout de suite.
- la complexité orthographique date de la renaissance et des débuts de l'étymologie mal comprise. On a même introduit de nombreuses erreurs!
- la langue écrite est tout à fait secondaire par rapport à la langue parlée.
On peut parfaitment parler une langue sans l'écrire mais pas l'inverse. certes, l'écrit est capital pour la transmission du savoir et la mémoire mais il est quasiment sans influence quant à son évolution.
Qu'il contienne des références à l'étymologie d'un mot est sans importance.
- ce n'est pas l'etymologie que l'écrit devrait refléter mais la découpe en phonèmes. Il y a un alphabet phonétique pour cela. Il est simple et sans ambiguité on devrait tolérer que l'on s'en rapproche progressivement. Dans deux générations le français sera de nouveau simple à écrire.
- l'académie française est une institution bornée, composée de parasites coûteux et inutiles.
- elle est d'autant plus inutile que la langue est effectivement un bien collectif dont l'évolution échappe à chaque quidam que nous sommes et que ce n'est pas une poignée de guignoles qui y changera quelque chose. Et si l'on veut croire qu'un ou quelques individus peuvent changer une langue, et bien Renaud en 20 ans de carrière a joué un rôle bien plus important pour l'évolution de la langue que l'académie française en 200 ans.
- le français du Canada est inéviablement différent puisqu'il est emprisonné dans un milieu hostile coincé entre océan et territoire anglais loin de la metropole liguistique. Il présente donc les caractéristiques typiques dans ces cas là: un repli identitaire et une invasion de "l'ennemi", l'anglais.
Cela me paraît inévitable.
Il est donc en même temps envahi et archaïque.
- toute réforme imposée est donc vouée à l'échec.
celle de la communauté française aussi.
La seule tactique possible, selon moi c'est d'acter que l'orthographe se dégrade à grande vitesse, pas seulement sur les terres socialistes de Wallonnie (lisez-vous souvent des emails de français? Même instruits et parfaitement intelligents? c'est effarant. je me demande si nous ne sommes pas meilleurs qu'eux globalement). Que tout le monde s'en fout car il y a bien trop de choses à apprendre en ce 21ème siècle et passer la moitié de sa scolarité à mémoriser que ognon et poreau prennent des i me paraît une perte de temps injustifiée.
- le problème n'est pas politique. Ni socialiste.
On y réfléchit en France, en Allemagne, dans les pays de l'Est.
- pour ceux qui ne m'approuvent pas, nous sommes en démocratie, il devraient qd-même admettre que certaines particularités orthographoques on un sens mais d'autres pas. On pourrait déjà se passer de ces dernières.
Enfin, ce sentiment de devoir figer une langue dans un état "idéal" est humainement compréhensible mais n'a pas de sens sur le plan liguistique. A tout moment partout sur la planète, les langues cherchent et trouvent leur point d'équilibre. Nous parlons du latin et les latins parlaient de l'indo-européen et ce même indo-européen a donné le flamand, le français, le perse, le polonais.
la langue c'est comme un marteau, que la poignée soit en bois ou en fer, l'important est qu'il enfonce les clous. c'est juste un outil.
Je swi donk pour 1 fransè sinplifié: 1 onion, 2 porô é pwi 7 tou, sa fè une bonn soup
StephaneB a raison, l'anglais est une langue épouvantable, avec une syntaxe très particulière, un double vocabulaire latin et germanique avec dans de nombreux cas 2 mots pour le même signifié, une prononciation que vous devinez à la lecture sans jamais être sûr de votre coup: prenez les mots pulse, pulpit et puma. 3 fois la lettre u et trois phonèmes différents. preuve encore une fois qu'une langue écrite en décrochage par rapport à l'oral est souvent gênante.
Franchement, ça vous emmerdrait d'écrire des bijous?

Dante

je suis d'accord avec Paul et StephaneB.
Juste quelques remarques:
- le français écrit de la fin du moyen-âge était très phonétique. Lisez le roman de Renard (une page) et vous comprendrez tout de suite.
- la complexité orthographique date de la renaissance et des débuts de l'étymologie mal comprise. On a même introduit de nombreuses erreurs!
- la langue écrite est tout à fait secondaire par rapport à la langue parlée.
On peut parfaitment parler une langue sans l'écrire mais pas l'inverse. certes, l'écrit est capital pour la transmission du savoir et la mémoire mais il est quasiment sans influence quant à son évolution.
Qu'il contienne des références à l'étymologie d'un mot est sans importance.
- ce n'est pas l'etymologie que l'écrit devrait refléter mais la découpe en phonèmes. Il y a un alphabet phonétique pour cela. Il est simple et sans ambiguité on devrait tolérer que l'on s'en rapproche progressivement. Dans deux générations le français sera de nouveau simple à écrire.
- l'académie française est une institution bornée, composée de parasites coûteux et inutiles.
- elle est d'autant plus inutile que la langue est effectivement un bien collectif dont l'évolution échappe à chaque quidam que nous sommes et que ce n'est pas une poignée de guignoles qui y changera quelque chose. Et si l'on veut croire qu'un ou quelques individus peuvent changer une langue, et bien Renaud en 20 ans de carrière a joué un rôle bien plus important pour l'évolution de la langue que l'académie française en 200 ans.
- le français du Canada est inéviablement différent puisqu'il est emprisonné dans un milieu hostile coincé entre océan et territoire anglais loin de la metropole liguistique. Il présente donc les caractéristiques typiques dans ces cas là: un repli identitaire et une invasion de "l'ennemi", l'anglais.
Cela me paraît inévitable.
Il est donc en même temps envahi et archaïque.
- toute réforme imposée est donc vouée à l'échec.
celle de la communauté française aussi.
La seule tactique possible, selon moi c'est d'acter que l'orthographe se dégrade à grande vitesse, pas seulement sur les terres socialistes de Wallonnie (lisez-vous souvent des emails de français? Même instruits et parfaitement intelligents? c'est effarant. je me demande si nous ne sommes pas meilleurs qu'eux globalement). Que tout le monde s'en fout car il y a bien trop de choses à apprendre en ce 21ème siècle et passer la moitié de sa scolarité à mémoriser que ognon et poreau prennent des i me paraît une perte de temps injustifiée.
- le problème n'est pas politique. Ni socialiste.
On y réfléchit en France, en Allemagne, dans les pays de l'Est.
- pour ceux qui ne m'approuvent pas, nous sommes en démocratie, il devraient qd-même admettre que certaines particularités orthographoques on un sens mais d'autres pas. On pourrait déjà se passer de ces dernières.
Enfin, ce sentiment de devoir figer une langue dans un état "idéal" est humainement compréhensible mais n'a pas de sens sur le plan liguistique. A tout moment partout sur la planète, les langues cherchent et trouvent leur point d'équilibre. Nous parlons du latin et les latins parlaient de l'indo-européen et ce même indo-européen a donné le flamand, le français, le perse, le polonais.
la langue c'est comme un marteau, que la poignée soit en bois ou en fer, l'important est qu'il enfonce les clous. c'est juste un outil.
Je swi donk pour 1 fransè sinplifié: 1 onion, 2 porô é pwi 7 tou, sa fè une bonn soup
StephaneB a raison, l'anglais est une langue épouvantable, avec une syntaxe très particulière, un double vocabulaire latin et germanique avec dans de nombreux cas 2 mots pour le même signifié, une prononciation que vous devinez à la lecture sans jamais être sûr de votre coup: prenez les mots pulse, pulpit et puma. 3 fois la lettre u et trois phonèmes différents. preuve encore une fois qu'une langue écrite en décrochage par rapport à l'oral est souvent gênante.
Franchement, ça vous emmerdrait d'écrire des bijous?

Dante

en conclusion et elle vous fera plaisir. En matière de langue, je suis un vrai LIBERAL (oui vous avez bien lu) et je suis contre l'interventionnisme (j'hésite entre 1 et 2 n) étatique.

Dante

je suis d'accord avec Paul et StephaneB.
Juste quelques remarques:
- le français écrit de la fin du moyen-âge était très phonétique. Lisez le roman de Renard (une page) et vous comprendrez tout de suite.
- la complexité orthographique date de la renaissance et des débuts de l'étymologie mal comprise. On a même introduit de nombreuses erreurs!
- la langue écrite est tout à fait secondaire par rapport à la langue parlée.
On peut parfaitment parler une langue sans l'écrire mais pas l'inverse. certes, l'écrit est capital pour la transmission du savoir et la mémoire mais il est quasiment sans influence quant à son évolution.
Qu'il contienne des références à l'étymologie d'un mot est sans importance.
- ce n'est pas l'etymologie que l'écrit devrait refléter mais la découpe en phonèmes. Il y a un alphabet phonétique pour cela. Il est simple et sans ambiguité on devrait tolérer que l'on s'en rapproche progressivement. Dans deux générations le français sera de nouveau simple à écrire.
- l'académie française est une institution bornée, composée de parasites coûteux et inutiles.
- elle est d'autant plus inutile que la langue est effectivement un bien collectif dont l'évolution échappe à chaque quidam que nous sommes et que ce n'est pas une poignée de guignoles qui y changera quelque chose. Et si l'on veut croire qu'un ou quelques individus peuvent changer une langue, et bien Renaud en 20 ans de carrière a joué un rôle bien plus important pour l'évolution de la langue que l'académie française en 200 ans.
- le français du Canada est inéviablement différent puisqu'il est emprisonné dans un milieu hostile coincé entre océan et territoire anglais loin de la metropole liguistique. Il présente donc les caractéristiques typiques dans ces cas là: un repli identitaire et une invasion de "l'ennemi", l'anglais.
Cela me paraît inévitable.
Il est donc en même temps envahi et archaïque.
- toute réforme imposée est donc vouée à l'échec.
celle de la communauté française aussi.
La seule tactique possible, selon moi c'est d'acter que l'orthographe se dégrade à grande vitesse, pas seulement sur les terres socialistes de Wallonnie (lisez-vous souvent des emails de français? Même instruits et parfaitement intelligents? c'est effarant. je me demande si nous ne sommes pas meilleurs qu'eux globalement). Que tout le monde s'en fout car il y a bien trop de choses à apprendre en ce 21ème siècle et passer la moitié de sa scolarité à mémoriser que ognon et poreau prennent des i me paraît une perte de temps injustifiée.
- le problème n'est pas politique. Ni socialiste.
On y réfléchit en France, en Allemagne, dans les pays de l'Est.
- pour ceux qui ne m'approuvent pas, nous sommes en démocratie, il devraient qd-même admettre que certaines particularités orthographoques on un sens mais d'autres pas. On pourrait déjà se passer de ces dernières.
Enfin, ce sentiment de devoir figer une langue dans un état "idéal" est humainement compréhensible mais n'a pas de sens sur le plan liguistique. A tout moment partout sur la planète, les langues cherchent et trouvent leur point d'équilibre. Nous parlons du latin et les latins parlaient de l'indo-européen et ce même indo-européen a donné le flamand, le français, le perse, le polonais.
la langue c'est comme un marteau, que la poignée soit en bois ou en fer, l'important est qu'il enfonce les clous. c'est juste un outil.
Je swi donk pour 1 fransè sinplifié: 1 onion, 2 porô é pwi 7 tou, sa fè une bonn soup
StephaneB a raison, l'anglais est une langue épouvantable, avec une syntaxe très particulière, un double vocabulaire latin et germanique avec dans de nombreux cas 2 mots pour le même signifié, une prononciation que vous devinez à la lecture sans jamais être sûr de votre coup: prenez les mots pulse, pulpit et puma. 3 fois la lettre u et trois phonèmes différents. preuve encore une fois qu'une langue écrite en décrochage par rapport à l'oral est souvent gênante.
Franchement, ça vous emmerdrait d'écrire des bijous?

Jean-Louis Leroy

Oui eh bien moi je viens de recevoir mon avertissement-extrait de rôle et pour la deuxième année consécutive il y est fait mention d'une "Majoration pour absence ou insuffiSSance de versement anticipé". Cette faute a été imprimée à combien de millions d'exemplaires ?

Je constate aussi que cette année le taux moyen d'imposition n'est pas indiqué. Mais c'est un autre sujet...

Awè mi p'tit fi .... :-)

Petite précision pour certains critiqueurs qui n’ont de tout évidence pas compris le sujet : cette nouvelle orthographe n’est en RIEN une idée de cette Cté Française de Belgique ou d’une quelconque instance belge d’ailleurs mais bien de l’Académie Française elle-même !
Sur le fond du problème, je ne suis pas pour trop de modification non plus...

Lombard

Geen paniek... Bientôt vous apprendrez à écrire de droite à gauche... si vous voyez ce que je veux dire, donc !

StephaneB

"L'anglais est une langue simple et cela explique son succès."

Euh, là aussi il faut nuancer. L'Anglais est la langue au monde qui comprend le plus de mots. La finesse des nuances est infinie et les constructions de phrases pas franchement toujours intuitives. La conjugaison peut être aussi tortueuse que la nôtre et comporte égalment de nombreuses exceptions.

Les *rudiments* d'Anglais peuvent apparaître simples à un francophone parce que l'Anglais a hérité d'énormément de mots français.

Le succès de l'Anglais vient surtout, à mon avis, du fait que c'est la langue des Américains et que les Américains sont le peuple qui a, de loin, le plus influencé tous les autres depuis le début du 20eme siècle. Son statut de langue des affaires découle aussi de cette importance des USA.

jo moreau

Finalement, je ne vois pas le bénéfice d'une éventuelle simplification du français.
Quoiqu'on fasse, il faudra bien établir de nouvelles règles, qu'il faudra également étudier et appliquer à bon escient.

Et vous retrouverez les mêmes manquements qu'à l'heure actuelle.

Le problème ne se situe pas tellement dans la difficulté de la langue, mais dans la façon de l'enseigner et surtout de l'étudier...

Simon

Je lis de l'éternel protecteur d'un nivellement vers le bas (P-Y, pour ne pas le citer)
"" du moment que ces règles simplifiées soient enseignées/apprises."" (y a ka)

Le problème auquel nous sommes confrontés - en tant que responsables d'embauches - réside cher monsieur dans la proportion croissante des "nouveaux diplômés", y compris ceux "d'enseignants" sortis d'une cuvée mal fermentée.

De la sorte, si on combine un évident laxisme politique chez certains pouvoirs organisateurs, à celui d'enseignants formés en 2e catégorie, ajoutés à des parents du style "laissons faire" (c-à-d 60% des parents, toutes classes sociales confondues), alors on bâtit en Occident une société de dégénérescence culturelle dont les signes sont déjà très tangibles. Ce terme n'est pas exagéré. Demandez-en la confirmation aux plus expérimentés et plus motivés parmi nos enseignants; demandez également à ceux qui ont la charge de gérer des ressources humaines dans les structures de la société!

Ceux d'entre vous qui auraient pour charge de recruter des candidats en entreprises (ou même d'agents publics) éprouvent de terribles angoisses (une amertume grandissante) face à cette dégradation des formations et l'aptitude de candidats devant des postes à pourvoir, là où les exigences moyennes tendent à s'élever.

Alors, laissez faire, puis se dégrader encore, au travers d'un assouplissement des exigences et simplification à outrance de vos règles, en addition au contenu des programmes et la pédagogie chancellante? Puis voyez les résultats?

Allez donc voir la rigueur des formations correspondantes en Chine, au Japon, en Inde ou en Russie. Revenez-nous modestement avec des constats que la langue (+ le bilinguisme) n'y sont pas plus aisés à enseigner, qu'ils font généralement mieux que nos jeunes en tests PISA (ou autres tests), qu'ils produisent des universitaires à la pelle .....
Enfin osez nous dire les vraies raisons de délocalisations du travail traditionnel. Celles-ci n'ont pas pour seul fondement les "bas salaires"; plus exactement elles combinent COUTS, QUALITE et MOTIVATION.
Là votre "simplification" va à contresens de la formation de bons esprits!
A chacun de méditer sur les réalités et la proportion des adultes dits mal adpatés à un monde de changements profonds.

paul

Et bien non, Lombard, c'est je que je veux dire. La langue française n'est pas celle parlée par l'Académie - il y a longtemps qu'elle leur a échappé, et que tous les francophones se la sont appropriée.

Mais ces érudits ne veulent pas l'admettre, ou si peu. Ils tonnent contre ces modifications que les non érudits apportent (quelle horreur!), mais le fait est qu'ils ne les contrôlent pas plus que le Comité Central d'un quelconque parti ne peut contrôler l'économie d'une nation.

La langue vit en-dehors de leurs avis, et c'est tant mieux.

Comme d'autres commentateurs, je ne veux pas dire qu'il ne faut pas de règles, mais il faut qu'elles soient (au moins un peu) logiques.

Lombard

C'est simple, il est demandé aux érudits de se plier aux règles des ignares qui n'ont pas voulu apprendre. En 69 quand j'ai eu fini mes études, il n'existait pas de calculatrice et nous comptons très bien tous, les fautes de ponctuation faisaient perdre 1/4 de point, ça cogne vite. Que dire des études Latin-Grec si les préfixe du style Hémo deviennent Hemo, Hèmo ou émo, Poly qui devient Poli etc... On leur fout le cul dans le beurre en nous pénalisant et l'on a fait tout un foin avec les anglicismes, au moins on se comprend là ! Le Français c'est la langue usuelle et parlée par l' Académie et non une langue arrangée par quelques wallons.

Pierre-Yves

Moi aussi, plutôt nuancé: je trouve en effet que cela induit un nivellement par le bas et je le regrette.
En même temps, il y a un risque de voir coexister 2 langues françaises (une officielle non pratiquée et une officieuse pratiquée) et cela me dérange.
L'anglais est une langue simple et cela explique son succès (outre le fait que c'est la langue des affaires).
Pourquoi ne pas tenter d'aller dans ce sens? Comme dit Pijean, du moment que ces règles simplifiées soient enseignées/apprises.

Pijean

Comme Paul, je serais aussi nuancé. Ce qui compte c'est qu'il y ait des règles et qu'elles soient enseignées et apprises, simplifiées ou non.

Si j'écris "C'est le mois d'aout" ou bien "... d'août", pour moi c'est kif. Par contre, sortir du niveau scolaire secondaire en écrivant "Ces le moi d'aout", cela devient la preuve d'un laxisme inquiétant (mais pas si rare).

Derridder

Correction avec Firefox au lieu d' Internet Explorer ?
Tout se fait à l'envers chez nous, les élèves ont difficiles en Français, on facilite l'orthographe, difficile en math, on enlève les trucs durs etc...et tout cela par fainéantise. Donc dans 20 ans, si vous savez vous faire comprendre en écrivant et compter jusqu'à cent...vous serez un King.

Alain Destexhe

@apparatchik

C'était un petit test :-)

mais si quelqu'un peut m'expliquer comment on installe un correcteur orthographique sur typepad, j'en serais ravi (je n'ai jamais réussi à le faire et copier/coller dans un doc word ne marche pas).

paul

Pour le coup, je serai plus nuancé.

D'abord parce que je trouve depuis longtemps que la grammaire et l'orthographe française sont inutilement compliquées. Et cette complication, même si elle peut avoir des origines légitimes, contribue à la rendre inaccesible.

Ensuite, je ne vois d'utilité à la concertation avec l'Académie française que si cette dernière accepte de traiter d'égale à égale avec les francophones d'ailleurs. Or, je ne pense pas qu'elle y soit disposée: elle a tendance à considérer que la langue française est "sa" chose, et qu'elle a un monopole sur d'éventuelles modifications.

Et effectivement, la langue évolue constamment, surtout en-dehors des "autorités", qui, dans le meilleur das cas, courent après la réalité, et bien plus souvent, refusent cette réalité, et se replient dans leur toutr d'ivoire.

P'tit prof

Y a-t-il dans ce nouveau traité des références faites aux smiley ou abréviations pour langage GSM?

ça me fait penser aux révisions orthographiques du flamand moderne "c" passant au néerlandais "k" (comme dans kaputt, un rien plus germain). :o)

Bon, ça aura occupé quelques années-homme d'inspecteurs à la C.F.
A la limite, les résultats PISA s'en trouveront améliorés.

Jean-Philippe

Allons-nous finir comme les Québecois dont, pour la plupart, l'orthographe est déplorable. De plus, leur français est largement teinté d'américanisme et de néologisme qui les rendent parfois totalement incompréhensible. Aujord'hui, déjà, le 'Français de Belgique' est en décalage avec la langue Française telle que prônée par l'Académie.

La simplification permet aux populations immigrées un apprentissage plus aisé de la langue. Tout comme pour d'autres langues, il existe ainsi un arabe véhiculaire, un anglais véhiculaire, .... MAIS ces langues ont subit des modifications au fil du temps, pour des raisons historiques. Jamais par décret.

Je suis d'accord avec StéphaneB et manios: On assiste à un démentèlement de la langue française pour des raisons politiques. Ainsi, le gouvernement de la communauté donne l'impression de faire des choses, même si cela ne sert à rien. Georges W. Bush a fait la même chose en envahissant l'Irak. Cela n'a servit qu'à le faire ré-élire.

Avec toutes mes excuses pour les fautes d'orthographe que j'ai oubliée.

l'apparatchik

A propos d'accent :

''Le gouvernement...les nouvelles régles, par exemple.

'règles' ;-)


manios

Ce qu'il y a de plus contestable dans cette réforme, c'est que la Communauté française en ait pris l'initiative et veuille l'imposer à "ses" francophones : une concertation préalable avec (notamment) l'Académie française n'aurait-elle pas été plus logique ? Avec ce nouveau système, voilà quee l'on va écrire différemment selon que l'on se trouve d'un côté ou de l'autre de Quiévrain (alors que la plupart des livres que nous lisons sont édités à Paris !). Aberrant...

StephaneB

Le vrai visage du socialisme : détruire méthodiquement tout ce qui permet à l'individu d'exister.

On remarquera que ces soi-disant nouvelles règles appauvrissent la langue en coupant la forme des mots de leur histoire (accents) et en coupant la grammaire de la signification du langage (accords de participes passés).

Le seul "avantage" possible est de permettre d'égaliser le médiocre et le qualitatif. Nous sommes décidément bien en route pour la servitude.

Vinçent

Rassurez-nous, nous ne sommes pas obligé de répondre à cette 'invitation'??

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan