Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Séminaire avec la Banque mondiale et le FMI à Paris | Accueil | Marcourt et l'économie sociale : sans commentaire »

24 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Dante

@Alex
Ensuite (càd au sujet de la dernière phrase: C'est malheureusement ce que semblent penser pas mal de fonctionnaires du fisc...

), je ne peux prendre position. Pour moi le fisc, c'est la fiche 281 et puis c'est tout.
Ca suit son cours normalement.
Je veux dire qu'il n'y a pas à discuter une 281, donc mon contact avec le fisc est neutre d'un point de vue "émotionnel" (sauf qd je rencontre mon ami et voisin Bossuroy que je trouve très sympa).


alex

"la remarque n'est pas idiote non plus. Jusqu'à la dernière phrase."

Comprends pas?

Dante

@Alex
la remarque n'est pas idiote non plus. Jusqu'à la dernière phrase.

Ensuite, je ne peux prendre position. Pour moi le fisc, c'est la fiche 281 et puis c'est tout.
Ca suit son cours normalement.

Christian Bossuroy

Pas tous, Alex. Pas moi, en tous cas ..;-)

alex

"les 5 employés fictifs sont restés."

Voilà: ça, par exemple, ce n'est pas de l'ingénérie fiscale , c'est un procédé illégal. Et c'est tout.
Faut pas tout confondre. Et l'ingénérie fiscale n'est pas par essence immorale. Ou alors, après tout, la moralité absolue selon ce critère, ne serait-ce pas de garder juste ce qu'il faut pour payer sa maison, de la bouffe, et donner le reste à l'état? C'est malheureusement ce que semblent penser pas mal de fonctionnaires du fisc...

Dante

@Alex
non non c'est vraiment l'impression que j'ai chez certains, dont le maître de cérémonie, le sénateur.
A propos de l'ingénerie, vous avez raison d'insister sur la légalité car l'exemple choisi relevait de la légalité la plus totale. Mais pour moi il y a un aspect moral également ou de solidarité si vous préférez.
Lorsqu'après avoir mis la "vraie société" au bord dsu gouffre il en a licencié 15/100 du personnel, puis 15 autres, les 5 employés fictifs sont restés.
C'est moralement inacceptable. C'est même totalement méprisant.
Ceci dit, je n'en fais pas une généralité,surtout dans les PME. c'était un pauvre type tout simplement. Ses parents géraient la boite en toute honnêteté.
Mais dans la même veine, les deux holdings de Frère paient très d'impôts.
Donc, l'ingégnerie financière est bien trop laxiste à mon avis.

wallagonie

@Pierre-Yves :
"Les grèves sont moins nombreuses en Wallonie".
C'est exact, en valeur absolue.
Si vous reportez cette donnée en tenant compte du taux d'emploi, ce n'est plus exact du tout.
Bien évidemment, cette subtilité échappe généralement à la RTBF.
Bon sang, mais comment cela se fait-il ?
Le jour où la RTBF et les politiques se montreront un peu plus objectifs, j'espère que j'aurai les moyens pour percevoir les choses de manière plus joyeuse.

Dante

@Leila
Tout d'abord, il est parfaitement possible de créer un syndicat autonome.
Voyez le SIC et le SACT de la SNCB.
Qu'ils existent est une chose. Qu'ils soient reconnus comme interlocuteurs valables en est une autre.
Un gouvernement pourrait parfaitement décider de les traiter comme tels.
Les syndicats n'ont pas bonne presse, contrairement à ce que vous semblez croire et le Belgique ne se soulèvera pas pour la défense des syndicats "politiques".
c'est donc un choix politique et admis tacitement par les trois familles.
Ceci dit,, rien n'empêche de mener les combats devant la justice, ce que le SACT fait depuis des années. Avec un certain succès.

Pierre-Yves

Alex, mea culpa maxima culpa, c'est Walla qui m'interpellait...
Pour la question du droit de grève contre le droit au travail, j'ai entendu que ce n'était pas tranché, inutile de vous prendre pour un législateur que vous n'êtes pas, Cher Walla...
Enfin, pour les allocations "à vie" faut vous renseigner: via l'activation, une suspension peut se produire...
Vous retardez ma parole :o)

Pierre-Yves

Alex,
J'ignore si le taux de syndicalisation est supérieur en Wallonie qu'en Flandre, par contre, je sais que les grèves sont moins nombreuses au sud... Quand vous en aurez terminé de noircir la Wallonie comme Didier, ce sera bien...

alex

Dante, je lis ceci :
« les bons: les entrepreneurs, les indépendants, les financiers, les méchants: les syndicalistes et les poids morts: les travailleurs usés et les fonctionnaires. Les chômeurs sont hors catégorie, ils ne méritent que l'étoile comme disait baum l'autre jour ou mieux directement le gazage. »

Ce genre de raccourci est malheureusement le seul argument de certains, et franchement, votre phrase me fait gerber. (Comme l’affirmation de Baum, également, habitude, car sous ses apparences pseudo-scientifiques, son verbiage est assez bêbête).

Elle me fait gerber pour deux raisons. Le première, c’est qu’elle est par essence assez dégueulasse, vous en conviendrez avec le recul. La seconde, c’est qu’elle participe d’un pourrissement du débat qui ne vaut pas mieux que dire « tous les chômeurs sont des fraudeurs ». Franchement, vous êtes un type intelligent, vous valez mieux que ça.

Pour le reste, oui, il y a un problème avec le système actuel, et non, l’angélisme qui consiste à considérer tous les chômeurs comme des « accidentés » est aussi bête. Celui qui a un bon salaire et un accro et qui se retrouve avec une dringuelle de 1000 € / mois, à vie, certes, n’est pas encouragé à rester au chômage D’autres s’y retrouvent financièrement (voir les pièges à l’emploi). C’est tout ce qui est dit ici, il n’est pas question d’exterminer les chômeurs. De même, avec le taux de fonctionnarisation de ce pays, il est déplorable d’avoir un service public si peu performant. Même si les call centers des entreprises privées ne sont pas meilleurs, on est d’accord. Mais là, si je ne suis pas content, je peux changer de fournisseur.

Christian, je ne suis pas d’accord avec la question de la récupération de l’impôt. Tous les pays du monde ont des indépendants, et aucun de ces pays n’arrive à un taux de récupération et de contrôle aussi bas que la Belgique (sauf la Grèce). Je l’ai déjà dit, le droit fiscal US est d’une complexité rare, il ne connaît pas le prélèvement à la source, le nombre d’indépendants est supérieur, mais le taux de contrôle et de récupération est nettement supérieur. Présenter les indépendants comme des gens surprotégés est une hérésie : celui qui se tape un contrôle peut s’accrocher, les voies de recours légales (en première instance auprès du fisc lui-même, quelle blague), la suppression de certains mécanismes (comme la charte du contribuable) ont rendu la défense nettement plus difficile. Alors une initiative ou l’autre de Laruelle pour défendre les indépendants contre le fisc qui, il faut le reconnaître, au niveau des contrôles ISOC et IPP a parfois une légère tendance à motiver plus pour des raisons doctrinaires que légales ne me semble pas être tout à fait inutile.

Enfin, il ne faut pas caricaturer la question de l’ingénierie fiscale. Il s’agit de mettre en place des moyens légaux permettant de choisir la voie la moins imposée. Celle-ci est testée par les tribunaux le cas échéant. C’est un droit, il est légal de choisir ce que la cour de cassation appelle la « voie la moins imposée », et il faut noter que depuis que ce principe a été édicté en 1961, la cour en a elle-même sérieusement restreint l’application. Il ne faut pas oublier que contester l’impôt est un droit fondamental du citoyen, une de ses libertés les plus anciennes, née dès le moyen âge dans la Magna Carta et dans les libertés communales, et reprise comme telle dans les principes révolutionnaires fondant les états démocratiques actuels. C’est aussi une forme d’angélisme de considérer que par essence, ce que dit le fisc est juste et bon, et cela ne correspond pas au droit d’un état démocratique.

Maintenant, que le fisc soit mal organisé, qu’il n’ait pas de moyens (j’ai été frappé de constater, quand je me trouvais dans le bureau du fou furieux qui avait décidé que j’étais un fraudeur lors d’un contrôle fiscal, qu’il n’avait pas d’ordinateur, ni lui, ni ses collègues, ni son patron. C’est assez dingue.), ce sont des questions différentes.

Dante

@cervantes
1)
demandez à destexhe de m'exclure
ou
2) passez mes commentaires,
je signe toujours honnêtement de mon nom
3) je gère mon temps privé comme je le souhaite
4) ma gestion du temps professionnel ne vous regarde pas comme je l'ai déjà indiqué, vous ne connaissez même pas mon horaire.
5) oubliez-moi, n'hésitez pas...cela perturbe bien trop de monde que l'on interroge leurs certitudes simplistes.

Une certitude cependant:
la fraude n'est pas le fait des fonctionnaires ou salariés. Il y a la fiche 281.
On sait très bien que la fraude est ailleurs. Chez les indépendants ou le travail au noir. Je n'ai JAMAIS vu un corps de métier terminer son travail sans me demander si j'avais "besoin" d'une facture. Faites pas rigoler. maintenant on en revient au problème du coût du travail.
et maintenant...au travail... (9 heures seulement dont 1 gratos pour le patron...) -)

Lombard

@Wallagonie: Je n'ai pas attendu Aernoudt pour parler de cela, je le dis dans tous les forums depuis plus de 10 ans et personne ne connaissait Rudy ! Juste un mot concernant la taxe sur le carburant que le PS veut diminuer : La TVA sur le mazout et le gaz de chauffage est passée de 6 à 17 % en 1981 sous le gouvernement de Mark EYSKENS qui regroupait les PSC-CVP et PS-SP . Elle a été portée à 21 % en 1988 sous MARTENS VIII de la même alliance PSC-CVP et PS-SP. Comme je le dis AUSSI, le PS ( GURU ELIO ) nous prend tous pour des Alzheimer ?

Cervantes

@ Christian Bossuroy :
je ne sais si vous avez tenté un jour de vous lancer en tant qu'indépendant. Mais avant de proférer votre {et aux indépendants dont le patrimoine est déclaré insaisissable}, je vous suggère de tenter l'expérience, de persister 3-4 ans dans les contraintes professionnelles et privées qu'entraîne ce choix. Après nous ferons un petit bilan?

NB: je fus indépendant, mon jeune fils l'est, courageusement: 6 1/2 j/sem, 10 à 12h/j.
Bref, les 35 h/sem version dé-syndicalisée?
Je ne vous décris pas comment le fisc se sucre sur ses heures de labeur, vous le savez très certainement.

@ Dante de toutes les heures de bureau et/ou de soirée:
à lire vos incessantes questions vers d'autres, vous finirez par détourner pas mal de gens de leur travail réel. Tout ça en bloqgant à charge du patron?

leila chahid

@Dante

Ridicule votre commentaire sur la responsabilité partagée; si l'Etat agit comme cela, c'est parec qu'il a peur et est infiltré par les syndicats. Croyez vous une seconde que le gouvernement peut décider d'accorder la représentativité à un nouveau syndicats ? Beaucoup ont essayé à l'armée, aux finances : en vain.

Christian Bossuroy

@ Dante,

Je n'ai pas de chiffres. Mais je bosse dans les "impôts indirects", le dada de mes ministres bien aimés (car si Didier les aime, Michel D. ne les renie pas). Donc tout va bien pour "mes" rentrées ;-))
Pour les impôts directs, pas de problème non plus pour collecter ceux des salariés et des..fonctionnaires: via le système du précompte, ces impôts tombent tous seuls.
Le problème est quand il faut "courir" après les autres impôts avec des citoyens ordinaires en médiation de dettes (mercio Elio D.) et aux indépendants dont le patrimoine est déclaré insaisissable (merci Sabina Laruelle).

Et finalement comme aux bons vieux temps paternalites, chacun "ses" pauvres ;-)

Dante

@Alex
aucun problème pour tout ça. Il n'y a aucune raison pour les laisser agir dans l'illégalité si c'est le cas.
ce qui me choque chez certains dont mon cher Alain, ce sont deux choses:
une hiérarchie de fonctions dans la société, les bons: les entrepreneurs, les indépendants, les financiers, les méchants: les syndicalistes et les poids morts: les travailleurs usés et les fonctionnaires. Les chômeurs sont hors catégorie, ils ne méritent que l'étoile comme disait baum l'autre jour ou mieux directement le gazage.
j'aimerais savoir ce qu'est un travailleur idéal?
Dans les filatures de Manchester, on bossait 12 heures, sauf le jour du seigneur bien entendu et 2 jours de congé / an.
Si on décide de remettre les acquis à plat, ce qui ne me pose aucun problème, on peut parfaitement envisager de retourner à cet extrême. Donc ma question, où situe-t-on l'idéal entre "ça" et aujourd'hui?
Ensuite, je serai d'autant plus enclin à remettre à plat mes acquis si d'autres remettent les leurs? or, le monde des privilégiés (les vrais, le 1% qui détient 25% aux USA par ex) ne remet pas forcément ses privilèges sur le tapis facilement. Manque de solidarité.
De plus, vous payez pour les fonctionnaires. OK?
Mais vous payez aussi pour:
- l'absence de revenus due à l'évasion fiscale
- le non-paiement des impôts de firmes qui font pourtant des bénéfices colossaux mais peuvent investir dans une ingénierie fiscale laxiste (GM, qui est sacrément dans la merde, n'a pas payé un rond d'impôts pendant des années de vaches grasses. Et maintenant il faut leur venir en aide. La PME dans laquelle j'ai travaillé précédemment a mis en déficit sa filiale wallonne pour avoir des prêts une année, la filiale flamande l'année suivante pour avoir des prêts de la région flamande. Pendant ce temps 1/3 de la machandise transitait par une société bidon dont le siège était son domicile, l'administrateur général étant son beau-père. Sa femme était inscrite comme secrétaire et la belle-mère comme femme d'ouvrage! Elle ajoutait 15% au prix d'achat et revendait à la vraie et seule boite. )
- des aides à l'investissement, l'embauche, de firmes qui se cassetn de toute façon quand les aides cessent etc...
- la mauvaise collecte des impôts (Bossuroy a-t-il des chiffres?)
.
Le chantier de la bonne gouvernance va dans toutes les directions.
Et le chantier de la responsabilité des acteurs ne concerne pas que les syndicalistes.
Et un politicien doit pouvoir rassembler, càd mettre le doigt sur toute dérive nuisible à l'équilibre d'un pays.
Lorsque je lis un titre pareil qui renvoie la responsabilité aux seuls syndicats, je ne peux pas me reconnaître dans Destexhe politicien (Destexhe l'ami, c'est autre chose of course).
Et quand j'entends que nous sommes usés (quand je vois les heures données gratos spontanément par presque tous dans ma boite...) je trouve qu'il y a un certain manque de nuance.

MAIS BON, LE SUJET C'EST LES SYNDICATS ET JE M'Y TIENDRAI.
Après tout, il faut lui reconnaître l'honnêteté de ne rien censurer et de choisir des sujets où je peux casser du sucre sur pas mal de choses aussi, lui notamment, mais qui aime bien châtie bien n'est ce pas sénateur -)

wallagonie

@Lombard,
Ne plus laisser la possibilité aux syndicats de verser les allocations de chômage est une proposition de RUDY AERNOUDT.

wallagonie

Quelques questions pour qui veut m'éclairer (Pierre-Yves ?) :
1. La Belgique a un taux de syndicalisation parmi les plus élevés de la planète. Or la Wallonie a un taux de syndicalisation plus élevé que la Flandre. Peux-t-on affirmer que la Wallonie est leader dans ce domaine ?
2. Existent-ils d'autres pays où "le droit" de bloquer ceux qui veulent travailler l'emporte ?
3. Le droit aux allocations de chômage, à vie, existe-t-il ailleurs qu'ici ?

Fred

Il faut laisser aux syndicats la mission de "canaliser" le mécontentement. Si il n'y avait pas de syndicats peut-être serait-ce la révolution. Idem pour les CPAS et les Eglises .....

Thibault

Patrons et syndicats arrivent parfois à très bien s'entendre...lorsqu'une organisation patronale dispose d'une caisse noire grassement pour arroser les syndicats (cela a été le cas en France) afin qui'ls la mettent en veilleuse...

Lombard

Oubli...Sorry. Pourquoi ne pas OBLIGER le chômeur a percevoir ses indemnités à la CAPAC, et du même coup, ceux-ci peuvent annuler leurs versements de cotisations syndicales CAR les jours de grèves ? du chômeur ne sont pas payé ( c'est l' Etat ) par le Syndicat ET les Syndicats essaieront de garder l'emploi au lieu de le saboter avec leurs oukases parfois intempestifs. Quand à la crise dont j'ai parlé, SEULS, sont en crise les boursicoteurs qui ont joué au lieu de prendre un livret d'épargne. J'ai été ce samedi voir de la famille à Durbuy, les restaurants et hôtels étaient complets pour le week-end. Pas beau la Vie ?

Lombard

Voici la somme reçue pour la GESTION des paiements des allocations de chômage des syndicats et dela Capac en 2007. La CAPAC a obtenu 24 millions d'euros, tandis que les syndicats se sont partagés 138 millions d'euros. La CSC a reçu la plus grosse part, avec 67 millions d'euros (41% ), suivie par la FGTB (59 millions d'euros, ou 36%) et la CGSLB (12 millions d'euros, ou 7%). JEU: Calculez la somme gagnée sur le compte du chômeur/mois par les Syndicats au Dollar près !

alex

"Une importante question est de savoir si il ne serait pas préférable d'accorder d'office à tout un chacun un revenu de base ce qui supprimerait toutes les administrations parfois pléthoriques et souvent coûteuse."

L'allocation universelle, puisque c'est à cela que tu penses, est déjà une réalité pour pas mal de gens: ceux qui vivent le chômage, ou qui ont de petits boulots (qui leur rapporte moins que le chômage). N'y "échappent" que les indépendants.

"l'octroi de la prime chauffage coûte plus ( frais administratifs, personnels dans les cpas, ...) que ce que le système verse aux bénéficiaires."

Le vrai scandale de la prime mazout est qu'elle est octroyée jusqu'à 22000 € de revenu annuel, et qu'à ce tarif, on est déjà volé à l'IPP de 40 % depuis 10000 € et 45% depuis 17000 €. En France, on n'est imposé sur le revenu à hauteur de 40% qu'à partir de ... 70000 € annuels. En allemagne, 45 % à partir de 100000 € annuels, etc. Voilà de vrais états sociaux, et pas des états voleurs.

Fred

@alex. Je suis d'accord avec vous : les syndicats c'est une grande administration qui gère notamment le chomage. Ce sont des montants très importants versés par l'Etat à ces organisations pour les resdistribuer et faire du clientélisme ( syndicat libéral y compris).
Pendant ce temps, la CAPAC offre un meilleur service avec un contrôle de l'Etat et une plus grande rectitude dans les décisions.
Une importante question est de savoir si il ne serait pas préférable d'accorder d'office à tout un chacun un revenu de base ce qui supprimerait toutes les administrations parfois pléthoriques et souvent coûteuse. Mais par le même fait ce serait des milliers d'emplois qui passeraient à la trappe.
Pour illustrer ceci,l'octroi de la prime chauffage coûte plus ( frais administratifs, personnels dans les cpas, ...) que ce que le système verse aux bénéficiaires.

D'autres exemples sont légions : la mulitude de primes, d'aides à l'emploi, d'avantages fiscaux de toute sorte....

Ainsi la boucle est bouclée et on touche du brut et on finance chacun tous les services. C'est celà votre solution ?
Il y a de Lidé la dedans!



alex

Dante, faut tout de même reconnaître qu'il y a un gros business syndical, et donc des problèmes, non? Le payement des allocs de chômage, les adhérents fictifs, les pots de vins "sociaux" afin d'aider les compromis, l'absence de comptabilité, les permanents syndicaux avec 6000 € net et l'A8 de fonction, l'argent détourné, les abus de biens sociaux (si l'on peut dire...) Ok pour les syndicat, ok pour un contre pouvoir, mais il faut l'organiser en tenant compte de la réalité actuelle (et pas uniquement de l'histoire), et la soumettre à des contrôles actuels. Même si ça fait mal au Q de certains qui vivent plutôt grassement du business syndical.

Dante

@CQFD
ma demande sur le mouton idéal pour le capitalisme, elle s'adresse à vous.
Quand je lis:
deux forces du travail: celle d'ici (gavées, mais en perte de vitesse)
cela me rend malade.
Et c'est parfois très difficiile de rester respectueux.
.
Toujours est-il que quand je lis les sujets de mon ami Destexhe et les réactions haineuses à l'égard de certaines catégories de certains, cela ne me donne vraiment pas envie de voter pour lui (ami ou pas) et pour les libéraux en général.

Dante

et dernière chose: le sujet de Destexhe relève de la plus pure propagande castriste dans ses non-dits:
Je lis:
Or, le ministre de l'Emploi décide de manière discrétionnaire et souveraine qui siège au CNT,
L'OIT a déjà dans le passé critiqué le système d'avantages accordés en Belgique à certains syndicats et pas à d'autres
.
Ces deux phrases indiquent une complicité condamnable entre l'Etat et les syndicats. Pas un diktat des syndicats.
.
Or le sujet de Destexhe fait clairement porter le chapeau aux syndicats.
.
Pas très honnête.

Ambiorix

Il n'y a pas que les syndicats qui illustrent notre système partitocratique mais également les mutuelles ( socialiste,chrétienne ,libérale ).Cette situation est d'ailleurs unique dans le monde occidental .Et que dire de l'enseignement dominé par la "gôche" y compris dans les écoles catholiques .

Dante

mais avant de polemiquer inutilement, de quelle société rêvez-vous? Quel est pour vous le mouton idéal qui servira le mieux le capitalisme?
Puisqu'il faut réformer, faite-moi un catalogue des mesures à prendre (limitons-nous au travail)

Dante

@Lombard
si c'est la crise pourquoi carrefour veut-il ouvrir le we?
S'il n'y a pas d'argent, on n'achètera pas plus le we qu'en semaine?
Faudrait peut-être dir aussi à la direction que c'est la crise...

Lombard

Une des revendications concernant la saga Carrefour que nous avons connu est le paiement à 175 % au lieu de 200 % les jours de week-end ! Faudrait peut-être leur dire que c'est la crise...eux ne savent pas, ce sont des extras financiers en cas de grève.

Jean-Philippe

@CQFD,

Yes I know what is the OIT. Ce que je voulais souligner par mon propos, c'est que le patronnat est en grande partie responsable de la force actuelle des syndicats. Que ceux-ci gangrène la vie sociale (et en Wallonnie, on peut dire qu'ils bloquent toute vie économique) est une réalité qu'on ne peut que constater.

Ferdinand

Les syndicats officiels belges défendent très bien les fonctionnaires, cela au dépend des salariés du secteur privé qui financent par les impots sur le travail les avantages extravagants accordés à force de grèviculture à cette caste de privilégiés.

Les syndicats (y compris le syndicat libéral auquel je suis affilié) défendent un projet de société de type socialiste avec une fonction publique pléthorique , bien rémunérée avec des pensions et des congés doubles par rapport au privé mais pour ça, il faut des gens qui triment derrière pour le financer.

Vincent

Cet article ne fait que confirmer le propos de votre livre sur la Particratie...

Les 3 syndicats dont on parle ici sont bien entendus parallèles aux 3 grdes formations traditionelles: PS, PSC et PRL.

Partage totale de l' administration mais aussi des tâches 'offertes' aux syndicats (chômage, mutuelles, etc...)

Moins transparent que ça tu meures...

Au moins en URSS, c' était claire, le PC dirigeait tout, pas de question à se poser.
En Belgique tout est larvé...
Ca va très très loin en fait. Le système est complètement bloqué à tous les échelons possibles car tout dépéndant de ces 3 formations et de ces 3 syndicats...

CQFD

=> à Jean-Phil, on n'est pourtant pas né de la dernière pluie..

On parle ici de l'OIT [ The UN specialized agency which seeks the promotion of social justice and internationally recognized human and labour rights.]
Comme on pourrait aussi parler du BIT à Genève, deux organes à ne pas confondre avec une super-FEB du niveau U.E.!

L'OIT mondiale se bat sur un terrain fangeux contre les organes syndicaux de niveau supra.
1) la CES (européenne) + les syndicats US
2) la CIS (mondialisée; amie intime d'altermondialistes)
Gouvernance mondiale contre autre gouvernance mondiale; le dialogues des borgnes et des aveugles!
Thème préféré: la délocalisation et l'aspiration au développement de deux forces du travail: celle d'ici (gavées, mais en perte de vitesse) contre celle de là-bas (encore en voie de décollage).

Illustration fort proche des paradoxes à résoudre? Je croisais ce WE un viel ami français.
Là-bas, le président Sarkozy a appelé à une réforme de la représentation syndicale. Car depuis des lustres, seuls CINQ organisations militantes (assez comparables à du para-militaires) ont "droit légal" à faire et défaire les voix du travail. Les CGT, CFDT, FO,... ce grand orchestre symphonique à 5 chefs.
Que penser de l'attitude "anti-réformes" et des incessantes batailles de rue, chacune coordonnée pas ces CINQ forces de la résistance à tout changement, y compris étudiantes?

Oui, l'OIT a un devoir légitime à s'interroger et tenter de faire respecter une valeur: la libre représentation, comme on prône la libre concurrence pour le bénéfice du "consommateur" final.

Jean-Philippe

Facile à dire, mais n'est-ce pas les patrons qui font la force des syndicats ?

Souvent les patrons ne voient que le profit immédiat, tactique, sans stratégie. De ce fait, leurs considérations humaines sont nulles. En conséquences, ils se retrouvent confronté aux syndicats dans des conflits improductifs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan