Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Obama, un libéral ... | Accueil | Avant les résultats, les comptes »

04 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le renouveau en Belgique?

Belle analyse de la fiscalité par Alex,le problème ,c'est que l'entièreté des Belges sont d'accord pour dire que l'on taxe trop et SURTOUT trop vite les revenus du travail.Alors pourquoi personne ne fait rien?Pas de pouvoir d'achat c'est;pas de consommations,pas de crédits,baisse de la qualité des soins,baisse du niveau de l'éducation(déjà pas très haut....),augmentation des vols ,de la violence,....La comparaison avec la fiscalité de la France que quelqu'un a fait plus haut est juste aussi très juste.

ludus pro patria

>Alex : très instructif vraiment votre explication et surtout très surprenant car finalement votre conclusion n'est pas très différente de ce que beaucoup de vilains gauchistes pensent (ce n'est pas tellement le coût de l'Etat qui est scandaleux mais surtout le mauvais usage qu'il fait des moyens dont il dispose)

Stephan Pire

Avec notre taux d'imposition, on arrive a subventionner 50% de la population en administration, chomage et autres parties politisees des Belgacom, Electrabel, etc.

Ca, aux US, ils ne peuvent qu'en REVER

Lionel

"PS : Petit raté du scénario : dans un bon film américain, la grand mère d'Obama serait morte un jour plus tard dans les bras de son nouveau président chéri. C'est pas à Bruce Willis que ce serait arrivé. "

Après Sarkozy "L'homme qui rit dans le cimetière" on a Alain Destexhe "L'homme qui rit de la mort des grands-mères".

L'humour se bonifie à droite.

poil-à-gratter

On est parti pour un long match de ping-pong, avec échanges croisés d'idéologie et parti-pris, d'irrationnels variés, de + et de - finalement invérifiables.

Au total l'esbroufe obamienne ne saura se concrétiser qu'à la condition de réintroduire le concept de DEFICIT SPENDING expérimenté avec horreur dans les années '60s.
Bon, s'il y a une majorité de connards pour gober la chose, bien leur en fasse.
Sinon ,comme d'hab, ceux qui 'bénéficieront' ne feront aucun effort personnel pour redresser la balance déficitaire!
Dire qu'on accuse l'administration Bush d'être à l'origine de déficits-gaspi!

Fred

Cette comparaison des taux d'impostions et la majorité des commentaires sont évidents.

La seule question que je me pose : que veut démontrer le Sénateur ?

olivier baum

Alex,

Sur votre dernière intervention, je partage votre analyse, mais je la modère dans le sens ou la seule efficacité ne résoudra pas tout malheureusement.

Notez que je ne suis intervenu jusqu'ici sur le tableau comparatif contenu dans le sujet de ce forum (taux à taux).

Faut-il encore comparer l'Etat Belgique avec un etat us similaire (industries, potentiels, population)

Je ne disais rien de plus rien de moins.

olivier baum

alex :

On peut comparer un niveau de prélèvement avec un PIB et juger des écarts en termes de qualité et de services publics par exemple

Une comparaison simplement chiffrée taux à taux est inepte

C'est la seule chose que je voulais dire

Tout aussi inepte que la démarche du PS s'attribuant la supposée ligne politique commune et gauchiste du camarade Obama.

Le système US et la mentalité est fondamentalement différents à la notre, culturellement, politiquement et socialement. Les attentes sont et les besoins sont différents aussi, et les disparités US du nord au sud et de l'Ouest à l'est sont identiques à celles de la grande europe.

C'est ca le non-sens que je dénonce, il y a autant de point commun entre la Belgique et les USA qu'entre le cul d'un éléphant et d'une babouin.

;-)

allez, je vous laisse, à plus tard et au plaisir de vous lire


alex

Bon, il est difficile de résumer cela en 10 lignes mais essayons: Baum, vous mélangez encore une fois recette et dépense. Si l’état américain soustrayait ne fut-ce qu’un % de son budget de défense pour l’affecter à la santé, il pourrait offrir une couverture santé 100% à tous ses citoyens pendant 50 ans. C’est p-e 2 ou 3 %, je ne sais plus, c’est un ancien nobel dont le nom m’échappe qui a fait le calcul dans un brûlot paru il y a qq mois.

Ce qu’il faut considérer, et là quand j’ai vu la comparaison hasardeuse entre les taux d’imposition je me suis dit « ouille ouille, terrain glissant », c’est que l’état américain est un état qui taxe de manière élevée (globalement, en ce compris les états) par rapport au niveau de services qu’il rend à ses citoyens. Le niveau de service, encore une fois, c’est la dépense (et non la recette). Mais je pense qu’il serait beaucoup plus parlant, aux yeux d’européens, de comparer ce qui se fait en France ou en Australie en matière de taxation à l’IPP ou à l’ISOC, qu’au niveau US, puisque l’on va immanquablement mettre en perspective recette et dépense.

Cela dit, il ne me semble pas totalement incongru de comparer et de s’inspirer d’autres modes de taxation (y compris US), si ceux-ci sont efficaces, afin de comparer comment arriver à tel ou tel niveau de recette. Sachant que chaque état (= pays) fera le choix, politique, des dépenses auxquelles il affecte ses recettes, c’est l’exemple du niveau de service dans l’état de NY donné plus haut (qui vaut ce qu’il vaut, je me méfie des sites ou l’on calcule de manière abstraite des taux de taxation alors que n’importe quel citoyen avec un certain niveau de revenu se fera aider par un comptable…). Les américains ont une couverture soins de santé défaillante, à nos yeux, mais une super-armée. Mais des tas d’américains considèrent que la défense est plus importante que l’octroi d’une couverture. C’est comme ça, c’est un choix politique, c’est l’affectation des dépenses encore une fois.
Beaucoup plus intéressants étaient les chiffres d’une étude de l’UGent (de mémoire) parus dans un Trends il y a quelques mois.
On mettait en comparaison, cette fois, niveau de taxation globale (travail et capital) et dépenses publiques (au sens large : éducation, soins de santé, pension) que les états offraient :

En Hollande, pression fiscale de 10.2, 7500 € de prestations par habitant.
En France, pression fiscale de 10.5, 7400 € de prestations par habitant. Similaire en Allemagne.
En Belgique, avec une pression fiscale à l’indice 15.6, l’état investit 7200 €/habitant de prestations par habitant.

Ce que ces chiffres révèlent, c’est l’inefficacité, le gaspillage, les fonds perdus que représente l’état à la belge. En Belgique, forte ponction fiscale signifie d’abord gaspillage public, avant de signifier bénéfices sociaux.

hippolyte

@baum olivier
Effectivement, les Américains ont le sentiment, en moyenne, d'être bien pris en charge même si le système est en lui-même peu performant.
pour le reste, je suis étonné par votre conclusion : "en termes absolus ils dépensent plus, le système est moins équitablement réparti mais bon... et après ?".
Si vous ajoutez la performance médiocre ça donne un système cher, inéquitable, inefficace mais bien perçu par la population.
Alors après ? Et bien pour moi ce n'est pas un bon système et donc pas un exemple à suivre surtout que si on le suivait, j'imagine que tous le sparamètres baisseraient sans que pour autant la réactivité n'augmente réellement...

alex

"Donc a quoi bon comparer deux taux nominaux d'impots (federal Us & Belge) alors que les bases comparatives n'ont rien à voir l'une avec l'autre ?"

Vous avez raison, mieux vaut comparer des trucs totalement identiques. Ca a plus de sens.

Pierre-Yves

En effet Alex, j'ai été étonné d'apprendre cette taxation du capital qui n'existe pas chez nous...
Je pense que c'est certainement une option défendable...

olivier baum

et j'allais oublier le temps de travail et les congés

(10 jours par an en moyenne pour des cadres et non payés)

baum olivier

J'ai fait le meme calcul via taxcalc pour un revenu de 55000 $ exprimé en € pour un célibataire, il lui resterait après prélèvements fiscaux et onss 31000 euros

Maintenant si il faut comparer, cet écart de 4000 euros est t'il oui ou non justifié par des services ?

éducation, soin, transports en communs, poste, taxe sur les produits de consommation, prix du logement, droit aux allocations, niveau de retraite, impots sur héritage, etc...

Perso j'en sais rien, mais je doute.


baum olivier

Alex :

ca y est ! un point d'accord

Lisez moins vite, vous me l'aviez conseillé il n'y a pas longtemps ;-)

bien à vous

baum olivier

Abbattements fiscaux :

USA : un célibataire.

abbattement de base 2450 $
abattement professionnel : 6250 $

Un célibataire de N.Y. gagnant 55000 $
entre les impôts locaux, de l'Etat de New York, Fédéraux, et les contributions salariales au système social, ce sont environ 40% qui disparaissent, ceci pour un salaire de cadre moyen-supérieur

il aura un peu près 35000 $ net

avec son net, les taxes et TVA sur les biens de consommation sont différents et plius faibles que les notres

Donc a quoi bon comparer deux taux nominaux d'impots (federal Us & Belge) alors que les bases comparatives n'ont rien à voir l'une avec l'autre ?

Maintenant si je me gourre, expliquez moi...

alex

Le propos baum est ambigu et imprécis, comme souvent (mais bon, vendre des GSM, ça plane à des strates des comptes de patissiers, non?): dans l'absolu, cela signifie que puisque l'état A est différent de l'état B, on ne peut absolument pas les comparer. Il faut continuer à vivre en entretenant un état trop cher qui ponctionne des louches à tout le monde - enfin, non, à certaines catégories, on n'est pas fou tout de même - et surtout, on ne regarde pas ce qui se fait ailleurs. C'est différent, ma bonne dame!

Quant à votre second point, que j'ai (je le reconnais de bonne grâce) peut-être lu trop vite, s'il signifie que l'on peut faire des économies sur la structure de l'état (et non sur les services), alors on est d'accord.

baum olivier

Et n'oubliez pas le niveau d'endettement et son augmentation

un paramètre non négligeable dans ces puissants calculs !

baum olivier

Et d'autres part en affirmant que la comparaison entre les IR fédéraux avec les notres est caduque, vous en faites la démonstration (charges locales différentes, tva différente, etc)

A quoi bon comparer des pommes et des poires ?

D'autant que le dénominateur est le PIB (soit l'entité dans son ensemble)

Je ne pige vraiment pas le but, mais éclairez mon ignorance

baum olivier

Heuu alex, je ne suis pas patissier, mais explique moi comment baisser les prélèvements sans diminuer les dépenses structurellement ? (entre autres mesures)

Je suis impatient de connaitre votre recette

alex

"on ne peut réduire les prélèvements sans diminuer les dépenses publiques, ou alors on ne procède qu'à un basculement des prélèvements vers les uns au profit des autres."

Tarte à la crème habituelle de la bienpensance. Comme si les dépenses de l'état étaient par essence incompressibles, mais qui ne sert qu'à justifier des taux d'impositions délirants pour une efficacité publique de plus en plus défaillante. C'est en effet pourtant simple...

alex

Je ne connais pas le niveau de prélèvement par rapport au PIB. Je suppose que les 18% correspondent en effet au niveau fédéral seul ; il faut bien comprendre que l’état fédéral US a un pouvoir de taxation sur tous les citoyens, mais n’a pas de pouvoir sur les états, qui restent libre de taxer comme bon leur semble sur la consommation (« TVA » par état), mutations immobilières, imposition directe (lourde en CA ou au MN, faible dans les grands états des plaines). Le pouvoir des états par contre s’arrête à la frontière : ils ne peuvent taxer les imports par exemple. Mais ils peuvent taxer les sociétés qui ont des activités dans plusieurs états, en plus du taux de taxation fédéral qui est nominalement énorme, 39,99%. C’est la raison du nombre de sociétés implantées au Delaware (y compris les activités US de Delhaize…), puisque c’est un des seuls états ne taxant pas (et dans lequel les sociétés peuvent être constituées avec un apport minimal). Bref : il y a quasiment autant de système fiscaux qu’il n’y a d’état.

Cela dit, il est tout à fait inexact de dire que la comparaison est caduque : dans la mesure ou l’on parle d’états fédéraux, et que l’on se cantonne à la recette, il est tout à fait intéressant de comparer l’efficacité d’un système avec l’autre, et les options (au niveau de la recette, et non de la dépense) qui créent telle efficacité. Notamment par le déplacement de la ponction vers d’autres sources, comme le capital. Je le répète, contrairement à l’image populaire que l’on a des USA, le système fiscal US taxe nettement plus le capital que le système fiscal belge. Il est nettement plus avantageux d’être très riche en Belgique qu’aux états unis. Hé oui. D’autant que l’IRS est nettement plus efficace et que le recours aux paradis fiscaux est beaucoup plus difficile au US (et nettement plus sévèrement puni) qu’il ne l’est ici…

Laurent

Comme quoi, dépenser intelligement est possible quand on cesse d'orienter ses choix quasi uniquement à des fins politiques sans avoir pris des conseils éclairés au préalable(des décisions prises sur un coup de tête arrivent souvent) et quand on remet le citoyen au centre des préoccupations.
Car au final, c'est quand même en grande partie lui qui finance tout ça, il me semble logique que la qualité des services soit en adéquation avec ça.

baum olivier

Le même rapport classe les USA parmi les pays obtenant le meilleur rapport de satisfaction de la population (indice de réactivité)

D'autre part le cout des soins de santé plus élevés sont aussi dûs aux tarifs d'assurances énormes que les praticiens doivent contracter, vous connaissez tous les sommes délirantes à payer en cas de procès suite à une erreur medicale.

On peut aussi parler de la malbouffe, de l'obésité, qui doivent aussi justifier des interventions plus couteuses ?

Ok en termes absolus ils dépensent plus, le système est moins équitablement réparti, mais bon... et après ?

hippolyte

Par ailleurs, il faut aussi "oser" s'attaquer à l'efficacité ou à la rentabilité des dépenses. Càd un $ ou un € dépensé l'est-il efficacement ou non ?
L'OMS a, en 2000, réalisé un très intéressant rapport (disponible en ligne - Voir : https://www.who.int/whr/2000/fr/index.html ) : Rapport sur la santé dans le monde 2000 - pour un système de santé plus performant.
C'est d'ailleurs ce rapport qui me permet de conlure que les soins de santé sont plus performants en France qu'en Belgique (et que partout ailleurs dans le monde - la France est classée 1ère et la Belgique 24ème à l'indice de performance globale voir tableau 10, colonnes de droite).
Mais l'indicateur intéressant dans la discussion qui nous occupe c'est "L’indice de performance en matière de niveau de santé" qui indique avec quelle efficacité les
systèmes de santé parviennent à convertir leurs dépenses en santé. (Tableau 10, colonnes de gauche).
les Etats-Unis sont 71ème, coincés entre l'Argentine et le Bouthan (la France est 4ème, la Belgique 28ème).
En clair, les Etats-unis dépensent énormément d'argent pour leur système de soins de santé pour un résultat très moyen.
Contrairement à une idée reçue, le pays qui dépense la plus grande part de son PIB aux soins de santé est... les Etats-Unis d'Amérique !


olivier baum

Les prélèvements publics US (incluant l'IR, les taxes locales et diverses) Obama souhaite les abaisser je pense que ces prélèvements s'élèvent entre 28 et 30% du PIB US (à vérifier)

Mais, les taxes sur les produits de consommation sont faibles voir inexistantes dans certains cas.

Les points de comparaisons choisis au sens strict des IR sont donc caduques.

Une fois encore il est totalement fou de comparer l'incomparable.

Keynes en 1926 écrivait au Ministre des finances français, il disait que des prélèvements publics au delà de 25% était impossible.

Le débat est infini, on ne peut réduire les prélèvements sans diminuer les dépenses publiques, ou alors on ne procède qu'à un basculement des prélèvements vers les uns au profit des autres.

C'est pourtant si simple, mais il faut toujours tout compliquer.

alain destexhe

@alex

Très intéressant. J'ai été surpris quand j'ai lu dans le programme d'Obama ce chiffre de 18% qui me laissait perplexe. Ce serait donc le montant des prélèvements fédéraux uniquement? Dès lors quel est le chiffre des prélèvements publics totaux par rapport au PIB ? dans

ludus pro patria

>Patrice L.

Le problème de la Belgique n'est pas d'être trop rouge ou trop bleue, le problème c'est le système lui même : inefficace, corrompu, impossible à réformer.
Dans un cirque pareil , militer pour le MR , le PS ou tout autre parti n'a guère de sens, d'ailleurs le vote lui même ne sert à rien dans cette démocratie bidon.

olivier baum

Les promesses politiques n'engagent que ceux qui y croient...

;-)

Lombard

Bah, dans 6 mois, Obama va être accusé de tout, l'un ou l'autre ne peuvent régler autant de problèmes, il y a un boulot impossible. Mais Obama sera encore critiqué PLUS parce qu'il est métis.

Patrice L.

@ Ludus,
En effet, nos opinions sont différentes. Je crois de mon côté que la gauche est et sera incapable d'apporter le "progrès" aux masses.
Au dela du clivage gauche-droite, je pense que nos hommes politiques sont trop frileux que pour prendre des décisions fortes. Qu'un gouvernement soit composé d'une majorité ou d'une autre, les politiques ne changent pas de manière significative: on ne ressent pas fortement de réel impact dans notre vie des décisions politiques.

Pat

Ps: en tout cas, je constate il est possible de discuter calmement, c'est un signe positif.

alex

Hipollyte, je confirme que les prestations sociales en France sont meilleures.

Ludus, je ne comprends pas: les gros revenus (en ce compris ceux du capital, contrairement à la Belgique) sont proportionnellement plus taxés aux US également. Ou est le problème?

ludus pro patria

>Alex

Ce que je voulais dire c'est que les dépenses du type soin de santé ou scolaires sont fixes et identiques pour tous quelque soient les revenus alors que l'impôt est proportionnel aux revenus.
Un système avec une imposition faible est donc plus favorable à un gros revenu qu'à un petit (ce n'est pas une opinion c'est un constat arithmétique).

hippolyte

Il ne faut pas aller chercher si loin... La France a un impôt sur le revenu bien plus faible pour les revenus faibles et moyens (et plus élevé pour les gros revenus) pour des prestations sociales au moins à hauteur de la Belgique. En tout cas certainement meilleures en terme de retraite, soins de santé et éducation (bon d'accord, c'est pas difficile).

ludus pro patria

De toute façon il suffit de voir le résultat : d'un côté des chômeurs pauvre et de l'autre des travailleurs pauvres. Les EU sont une grande puissance économique mais pour la majorité de ses habitants la vie ne semble pas vraiment plus rose (on peut dire "rose sur ce blog ?) que de ce côté de l'Atlantique... (je suis sans doute victime de la propagande des medias à la botte du PS)

alex

Les commentaires de Ludus et de PY sont intéressants, car ils procèdent d’une confusion courante en droit fiscal, celle de la recette et de la dépense.

La recette, c’est ce que l’état collecte, c’est la comparaison des taux d’imposition qui nous intéresse. On peut tout à fait avoir un taux assez bas d’imposition sur les revenus, et des recettes suffisantes si le niveau général de richesse est élevé. Entre aussi en considération le taux de récupération de l’impôt. Le point soulevé plus haut au sujet des déductions est intéressant, car il est révélateur de l’activité de l’IRS, qui est le fisc US : le droit fiscal US est assez complexe (quoiqu’il n’atteigne pas le niveau de l’usine à gaz belge), oui, il existe un tas de déductions pour les indépendants (dont une déduction qui est à ma connaissance universelle, celle des dépenses affectées à son activité), et le taux de récupération de l’impôt aux USA est très élevé. Ce qui signifie qu’il y a un niveau de contrôle important et une capacité à récupérer des recettes élevé. Il faut mentionner ce point car c’est, au niveau de l’isoc et de l’ipp, l’exact inverse en Belgique : la récupération de l’impôt est une des plus faible d’Europe, alors que nous avons autant de fonctionnaires du fisc ici qu’au niveau fédéral US, soit environ 30.000 fonctios. Autre point intéressant : la fiscalité sur le capital, lourde aux USA, contrairement à la Belgique. Et cette recette sur el capital est très contrôlée, notamment via la collaboration imposée par l’IRS aux paradis fiscaux à proximité, comme les caraïbes.

La dépense, c’est ce dont PYL et Ludus parlent. C’est le choix de dépenser pour l’éducation, la santé ou pour l’armée. Je dis éducation, santé ou armée car ces postes sont révélateurs des postes principaux de dépense en Europe, d’une part, ou aux USA d’autre part. Les USA, avec des recettes organisées comme expliqué dans le post en référence, soit un taux d’imposition plus bas sur le revenu, et un taux d’imposition sur le capital (quasiment inexistant en Belgique) pourraient tout à fait financer une couverture médicale universelle totalement gratuite ou l’accès à toutes les universités totalement gratuit, mais ils ont choisi de dépenser pour leur défense. C’est un choix, celui de la dépense, qui n’a rien à voir avec la recette (d’ailleurs, ils peuvent faire tel ou tel choix via le financement par l’endettement).

Cela dit, la comparaison est incomplète puisqu’il manque la fiscalité des états. Les états ajoutent au niveau fédéral une imposition complémentaire propre qui peut être assez élevée. (Ou nulle, cela dépend des états.) Or, beaucoup de politiques sont financées exclusivement ou quasi exclusivement par les états : infrastructures, éducation (bourses ou state colleges), prestations complémentaires...

ludus pro patria

>Patrice L.

Même si je ne la partage pas, je respecte votre façon de voir. Votre raisonnement a le mérite d'être honnête , pas comme les arracheurs de dents qui voudraient nous faire croire que le libéralisme va apporter la prospérité aux prolos (on peut dire "prolétaires" sur ce blog ? ;-) )

olivier baum

Il faudrait aussi citer la provenance, parfois douteuse des fonds de campagne, les nominations hautement politique de tous les postes clés de l'administration américaine (remplacement intégral à chaque changement de présidence), les méthodes utilisées pour convaincre les gens d'aller voter, le lobbying permanent entre les intérêts privés et publics.

Sincèrement Obama ou Mac Cain c'est chou vert et vert chou en bien des points, il n'y a strictement aucune raison légitime de récupérer un des candidats à des fins politiciennes belges, si ce n'est au-delà de l'appartenance ethnique et de la symbolique qu'elle dégage, politiquement c'est un non-sens total et étonnant.

Comparons ce qui est comparable, et certainement pas l'économie et la société US avec nos celles de nos contrées.

Un autre éclairage du protectionnisme :

Obama déclare posséder une Ford 100% made in USA, Mac Cain se fait attaquer pour sa trahison à l'industrie américaine parce qu'il possède (entre autre) une VW.

Faut arrêter le délire !


Patrice L.

@ Ludus,

On arrive vraisemblablement dans une discussion idéologique. Mon point est le suivant : plutôt qu’être forcé de suivre les décisions unilatérales de l’Etat, je préfère être responsable de mes propres choix en terme de retraite, d’assurance et d’éducation. Je fais tout simplement plus confiance à moi même qu’à l’Etat. Or la liberté de choix n’existe pas en Belgique : mes prélèvements « obligatoires » dépassent les 50%, et avec cela je ne suis même pas certain de disposer un jour d’une pension légale.

Je sais que ce raisonnement est critiquable. D’un côté, le libéralisme postule que chacun doit être libre de ses choix. En corolaire de cela je comprends que toute personne est en état de décider pour elle-même. De l’autre côté, le socialisme suppose que l’Etat prendra les bonnes décisions pour le peuple. Je crois que les deux se trompent : tout le monde n’est pas à même se gérer seul et l’Etat n’est pas systématiquement géré correctement.
(Ceci dit, il ne s’agit que de mon point de vue personnel)

@ PY,

Je crois que nous sommes tous d’accord pour dire que les hommes politiques du côté droit ne sont pas blancs comme neige. Quand admettrez-vous qu’il peut en être de même pour la gauche ? L’autocritique est qqch de positif, vous verrez ;o)

Pat

paul

des amateurs ou des références?

Mais bon, c'est vraiment si difficile de s'en tenir au sujet d'un post?

Pierre-Yves

Ludus à raison: la comparaison est difficile, vu que le mécanisme de sécurité sociale est incomparable (sans jugement de valeur sur l'un ou l'autre).
A part ça, mes petits copains libéraux flamands, ils sont impressionants:
- échevins fraudeurs dans la commune de Bart Somers;
- Ministre flamande de l'Economie qui favorise ses amis dans les marchés de son cabinet;
- Karel, son épouse et Fortis...
A côté de cela, le PS c'est des amateurs...

Célestin

Hé Ludus, rassurez-moi : vos trois "posts", ce sont des gags ?

Alain Destexhe

@ludus, c'est bien ce que je disais, c'est horrible :)

ludus pro patria

Gagner 1000 euros de plus à la fin du mois c'est bien mais si c'est pour devoir utiliser cette somme pour me constituer uen épargne retraite, payer une assurance soin de santé et payer l'école de mes enfants, je ne vois pas trop l'avantage ???

Mais sans doute est ce plus avantageux pour les gros salaires qui profiteront pleinement des taux d'imposition bas !

ludus pro patria

En Belgique il est possible de déduire une foule de dépenses liées à l'activité professionnelle ou non.
Le fisc américain admet il aussi ces déductions ?

ludus pro patria

Cette comparaison ne tient pas compte de ce que la société retourne aux contribuables belges et qui aux EU est à charge de ce même contribuable (remboursement des dépenses de santé , enseignement, allocations familliales, etc....)
Pour les revenus modestes , le résultat final est il plus avantageux de l'autre côté de l'Atlantique ? Pas sur...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan