Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« La Belgique vue par le Los Angeles Times | Accueil | La mort de Soljenitsyne »

31 juillet 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

wallagonie

Geert Bourgeois se dit déçu de l'absence de drapeaux flamands lors de la cérémonie d'ouverture des J.O.
J'ai, hélas, une deuxième mauvaise nouvelle pour lui : (Et c'est un Flamand, à ma connaissance, qui le dit !)
"Le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge, s'est félicité samedi de la "place impeccable" du français, première langue olympique, dans l'organisation des Jeux, samedi à l'occasion d'un événement autour de la francophonie à Pékin".

A. de  Tocqueville

Concernant l'attirance de la gauche pour l'extrême gauche, elle a toujours été irrésistible, voyez les Prix Nobel de littérature. Un Besancenot est le chouchou de la presse alors qu'un de Villiers est méprisé (alors qu'il n'est que de la droite extrême).
Les CCC paraissent "sympathiques" parce que, derrière leurs crimes, ils rêvent d'un monde meilleur.
Voyez aussi le soutien à l'activiste italienne Marina Petrella en France.

A. de Tocqueville

Je pense qu'il faut envisager toutes les options. En sachant qu'aucune n'est parfaite. L'assimilation dans la grande France entraînerait des suppressions d'activité faisant doublon avec Paris.
Une Wallonie indépendante sans Bruxelles mettrait du temps à démarrer. Il est possible qu'elle obtiendrait des aides européennes (puisque plus pauvre encore sans les transferts) et qu'on reconduise la malgouvernance.
Comme le rappelait Rudy Aernoudt, la richesse par habitant de Flandre et de Wallonie progresse dans la moyenne UE parce que ladite moyenne a nettement diminué en raison de l'arrivée des 10 nouveaux membres pauvres!!

alex

C'était dans la libre du w-e, mais elle n'est pas disponible online pour ce que je sais.

alain destexhe

@alex, je ne sais pas; on me dit que Claude Demelenne a réagit par une carte blanche mais je ne sais pas dans quel journal.

Tanghi

Beaucoup ont évoqué ici le rattachement à la France. La scission devient certainement plausible, mais avant de se focaliser sur l’hypothèse d’un rattachement il me semble qu’il y a une autre manière d’appréhender l’après crise en appréciant la capacité d’autonomie de la communauté W ou WB.
Le mal wallon est bien identifié par A.Destexhe en terme d’institutions surabondantes et de mauvaise gouvernance. Le danger de l’autonomie pure serait de reconduire cet état de fait entraînant un appareil inadapté et donc d’être peu viable. En effet, jamais les gens au pouvoir ne se saborderont et la structure politique résultante restera bancale. Le rattachement dont il est question obligerait lui à intégrer les structures responsables dans celles de l’Etat d’accueil. Mais on l’a évoqué, cette assimilation est incertaine et irréversible. C’est pourquoi la solution intermédiaire de compromis concoctée par D Ducarme paraît judicieuse. Cela n’est pas loin d’une confédération sensu stricto composée d’états indépendants qui par traité délèguent certaines matières à une autre entité (France, UE ou autre). Cependant en relisant l’interview du Figaro, est-ce bien le sens de la Belgique Française de D.Ducarme ?

alex

Tiens, sénateur, que pensez-vous de la "carte blanche" sous forme de chat offerte par le soir à bertrand sassoye? Chat trusté manifestement par des fans de sassoye et des ccc's, comme l'explique une autre carte de lecteurs dans la libre de ce w-e?

Qu'une frange de l'intelligentsia sympathise avec les thèses extrémistes, c'est habituel. Mais un grand quotidien qui se transforme en tribune, la rtbf qui emploie au moins une journaliste activiste communiste, c'est tout de même un peu fort, non?

Les réactions eussent-elles été aussi tolérantes si les personnes concernées avaient été d'extrême droite?

Bernie

"La solidarité est un devoir pour tous les francophones de Belgique"

Si Monsieur "j'oublie de rentrer mes déclarations fiscales" le dit ...C'est que ça doit être vrai

Bernie

"La solidarité est un devoir pour tous les francophones de Belgique"

Si Monsieur "j'oublie de rentrer mes déclarations fiscales" le dit ...C'est que ça doit être vrai

Guillaume

Je crois que la plupart sont fatigués par la politique. Mais bon nous avons les politiques que nous méritons. C'est que nous méritons cette crise. Les gens ont voté et ont provoqué la crise.

Thierry

http://www.lefigaro.fr/debats/2008/08/01/01005-20080801ARTFIG00489-les-quatre-devoirs-de-la-belgique-francaise-.php

Les quatre devoirs
de la Belgique française

Par Daniel Ducarme, ministre d'État belge, député de Bruxelles.

Près de la moitié des Wallons 49 % sont favorables à une association avec la France. 60 % de Français sont ouverts au rattachement francophone belge. Ces chiffres d'un sondage Ipsos claquent comme un coup de tonnerre estival. C'est une tendance lourde dans l'opinion. Elle oblige à la réponse politique.

Personne se sait exactement de quoi demain sera fait. Mais une certitude s'impose : rien ne sera plus comme avant.

L'opinion francophone vient en boomerang aux excès flamands. Une année s'est écoulée depuis les dernières élections fédérales belges. Au Parlement, la Flandre a usé de la loi du nombre contre les francophones. Refusant la nomination de maires démocratiquement élus, elle bafoue les règles du droit électoral. Les exigences linguistiques en périphérie bruxelloise sont des intransigeances sectaires. Dans tous les dossiers, la Flandre jette aux orties la «loyauté fédérale». Les francophones prennent acte du rejet flamand. Ils refusent de se laisser gifler plus encore. Avec sérénité, ils décident de dépasser les interdits, les a priori, les tabous. Décomplexés, ils relèvent le gant pour prendre leur destin à bras le cœur.

Une page est tournée. La feuille blanche est à écrire. Quatre devoirs attendent les francophones de Belgique : la clarté, la solidarité, l'effort, l'anticipation.

La clarté est un impératif pour affirmer notre identité, en utilisant les mots justes. Prénom : Belgique. Nous sommes de Belgique comme d'autres sont de Normandie, d'Avignon, de Picardie, de Provence, de Bretagne ou de Polynésie.

Nom : française. Mieux que d'expression francophone, nous sommes de culture française, avec nos valeurs, la primauté du droit des personnes, une certaine idée du rôle et des missions de l'État. Nous sommes la Belgique française, que ce soit dans une confédération «à la belge», en entité institutionnelle indépendante ou en association avec la France.

La solidarité est un devoir pour tous les francophones de Belgique. Elle concerne les Wallons et les Bruxellois, a fortiori les francophones de la périphérie bruxelloise. L'identité de Belgique française vaut pour tous les francophones. Peu importe les oukases flamands, l'absolue fermeté est nécessaire. C'est un choix éthique, avec le grand Bruxelles en métropole.

Avec dynamisme collectif et responsabilité individuelle, l'effort s'impose pour assumer les politiques à mettre en œuvre ; tant pour l'économie, la solidarité sociale, l'enseignement et la culture que les dépenses publiques, la justice ou l'ordre public. La liberté vient toujours en lettres d'efforts. L'émancipation a ses parts de joies et de contraintes, de plaisirs et de douleurs. Une loi organique instituant la Belgique française ne suffira pas. Des réformes radicales sont incontournables pour conduire une politique réformatrice.

Le devoir d'anticipation est le plus délicat. L'accueil des Français est de plus en plus ouvert. Il accrédite le partage d'une citoyenneté commune dans l'espace de francophonie internationale. Il vient en prolongement d'une vie quotidienne déjà bien semblable, avec un même organisme bancaire pour les villes et les communes, un même outil industriel de politique énergétique, un même espace audiovisuel, des enseignes commerciales aux mêmes couleurs…

Nous savons que la construction européenne se poursuivra avec un rôle renouvelé et renforcé des grandes nations. Les grands pays fixeront la place de l'Europe dans la mondialisation. J'ai la conviction que la Belgique française doit anticiper son avenir, celui de ses jeunes générations, en association avec la France. Je souhaite ardemment que la Belgique française aille au bout de sa logique. Il serait bien que la France nous reste attentive et que la Belgique française prenne la voie la plus directe en évitant les chemins sans issue. Et à l'intelligence populaire de faire les choix. Par voie référendaire.

bulle

si vous pouviez nous donner le montant du bas de laine des pensions, ce serait très gentil. comme le monde politique (les sénateurs inclus) recommandent de prendre des assurances pensions complémentaires, ce serait bien voir leur régime à eux. vous fâchez pas, hein, c'est vous qui parlez de transparence et d'éthique.

bulle

Le coût du Sénat n'est pas proportionnel au poids politique de cette assemblée, constate M. Matthijs qui remarque également que le coût des deux assemblées fédérales n'est pas le même.
Le coût moyen d'un sénateur s'élève cette année à près d'un million d'euros, alors qu'il est seulement de 835.000 euros pour un député, selon les données d'une étude non encore publiée du professeur Herman Matthijs de la VUB parues samedi dans De Morgen.

Le budget 2008 indique que la dotation du Sénat est de près de 75 millions d'euros, composée de la dotation proprement dite (64,3 millions d'euros), d'une partie du financement des partis politiques (9,8 millions d'euros) et d'une contribution du fonds des pensions du Sénat (580.000 euros).

Selon le chercheur de la VUB, le Sénat se montre très secret à propos de son budget qui n'est pas accessible pour le monde extérieur et dont seuls les sénateurs-questeurs peuvent connaître le contenu. Le budget de la Chambre est aussi un document interne.

Le coût du Sénat n'est pas proportionnel au poids politique de cette assemblée, constate M. Matthijs qui remarque également que le coût des deux assemblées fédérales n'est pas le même. De plus, affirme-t-il, le Sénat dispose d'un gigantesque fonds de pensions.
-------------------------------
Alors, une bonne petite proposition bien originale pour changer tout ça ? Je vous recommande la médiation du Dalai lama ou d'Ingrid Betancourt.

Hauchecorne

J'ai toujours pensé qu'une médiation internationale était une bouée de sauvetage pour notre cauchemar institutionnel. Aujourd'hui, je pense que cela aussi est foutu; en effet, les Flamands n'ont plus aucun doute que la communauté internationale n'est pas séduite par leurs initiatives fascisantes. Ils sont donc convaincus qu'un médiateur étranger leur donnera tort ipso facto. Comme ils n'imaginent pas avoir factuellement tort, ils rejetteront toute intervention extérieure comme biaisée par la "campagne de désinformation" orchestrée par les francophones. Cela n'augure hélas rien de bon car le partage de la dette ne sera pas possible sans cette intervention extérieure, déjà rejetée par les nationalistes flamands, repliés sur leurs certitudes.

Patrice L.

@ Didier

Nous sommes proche des français par la langue, mais ne serions nous pas tout aussi proche des québécois? En effet, les médias parlent énormément de Sarkozy, et en effet, je n’en ai rien à faire. Ils en parlent uniquement pour exciter le peuple comme ils parleraient des frasques d’une Pop Star… Entretemps, les francophones se nourrissent de l’illusion de ressembler à la France alors que, hormis la culture, nous sommes des pays différents.
Quant au fait d’être une nation, n’oublions pas que c’est l’émergence des états nations qui a mis en valeur l’amour du drapeau et de la patrie. Personnellement (une fois de plus), je ne suis pas amoureux de ma nation/mon Etat. L’Etat me rackette 60% de mes revenus et prend des décisions que je trouve ridicules. Je n’irai jamais non plus la fleur au canon défendre un drapeau, quel qu’il soit…

didier

Il manque la suite...
Pourquoi pas l'indépendance?
Parce que nous ne formons pas vraiment une nation, au contraire des maltais ou des luxembourgeois. Qu'on le veuille ou non, c'est encore sur cette base que les états marchent le mieux.

Didier

Sérieusement, les esprits ne sont pas mûrs pour le rattachement. Mais la crise aide... Certains se demandent pourquoi la France? Tout simplement parce que c'est notre culture. c'est si évident qu'on a de la peine à croire qu'il y a en qui le réfute. Regardez les médias belges (fr) : pas un jour sans qu'on nous parle de Sarko. En bien ou en mal, on s'en fout, mais on s'y intéresse. Les provinces belges sont l'héritage de la période napoléonienne de notre histoire. Le système judiciaire itou. D'ailleurs, on n'utilise pas le terme de rattachement sans raison, puisque détachement forcé il y eu.
Soyons de bons compte, la France a ses défauts. Mais comme tout le monde! Et aucun n'est irrémédiable. La France aussi peut se réformer. Sarko en donne la preuve.
Pourquoi pas l'indépendance?

wallagonie

On a l'impression que tout a été bien fait pour qu'en cas de "malheur(s)", on ne puisse plus proposer qu'une seule échappatoire : La France.
Je ne dis pas non.
Mais, au fond, pourquoi la France ?
N'est-ce pas un aveu de notre incapacité à nous assumer seuls ?
N'est-ce pas une reconnaissance définitive de l'existence (du reste, forcément objective) de transferts annuels d'environ 10 MRDS d'Euros ?
Après avoir tété aux mamelles de la Flandre (expression dite par un président du CVP il y a une quinzaine d'années) si longtemps, et en l'a prenant de haut, si souvent, ne voulons-nous pas téter aux mamelles d'une France (qui ne va pas si bien du reste), plutôt que de nous serrer la ceinture et envisager de nous relever comme des grands ?
Nous sommes une trop petite communauté ?
Et Malte ? Et le Luxembourg ?
J'en reviens à mon point de départ : En cas de scission, les Wallons ont leur capitale : Namur. Nous voilà chapés.
D'où, l'importance de nous recentrer sur Bruxelles, sauf à considérer qu'il est trop tard et abandonner la capitale européenne aux Flamands.
Pour cela, il y a urgence d'imposer aux écoles primaires et secondaires la découverte et l'étude de Bruxelles, ville peuplée de francophones à plus de 90 %.
Même si Bruxelles est si éloignée de Namur, Charleroi, Bastogne, Arlon, Liège (éloignement maximum) et Faux-Les-Tombes ?
Qui s'est replié sur soi ?

Patrice L.

Je suis surpris que les rattachistes ne réfléchissent jamais plus loin que le seul fait de devenir français. Nos deux pays sont diamétralement opposés dans bien des aspects et ces différences pourraient poser plus que de simples problèmes.
La France est super centralisatrice. En cas de rattachement, nous ne serions plus qu’une lointaine province du nord où rien ne se décide. Toutes les grandes entreprises s’en iraient de Bruxelles soit vers Paris soit vers un autre pays. Bruxelles ne serait que la 4ème ou 5ème ville de France, donc négligeable (10x plus petite que Paris). Il est fort probable aussi que les institutions internationales quittent le pays. L’Allemagne n’acceptera pas que l’UE soit basée en France. Elle s’en irait vers le centre géographique de l’union, par exemple en Autriche.
Ensuite, les anciens belges n’auraient aucun poids car ils ne forment de toute façon pas un bloc homogène :
- Politiquement 1/3 PS, 1/3 MR, 1/3 autres.
- Géographiquement, Bxl n’est pas la Wallonie et inversement.
- Economiquement, chaque province joue pour son propre intérêt (Liège vs Charleroi vs Bxl)
Je crois plutôt que les politiciens rattachistes ont une peur bleue du changement. L’indépendance de la Wallonie et de Bruxelles les forceraient à amorcer une révolution de type copernicienne, car l’Etat ainsi formé ne serait pas viable à politique inchangées. Il faudrait donc un nouveau bailleur de fond, en l’occurrence la France. Tout resterait à priori donc comme avant : les politiciens se maintiennent au pouvoir, les allocations continuent à tomber chaque mois, on continue à construire des ascenseurs à bateaux et des stades de foot dès que nécessaire…
Maintenant il est possible que je me trompe et que certains rattachistes le soient vraiment par amour de la France. Qu’ils réfléchissent alors aux implications réelles de ce choix.

Ceci est mon avis perso évidemment. Je ne suis absolument pas rattachiste. Je préfère que l’on se retrousse les manches. Divers exemples prouvent que c’est possible : l’Irlande, la Slovaquie, l’Espagne et le Portugal (vs SP et Pt des années 70’), certains autres pays d’europe centrale…

Bonne vacances Sénateur. Revenez nous en forme !

Lombard

En attendant le fameux Ultimatum de Bart est passé au bleu ! Il doit réellement penser que l'on se fout ROYALEMENT de sa g....e !

A. de Tocqueville

@ Nous le wallons bien,
Comme Alex, je pense que ce n'est pas comparable. aujourd'hui, il doit y avoir environ 30 ministres FR dont des ministères fédéraux, des Vice-Premiers etc.
Quant à la mainmise du PS sur la Wallonie, ce ne serait plus du tout comme avant.
Le MR serait noyé dans l'UMP.
Quant au cdH, il ne lui resterait qu'à rejoindre Bayrou.
Les ECOLOS français sont inexistants donc ECOLO Belgique serait peanuts.
De plus, les politiciens belges détestent le système majoritaire qui est beaucoup plus risqué et diminue le rôle du président de parti (voyez Copé ou Hollande).
J'ajoute que je ne suis pas contre le rattachement à priori.

alex

"La représentation wallone "standard" serait donc de 32 à 35 députés. Celle de Bruxelles, 5 à 7 députés."

Fascinant... on est à combien, là? Toutes assemblées confondues, on doit être à plus de 100, non?

Nous le wallons bien!

@A.de Tocqueville:

vos arguments sur le corps politique wallon ou bruxellois sans affectation ne valent pas tripette...voici une esquisse( je repète:une esquisse car un Reynders aurait assurement au minimum un ministere régalien majeur...)d'un Français François Barberis sur le forum http://www.bruxelles-francophone.be/ :
je le cite
"Voici ce qui pourrait être une organisation en cas de réunion de la Wallonie et de Bruxelles à la République

1) députés.
Il est d'usage en France, d'avoir 1 député pour 110 mille habitants (577 députés pour 65 millions) , voire un peu moins lorsque la circonscription est rurale (en, Lozère, c'est 1 député pour 35 mille habitants). En zone urbaine on a plutôt 1 député pour 200 mille habitants.
La représentation wallone "standard" serait donc de 32 à 35 députés. Celle de Bruxelles, 5 à 7 députés.
Mais je pense que ces chiffres seraient fortement grossis en gage de bienvenue. On pourrait atteindre 50 députés d'origine wallone et bruxelloise, ce qui donnerait un poids relatif de 10% à l'assemblée nationale pour les nouveaux citoyens français. Ceci est considérable, mais je suis persuadé que cela serait accepté avec enthousiasme par le corps électoral français.

2) Sénat et CES
Ajouter aussi une quinzaine de sénateurs (chambre haute) et une 40taine de membres au Conseil économique et social (la 3ème chambre).

3) Ministères:
Les wallons pourraient aussi compter sur 2 ministères de fonction (la ville, la santé, la solidarité, par exemple) + 2 secrétaires d'état (dont 1 secrétaire d'état spécifique pour Bruxelles, en charge des questions de facilités linguistiques et de discrimination dans les communes de la couronne bruxelloise).

4) Exécutifs locaux
Ajouter les exécutifs locaux (2 régions, 4 départements), soit une centaine de postes avec responsabilités politiques de terrain

Il y aurait de quoi recaser pratiquement tout votre personnel politique après un vaste renouvellement de ce dernier

Pour les magistrats:
2 cours d'appel (dont 1 à Bruxelles, bien entendu), 2 tribunaux administratifs, 1 Cour administrative d'appel, 4 ou 5 tribunaux de grande instance, 2/3 chambres régionales des comptes

Le reste à l'avenant."

A. de Tocqueville

Pour le manque de méthode, c'est patent. Surtout : il n'y a plus de pilote dans l'avion. Ce n'est pas un hasard si on enregistre 6% d'inflation. On paiera la note de tout ceci assez rapidement.
Rattachisme : aucun politicien wallon ou bruxellois n'acceptera de n'être plus ministre de quelque chose. De plus, la France est dans de beaux draps. Mieux vaudrait le rattachement à l'Allemagne, si ce n'était la culture différente...

Nous le wallons bien!

Mais au fait, M. Knut Vollebaek est norvégien...Que ne vient-il plutôt nous expliquer comment c'est faite pacifiquement, en 1905, la séparation de la Norvège et de la Suède!

Jo lenain

Non sans humour, un rattachiste notoire semble bien vous donner raison : http://www.claude-thayse.net/article-21615213.html

fryns

hier la première page du FIGARO éait consacrée au sondage enfin un wallon sur
deux veut devenir français.
et le figaro proche de Sarkozy voilà un signal reconfortant. EXIT la Flandre et nous serons 66 millions de français

Pierre-Yves

SANS COMMENTAIRE
Lu dans les réactions sur le site du Soir hier:
"Ducarme et la France, Destexhe et le Médiateur, deux tentatives pathétiques d'exister de la part de dinosaures du MR..."

Un liberal (qui pense l'être du moins) et qui n'aime plus le MR

Et vous pensez inviter qui?

c'est une ouverture directe à l'ingérence et un de'faut de prévoyance. Si vous voulez faire de la Belgique un état minable à la solde des grands pays qui décideraient à sa place, continuez dans votre propos.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan