Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Bruxelles : quelques chiffres en vrac | Accueil | "Sans papiers" sur grues »

29 juillet 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Piet

Se demandera-t-on un jour pourquoi les familles des paras belges assassinés au Congo se plaignent du manque de moyens accordés à l'Armée et de la, politique menée à La Défense?

L'envoi d'avions et de militaires du génie vers l'Afghanistan a été décidé peu de temps avant le départ en vacances de nos chers ministres.

Pourquoi si peu , pourquoi si tard?

Il est vrai que le pays n'est plus gouverné. Les problèmes resurgissent : inflation, dette publique,le communautaire

Où allons-nous?

Coco

Philomèneàtout

=> C.T.
Sondages? pas vraiment besoin. Si vous les connaissiez, les sondés sont... soit comme la météo (changeants selon les circonstances), d'autres sont figés dans une conception mentale (dont ils ne pourraient pour la plupart défendre des fondements réalistes), enfin vient le contingent des sans opinions. Les compteurs fluctuent. Les avis d'interprétation aussi, jusqu'à la prochaine édition.

Do et redo, le business des sondages est rentable. Le Soir, les autres presses, nos chaînes TV, ceux qui sondent l'insondable vivent grassement de ce genre d'exercice.
C.T.: l'instantanéité ça vous connait fort? Prenez donc votre boule de cristal, sinon mieux prenez votre boule en mains (pas vos boules). Pensez fort. Que dit la météo pour l'an 2020? Seul Al Goret et les experts du GIEC sont capables de certitudes. Les autres débattent et hésitent. L'incertain est un facteur-clé de nos vies. Tant mieux.

Entretemps, comme lesdits sondages semblent dire 49% de favorables à ... nous voyons 49% des élus se dirent qu'il faut se positionner juste au cas où. Sinon il changeront d'avis, comme les prévisions météos?

C. T.

Tiens ?
Vous n'avez pas réagi au sondage IFOP publié dans "Le Soir" de ce matin ?

A. de Tocqueville

La défense n’est pas la priorité de l’UE et encore moins de la Belgique. On préfère ouvrir le parapluie américain, charge à lui de financer notre défense et de se faire traiter d’impérialiste au passage.
Pourquoi ne pas imaginer un 2e porte-avion français partagé avec l’Espagne ou l’Allemagne ? Le Charles de Gaulle est en révision pour 18 mois à Toulon… La libération du Ponan a illustré le triste état de l’armée française tandis que Flahaut a achevé de décrédibiliser l’armée belge.
Quant au contre-espionnage, en dépit d’une réelle prise de conscience, l’efficacité n’est pas au rendez-vous.
Il faut dire que l’armée européenne butte sur l’éternel problème : la tour de Babel linguistique.

Julien

Il y a un embryon: l'EuroCorps, avec quelques Etats participants. En cas de besoin ça tergiverse politiquement sur ce qu'il faut leur confier, mais ils sont mieux qu'une caricature façon *** 7e Compagnie*** au cinéma.
Les temps changent dirait le défunt de Funès et ses boys de la troupe cinématographique. Maintenant on s'éduque avec des rambos de pacotille et des effets virtuels.

Robin

Je n'adhère pas systématiquement aux analyses de The Economist. Mais j'appuie entièrement ici leur thèse «an extreme example of Euro-timidity.» Ce n'est d'ailleurs pas le seul domaine où l'UE excelle à jouer de timidité à coup d'interminables réunions sans issues claires!

La question d'une armée "supra, européenne" est posée depuis 1954 (post-WWII, post-Corée,...) Après 54 ans écoulés, le sens de la mission, la préparation ou la réactivité de nos armées reste incertain. Corps social de 40.000 fonctionnaires? Armée de brancardiers armés de sparadra ou celle de militaires chargés de parer au pire face à un ennemi aux contours dangereux pour les populations?
Ce ne sont pas les réunions internationales et ronds de jambes politiciens qui manquèrent durant ces 54 ans écoulés depuis l'origine. Flahaut n'était alors pas né, ni un Guy Coëme qui -en 1989- eut l'audace d'affirmer qu'avec la chute du Mur de Berlin il n'y avait dorénavant plus d'ennemi. Ineptie profonde ou manipulation politicienne d'un PS dogmatique?

En tant que citoyen, j'ai assisté à la présentation de P.DeCrem donnée il y a qq mois à l'ERM devant un large public, loin d'être seulement des militaires (des ONG et militantismes divers y figuraient).
Propos d'un bilinguisme fort équilibré. Reflets d'une intelligence brillante et d'une profonde connaissance des dossiers. L'homme (romaniste, polyglotte) réfléchit visiblement avant de se prononcer sur des questions vitales. Tous ne lui ressemblent pas. D'expérience, il fut de la commission fédérale parlementaire sur ces thèmes de défense et de géopolitique. D'apparence froide sur les images de nos TV(manipulatrices?), l'homme est d'un profil très différent de l'image qu'ON fabrique de lui.

Parlant de nécessaires (ré)-orientations pour le long terme (2015-2030) et du rôle d'une armée d'aujourd'hui, il évita de cibler la molesse pratiquée pendant 8 ans par son triste prédécesseur Flahaut. Flahaut que les sous-off appellent caporal Fléau (je ne sais ce qu'en disent les autres, gradés).

Faut-il rappeler que l'armée doit se préparer au pire, en dernier recours, lorsque les politiques et la diplomatie ont épuisé l'art de la négociation inter-Etats? Que le terrorisme insidieux de certains (ex: cinglés d'islam?) a remplacé les affrontement massifs Est-Ouest. Et que les situations de crises extrêmes abondent de par le monde. Que penser de l'ex-YU d'hier, du Rwanda, du laisser-faire OUA face à un Soudan tueur au Darfour (cfr. TPI), et encore..., sont chaque fois des exemples sinistres d'inaction où l'UE ne brilla guère de courage? Qu'à chaque fois il fallut un engagement de ces "détestés amerloques" ou de l'OTAN pour stopper les actes génocidaires ou sanglants?
Alors oui, Flahaut ne brilla pas du tout dans son rôle à la Défense: caporal social(iste). Ex-ministre sans portefeuille, drapé maintenant dans son rôle sournois de shadow-government. Un Flahaut qui a besoin de "visibilité électorale 2009" après ses échecs... n'en manque pas une pour braire et gesticuler dans la presse avide de débats. Un acte de lâche, ceux qui l'ont côtoyé comprendront.
Deux questions: Le PS est-il ou non dans le gouvernement fédéral?
Quel jeu ambigu le Boulevard joue-t-il dans ce contexte?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan