Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Arena et la mémoire sélective | Accueil | McCain, John »

28 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mieux vaut etre un homme en belgique

Il faudrait se rendre compte que la plus part des travailleurs isolés sont des femmes(puisqu'en Belgique on déresponsabilise les hommes)d'où trop de temps partielle(bas salaire,pas d'accès aux postes à responsabilités)....
Et que si l'on travail c'est pour s'acheter une maison ,partir en vacances,....
Hors la fiscalité est
faites pour les couples.
L'IPP pourles VRAI isolés(les vrai célibataire,pas les couples non mariés qui y sont assimilés)est vraiment trop élevé.
1 seul enfant ne fait économiser que 300/400 euros d'IPP par ans,une misère.Il faut faudrait surtout contrôler les domiciles,les kots,...

RE à Franz?

=> Franz-le-noctambule

Si vous creusiez un peu l'histoire économique, vous percevriez qu'en 30 ans,
la proportion des propriétaires est passée de -disons- moins de 50% à 65-75 %, selon les régions/zones. Pas mal comme progrès social, n'est-il pas, malgré les laïus d'apitoyement hypocrites de Mme Dupuis et ses consorts? Souhaitez-vous (en plus) un logement gratuit, comme ces journaux et autres offres commerciales fallacieuses?

La situation de hausse des coûts alimentaires et énergétiques trouve des explications CONCRETES par divers phénomènes, dont ceux géopolitiques hors Belgique (lisez plus...) et ces décisions politiques intérieures à l'UE (par exemple, énergies alternatives peu rentables, mais artificiellement subsidiées par des pouvoirs publics qui arrosent leur clientèle en ponctionnant des taxes ailleurs).

Au-delà, Franz, il y a un fait avéré de comportement sociologique: les gens qui peinent ne sont pas tous des "nécessiteux" au plan social! Ce sont des consommateurs mus par un réflexe compulsif d'achat (lire la psy). Ils s'occasionnent des dépenses sur un spectre tellement élargi de produits (pas ceux de première nécessité, bien ceux pour se faire plaisir à soi (en pompant exagérément dans le budget ménager). Ainsi viennent l'endettement exagéré (phénomène récent), les fins de mois difficiles, les pleurnichements sur la cherté de tout... sans oser avouer que les causes sont en NOUS et pas chez autrui.

Tout ceci ne doit pas masquer la situation réellement difficile d'une PROPORTION de la population assez précarisée (< 15%)... malgré la foutitude des "aides sociales" que les pouvoirs publics déversent généreusement vers eux, en en déresponsabilisant alors une large fraction.
(Des propos destiné à faire taire d'autres complaintes)

Franz

"coût du chauffage et de la nourriture, c'est moins de 30% du budget-ménage. Si on applique une hausse de 5% des denrées sur ces 30%, ça fait moins qu'une hausse de l'index sur le salaire. Alors où est-elle donc cette perte de pouvoir?"

Je crains que vous ne perdiez de vue, entre autres choses, le coût des loyers (ou des remboursements d'un emprunt), qui représentent parfois plus de la moitié des revenus d'un ménage et qui ont, comme chacun sait, explosé ces dix dernières années. Tout le monde n'est pas propriétaire...

E. G.

FOURASTIE, années '60s: je le lus encore (ultérieurement).
Depuis, reconnaissons que la société a subi l'emprise des idéologies "forces de combat" (ou CONbat si l'on veut éviter un jambage superflu).
En réponse d'aujourd'hui, on ne trouve -au mieux- qu'un 2e Plan indûment intitulé Marshall, où les mêmes qui abusent de tous les laxismes en matière d'élan au "TRAVAIL" prétendent ramener les inactifs francophones dans la droite ligne de FOURASTIE (sociologue décédé entre-temps au propre et au figuré):::

Prosper M.

A chaque question il y a une réflexion. Parfois un livre, parfois une étude.
Bref une réponse intelligente et claire.
Jean FOURASTIE à écrit un livre qui devrait être au programme des écoles.
POURQOI NOUS TRAVAILLONS.

Lombard

Je pense que Dedecker, le judoka, a raison, pourquoi être le seul pays au MONDE à offrir des allocations de chômage ILLIMITEES ? Je crois savoir que vous abondez dans le même sens, donc agissez !

E. G.

Journal LA TRIBUNE 30 janv.
Cas français; la moyenne des rémunérations belges étant certainement meilleure que nos voisins, peut-on juger du leitmotiv journalistique "perte de pouvoir d'achat"?

= extraits =
"Une étude de l'Insee montre que l'évolution moyenne du pouvoir d'achat des salaires nets en 2006 a été limitée à 0,4%. 10% des salariés à temps plein les moins bien rémunérés ont perçu en net 1.060 euros par mois."
"Ainsi, en 2006, le salaire annuel net moyen des salariés à temps complet des entreprises des secteurs privés et semi-public a augmenté de 2%, atteignant 1.941 euros. Mais, plus parlant encore, la moitié des salariés ont touché moins de 1.555 euros nets par mois. C'est ce que l'on appelle le salaire "médian" : 50% des salariés gagnent plus et 50% moins. Les prix à la consommation ayant augmenté de 1,6% sur l'année, le pouvoir d'achat des salaires moyens nets n'a augmenté que de 0,4%."

Quid de sources belges aussi pertinentes?

alex

Et oui, le chômeur est un abuseur.

Mais le Ps s'en fout: il préfère maintenir des milliers de chômeurs en demande et compter sur leur voix plutôt que de les remettre au travail. Quand on travaille et que l'on gagne de l'argent, le vote PS est moins automatique.

alex

"différence de traitement entre les revenus du capital et ceux du travail"

oh, c'est vrai, c'est tout à fait vrai: si la belgique est un enfer fiscal pour certains, elle est un paradis pour d'autres.

Puis il y a la brillance des années de gestion PSC/CVP/PS/SP que l'on paye toujours, avec le plus épouvantable ministre des finances que ce pays ait connu, maystadt l'effroyable nain aux heveux blancs, qui a fait glisser le poids de la dette publique sur les ménages qui travaillent.

Les créanciers, eux, notamment les grandes banques belges maintenant privatisées comptent leurs sous.

Et comme on prend les mêmes, on recommence: j'entends ce gros crétin de Piette qui couine contre la déductibilité des titres services, cette andouille de milquet qui s'oppose à toute forme de réforme fiscale, et le PS de même, et on parle de fiscalité du travail ici. Mais pour le Ps, on est riche avec 2000 € / mois, non?

Par contre, les revenus du capital, on en cause pas. Les bénéfs des créanciers de la dette, à quoi servent vos impôts, et non au maintien d'un service public, de dépenses sociales et tout le reste, pour les idiots qui ne l'auraient pas compris, explosent. En silence.

Il et vrai aussi que di rupo siège au CA de Dexia.

alex

"différence de traitement entre les revenus du capital et ceux du travail"

oh, c'est vrai, c'est tout à fait vrai: si la belgique est un enfer fiscal pour certains, elle est un paradis pour d'autres.

Puis il y a la brillance des années de gestion PSC/CVP/PS/SP que l'on paye toujours, avec le plus épouvantable ministre des finances que ce pays ait connu, maystadt l'effroyable nain aux heveux blancs, qui a fait glisser le poids de la dette publique sur les ménages qui travaillent.

Les créanciers, eux, notamment les grandes banques belges maintenant privatisées comptent leurs sous.

Et comme on prend les mêmes, on recommence: j'entends ce gros crétin de Piette qui couine contre la déductibilité des titres services, cette andouille de milquet qui s'oppose à toute forme de réforme fiscale, et le PS de même, et on parle de fiscalité du travail ici. Mais pour le Ps, on est riche avec 2000 € / mois, non?

Par contre, les revenus du capital, on en cause pas. Les bénéfs des créanciers de la dette, à quoi servent vos impôts, et non au maintien d'un service public, de dépenses sociales et tout le reste, pour les idiots qui ne l'auraient pas compris, explosent. En silence.

Il et vrai aussi que di rupo siège au CA de Dexia.

eric

Le chômeur un abuseur ? que dire alors des bénéficiaires de revenus locatifs (peu taxés) ou de sommes colossales issues de la spéculation boursière!
La véritable injustice de notre système est bien dans la différence de traitement entre les revenus du capital et ceux du travail mais c'est tellement plus facile de charger les chômeur et les travailleurs au noir de tous les maux...
"Quand le doigt montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"

Thierry Schollier

Robin, à propos du "pays de cons":

« Non pas vraiment, mais certainement d'abuseurs d'une politique dite des "solidarités"

Et de gens qui tentent par tous les moyens de trouver des excuses à ces assistés pathologiques.

Ce qui ne m'empêche pas de penser qu'il faut relever le RMMG, mais évidemment pas pour ces raisons fallacieuses.

Les trois pauses

Moi je rentre du travail (le vrai: presté + taxé) pour lire ici votre questionnement.
A l'opposé du travail, j'ai aussi lu dans ma presse du week-end l'accroissement 2007 des taux de grèves sauvages = constat posé par la nouvelle ministre flamande Inge Vxx.

A bien y refléchir, on doit chercher les causes cachées de débrayages, hors ces aggressions commises par de jeunes mafieux (belges?) auprès des conducteurs TEC, STIB, SNCB, DeLijn). Car il y a d'autres raisons souterraines. Celles fristouillées entre camarades de la sainte alliance FGTB-PS. Ici, motus. Ce serait pas correct de constater que le "partenaire gouvernemental" PS joue les tireurs au flanc par le bief des camarades toujours mécontents de tout (et de rien).

Tiens, en matière de pouvoir d'achat qui fait les gorges chaudes chez Tests-Achats, à la CSC et évidemment à la FGTB: (chiffres INS) coût du chauffage et de la nourriture, c'est moins de 30% du budget-ménage. Si on applique une hausse de 5% des denrées sur ces 30%, ça fait moins qu'une hausse de l'index sur le salaire. Alors où est-elle donc cette perte de pouvoir? Dans l'incapacité d'acheter une voiture neuve (poison CO2!), une chaîne hi-fi importée du Japon (déficit de balance commerciale!), dans le fait de se priver d'un ciné w-e (pertes de devises pour artistes d'Hollywood!).
Vraiment, moi qui travaille 10j/j et 6j-sem, je trouve pas cela une dépréciation de mes heures actives!

Robin

à Alex et à bien d'autres... ""Mais quel pays de cons.""

Non pas vraiment, mais certainement d'abuseurs d'une politique dite des "solidarités". Machin fumeux qui permet à beaucoup de "pourris" de se nourrir deux fois sur le dos de notre communauté.
- une fois avec des allocations en tous genres, allouées sans discernement rigoureux...
- une 2e fois par la possibilité de se complaire à ne rien faire pendant que d'autres suent et paient...
Sinon de se remplir les poches au noir (10 à 15% du PIB, dits d'économie souterraine). Mais cette dernière étant pratiquée surtout par ceux qui votent l'appel à la solidarité, faut savoir se montrer compréhensif à leur égard, les (faux) pauvres!
Donc plus qu'un pays de cons, appelons cela des irresponsables?

alex

"Je ne vous reproche rien ; je vous donne même raison sur ce point.
Le reproche, c'est à l'étude des CPAS que je le fais, parce qu'ils prennent le cas particulier que vous évoquez pour le généraliser à l'ensemble des isolés avec un enfant à charge."

Oh nooon y paaaas de problème: laissons les chômeurs qui sont tous des victimes faire du noir, augmentons leur allocs, tiens, tant qu'on y est, engageons encore des fonctionnaires, y en a pas assez, et taxons tout le monde à 75 %, j'me verrais bien en artiste subsidié qui fait du théatre de rue, tiens, ou alors assistant social, l'en faut pas encore des brouettes dans les asbl subsidiées, des assistants sociaux? Des jongleurs? Namur en mai? Des forains? Ca s'rait chouette, finalement.

alex, qui en a marre de se faire voler 50 % de son salaire (au taux moyen) pour tous ces boulets.

alex

Ce que je trouve stupéfiant, parlant des crèches, c'est l'incohérence du système fiscal belge, probablement un des plus illogique, stupide, et voleur qui existe en Europe, voir dans le monde.

Le principe fiscal de base est le suivant: on peut déduire tous les frais afférent à l'exercice de son travail.

Or, si des frais de crèche en sont pas des frais de ce type, que sont-ils?

Mais non, nous dit le législateur: les frais de crèche ne sont pas déductibles, ce ne sont pas de frais liés à l'exercice d'un travail (!?)

Connerie intermédiaire: le législateur donne tout de même la gratuité des frais de crèche aux chômeurs. Ben quoi, il a pas le temps de garder ces enfants, hein? Et s'il veut faire du noir, ou il met les enfants? L'explication "sérieuse" donnée par les défenseurs de cette imbécilité est qu'un chômeur à besoin de temps pour chercher un boulot. Soit.

Mais en somme, si je suis bien,n pour le législateur belge, les frais de crèche ne sont pas des frais causés par l'exercice de son travail, donc ne sont pas déductibles, mais seraient des frais causés par la recherche d'un travail. Allez y comprendre quelque chose.

Connerie suprême: subitement, le gouvernement décide que les frais de crèche sont déductibles, mais plafonne la déductibilité à un montant ridicule. C'est mieux que rien.

Mais quel pays de cons.

Thierry Schollier

@Paul

Je ne vous reproche rien ; je vous donne même raison sur ce point.
Le reproche, c'est à l'étude des CPAS que je le fais, parce qu'ils prennent le cas particulier que vous évoquez pour le généraliser à l'ensemble des isolés avec un enfant à charge.

@Éric

Les délais de versement des Activa sont bien souvent le fait de retards de déclarations C78 dans le chef des employeurs.
Je ne suis pas sûr que l'administration soit fautive.

eric

D'autant plus que les boulots proposés sont souvent des temps partiels !
Quand on ajoute les problèmes administratifs (aides activa versées en retard) et les exigences de l'employeur (téléphone, voiture, etc...) il est clair que pour beaucoup de gens le travail est un luxe .

paul

@ Thierry

Je ne prétendais pas expliquer toutes les situations.

Juste donner un exemple concret de piège à l'emploi.

vert - orange - rouge

Pourquoi travailler ?
en bleu :
(+) Pardi, pour se valoriser de manière DURABLE (terme à la mode chez les gauches). L'employabilité n'est pas un concept imaginé pour des ignares (ça réussit à beaucoup).

(=) Pour aider ces quelques-uns vivant dans une misère réelle (morale ou mentale).

en rouge :
(-) Benh voyons, afin de payer suffisamment de taxes pour pouvoir aquitter de lourdes allocations "sociales" à tous ces gens qui aiment glander!
(-) Pour entretenir le système de clientélisme dont raffole nos gestionnaires publics, dont ça constitue une part du fonds de commerce électoral. CQFD...

Thierry Schollier

@Paul

C'est sûr que le coût des crêches, même au tarif ONE, est un problème, mais peut-on généraliser à tous les travailleurs isolés ayant un enfant à charge des frais qui ne sont réellement assumés que par un parent isolé avec un enfant n'ayant pas l'âge d'entrer en maternelle et n'ayant pas de possibilité de garde alternative (familiale, par exemple) ?

Ça ne me semble pas sérieux.

Or, si l'étude dont parle Alain Destexhe a les mêmes bases que celle publiée il y a quelques années, c'est exactement ce que font les CPAS.
Cette étude, à l'époque, m'avait déjà semblée totalement partiale et biaisée.

Voir https://www.uvcw.be/espaces/cpas/actions/0112_piege_emploi.cfm

Les chiffres (encore en francs) se trouvent dans le tableau 1.
Malgré le renvoi de bas de page expliquant que le problème de frais de garde n'est applicable que dans d'assez rares cas ponctuels, le calcul n'est pas fait sans ces frais, puisqu'il irait à l'encontre de la prétendue démonstration.

Vous noterez par ailleurs qu'assez comiquement, un travailleur isolé avec un enfant à charge et qui preste des heures sous statut ALE n'a, lui, aucun problème - et donc aucun frais - de garde d'enfant.

paul

Je suppose effectivement que les situations différentr au cas par cas.

Un des pièges à l'emploi réside dans le manque de places dans les crèches publiques, pour les parents qui ont de jeunes enfants.

Ce qui oblige ceux qui le peuvent à se aller vers les crèches privées, qui seront souvent aussi bonnes, si pas meilleures, mais également fort chères.

Thierry Schollier

J'ai lu ça dans la Libre de vendredi, mais ça me semble complètement faux si on tient compte des 904 € d'allocation qu'ils annoncent.

Le RMMG belge pour un employé majeur étant de 1309 et des poussières (7,95/H pour un ouvrier), le salaire net d'un travailleur isolé avec un enfant à charge sera de 1092,94 € (1309,59 brut - 35,42 de cotisations ONSS - 181,23 de précompte professionnel) au statut employé et au minimum de 1041,53 au statut ouvrier (calculé sur base de 20 jours ouvrés - 152 heures, soit l'horaire d'un mois de février d'une année non bixextile).

Sans compter qu'il aura droit, au contraire de l'allocataire social, à un double pécule de vacances voire une éventuelle prime de fin d'année.

Bref, j'aimerais bien pouvoir lire le rapport des CPAS wallons, et surtout le détail de leurs calculs, tellement ça me semble erroné.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan