Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Lecture-compréhension : la communauté française, dernière de l'Union européenne | Accueil | PISA : du bon usage de l'information »

06 décembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Le vieux Pierre

Il y a plusieurs façons d'agir face aux problèmes du monde (problèmes de toujours).

- Philosopher (approche par des érudits, souvent théorique, confinée au débat)

- S'engager (par un militantisme de délégation, attitude d'une fraction électorale).
La garantie n'existe cependant pas d'un accomplissement de voeux du militant.

- Agir, directement. Ce que beaucoup font au travers de l'exercice de leurs responsabilité professionnelles et privées.

Chacun reste libre de choisir. J'agis selon mes convictions, libérales. Un choix posé après avoir côtoyé de très près divers milieux et dogmes. C'est le bonheur de nos démocraties.
Faut-il préciser que je dérange ainsi certains bien-pensants de la gauche sur le terrain, dont les actes ne concordent guère avec les valeurs théoriques du dogme? Car ici le clientélisme opère ses ravages.

paul

Pierre-Yves

Nous dévions du sujet, mais je voudrais quand mêle vous répondre en ce qui concerne la mondialisation.

L'idée que celle-ci serait source de misère est pour le moins contestable. Je ne puis pas trop m'étendre, mais je vous recommande la lecture de Johan Norberg, un économiste et philosophe scandinave.

Il démontre que au contraire, l'ouverture à la mondialisation est source de prospérité. Egalement que cette mondialisation est une chance, une opportunité inouïe pour les pays en voie de développement. Que la plus grande source de misère ne vient pas des entreprises, mais du protectionnisme, ou de pratiques comme les subsides à l'exportation.

En pratique, prenez l'exemple de la Corée du Sud, du Japon, ou de l'Italie, qui a su profiter des traités CEE pour se relancer après la guerre.

Vraiment, je vous le recommande, ainsi que son site: johannorberg.net. Il démonte également très clairement l'argumentation des alter-mondialistes.

Pierre-Yves

Le Vieux Pierre,
Merci, sur de tels arguments je pense en effet qu'il est possible d'avoir un dialogue intelligent...
Petite précision: si je suis bien électeur socialiste, je ne suis pas communiste, ce qui explique que je garde une certaines distances envers des expériences "historiques" de type stalinisme et autre maoïsteries...
Ceci étant, au moment de faire le bilan du communisme, et je m'en excuse, il est difficile pour moi de ne pas voir également les dommages d'une certaine mondialisation, qui rémunère ses actionnaires en jouant habilement de la concurrence: délocaliser vers des pays sans protections sociales, au détriment d'une partie de nos économies.
Certes cela n'entraîne pas mort d'hommes comme le stalinisme, et donc il est impossible de dresser un parallèle (je me permets d'insister sur ce point!!!!). Mais cet "hyper-libéralisme" est néanmoins, à mes yeux, un facteur de "misère humaine" qui en tant que personne de gauche m'interpelle.
Ensuite vient la façon d'aborder cette nouvelle économie, et là les positions divergent entre extrèmes-gauche, gauche et droite.
Et là se situe un point intéressant, vraiment.
Ainsi (et de façon plus "générale" que la question des délocalisations), je note que pour la droite l'idée est "réforme fiscale = plus d'argent "poche" = meilleur pour l'économie". Pour la gauche "plus d'impôt = plus de protection sociale = meilleur pour la cohésion".
Je trouve vraiment noble cet "affrontement" de thèses.
Et je ne dis pas nécessairement que l'un a raison et l'autre pas, simplement, en qualité de militant de la gauche, ma préférence va à la seconde option, tout en respectant la première.
Pour ce qui est du clientélisme et de l'achats de voix, je me permettrai un exemple qui illustre mon "relativisme" face à de telles "accusations " (j'utilise beaucoup de " " pour tempérer mon propos qui n'a rien de radical): le logement social.
J'entends souvent dire que ce sont des "clients" du PS dans les logements sociaux. OK, j'en accepte le principe.
Mais à contrario, si on regarde les communes qui ne doisposent pas de logements sociaux, elles sont souvent dirigées par le MR. Et ici aussi, c'est une forme de clientélisme: le Bourgmestre MR ne veut pas:
- se mettre à dos ses concitoyens en acceptant des "nécessiteux" sur le territoire communal qui deviendra alors moins attractif pour les classes aisées (qui votent plutôt MR);
- ce faisant, il maintient éloigné des catégories sociales qui risquent de voter PS et donc amenuiser sa majorité...
C'est selon moi une forme de clientélisme qui ne dit pas son nom...
Ceci étant, comme je l'ai dit par ailleurs, je trouve que la vente de logements à Etterbeek, par un bourgmestre MR, est une très belle initiative à encourager.
Je terminerai en soulignant que je ne pense pas avoir eu des mots ouvertements agressifs envers le MR ou ses sympathisants? Si oui je m'en excuse, car telle n'est pas mon intention!
Bonne journée!

Le vieux Pierre

[[...mes messages en me "caricaturant" comme simple zélateur gauchisant.]]

Ceux qui s'irritent ici à propos "d'incessantes manoeuvres" des milieux de gauche ne s'en prennent pas à votre personne, Monsieur Pierre-Yves. Ils dénoncent ces abus et distorsions parce que la plupart d'entre eux sont -disons- bien informés... Ils dénoncent l'hypocrisie qui serait le fait de certains caméléons de "droite", mais surtout plus insidieusement le fait d'épouvantables apparatchiks appuyés sur une population fragilisée, dont ils abusent de la crédulité. Electeurs fragilisés: socialement ou intellectuellement, d'un niveau d'ignorance moyen qui arrange très bien les intentions et pratiques de leurs "élus-parvenus", gens au dogmatisme mensonger.

Puisque vous n'êtes point sot Pierre-Yves (vos mots), prenez la peine de relire les conséquences néfastes pour nos sociétés de ce que furent 70 années du communisme en URSS et dans les pays qui tombèrent alors sous sa coupe; critiquez donc la même doctrine ravageuse qui - sous des formes variées - exerce encore ses méfaits dans 10 à 15 pays de par le monde.
Comparez Pierre-Yves ce que fut un "socialisme noble", des débuts, avec des grands noms presque oubliés qui méritaient cette étiquette de discernement et de bonté envers autrui. Exemple: Jean Volders, défenseur de la famille ouvrière du 19e, ça vous dit encore qqchose? Les "pères fondateurs" ont fait place à des "enfants dévoyés". Analysez ce qu'ils devinrent disons dès après la seconde guerre mondiale? Réponse = des carriéristes, ambitieux pour eux-mêmes et accessoirement pour leur cause première. Des carriéristes qui "achètent" leurs voix d'une manière analogue à de que des règnants pratiquaient sous l'ancien régime en s'achetant (suzerains) l'appui de vassaux par des "privilèges et pouvoirs délégués".
Si vous Pierre-Yves, penseur-électeur de gauche, êtes d'une véritable honnêteté intellectuelle, questionnez-vous donc sur des faits répétitifs, observables non seulement en Belgique mais autant ailleurs! Alors acceptez peut-être que les idées d'une époque révolue doivent être amendées, non dans le sens d'une radicalisation destructrice prônée par les facteurs de basses oeuvres tels des Besancenot, Laguillier, Buffet &consorts, ou ailleurs un latino Chavez... mais alternativement grâce à une ouverture lucide vers d'autres courants de pensée. Ici, si vous vous donnez la peine de lire de manière approfondie les grands penseurs du LIBERALISME (cinq siècles d'évolution des idées, c'est pas rien), alors votre "conviction première" en sera un peu ébranlée. Vous comprendrez ainsi pourquoi certains libéraux européens sont "vomis" par les gauches, suite à ces "dérangements" qu'ils leur occasionnent!
Bonnes lectures...

Pierre-Yves

Simplement pour bien préciser:
Je trouve important dans une démocratie un débat entre une vraie droite et une vraie gauche.
La quasi totalité des personnes sur ce forum sont plutôt "de droite" et vraiment, j'ai un énorme respect pour eux/vous, car défendre des opinions politiques est toujours louable.
Et la plupart d'entre vous ne répondez pas à mes messages en me "caricaturant" comme simple zélateur gauchisant. Je vous en remercie et mes propos dans le post ci-desssus ne vous visaient bien évidemment pas.
Par contre, je dois regretter l'attitude de certains qui est déplorable, vraiment.
Et des gens qui font si peu de place à un débat "ouvert", vraiment j'ai difficile à les respecter (ceci exliquant cela)... Mais je me garde bien de les caricaturer sur des attaques personnelles, cela ne menant nulle part (ai-je par exemple jamais accusé qqu d'être le zélateur de la droite libérale proche de l'ocde??? Bin non...)
Pour reprendre le message de Pierrette-Yvette, je ne lis qu'attaquent infondées sur 3 lignes...
C'est faire preuve d'une fermeture intelectuelle d'un autre âge!
Mais heureusement, un tel comportement reste minoritaire sur ce blog et je tiens à remercier les gens "normaux" qui prennent plaisir à débattre sans "insulter"...

Pierre-Yves

Yvette-Pierrette?
De nouveau, je vois que le mépris prime sur les arguments de fond...
Comme quoi, certain à droite ne sont pas intelligents :o)
Oui, je sais: la faute à Arena! :o)))

Yvette-Pierrette

P-Y
tjs prompt à excuser les innocents, pour autant qu'ils portent l'étoile rouge?
Esprit critique chez vous, vous le mettez où?
Et l'esprit de réforme, vous le pratiquez comme la CGT en France?

Pierre-Yves

Un question à se poser: "à qui profite le crime (de cette mention Cocof)"????
Je trouvais déjà étrange de dénoncer le "grand complot" d'arena sur PISA (on ne doit pas avoir une même vision des articles et reportages qui tous -selon moi - soulignaient un retard de la CFrançaise par rapport aux écoles flamendes), mais ici c'est encore plus étrange d'y voir malice...
Quel politicien va profiter concrètement de cette publicité (qui en général est automatique pour des projets subventionnés: il est prévu que les publications doivent mentionner ml'institution qui aide l'action)???
En cherchant bien j'ai trouvé que Benoît CEREXHE préside la Cocof, mais je ne vois rien d'anormal???
Et a fortiori, rien n'aurait été indiqué sur le dépliant, si l'opposition avait appris la chose, elle aurait clamé au "subsides occultes", au "réseaux clientélistes"... Ici ça a au moins le mérite de la clarté... De la vraie bonne gouvernance en somme :o)

leila chahid

Bon le sénateur veut sans doute dire 1. Que la COCOF comme institution, ça le fait rigoler avec son gouvernement, son parlement, ses fonctionnaires,...(Il ne ferait que penser comme Schepmans et beaucoup d'autres au MR, au Cdh ou ailleurs); 2. Qu'elle n'a pas à subventionner une série de bidules (comme une invitation à voir Saint Nicolas). 3. Qu'il n'habite sans doute pas au fin fond de Molenbeek ou de Marcinelle et donc que la cohésion sociale dans son quartier, ça le fait rigoler. Bref un petit (dans ce cas) gaspillage de deniers publics comme il en a tant dénoncé (Berlaymont, Hainaut etc)

pixeline

Monsieur Destexhe,

peut-être devriez-vous spécifier clairement pourquoi ce soutien de la COCOF vous importune, à moins que vous ne vouliez, par ce silence lourd de sous-entendus, alimenter l'apolitisme grandissant auprès de nos concitoyens... Si vous critiquez nos institutions, merci de dire pourquoi, tout le monde n'a pas lu votre biographie.

a toute fin utile...

olivier

"moins agréable"? ah, pourquoi donc? Oh, j'avais pas vu: "cohésion sociale", oui je comprends, c'est insupportable. De la cohésion, pouha, et sociale en plus, horreur. Vade retro!
Mais non, c'est "cocof" qui dénote. Ah bon, c'est que cocof, pas social ou cohésion. Alors ça va.

Meunier Quentin

Sympathique cadeau de Saint Nicolas que de lire un politicien qui ne verse pas dans la crétinerie ambiante...

Père fouettard

Wallon,
lorsqu'il m'arriva d'entendre la première fois COCOf, ça me fis penser à un COCORICO de notre rouge coq!
MISSION ? floue, la branche bruxelloise d'organes wallons relevant de la C.F.

Une tranche de la tarte que se répartissent les partis, si friands de diviser pour exercer un grain de pouvoir, avais-je pensé. Mais ceci fait-il sens "division de partis" (gauche-droite et Nord-Sud, d'ethnicité variable de place en place, de cultures en conflits profonds sur leurs valeurs respectives)? Est-ce véritablement un trait de la Cohésion sociale dont les huiles de la COCOF veulent entretenir leurs petites émules?

Et puis, aujourd'hui, quel avenir dans cette diversité francophone? Les points de vue divergent. Et la sainte Commission des Dix-huit Sages va t-elle nous éclaicir le tableau?
Ecolorisons nos feuillets: Doulkeridis avait-il prévu que du VERT recyclé soit porté sur ce message sympathique?

Peut nous importe crierons aujourd'hui nos petits, ce qui compte c'est la pile de jouets colorés. Là ils sont servis...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan