Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« "La mérule flamande", selon Onkelinx | Accueil | BHV : les langues et la justice »

16 octobre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

damienne richon

j'ai beaucoup aimé les livres de daniel pennac.hier j'ai vu mon petit fils de 7ans avec "la petite marchande de prose" comment faire pour illustrer et rendre accessible un vrai livre pour un petit qui n'aime pas l'ecole peut'il yavoir
ce type de livre

berlin

Gut!

kty

Merci à Monsieur Pennac!!!
Quand j'ai lu son dernier roman, la lumière est apparue;
C'est quoi ce "rien" que tu ne comprends pas?
Efficace. Evident.
Pour tous ceux qui enseignent sans y avoir été formé...
Pour tous ceux qui ont été formés sans avoir compris.
Les résultats sont étonnants.
Encore
merci

Dinosaurus

[ l'ensemble des enseignants qui devraient d'ailleurs tous lire ce livre].
Chère bachy, faudra que vous le proposiez vite aux pouvoirs organisateurs des formations d'enseignants.
Car une fois pris dans la mêlée du quotidien, l'élan pourrait leur manquer de (re)lire ces vérités d'un temps révolu.
Tiens, si vous vous cotisiez afin d'en offrir un exemplaire avec dédicace à la madone des douchettes? Il ne lui reste plus trop de temps pour sévir encore dans sa désastreuse mission de démolition de l'avenir de nos bambins. En priant fort le ciel, elle pourrait avoir un sursaut d'intelligence (la lumière divine sur la madone).

bachy

Jamais un livre ne m'a autant émue, fait rire et accaparée : mère de trois enfants le plus grand est en 6e avec des difficultés en orthographe, cas classique ! Je bénis Monsieur Pennac pour ce qu'il m'apporte et surtout le message qu'il fait passer à l'ensemble des enseignants qui devraient d'ailleurs tous lire ce livre.

Robin d'administration

Le comble de la bêtise publique?
1) Devoir constater ces choses graves pour l'avenir de la société, mais n'être amène que d'en parler sans pouvoir shooter dans le tas de ces abuseurs incompétents!
2) En corollaire de 1): devoir subir les politiciens qui couvrent ces abus maintes fois avérés, sans pouvoir compter sur le processus démocratique pour les descendre de leur socle de bêtise et d'hypocrisie agglutinées.
3) Devoir cohabiter avec ceux qui les élisent de manière récurrente...

Blue

Wallagonie,

heureux que mon intervention (LE PAN), il est vrai, assez peu réfléchie, vous fasse sourire...
mais à vivre au jour le jour c'est plus que pénible.

Sur ce, j'ai un dossier à récupérer...

bonne journée

wallagonie

Lu sur LE PAN (Irrésistible):
Mon entreprise travaille malheureusement en collaboration avec le FOREM. Comment qualifier le forem ? Que dire d’une entreprise qui perd systématiquement les dossiers envoyés, une entreprise dont les employés sont une fois sur deux : malades, en vacance ou simplement introuvables dans le bâtiment…
Que dire d’une entreprise qui lorsqu’elle les retrouve envoie des dossiers incomplets qui lorsque ceux-ci retournent au forem pour êtres complétés, disparaissent à nouveau…
Il est parfois possible de prendre RDV, et “ILS” viendront, je dis bien “ILS” parce qu’en général ils viennent à 3 pour faire le travail d’une personne…
Des RDV qui tournent tjs autour de l’heure de midi, pour profiter du resto…
Et oui, au forem, le sandwich, ça n’existe pas !
La dernière en date étant :
” je ne pourrai venir ce jeudi car je remplis ma fiche de kilomètre mission… ”
(Observations faites sur plusieurs années de soucis administratifs)
Messieurs les Flamands, mon unique regret, être né au sud"

Jean-Louis Leroy

Quand j'observe mes enfants (11 et 14 ans) ce qui m'effare c'est leur manque de perception de la structure de la langue. Ils ne savent pas le sens de mots comme: temps, mode, genre, nombre. Ou même, moins abstrait: adjectif, participe passé, article.

Je suis assez atterré. Je me souviens que "dans le temps" à la fin de la sixième primaire nous soulignions des parties phrases en bleu, rouge et vert, et nous dessinions des flèches pour montrer quel mot se rapportait à quel autre. Cela s'appelait "analyse structurale".

Et attention, je n'étais pas dans une école de rupins. Juste l'école communale de Bois-de-Breux (dans la banlieue liégeoise). Ma mère ne sait pas lire couramment et mon père, quoique vraiment intelligent, ne sait pas faire une division en calcul écrit. J'ai appris la grammaire, l'orthographe et le calcul à l'école, et mon père m'a passé le virus de la lecture - merci papa!

Quelques mots nostalgiques en souvenir de l'époque où l'école enseignait et les parents éduquaient...

Panpan cucu

Propos à méditer sur les coûts sociaux d'une éventuelle remédiation aux manquements de l'apprentissage initial chez nos petits belges?

http://www.lepan.be/?p=1984#more-1984
"Forem/VDAB : le jour et la nuit"

Extrait n° 1 : Forem : 3 x plus cher ! Commençons par le commencement, le budget : le Forem fonctionne avec 900 millions € par an (chiffres 2006). Son homologue de Flandre peut compter sur 467 184 000 € annuels. Si on divise le budget par le nombre d'habitants, ça nous fait 257 €/an par Wallon et… 78 par Flamand ! Paradoxal, non ? (la suite en pointant sur la totalité de l'article).

Extrait n°2 : VDAB : 11 x plus d'offres ! Sans tirer sur l'ambulance, abordons la question des offres d'emploi (car c'est une des missions principales de ces institutions, selon leurs statuts légaux). Le ciblage est ici encore absent du côté wallon. (la suite en pointant sur la totalité de l'article).

Extrait n°3 : Ostende : trois refus = exclusion (ville du SP-A VandeLanotte)

Plus de 11 commentaires , parmi lequels on verra que ceux prenant la défense du FOREM commentent un nombre de fautes à faire rougir ...Daniel Pennac et l'école ARENA.
Morale de la situation. On se questionnera longuement sur les motivations d'un PS francophone à vouloir protéger leurs chômeurs en état de non-placement prolongé. Incompétence ou état d'esprit socio-mafieux? Assurément un peu des deux.

E. G.

Il m'arrive fréquemment d'emprunter les trams/bus dans les grandes villes, entre Bruxelles, la France et l'Allemagne. Aux heures de sorties d'écoles, c'est un réel observatoire où les "sociologues de gauche" devraient s'asseoir et réviser leurs conceptions, plutôt que de nous pondre des versions journalistiques ou académiques!

Observatoire de société. Au "futur probable" gouvernement fédéral comme l'appelle notre presse, le débat relatif à la Justice et la responsabilisation des jeunes constitue un symptôme de plus de nos maladies de société.
QUI sont ceux faisant front contre cette idée de responsabiliser?
RE: Ligue des droits de l'H., une armée de magistrats brouteurs de dossiers épais, la Mme Milquet tiraillée par ses Standen de gauche CdH!
Or, curieusement, il y a qq années, les mêmes courants de gauche (emmenés par Ecolo et le PS francophone) voulaient inscrire dans la loi un âge de la MAJORITE ELECTORALE abaissé chez les jeunes dès 16 ans??? Ce qui amène à penser que "mûr" à 16 se prépare déjà par maturation avancée chez les 12-14 ans, right? Et que si on prescrit la pilule et l'éducation sexuelle très très précoce chez nos chérubins du marché électoral d'Arena, c'est avec le même sentiment que les filles sont réceptives dès 9 ans (Coran, dixit) et les gamins ont surmonté leur crise d'ados dès 14 ans? Démontré dans les bus/trams?
Dans le même temps, les faits de rues confirment que la CRIMINALITE des jeunes s'affirme à un âge de plus en plus précoces. Police et enquêteurs, taisez-vous! Laissez la place et la prééminence de juegement à ces bons psychologues du LAISSER FAIRE (ils pullulent dans notre bureaucratie politicienne).

Alexis de Tocqueville

On dit beaucoup de mal des enseignants mais ils ne peuvent pas tout gérer. Je viens d'entendre que la prévention de la délinquance passe par l'école. Faut pas exagérer. Les enseignants sont confrontés à la génération du plaisir et des jeux-vidéos. Le niveau baisse surtout dans les Humanités. Plusieurs assistants à l'ULB m'ont dit qu'à 18 ans, beaucoup ne savent pas conjuguer être au présent de l'indicatif. On ne peut jeter la pierre uniquement sur les enseignants.
Les parents que nous sommes doivent aussi serrer la vis.

L'instit

Daniel Pennac est aussi interviewé dans Le Vif/L'Express p.42-46.
Trois bonnes pages à faire lire par Madame ARENA, si elle n'était autant bornée et soucieuse de faire sa pub en signant sa fameuse lettre de grande diffusion?

Mais l'effort recommandé par Pennac et cette stimulation doivent venir dès le plus jeunes âge.
Donc la politique doit se remanier dans le scolaire à tous les niveaux simultanément, pas par petites doses pour répondre aux sempiternelles excuses budgétaires. Bon, on se répète: ça demanderait en premier une autonomie accrue (une réaction adulte) de la part des P.O. et Directeurs. Un fait connu, un souhait des enseignants de base. Plus une mobilisation chez ceux de mes collègues basculés dans la routine ou démoralisés. Une attitude constructive des syndicats (c'est beaucoup leur demander). Un franc soutien des associations de parents pour ces nouveaux élans pédagogiques. Des parents qui savent discipliner un peu leurs chérubins, plutôt que de les considérer tels des enfants-rois et regarder alors les enseignants comme des laquais de ces petits-là.
Une société enfin où les acteurs agissent avec civisme, en synergie avec l'école.
C'est ça que je souhaite du fond du coeur. Dont je devrai rêver probablement encore longtemps sans le voir?
Persévérance et espoir, quand tu nous tiens.
Bon, ce matin faut se lever tôt pour la classe.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan