Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« BHV : les langues et la justice | Accueil | "Le modèle belge a fait ses preuves" »

18 octobre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

himself

"réchauffement climatique dont le PS n'est pas responsable ... "

Pas si sûr ...

eric

>Lambermont PY

L'idée c'est que tant qu'un élu PS est en activité quelque part le MR ne peut être tenu pour responsable de rien.
Une façon bien commode de masquer ses propres insuffisances.
Même quand il s'agit des négociations pour la formation de notre futur gouvernement, si l'orange bleue pédale dans la choucroute depuis plus de 4mois c'est à cause du PS biensur !
Il n'y a que du réchauffement climatique dont le PS n'est pas responsable ... uniquement parce que c'est une invention des Ecolos!

Lambermont PY

Si je ne m'abuse les Libéraux ont dirigé Bruxelles assez longtemps; pourquoi ce bilan est-il celui du PS ?

Jean-Louis Leroy

Est-ce que l'orange bleue sans le CDH aurait la majorité simple?

Milquet escroque ses électeurs en jouant au sous-marin rose alors que son électorat est bien plus à droite qu'elle.

Un gouvernement MR-VLD-CD&V/NVA, voilà qui aurait de l'allure!

Cela permettrait de proposer aux électeurs, lors des prochaines élections, une question claire: un gouvernement de droite, cela vous a-t-il plu?

Enfin un vrai débat idéologique en perspective :-)

Wali

"J'imagine que si dans un contexte de dérégulation européenne globale, la Belgique a consolidé son modèle de sécurité sociale c'est aussi la FAUTE du PS ?"

Lol. Le commerce des concombres était déjà réglementé avant l'UE?

Roger

L'impôt progressif est d'ailleurs un frein au dynamisme puisque plus vous travaillez (heures sup, 2e activité) ou plus vous montez dans la hiérarchie, plus, proportionnellement, vous êtes imposés. Je ne dis pas qu'il faut imposer les pauvres et défiscaliser les riches, mais un impôt dégressif voire nul pour les activités complémentaires serait bienvenu. Se faire indépendant complémentaire est une des solutions mais elle fait peur.

paul

L'impôt n'est pas une source de redistribution de richesses très efficace, comme la situation de notre pays le démontre.

L'argent ainsi prélevé ne sert qu'à... Il sert à quoi au fond?

Dans le meilleur des cas, la partie effectivement redistribuée ne permet pas à ses bénéficiaires de réellement améliorer leur situation. Dans le pire des cas, elle sert à nourrir la clientèle des gestionnaires de ces fonds. Outre ces gestionnaires eux-mêmes, bien sûr.

Volontairement ou non, Olivier se réfère à la théorie de l'utilité marginale du dernier euro, sur laquelle s'appuie le système d'impôt progressif.

Pour rester bref, cette théorie alloue à l'autorité la capacité de décider de quel montant le citoyen a besoin vivre, mais sans regarder ses besoins.
Elle le prive également d'une partie de ses investissements potentiels, investissements qui, eux, sont effectivement et directement utiles à la communauté - notamment à ceux qui doivent vivre de € 800/mois.

Ce par quoi je ne prétends pas que l'impôt soit à priori et toujours illégitime. Simplement, notre taux d'impôts ne correspond plus aux services que nous rend l'administration.

Mateusz Kukulka

Info relayée sur www.lepolitiqueshow.be

Bien à vous.

et  Raf ...

à peine parle-t-on de "télécommandé(s)" qu'on les voit réapparaitre.

Beste, Rif (nouvel acronyme pour Rouge insolent factice)?
;<)

Robin

""Je pense que nous aurions intérêt à accueillir comme il se doit les gens qui doutent (et qui se risquent sur ce blog) sans les agresser.""

D'accord, A. de T.: Remarquons cependant que le but de certains intervenants qui argumentent positivement (démontrent, expliquent) n'est pas d'agresser, mais très simplement de ramener à leur juste endroit les idées/slogans "télécommandés".
Soyons pas naïf (ce qui n'est ni votre cas, ni le nôtre)! Si des citoyens malléables acceptent sans critiquer les discours creux et effets de foule du P.S., ça ne nous oblige pas à bêler comme des moutons ignares.
Nous aussi savons critiquer ces "centres et diverses droites" lorsque nous le jugeons fondé. :>)

Rif

Dites mr destexhe, vous n'avez vraiment rien de mieux à faire que de vous parader sur le net ou en smart, la critique est facile, mais il me semble que la seule fois ou le "mr" était aux pouvoir sans les socialos, il a fallu ramer 15 ans pour récuperer le trou dans les caisses de l'état. vu l'annonce faites aujourd'hui pour le budget 2007, on va dans le meme sens, qu'en fait d'années 80. Alors qui ne sait pas gérer les finances?

alex

flory?

comme flory-merogis? la référence à la prison appuye-t-elle naturellement le point de vue socialiste? ceci explique p-e cela...

flory

J'imagine que si on suit vos discours qui vont toujours dans le même sens, si le chômage a baissé de 10% en un an, c'est aussi la FAUTE du PS (puisque tout est de sa faute)?
J'imagine que si un nombre incroyable de communes MR n'ont pas un seul logement social sur leur territoire, c'est aussi la FAUTE du PS? Ne prenons l'exemple que de 2 députés-bourgmestres MR pour illustrer,Frasnes et Jurbise.
J'imagine que si dans un contexte de dérégulation européenne globale, la Belgique a consolidé son modéèle de sécurité sociale c'est aussi la FAUTE du PS ? (tiens votre parti voulait diminuer par 2 la norme de croissance des soins de santé...)
J'imagine que si les rentrées fiscales sont au fédérales tellement en décallage avec les estimations de Mr Reynders, c'est aussi la FAUTE du PS?
Mais dites, vous n'auriez pas un autre disque?

Alexis de Tocqueville

Je pense que nous aurions intérêt à accueillir comme il se doit les gens qui doutent (et qui se risquent sur ce blog) sans les agresser.
Cher Olivier, un article de Jacques Marseille (Le Point) a détaillé à quel point le bouclier fiscal allait profiter à pas mal de gens moyens. Bien sûr, individuellement, le contribuable modeste touche moins du bouclier fiscal qu'un riche. Mais les gens "normaux" qui en bénéficient sont infiniment plus nombreux que lesdits riches. Là où 1.000 riches toucheront 1 million d'euros de rétrocession, 300.000 contribuables toucheront 700 euros (les chiffres ne sont là qu'à titre indicatif le temps que je retrouve cet article).Les prétendus cadeaux aux patrons (baisse de charge, etc.) permettent souvent d'engager plus de travailleurs. Mais il est vrai que le pouvoir d'achat devrait être une priorité nationale.

Ron Paul

@Olivier : Désolé mais je n'ai pas le temps de tout reprendre depuis le début. Lisez ça http://bastiat.net/fr/cercle/rencontres/savez-vous.html par exemple.

Simon

Cher Olivier de 10h31,
Si vous avez étudié un tant soit peu des bases d'économie, hors celle ménagère, vous conclurez facilement avec nous:
1) La richesse régionale d'une population constitue l'intégrale (mathématique) des surplus liés aux activités génératrices de revenus et de valeur ajoutée.
2) Ces Revenus sont majoritairement générés par du travail productif. Travail intellectuel + manuel de ceux qui créent. Travail d'exploitation des ressources naturelles, que nous n'avons plus guère localement, sinon notre jus de cerveaux. Travail de transformation à valeur ajoutée, si nous disposons des gens compétents pour l'effectuer mieux et à moindre prix de revient qu'ailleurs. Travail de ceux qui acceptent de suer avant de vouloir revendiquer.
3) Revenus conquis grâce aux efforts d'aventuriers commerciaux appuyés par de la finance internationale et une prise élevée de RISQUES d'affaire. Fruits de la conquête par ceux qui défrichent des terres inconnues, qui vendent les produits/services de leurs "travailleurs en amont". Puis ramènent le "fric en surplus" vers la terre indigène.
4) ...

Par contraste avec ces évidences, que nous offre donc un siècle écoulé avec du "socialisme structurel" et ses "milieux hypersyndicalisé", hors le cas extrême du communiste dont les travers sont bien documentés? Ce monde dans lequel VOUS et NOUS vivons probablement mal...

Voulez-vous répondre honnêtement à cette question simple. Sinon, laissez-moi vous en décrire quelques faiblesses notoires.
*** Plus de 38% des fonctions "socio-économiques" belges sont essentiellement improductives. Ces structures vivent sur des subsides publics abondamment ponctionnés chez les productifs d'amont, puis déversés selon une logique à rationalité questionnable.
*** L'économie "sociale" dont tant de rouges copains se vantent est un problème de société qui ne se résoudra durablement que s'il est soutenu par une expansion massive des revenus en amont. Comment?
*** Notre Belgique, notre Wallonie, si fières d'avoir été "leaders d'exportation" ... en des temps antérieurs... deviennent avec le temps des structures et circuits d'importation massive, suivie de commerce local (la grande distribution?). Sans plus trouver ainsi d'équilibre NET et DURABLE dans leur balance commerciale, ni de vraie valeur ajoutée.
Ah, diront l'AWEX socialiste de Philippe Suinen "nous oeuvrons pour la conquête du monde". Ah oui? Et les clusters d'entreprises et grands groupes productifs internationaux avec leurs milliers de salariés, ils ont attendu l'AWEX avant de faire quelquechose? Au 19e et 20e les entreprises gagnaient sans l'AWEX. Puis il a fallu nommer +- 500 fonctionnaires éparpillés dans le monde, souvent sans bagage professionnel ni esprit d'entrepreneur pour que l'on découvre les vertus du grand commerce?
Bon, j'arrête car il s'agit de redites. Mais au royaume des sourds et des aveugles, les borgnes sont politiciens, dit le dicton.

olivier

Cher Ron,
Je suis fort aise de vous avoir fait rire (à défaut de vous avoir fait réfléchir) mais je ne penses pas avoir confondu pauvreté et inégalité de revenu. J'ai juste établi un lien. Il ne me semble pas incongru, pour augmenter les bas salaires, de réduire la différence qui les sépare des plus hauts revenus. Qui a besoin, qui mérite de gagner plusieurs centaines de milliers d'euro quand d'autres ne parviennent pas à se nourrir?

Ron Paul

"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté" - Confucius

Ron Paul

@ Olivier : Excusez-moi de vouloir commencer par rétablir le sens des mots. Pauvreté et inégalités de revenu sont deux choses différentes, ne vous en déplaise. Vous êtes sans doute des ces novlanguistes qui parlent par exemple de l'"épidémie de l'obésité", "la première épidémie non-infectieuse"... Mort de rire.

olivier

Il me semble que pour combattre la pauvreté ce ne serait pas une mauvaise idée de commencer par combattre les inégalités de revenu plutôt que de stigmatiser les "pauvres" qui osent se payer des loisirs ou un gsm et qui, c'est évident, on choisit de vivre dans la misère.
Le seuil de pauvreté serait un critère idéologique? Essayez de vivre avec 800 euros par mois et on reparlera d'idéologie.
Mr Destexhe, lancer un os à la meute et rendre responsable une seule personne de la pauvreté à Charleroi, c'est un peu court.
A part réduire l'impôt sur les sociétés (ce qui ne fait qu'enrichir le patron) et sur les hauts revenus (ce qui, c'est sûr, va contribuer à réduire la pauvreté) que proposez-vous?

Ron Paul

La "distorsion liée aux extrêmes", c'est justement ce que recherchent nos escrocs collectivistes.

Ron Paul

La France et Eurostat utilisent le revenu médian (respectivement 50 et 60% de celui-ci). Je suppose qu'il en est de même ici. (?)

E. G.

J'aimerais personnellement qu'un des responsables des gouvernements région communauté et/ou de leur(s) administration(s) OSE nous expliquer la méthode de calcul qui désigne comme "pauvre" l'habitant de leurs zones. Aussi comment ILS -responsables présumés- vérifient l'exactitude des dires et des faits, en chiffres. Qu'ILS nous le disent en toute objectivité, si possible.
Car il y a les VRAIS pauvres (ceux, honteux, qui plutôt se cacheraient) puis les quémandeurs (plus ou moins professionnalisés) qui s'approvisonnent à diverses sources dites "aides sociales".
Jeune, j'ai côtoyé la vraie pauvreté. Des gens d'alors dignes dans leur dénuement, sans culture, sans loisirs, vivant à court terme, bref en butte aux BESOIN de base. Des vrais pauvres "stimulés par la nécessité"; ils chassaient l'opportunité de pouvoir travailler, de se rendre utiles en contrepartie d'un appui d'autrui, car peu de structures existaient qui les auraient poussé à une repli sur le cocooning social.

Aujourd'hui, j'ai la curiosité aller là où les "pauvres" actuels se nichent. J'observe les signes de leur vie et leurs profils. Etonnant. "Pas permissible", diront certains bien-pensants. "Halte à la discrimination", crieront d'autres, assemblés en des collectifs revendicateurs.
Pourtant messieurs mesdames les bien-pensants, il faut avoir l'honnêteté de passer les cas au tamis fin, d'extraire ceux des pauvres qui souffrent du besoin véritable (y compris moral) et ceux qui abusent des structures sociales. Car dans certaines zones, ILS ont logement social, aides cumulées, travail au noir (eh oui!), mais aussi voiture, intérieurs surprenant pour des dits pauvres, hi-fi parfois, loisirs, GSM etc. Donc ne relèvent aucunement de la catégorie des 15% auxquels les gestionnaires publics doivent appui! Hypocrisie quand tu nous tiens...

paul

Sauf erreur (je ne suis pas expert): n'est)ce pas l'inverse? Le taux de pauvreté utilise la moyenne, et pas la médiane, qui serait plus utile? (pas de distorsion liée aux extrêmes).

Ceci dit: tout à fait d'accord pour dire que ce taux n'indique rien par rapport aux conditions de vie des personnes concernées, et ne permet certainement pas de se faire une idée correcte sur l'évolution d'une situation.

Alexis de Tocqueville

A part ça l'Orange bleue est anti-sociale. Bilan du PS : chômage de masse, pauvreté en hausse, médecine à deux vitesses, l'Etat social c'est pour quand? Lorsque les socialistes cesseront de vouloir éradiquer la richesse pour se concentrer sur l'éradication de la pauvreté.

Ron Paul

L'indicateur "taux de pauvreté" n'a rien de scientifique. Le calcul est basé sur le revenu médian et il ne mesure donc rien d'autre que les inégalités de revenu. Si par un coup de baguette magique, chacun voyait du jour au lendemain ses revenus réels multipliés par 5, il y aurait toujours autant de "pauvres". Des pauvres à 4000€ par mois... Il s'agit donc d'un critère idéologique imposé par les égalitaristes. Les inégalités de revenu, on s'en tape, ce qu'il faut combattre c'est la pauvreté ! AD osera-t-il le dire ?

marc spilert

La réalité dépasse la caricature ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan