Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« "Le modèle belge a fait ses preuves" | Accueil | Sans commentaires »

19 octobre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Kir

.

Gaston la goffe

> cher eric. Vous êtes sacrément perspicace.
Comment avez-vous deviné que j'exerce dans le corps professoral? Il est donc des tics dont nous ne savons nous défaire. Ainsi - dans mon milieu professionnel - beaucoup de gens de gauche confondent souvent égalité des chances et égalité des capacités individuelles. Figurez vous que j'y suis confronté chaque jour de la semaine et que les pires interlocuteurs en cette tentative de dialogues sont certains parents, lors d'entrevues périodiques.

J'espère que vous aurez également noté le fait que je ne suis pas syndiqué, à la différence de collègues qui vivent leur métier comme une souffrance et se font vacciner régulièrement par leur délégué-médecin des âmes.
Meilleurs encouragements, cher eric. Et bon congé de Toussaint.

eric

>Gaston

Moi qui ait besoin de prendre des leçons et vous qui adorez en donner... décidément nous sommes fait pour nous rencontrer !

Ubu

Vous voulez de l'argumentaire de gauche, en voici :
https://bulles.agora.eu.org/20071027_droit_de_greve_vs_service_minimum.html

Gaston la goffe

@ eric,
Peut-être pourriez-vous cesser de prendre les intervenants sur ce blog pour des nantis chez qui l'argent coule à flots?
Si vous êtes magasinier, d'autres l'ont été avant vous. Changez de job et de qualification grâce à la formation au long de la vie et stoppez vos larmoyements (ça s'appelle égalité des possibilités, quand on se remue un peu)!

Avec des portraits du Che Guevara en arrière-plan de leur bureau de syndicaliste confortablement installé à la gare Charleroi-Sud, on sent vite ce qui anime l'esprit de la CGSP-Cheminot (ou plutôt son absence d'esprit civique)...

NB: Feu mon père, de convictions libérales, était ouvrier, oeuvra mains dans la graisse et les poussières. Comme quoi on peut être de statut social moins nanti et avoir un esprit ouvert.
Une leçon à prendre encore par certains, dont vous-même?

eric

D'accord ave 'blue', dans certaines entreprises (une minorité sans doute mais les jours de grève ne sont ils pas aussi minoritaires par rapport aux jours de travail) les travailleurs sont soumis à un véritable chantage de leur employeur qui sait très bien que son personel souvent peu qualifié est prêt à subir beaucoups d'abus pour ne pas perdre son boulot.
Parmis les anti-syndicalistes viscéraux de ce forum combien ont ils été magasinier, caissière, chauffeur routier pour connaitre les conditions de vie de la plupart de nos concitoyens ?
Avoir fait ce genre de boulot permettrait de comprendre l'attachement de certaines catégories sociales au syndicalisme et leur méfiance envers un parti libéral qui dit vouloir leur bien (aussi) sans pour autant les comprendre...

Robin des rails étroits

Nombre de faits passent vite dans l'ordinaire qu'il faut s'efforcer de subir.
Sans broncher?
Ce matin des milliers de compatriotes (et JE) ont une fois de plus subi la domination de quelques-uns:
ces grévistes de la CGSP Cheminots. Les instruments d'un mental dictatorial et coercitif qui ne se compare plus du tout à ces "héros de la résistance du rail" durant la guerre 40-45.
Aujourd'hui ces sbires fonctionnaires payés avec nos bons sous redistribués illustrent leur capacité de nuisance au quotidien. Je dis bien nuisance. Car vivant au travail (lorsqu'ils y sont) dans des conditions "aussi infectes" que leurs collègues de la CSC, il est notable que les uns et les autres manifeste un comportement nuancé.
C'est ici un trait culturel (ou aculturel?) récurrent chez les affiliés FGTB et ses consoeurs: on casse, on menace, on prend en otages. Pour le profit de qui? à chacun de ceux qui lisent de nous confirmer dans cette opinion!

blue

Facile Cobra, très facile...
Si les problèmes pouvaient se régler uniquement avec le tempérament vous seriez certainement un excellent négociateur...
Le problème est dans le cas dont je parle, l'absence quasi totale de contrôle dans les petites entreprises...

et si vous êtes le seul à protester...

Cobra

Blue

Pourquoi l'attitude des syndicats "des grandes entreprises" serait différente dans une PME ...

Vous dites ne pas aimez les syndicats ??? J'avoue ne pas bien comprendre l'antinomie entre vos positions !!!


Pour ma part je n'ai jamais eu besoin de syndicats pour me faire respecter ... Question de tempérament sans doute !!

Il y a lieu également de relever que souvent les "positions syndicales" au sein des entreprises permettent à quelques uns de bénéficier de certains privilèges généreusement consentis par le patron, en échange d'une paix sociale ....Ca c'est aussi la réalité !!!
Dés lors celui qui voudrait jouer au Chevalier Blanc se voit cadenasser par les deux côtés de la chaîne .
La défense des intérêts des "membres" n'est pas toujours la première priorité .

lionel

"Nous ne voulons pas prendre les navetteurs en otage mais ce n'est pas mal si c'est un petit peu le chaos, ainsi les gens verront quels sont les dangers d'un service minimum", a déclaré mardi le président de la CGSP-Cheminots, Jos Digneffe.

Source: La Libre

Blue

Je n'apprécie pas particulièrement les syndicats, simplement parce que parfois et même souvent je me demande ce que ceux-ci défendent vraiment,
mais le problème de l'absence TOTALE de contrôle dans les PME est un vrai problème.

Pour ma part, j'ai toujours travaillé dans de petites entreprises et dans chacune il y avait des dérives, des dérives parfois graves...
vous allez me dire, il existe un syndicat en dehors de l'entreprise, mais aller le trouver est se mettre la corde au cou, à courte ou longue échéance.

Alors, oui je suis scandalisé de l'attitude des syndicats des grandes entreprises qui font la grêve pour RIEN.
Ils ne sont visiblement pas conscient de la chance d'avoir un emploi et des dangers qu'une attitude aussi déplorable pour l'entreprise, il est vrai que le jackpot WV restent dans les mémoires...

Il est aussi ridicule de croire en une réelle utilité de l'inspection du travail parce qu'en général, les braves fonctionnaires qui viendront ne parleront qu'avec le patron...
Ou tout au plus donneront un avis CONSULTATIF.
Qui se répétera chaque année sans que rien ne change...

Cobra, votre avis est aussi excessif que François mais d'une autre manière.

Est-il juste qu'une classe de travailleur soit hyper protégée alors que d'autres sont laissées à leurs sorts ?

Je fais partie de ceux qui croient aux valeurs du travail, c'est pourquoi je fermes les yeux sur mes heures parfois, c'est une nécessité !
mais l'abus, il faut le contrôler !
et c'est bien loin du triple PQ mon cher Cobra...
Encore faut-il le vivre pour le savoir...

cobra

@ camarade Francois...
D'abord bienvenue à toi. Courageux ... Tu oses t'aventurer dans les contrées de la pensée "ultra-libérale" , comme vous dites chez vous ...
Tu parles de prisme qui rendrait nos affirmations libérales ,réductrices et abusives ... Attention Camarade , terrain dangereux . Tiens prends ça :
Comment qualifier un pays où la dépense publique représente la moitié de la production de richesses annuelle ? Où le revenu de la majorité des ménages dépend de l'assistance de la collectivité plus que de la rétribution du travail ?

C'est ca que tu appelles pudiquement " la redistribution des richesses " ????

La géographie et l'histoire démontrent plutôt que la démocratie fait bon ménage avec l'économie de marché, et la dictature avec l'économie planifiée ...
Seuls quelques idéologues, comme toi, croient encore que le le socialisme sauve, là où le communisme total extermine.

Mais lâche-toi .... Exige aussi une représentation syndicale dans les PME ...
On pourra faire plein de chouettes grèves d'avertissement ( Le papier cul au WC n'est pas triple couche ...)

Mais tu as raison ... le débat est ouvert et il y matière à discuter ..

Alexis de Tocqueville

Les combats syndicaux ont été formidables au siècle passé et précédent. Ils ont contribué à l'humanisation d'un capitalisme naissant et rude. Hélas, on observe aujourd'hui un retour de balancier: l'anarcho-syndicalisme pour lequel tout patron est un voyou et qui oublie que l'entreprise est au centre de la richesse et donc de la solidarité.
Quant au cynisme, syndicraties patronale et syndicale se valent, je pencherais même pour la seconde plus cynique encore.
Encore un effort, camarades et l'entreprise aura déserté nos contrées!

alex

François:

"social-démocrate actuel, fondé sur la progressivité de l'impôt et la redistribution des richesses, qui profite A TOUS, est lié à l'action des mouvements syndicaux"

En quoi? La "social démocratie" ou plus exactement la démocratie tout court, octroie la liberté d'association, et par extension d'association de travailleurs. Mais cette dernière est une résultante et non la cause de l'idée démocratique. Et on ne voit pas en quoi l'action syndicale est fondatrice d'une idée démocratique. On eput considérer que jusqu'à un certain degré (tant qu'elle ne viole pas une autre liberté) elle en fait partie, en effet.

Vous voulez dire ceci, peut-être:

"le système de concertation sociale implique que les avancées acquises par ces sauvages-... otage sont valables pour TOUS"

Mais ce postulat est erroné puisqu'il présume que toute cause de grève est par essence et nature valide puisqu'il profiterait à tous.

Or c'est faux: d'abord, cela ne peut être dans l'intérêt de tous, il existe des intérêts antagonistes - ne fut-ce qu'entre fionctionnaires et employés, par exemple, qui ne sont pas soumis à le même règlementation - en somme, il existe le même corporatisme que celui que vous dénoncez aux USA, mais un cran plus élevé, TOUS, oui, mais TOUS les employés et TOUS les fonctionnaires - et ensuite, l'affirmation en tant que tel procède de la pétition de principe. "C'est juste parce que c'est pour tout le monde."

Sorry, ça ne parche pas comme ça.

Lionel

Personnellement je suis conscient de ce qu'on doit aux actions syndicales du début et moitié du siècle passé. Mais les actions passées ne justifient pas les actions présentes. Au contraire, elles mettent en exergue la différence entre ces grands combats idéologiques d'antan et la mesquinerie actuelle.

Je suis curieux d'entendre une justication à cette grève d'avertissement.

François Lemaire

1. Le débat est ouvert et il y a matière à discuter

2. Cette belle unanimité contre les syndicats est affligeante d'oubli historique. Notre régime social-démocrate actuel, fondé sur la progressivité de l'impôt et la redistribution des richesses, qui profite A TOUS, est lié à l'action des mouvements syndicaux. Le prisme par lequel certains ne voient les syndicats que par la lorgnette "de la prise en otage" est réductrice et abusive. Au contraire des Etats-Unis où les syndicats sont, à proprement parler, des corporations, et où les avantages acquis par leurs soins bénéficient à leurs seuls affiliés, en Belgique, le système de concertation sociale implique que les avancées acquises par ces sauvages-gréviculteurs-qui-prennent-les-citoyens-braves-travailleurs-en-otage sont valables pour TOUS, y compris pour les non affiliés (remboursement de frais de transport, avantages extra-légaux tels qu’assurance groupe, congé éducation payé pour la formation continue des travailleurs, soins de santé, le principe des conventions collectives de travail, etc.)

3. Toujours dans la veine historique, si notre syndicalisme belge peut être qualifié de "service" (ce que je déplore lorsque je constate le manque de conscience politique de clients... dérive consumériste et individualiste probablement), c'est parce que ce sont ces organisations qui ont inventé les mutuelles et les systèmes de revenus de remplacement et autres allocations avant que tout cela soit, par leur action, instauré en état providence.

Fraternellement.

Un agent qui bosse

Les grèves d'AVERTISSEMENT en cours et à venir sont un terrible INSTRUMENT manipulatoire initié par des apparatchiks des gauches (PS+syndicats+). Tous pestent à ne pas se voir participer à une ORANGE BLEUE. Ces grèves n'ont guère à voir avec de prétendues conditions de travail qui seraient excessives (sinon dans la tête des vites fatigués qui composent UNE PARTIE des agents)! Voyons ce qui se passe en france et en Allemagne, puis en perspective belge: trop de coûts salariaux publics, à cause de sur-effectifs créés sur des besoins artificiels. D'où une tendance gouvernementale (partout) à vouloir remettre de l'ordre grâce à une meilleure organisation.
A qui le fait de MIEUX TRAVAILLER fait-il peur?
Je vous laisse le dire...

eric

>Roberto
La question est de savoir si les forges de Clabecq allaient mal parcequ'il y avait 30 délégués syndicaux dans l'entreprise ou s'il y avait 30 délégués parceque l'entreprise allait mal !
Il ne faut pas confondre les causes et les effets comme celui qui sur ce forum nous expliquait (sans rire) il y a peu que c'était parcequ'elle votait majoritairement MR que la région du brabant wallon était prospère!

Roberto D' O.

Faut-il rapeller qu' il y avait plus de 30 délégués syndicaux à Clabecq?

David Brabant

Douze ans que je vis en Scandinavie et que je me rends à mon travail en prenant les transports en commun. Au cours de cette période, j'y ai subi en tout et pour tout deux grèves.

Et comment fait-on grève dans le métro en Norvège ? On n'y bloque pas les voyageurs, on n'y diminue pas la fréquence des rames ... on se contente de leur enlever quelques voitures. Résultat : les voyageurs se déplaçant habituellement dans des conditions confortables doivent s'entasser dans des voitures bondées. Au pire, ils doivent attendre le métro suivant.

Je suis rentré en Belgique pour quelques semaines. Je dois faire la navette régulièrement (en train) entre Liège et Bruxelles, puis prendre un métro.

En une semaine : deux retards importants avec le train, un métro qui s'arrête pendant 20 minutes en rase campagne sans que l'on daigne en annoncer la raison, et des grèves prévues pour la semaine prochaine ...

Prenez les transports en commun qu'ils disaient. Soyons écolos qu'ils disaient.

Autre annecdote: alors que j'étais au Danemark et que je prenais le train pour rendre visite à un ami en vacances dans le coin (salut Jean-Louis), ledit train avait quelques minutes de retard. C'est tout juste si nous n'avons pas eu droit à des excuses écrites du contrôleur ...

Autres lieux, autres moeurs...

Gaston la goffe

Délégués syndicaux: emplois improductifs (au sens industriel et de calcul des prix de revient).
Un terme fort adouci pour qualifier non seulement leur coût financier (à charge des entreprises), mais un coût supplémentaire de manque à gagner souvent irrécupérable lorsque les mêmes intriguent "contre l'activité".
Repensons un instant à la situation sidérurugie et celle manufacturière des bassins Sambre et Meuse. Vous étonneriez-vous de compter le nombre d'ateliers de taille moyenne qui sont allés à vau-l'eau? Ets-ce le simple effet de "marchés moins porteurs" que lors d'un passé glorieux, ou l'effet pervers ajouté d'un état d'esprit qui s'est progressivement ancré chez nombre de salariés de là-bas? Après avoir contribué à alourdir la marche des entreprises en question, puis réussi parfois à les couler par découragement d'investisseurs potentiels, voici que nos bons wallons socialistes et camarades syndiqués qui intriguent afin "élargir leur base d'affiliés". Comment? En poussant une législation additionnelle qui forcerait des représentations dans nos PME de 20 à 50 personnes! Sera-ce pour les couler progressivement comme ils peuvent se targer d'avoir fait avec les entreprises moyennes?

Hé là, dans le secteur public ça survit pourtant. Pourquoi? Parce qu'il suffit de ponctionner un peu plus lourdement dans les subsides, hausser des taxes à charge du contribuable.
Puis "ça" trouve moyen de se plaindre des mauvaises conditions salariales ou de manques sur des aspects SH?
Voulez-vous que je vous promène dans nombre de services communaux, provinciaux, parapublics où je prouverai le contraire? Chantage et monopoles anti-démocratiques, quelqu'un l'a déjà écrit.

Lombard

Comment voulez-vous qu' un délégué vienne sur un blog, bien souvent ils sont élus aux votes et à la conviction des moins intelligents, sous menaces parfois , et ce statut leur permet pratiquement de ne plus travailler, à part boire le café et manger à des réunions IMPORTANTES organisées à la dernière minute pour " dénouer " les conflits qu' ils ont eux-mêmes crées. Je serais surpris de faire un test QI ( 75 % ? ) de tous les délégués syndicaux, les cotisants n'en reviendraient pas...Et le plus comique encore est que tous ( patrons et syndicats sont au courant ).

Robin des rails

@ 'eric' (sans majuscule).
Vous devez aimer la caricature? Car vos interventions relatives au "travailleur qui ne demande qu'à bien faire mais s'en trouverait empêché par son Greedy Boss", faudra repasser votre message sur un autre blog compréhensif à l'égard de cette salade!
En Europe et BE en particulier, nous avons hérité d'une législation sociale et du travail que l'étranger se plaît à définir comme étant l'une des plus lourdes et alambiquées d'Occident.
Croyez bien 'eric' (sans majuscule) que cette piteuse réputation n'est pas le résultat d'un désir d'entreprises de compliquer pour faire original. Allez plutôt chercher l'origine (même lorsque ça vous serait difficile) dans la "manière" selon laquelle les dits "partenaires sociaux" s'y sont pris durant des décennies pour concevoir ce plat de spaghettis législatifs!
Votre attitude dénote ici par le fait que vous IGNOREZ complètement (ou pire, vous passez sous silence) ce que les entreprises ont accepté de mettre en place comme politique du personnel, comme direction des RH, comme facilités diverses et multiples à destination de leur personnel.
En bref donc, vos propos relèvent d'un simple statement dogmatique ou du on-dit, ce mode préféré du syndicaliste de base et de ceux qui les agitent comme de bonnes marionnettes.
Mon expérience (dont je peux très probablement me flatter d'en avoir plus concrète que ces on-dit d'éric (sans majuscule)).
Bon WE, avec ou sans train (RTL-TVi vient encore de faire bêtement la pub d'une SNCB qui s'offre des voyageurs d'un profil somme toutes toujours contents. Bof, à ceux qui ont l'occasion de subir l'humeur de leurs conducteurs syndiqués, c'est loin d'être confirmé.
Robin, voyageur furieux...

Lionel

On a une des administrations les plus lourdes d'Europe et ils ne sont pas capables de gérer les dossiers??? Ils les sous-traitent aux organisations syndicales? Aaaah, j'aime de plus en plus mon pays!

Ø

"qu'est-ce qui empêche cela ?"
Les frais de fonctionnement que reçoivent les syndicats pour la gestion des dossiers.

Une poule aux oeufs d'or...

Célestin

En ce qui concerne le rôle des syndicats, je n'ai jamais compris pourquoi les allocations de chômage devaient transiter par les syndicats agissant en tant qu'agents-payeurs, et n'étaient pas versées directement par l'Etat ? Une fois les papiers du bénéficiaire mis en ordre, et les données enregistrées dans une banque de données, qu'est-ce qui empêche cela ?

Vincent

Eric:

"Ce qui montre bien que le respect des valeurs du travail n'est pas inversement proportionel au taux de syndicalistation et que donc la source du malaise est ailleurs!"

Relisez mon post de 13H45:

"Deep in the Gallic soul resides the notion that work is exploitation"

endof

Lionel

Et ce n'est qu'un début apparemment:

https://www.lesoir.be/actualite/belgique/l-hiver-risque-d-etre-chaud-a-2007-10-19-556252.shtml

Morceaux choisis:

"Par ailleurs, le manque de personnel implique des difficultés pour planifier les prochaines vacances de Noël, de la nouvelle année et d’été.
« Pour le SIC, c’est inadmissible. Nous exigeons également une révision de la grille des salaires. La plus récente date de plusieurs années », conclut le syndicat."

Ca donne l'impression que leur salaire n'a pas été revu depuis des années. Mais si je ne m'abuse, l'indexation des salaires est d'application, non? Et s'il y a une grille, elle tient en compte le nombre d'années d'expérience, non?

Mais ce qui me choque, c'est qu'ils arrivent toujours à placer qu'ils font grève pour la sécurité! Et là, suit un lien avec le dépassement des feux rouges plus qu'obscur...

eric

>Robin

"Non seulement vous nous bassinez avec vos idées des mérites du rattachisme à la France."

le rattachiste c'est 'Eric', moi c'est 'eric' (sans majuscule).


>Vincent

"Notez bien que personne ne dit ici qu'il faut bannir les syndicats..."

Certains ici le pensent très très fort...

"Dans les pays Nordiques, fortement syndiqués, au moins on y a gardé un respect des valeurs du travail, alors que chez nous..."
Ce qui montre bien que le respect des valeurs du travail n'est pas inversement proportionel au taux de syndicalistation et que donc la source du malaise est ailleurs!
La syndicalisation du personnel n'est pas la cause du malaise, c'est la conséquence.

eric

Ce genre de grève est étranger à l'idée que je me fais du syndicalisme mais je crois qu'il faut y voir une réponse stupide à une mauvaise gestion du personnel (souvent une mauvaise gestion tout court!).
Clabecq et le TEC justement n'en sont ils pas des exemples frappants ?
Dans les sociétés où on respecte le personnel (il en existe heureusement beaucoups) le travailleur aura naturellement un minimum de conscience professionelle et de respect pour son gagne pain.
Si on considère normal que la rentabilité immédiate prime sur l'humain il faut aussi trouver normal que le travailleur de son côté fasse passer son propre intérêt avant celui de sa société.
La grève d'avertissement c'est l'application du libéralisme au dialogue social : Quand un travailleur n'a pas de qualification , on lui propose des boulots mal payés avec des contrats précaires,des horaires mal foutus "et si ça ne te te plait pas tu peux toujours retourner pointer" quand un travailleur se retrouve en position de force par rapport à son employeur il raisone de la même façon : "si tu ne me donne pas plus d'argent, ton bus du TEC tu n'a qu'à le conduire toi même"

Robin pas-en-grève

[ Décrire les délégués syndicaux comme de simples organisateurs de grève c'est purement démagogique ] (ERIC de 14h33)
Non seulement vous nous bassinez avec vos idées des mérites du rattachisme à la France. Maintenant vous nous confirmez clairement que c'est pour mieux allez y soutenir vos copains des CGT, FO, CFCT, bric & broll? Vous souffrez de quelles coercisions, autres que celles exercées par ces copains-là sur nous, les citoyens ordinaires? Suite pour bientôt: une confession sur canapé?
=
[ toute entrave imposée au droit au travail par les syndicats sera poursuivi en dommages et intérêts.] (Alexis Chevalier de 10h15)
Cher Alexis, parmi ces 'droits acquis' auxquels le PS ne voudra jamais amener un changement, il y a l'absence de statut juridique des syndicats (simples "associations de fait", "entre anonymes"). Ainsi malgré l'évidence d'abus, les attaquer reste illusoire (et ils le savent). Autant jouer les Dom Quichotte et Sancho Pancha. Le baudet du premier étant les amis socialistes; l'âne du second nommé étant la force du travail, vous et moi...
=
[ Il n'y a pas un délégué CGSP qui pourrait mettre un post ] (Alain Destexhe)
Vous savez, Sénateur, un délégué syndical ça travaille actuellement!
Exemple de lourdes tâches à accomplir: faut rameuter les camarades, faut menacer les contrevenants, faut chauffer les brûlots des piquets de bois pourri), faut empêcher l'autre monde de pouvoir jouir de sa liberté de vivre comme il souhaiterait!

Atteintes à nos libertés, on ne s'est pas battu pour ça en 1789, en 1830, et en 2009?
Le comble dans une société dite démocratique est de constater deux forces: celle qui tire le monde vers un mieux (nous, travailleurs ordinaires) et ceux qui résistent à tout changement (appelés porgressistes).

Lionel

Il faut bien admettre, Eric, que la "grève d'avertissement" est bien loin de s'inscrire dans une lutte pour la sécurité du personnel... Cela vise juste à conserver leur épée de Damoclès au-dessus des citoyens.

La grève dans le secteur des transports publics, de dernier recours est passé au premier recours. Les TEC (aux nombreuses grèves dans le Hainaut), les aéroports (pour des chèques-repas customisés après en exigences de sécurité), la SNCB (avertissement).

Je me demande quel processus démocratique (ou non) se trouve derrière le déclenchement d'une grève? Quelqu'un peut me renseigner? Est-ce que seuls les délégués décident entre eux? Ou doivent-ils avoir l'accord de 50% des syndiqués?

Vincent

En fait Eric, mon aversion pour les syndicats a débuté relativement tôt...

Etudiant, j' ai travailler en sous traitance à Ferblatil à Tilleur. Posté au nettoyage d' un laminoir dit le "cage 4" dans des conditions difficiles voire limites.

Nous étions 4 ou 5 étudiants et nous avons tous été dégoûtés par les délégués syndicaux qui pourissent la vie de ceux qui veulent travailler.
On s' est fait remonter pcq on travaillait effectivement jusqu' à 16H00 alors que les ouviers quittaient leurs postes dès 15H00.
On s' est fait remonter pcq on nettoyait "trop vite" et ils ne suivaient pas pour démonter le laminoir... normal, ils étaient toujours soit en pause, soit en "vadrouille".

On s' est fait remonter pcq étant étudiant on gagnait plus en net puisque peu ou pas taxés...

De plus ils faisaient régner un régime de quasi terreur sur les autres ouvriers. Pressions pour les votes "sociaux", etc... on n' est pas loin d' un système mafieux.

Alors la protection du travailleur ... pouf pouf...

A Clabecq, il y avait près de 40 délégués syndicaux sur le payroll de l' usine. Aucun ne travaillait vraiment... Vous en connaissez beaucoup vous des sociétés qui peuvent se payer 40 gugusses à ne rien faire?
Dans les pays Nordiques, fortement syndiqués, au moins on y a gardé un respect des valeurs du travail, alors que chez nous...

Notez bien que personne ne dit ici qu' il faut bannir les syndicats...


eric

"Quelle unanimité !"

Sans doute parceque 'Paul', 'Vincent' ou 'Jean-Philippe' n'ont jamais été confronté à un patron qui 'invite' son personnel à contourner les règles de sécurité élémentaires (ceux qui bossent dans les sociétés de transport connaissent ça au quotidien) ou un patron qui 'oublie' de payer son personnel (les tribunaux en voient défiler chaque jour).
Décrire les délégués syndicaux comme de simples organisateurs de grève c'est purement démagogique (après tout on est sur un blog politique) mais c'est surtout inexact!
D'ailleurs les entreprises où les rapports entre direction et personnel sont sains il y a peu de grèves, celles ci sont bien souvent un indicateur de la médiocrité du management (la mérule de l'entreprise pour reprendre un terme à la mode....).


Vincent

... et moi je me souviens avoir été le seul de ma promotion à ne pas m' être inscrit.
Je faisais figure de martien dans le lot.
Mais bon c' était par principe, je me refusais à jouer le jeu des syndicats.

Article ds le Herald Tribune de hier:

"Deep in the Gallic soul resides the notion that work is exploitation, a ruse concocted by American robber barons, best regulated and minimized and offset by hours of idleness. The demise of the Soviet Union left France leading the counter-capitalist school."

https://www.iht.com/articles/2007/10/17/opinion/edcohen.php

Souhaitons aussi bonne chance à Sarko, en espérant que les syndicats tiennent compte des 67% de Français qui souhaitent que le gvt tiennent bon:

https://www.lefigaro.fr/politique/20071019.FIG000000312_politoscope_des_francais_souhaitent_que.html


Roger

C'est vrai : jeune, je me suis inscrit à la CSC pour ne pas subir la CAPAC. J'ai appris que le mauvais fonctionnement de celle-ci est VOULU par les deux syndicats!!

Lionel

Comment voulez-vous qu'un délégué CGSP viennent dans un blog "Idées, débat, propositions"? Il n'y a pas de débat: on prend en otage. Il n'y a pas de propositions: juste des contre-propositions au changement. Et des idées? Ils répondent aux idées qui leur paraissent mauvaises par une action directe. Si c'est pas un frein aux idées, ca!

marc spilpert

Grève spontanée et sauvage
https://www.rtlinfo.be/news/article/45850/--Arr%C3%AAt+de+travail+des+conducteurs+SNCB+de+Charleroi

Alain Destexhe

Quelle unanimité ! Il n'y a pas un délégué CGSP qui pourrait mettre un post pour défendre la grève et l'opposition au service minimum ? Ce serait bien pour le pluralisme de ce blog sous-titré "Idées, débat, propositions" ? :-)

Anne

On vit dans un monde de profiteurs, à trop d'échelons de la société. Mes vieux parents n'avaient guère reçu de tous ces bénéfices qu'on offre à des gens qui le méritent peu ou pas. Mes parents, restés dignes et stoïques jusqu'à leur fin. Modeste faut-il le préciser.
Sorry, ce ne sera pas le cas pour beaucoup d'agents publics qui n'arrêtent pas de larmoyer sur leur mauvaises sort. J'amerais leur conseiller d'essayer le secteur privé ou d'être indépendants; là ils bosseront dur, pour aider leurs ex-collègues. Appliquant ainsi le principe d'une solidarité dévoyée. Pénible à vivre avec cette hypocrisie ambiante.

Lionel

Si les syndicats sont si puissants c'est aussi parce que l'administration belge est à ch***. Un simple exemple, on termine ses études et on doit vite aller s'inscrire au chômage (le concept est merveilleux déjà. Mais on a intérêt à le faire sinon une clause ou l'autre dit que non, vous n'êtes pas en règle et bla et bla) et là commence une série de documents administratifs à aller chercher par ci par là avec des files (surtout à la CAPAC parait-il). A bout, les gens se syndiquent pour pouvoir mettre leur dossier en ordre plus facilement... Si l'Etat veut moins de syndic, cela devra passer aussi par une administration plus efficace car les syndicats tiennent un bon créneau là

Lombard

Et le Ministre Wallon Antoine a eu la certification qu' il y aurait un service minimum dans TOUT, moyennant des primes reçues en échange par les ouvriers et employés concernés. Que l'on ne revienne pas discuter après avoir signé et toucher le pécule.Prenons exemple sur Sarkosy à ce point de vue et sur le nouveau projet des pensions que le PS essaye de détricoter. Il ne s 'adresse pas qu' aux " malheureux " ouvriers , cheminots et autres, mais à TOUS. En Belgique un député peut partir à la pension ( 5.000 euros/mois ) après 25 ans de service et 52 ans minimum et faire autre chose pour arrondir ses fins de mois, faut pas exagérer !

Alexis Chevalier

Il faut juste espérer, qu'à l'instar de ce que certains voyageurs de zaventem ont fait, toute entrave imposée au droit au travail par les syndicats sera poursuivi en dommages et intérêts.

Trottinette

SNCB et TEC toujours incertains? Vive les moyens alternatifs!
Ah oui, après le Nobel usurpé d'AL Gore voici la mesure salvatrice prise par l'héroique Gvt RW à propos des "PRIMES" à la voiture dite propre. Va donc y avoir un appel renouvelé aux biocarburants pour l'usine wanzienne de la dame Lizin? Usine en retard sur l'agenda, on en profitera pour l'inaugurer à la veille du cycle électoral 2009.

Lorsqu'on parle d'ACHETER L'ELECTEUR, n'avons-nous pas ici un exemple de plus? Car les 1.000 € publics offerts à certains consommateurs (habilement ciblés) vont venir des transferts budgétaires fédéraux. Une bonne raison de plus pour irriter nos compatriotes flamands? D'accord pour jouer la règle du "pollueur-payeur". Mais user de l'argument écologique pour répandre l'argent arraché à autrui, ça porte le nom connu de COLLECTIVISME. Ici, les Ecolos tombent clairement dans la trappe. Quand va-t-on cesser de prendre le citoyen pour un immature qu'il faut assister?

Simon

Irrespect total à l'égard du consommateur de services publics. Un MONOPOLE ça se protège!
Nos syndicats rouges - c'est visible depuis la fin des années '50s - n'ont d'autre respect que pour eux-mêmes. L'internationale rouge joue à plein pour étaler leur bouse en DE, en FR, en BE ... dérangés qu'ils sont de la perspective d'ouverture du trafic ferroviaire européen à d'autres que leurs propres militants. On est loin de l'état d'esprit des cheminots d'antan.
Ici, c'est le règne du chantage et de la prise otage du voyageur.

Remarquons dans le même temps une étroitesse de vue politique? Ce matin sur RTBF, interview du duo M.Javaux-Y.Durant (leur réélection).
Encouragements à l'usage des transports publics? tu parles!
Résumé, leur leitmotiv serait plutôt "Jouons à fond le retour du gauchissement Ecolo". Il y a des voix à prendre côté du PS et Cdh, sinon "l'Alliance sacrée" pourrait tjs s'entrevoir.

Alexis de Tocqueville

Le droit de grève est ici clairement en contradiction avec le droit au travail. Qui plus est, les grèves (souvent sauvages dans les transports publics) sanctionnent la frange fragile de la population. Les "riches" ne prennent évidemment pas les transports publics.
Le taux de syndicalisation très faible en France n'empêche pas la RATP ou la SNCF de pouvoir bloquer tout le pays.
Je crois qu'un service minimum matin et soir uniquement respecterait à la fois le droit de grève et le droit de travailler.

paul

C'est vrai que le taux de syndicalisation est élevé en Belgique, mais cela est en grande partie du au fait que les syndicats sont également prestataires de service, par exemple pour le paiement des allocations de chômage.

Ce qui est d'ailleurs une aberration.

En bref: en-dehors des entreprises, ils défendent ceux qui travaillent contre la concurrence de ceux qui ne travaillent pas (surtout, qu'ils n'acceptent pas de travailler pour un peu moins).

Et dans l'entreprise, ils protègent ceux en font le moins possible, contre ceux qui veulent que les choses progressent et avancent. Surtout si ces derniers veulent voir leur rémunération adaptée en fonction de leurs prestations .

Jean-Philippe

Si on avait Sarko en lieu et place de Leterme, j'aimerais voir la CGSP montrer le bout de son nez. En France, le service minimum a été instauré et personne n'a moufté. Pourquoi ? Parce que les syndicats se sont rendus compte qu'ils seraient perdants (en terme d'image dans le public) s'ils favorisaient une frange de la population au détriment de l'ensemble.

En Belgique, comme d'habitude, on a laissé aller les choses trop loin. Qui peut arrêter les syndicats ? Faudra-t-il un jour recourir à la force comme dans une république banannière ? Le taux de syndicalisation est tel dans ce pays qu'il devient, non pas impossible de travailler, mais simplement impossible de se rendre sur son lieu de travail. Et après cela, on voudrait que des investisseurs étrangers viennent faire prospérer leurs deniers en Wallonie et créer de l'emploi. B'en tiens!

Juste pour savoir: Quels seront les taux de participation en Flandre et en Wallonie à cette "grève d'avertissement"

L'Avertisseur

Le concept même de grève d'avertissement montre à quel point ces gens pervertissent tout. Il s'agit bien de préserver le pouvoir de quelques uns, et évidemment pas d'oeuvrer pour l'intérêt général.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan