Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Au revoir Tony Blair | Accueil | Société wallonne du logement (SWL) »

27 juin 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Alexis de Tocqueville

Avez-vous remarqué qu'on conspue la vulgate néo-libérale mais jamais la vulgate alter-mondialiste ou la vulgate néo-socialiste ou encore la vulgate climatique?

bob

Si le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ... alors le socialisme c'est exactement l'inverse !....

J'ai le sentiment que certains liberaux(comme AD),pas tous hélas! essayent d'échapper à cette définition à la Pierre DAC.
Ils constituent avec certains socialistes responsables (ça existe aussi ) les "socioliberaux"..
à moins que ce ne soit ..l'inverse

alex

"Etes-vous au courant que la plupart des intervenants sur ce blog flirtent avec la droite de la droite?"

:-)))

Et la gauche de la droite, elle est où, exactement?

Olivier

Enfin quelques réponses claires et cohérentes (même si je n'y adhère pas du tout).
M.Destexhe j'espère que ce n'est pas vous qui avez écrit le commentaire du 29 à 01.15, la fatigue peut-être. Avec des discours pareils, ce n'est pas l'extrême droite qui recule, c'est la MR qui prend sa place.

Robin ping-pong

@ OLIVIER qui aime le ping-pong sur clavier.
Je suis vos innombrables déversements d'opinion des dernières 48 heures.
- admettez que les autres intervenants qualifiés erronément de 'droite de droite' vous répondent ici de manière variée sur des A PRIORI que vous déversez sans cesse à l'égard du libéralisme. Vous y réagissez en un militantisme ambigu, chèvre choutiste. De qui, finalement?
- je suis (comme vous) né d'un ouvrier, honnête, compétent, père de famille nombreuse. Et d'un grand-père libéral. Mon père de fut jamais animé par cet état d'esprit que semble vous avoir 'légué' le vôtre. Pourtant ce ne furent pas les épreuves de vie professionnelles et privées qui lui manquèrent.
- dans tout être (tout homme) il y a une PERSONNALITE, avec ses traits. Plus les inévitables aléas de la vie. Mon père vécu professionnellement un temps en Hongrie, encore sous l'ère soviétique. Suffisamment pour comparer l'irrespect à l'égard de l'homme dans l'EST d'alors et comparativement à l'OUEST. Le joug versus la LIBERTE me confia-t-il, longtemps après son retour. Lui avait fait le bilan, sans amertume, sans ce sentiment de 'l'exploitation' que vous ne cessez de nous bassiner.

Alors OLIVIER, si vos incessantes interventions consistent à jouer au ping-pong pour le plaisir de cracher sur notre contexte de société occidentale, rangez-vous. Ou mieux, questionnez-vous quant aux fondements véritables de vos opinions.
Bel effort d'introspection, sur vous et votre père...qui craignait pour sa vie, en BE!

Simple remarque en finale vers l'alias GIOVANNI, de retour ICI après ses invectives rougeâtres en période pré-électorale: si vos appuis auprès de l'e....é perdant vous développent des états d'âme, allez vite sonner au PTB. Là ils raccolent des membres.

Lucilio

"Etes-vous au courant que la plupart des intervenants sur ce blog flirtent avec la droite de la droite? Comme un relant de fascisme."

Ahahah... le grand n'importe quoi maintenant ! Le fascisme ? Comme c'est risible. Faut-il encore rappeler au 21e siècle que le fondateur du fascisme italien venait du socialisme, que son programme politique fut essentiellement anti-libéral et 100% étatique. Faut-il également rappeler les points principaux du programme des nationaux-SOCIALISTES allemands :

"- Nous exigeons que le gouvernement se consacre avant tout à son obligation d'offrir aux citoyens les opportunités adéquates pour l'emploi et pour gagner leur vie ;
- Il ne sera pas permis que les activités des individus choquent avec celles de la communauté, au contraire, elles devront être confinées et consacrées au bien de tous ;
- Nous exigeons la nationalisation de toutes les entreprises qui auront été concentrées (en trust) ;
- Nous exigeons que l'État partage les bénéfices de grandes entreprises ;
- Nous exigeons que la provision pour les plus âgés augmentent à une échelle supérieure ;
- Nous exigeons la réforme de la terre... ; l'approbation d'une loi de confiscation de la terre à des fins communales ; l'abolition de l'intérêt sur les hypothèques et l'interdiction de la spéculation sur la terre ;
- Nous exigeons une réforme agraire... ; la promulgation d'une loi d'expropriation sans compensation des propriétaires de n'importe quelle terre qui pourrait être requise pour les intérêts nationaux ; l'abolition du loyer de la terre... ;
- L'État organisera de manière adéquate le système culturel... la conception de l'idée de l'État (la science de la citoyenneté) sera enseignée dans les écoles dès le début ; nous exigeons que les enfants... soient éduqués à la charge de l'État ;
- C'est le devoir de l'État d'aider à élever l'état moyen de santé de la nation en fournissant des centre publics de maternité, en interdisant le travail infantile..."

Lucilio

"Je [...] suis [...] antilibéral, par contre, oui, contre la domination de l'homme par l'homme..."

Contre-sens majeur : être anti-libéral, c'est-à-dire être opposé à la défense des droits et des libertés des individus, c'est très précisément rouler pour la domination de l'homme par l'homme, essentiellement par le biais de l'État sauvage.

Lucilio

"Mais en matière économique (ce qui est finalement le fond de commerce du libéralisme)..."

Non, l'économie n'est pas le "fond de commerce" du libéralisme. Le libéralisme stipule que tout être vivant possède des droits naturels imprescriptibles, qui sont la vie, la liberté d'agir, la propriété, la résistance à l'oppression, etc. et qu'il peut jouir de ces droits tant qu'il ne porte pas atteinte à ces mêmes droits d'une autre personne. Il stipule également que l'individu est responsable des conséquences de ses choix, tant pour lui même qu'envers les autres individus. Ainsi aucun groupe, aucune communauté, aucune collectivité ne peut imposer ses comportements, ses choix de vie, à une personne, au motif qu'il appartient à cette collectivité. Aucun individu ne peut être privé de ces droits sous quelque raison que ce soit, et notamment la race, la religion, le sexe, les opinions politiques ou religieuses, etc. De même, aucun individu ne peut jouir de "plus de droits" qu'un autre, ne peut voir sa vie, sa propriété, sa liberté mieux garantie qu'un autre. Ces droits sont fondamentaux car chaque individu autonome peut les exercer de façon individuelle sans qu'il ne soit nécessaire de recourir à la contribution d'autres individus.

Alexis de Tocqueville

Olivier etc.
La droite de la droite… Le libéralisme n’est ni de gauche ni de droite… Si John Kerry s’était présenté en Wallonie, on l’aurait qualifié de droite de la droite.
Est-ce être de gauche que maintenir une population sous le baxter du chômage ? Prendre dans la caisse des logements sociaux et des handicapés ? Se servir en notes de frais à charge des budgets culturels ? Assassiner son ancien mentor ? Alimenter les caisses sur l’achat d’hélicoptères de combat ? Dilapider les milliards d’Objectif I et II pour dans des investissements somptuaires et non productifs ? Laisser les petites gens otages de transports publics en grève une semaine sur deux ? Partager la richesse sans jamais rien proposer pour en créer ? Menacer tous les réformateurs de son camp qui souhaitent autre chose ?
Le libéralisme n’est seulement la liberté de consommer car existe, à côté du libéralisme économique, le libéralisme philosophique qui a été à l’origine de toutes les libertés fondamentales dont nous bénéficions aujourd’hui ainsi que des Droits fondamentaux. Le pseudonyme que j’utilise, par exemple, s’est opposé à la doctrine sur l’inégalité des races de Gobineau et avertissait la France sur sa politique en Algérie : il valait bien la peine de libérer les Arabes des Turcs pour leur faire subir le même sort. Adam Smith de son côté à écrit un essai sur la morale et prônait l’éthique du capitalisme. Lisez un peu les grands auteurs libéraux, vous verrez qu’ils peuvent probablement être placés à gauche de l’échiquier politique.

Giovanni

Mais Olivier ici le mot "travail" n'existe pas on est nanti de père en fils.

On critique le travailleur mais on ne travaille pas, trop déshonorant.

Reyndcozy n'a rien fait pendant 8 ans aux finances si ce n'est laisser frauder les diamantaires, détaxer les hauts revenus, dilapider le patrimoine de l'Etat...etc...(ce ne sont que quelques exemples).

Evidemment que ce Blog flirte allégrement avec la droite de la droite mais tu n'auras jamais une réponse claire et précise à tes interrogations ICI.

http://www.youtube.com/watch?v=dLbLLoqFOOo

Alain DESTEXHE

Facile Olivier, on croirait entendre Di Rupo, Van Cau ou Moureaux à l'époque où il suffisait encore d'agiter l'épouvantail de l'extrême droite pour clôre le débat.
Heureusement, grâce à Sarko en France et au MR en Belgique, l'extrême droite recule, malgré les conneries du PS à Charleroi où à Liège. Vous avez peut-être lu dans La Meuse que Daerden révisait encore la plupart des intercommunales de Liège et qu'il s'était auto-adjugé le Forem sans appel d'offres. A mon avis ce sont ces types - Daerden Van Cau et consorts - qui font le lit de l'extrême droite. A bon entendeur?...

Olivier

Mr Destexhe,
Etes-vous au courant que la plupart des intervenants sur ce blog flirtent avec la droite de la droite? Comme un relant de fascisme.
Ciao.

Olivier

@Zouk
On échange? Vous avez quel âge? Vous faites, avez-fait quoi, dans la vie? Je parie mon bras droit pour: "le cul dans le beurre"

zouk

@Olivier
Mais biensur ... il n'y a que les ouvriers qui ont un boulot difficile
Les cadres, par exemple, ils glandent tous pèpère au bureau ! Et je ne parle même pas de ces "bouffis" de patrons

Olivier

@ L'abbé Carrécé
J'espère que vous n'espériez-pas me convaincre avec ça.
Rassurez-moi, c'est du second degré.
Cordialement

Olivier

ouahh!
Que fais-je ici me demande-t-on? PS, collectiviste(késako?), tu t'es égaré, retourne vite chez toi, tu ne peux comprendre. D'abord, j'apprécie le caractère de trublion de M.Destexhe (et oui, on peut estimer une personne qui ne partage pas les mêmes idées, l'insulte et le mépris ne sont pas une obligationn, ne singez pas Reynders) ensuite, je ne vois pas l'intéret de faire les commentaires que je fais ici sur le blog de M. Di Rupo. Ici au moins les réactions sont revigorantes.
Je ne suis pas pro-ps comme vous le supposez, antilibéral, par contre, oui, contre la domination de l'homme par l'homme. Je pense que ce n'est qu'une question de biographie. Melodius, je ne vois pas dans l'ouvrier un petit rouage impersonnel, ni M.Dupont, j'y vois mon père contraint, E.G., de littéralement donner sa vie pour le profit de quelques bouffis. La différence entre gauche et droite est là: avez-vous jamais sué, craint pour votre vie et celle de votre famille, senti le poids inéluctable du destin peser sur vos épaules. Rêver d'ouvrir un magasin de vélo, ça c'est du rêve. Effectivement Melodius, je ne crois pas en l'égalité, mais bien en l'équité.

Sauveur

J'ai, en surfant pour éclairer ma lanterne, compris la différence entre un Sénateur Normal et de Communauté, et que vous aviez plus de droits au Fédéral et aux Régions, tant mieux. Quand je pense que Courtois aurait pu vous piquer votre place de Sénateur, ce type ne sait faire que construire des stades de football hors de prix ( Mondial 2018 )? Quand on imagine que le Stade Du Pays Noir ( Charleroi ) a coûté plus de 15 millions d' Euros et serait déjà obsolète ?

Les riverains ont non seulement eu leur quartier saccagé mais en plus leurs habitations ont perdu de la valeur. Tout ces travaux, qui ont coûté une fortune, pour 3 matches en 2000 ont été proposés par nos élus communaux (Despiegeleer, Monseux notamment) et approuvés par le Ministre Lebrun. M. Courtois a également fait un maximum pour appuyer ce projet et persuader le peuple que l'événement allait apporter des retombées économiques importantes (cela reste à prouver). Un stade est paraît-il d'intérêt public. Contrairement à un parc, nous ne pouvons nous y promener, ni y faire du sport, ni nous y relaxer par beau temps. Non, pour y entrer, les jours de matches seulement, nous devons payer un droit d'entrée dont le montant n'est pas nécessairement démocratique ! De plus, pour chaque match prévu à 20h00, nous ne pouvons plus stationner nos véhicules dès 16h et la circulation est interdite dès 18h00. Pour inviter des amis le samedi soir, il vaut mieux posséder le calendrier des matches à domicile en croisant les doigts pour qu'un changement de date n'ait pas échappé à votre vigilence. Alors, vous imaginez si l'olympic de Charleroi, dont le stade n'est plus conforme, doit également venir jouer au Sporting, nous ne pourrons plus recevoir d'invités les samedis. Sympa !

http://www.jeunesmr.be/archives/mail/nl27/NL27_Interview_Christine%20Defraigne.pdf

L'abbé Carrécé

@ Olivier

C'est le moment de caser un lien avec des textes que, bien sûr, comme tous les fluffies et les alter-comprenants enfoncés dans leurs belles certitudes dogmatiques, vous ne prendrez pas le temps de lire et qui pourtant vous seraient bien utiles.

http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Essayez, juste comme ça, pour changer, de les lire sans a priori.

E. G.

à Olivier de 12:25, de 14:19 et de 16:46 (ouche)
Décidément pour un gars qui n'apprécie pas le libéralisme, vous êtes drôlement scotché sur ce blog du libéral Alain Destexhe! Schizophrénie politique ou une interrogation profonde?

Soyons honnête, voulez-vous. Dans les années '70s (vous savez, cette naissance des mouvements Ecolos en BE avec Lannoye, après les Grünne allemands ...dérivés des post-68ards...), il y eut un livre édité par AMIS DE LA TERRE intitulé "Perdre sa vie à la gagner"... sur papier rustique brunâtre.
Et par hasard VOUS Olivier 2007, arrivez pile à 14:19, tel les carabiniers d'Offenbach, avec le statement (affirmation) suivant: ""comme vous considèrent que la liberté c'est perdre sa vie pour la gagner, servir le dieu capital pour avoir la "liberté" de consommer.""

Bien vu, Olivier, VOUS êtes parfaitement en ligne mentale avec cette doctrine "Back to the Past" ... mais décalé de 30 ans! J'en conclus que, de génération en génération, il y a des constantes de fixité mentale, des slogans qui se véhiculent au-delà des âges. Les collectivistes, les Ecolos'68 (dont mes soeurs) ont leur leitmotiv récurrent. Les Libéraux (j'en suis) en ont d'autres qui s'ajustent fort heureusement avec la société, depuis le 18e siècle jusqu'à après-demain encore.
NON, Olivier, nous ne pensons pas qu'en tant "libre marché des consommateurs".
Nous plaçons une même réflexion ouverte, libre, en ce qui concerne le secteur culturel, l'éducation et l'enseignement (deux choses distinctes: famille versus école+famille), en ce qui concerne la géopolitique, en ce qui concerne le respect de l'environnement. Ce dernier thème ne signifiant nullement "un gaspillage organisé". Thème qui réfute - certainement dans mon chef - les thèses pseudo scientifiques du réchauffement climatique attribuable au seul fait de l'homme (un autre sujet de débat; A.D. peut y revenir si l'apparent chaos atmosphérique de juin perturbe les Amis de la Terre et des collectivistes divers).
La vie est diverse, le métissage mental est parfois une richesse. Nous libéraux pensons que la pensée individuelle, jointe au sens de la RESPONSABILITE de chacun, sont des vertus d'une société qui progresse.

Nous laissons cependant à d'autres (au P.S., à d'autres gauches et aux anarchos inspirés) le soin d'abuser du vocable "progressistes".

melodius

Là où tu vois "un ouvrier", un petit rouage impersonnel dans un grand mécanisme de production, et qui est destiné à rester à sa place dans la machine, le libéral voit Monsieur Dupont, qui pour l'instant travaille dans l'usine machin où il exerce telle ou telle fonction, mais qui demain peut-être désirera faire autre chose et ouvrira un magasin de vélos, ou se lancera comme jardinier, ou que sais-je encore.

En d'autres termes, à nos yeux tous sont égaux, du moins en puissance. C'est précisément parce qu'en réalité tu ne crois pas à cette égalité, que tu ne crois pas aux qualités uniques de chaque personne (vue comme un automate qui réagit à chaque stimulus, comme la pub par exemple), que tu as besoin de dorer la pillule et donc de le protéger contre tous à commencer par lui-même, en ne t'interrogeant pas sur ses besoins personnels.

Olivier

@Lucilio
Bien sûr les libéraux luttent pour les libertés et souvent avec pertinence (le travail de Mr Destexhe le montre assez). Mais en matière économique (ce qui est finalement le fond de commerce du libéralisme), de qui défendez-vous la liberté? Dites à un ouvrier qui travaille à la chaîne que "la servitude commence par la première règle qui entrave la liberté économique" (ce qui, soit dit en passant, est un truisme).

Lucilio

"Ce qui me gêne dans votre liberté, c'est qu'il s'agit uniquement de celle d'acheter, de consommer..."

Quel ridicule procès d'intention. La liberté est une et indivise et les libéraux - les vrais - lutte pour la liberté économique, mais également pour celles qui sont concomitantes : d'expression, de presse, d'association, de réunion, d'enseignement, de culte, etc. Mais surtout, ils luttent pour la liberté économique car sans celle-ci, les autres libertés sont illusoires. Comme l'avaient brillament démontré Mises et Hayek - quand ils dénoncèrent les totalitarismes de la première moitié du 20e siècle -, le premier pas sur la route vers la servitude commence par la première règle qui entrave la liberté économique.

Quentin Meunier

"Ce qui me gêne dans votre liberté, c'est qu'il s'agit uniquement de celle d'acheter, de consommer, d'avoir ce que la pub vous force à désirer."

Quand bien même nous serions totalement sous l'influence de la publicité (ce qui est très très loin d'être d'une hypothèse réaliste...), je vois mal comment on pourrait affirmer que celle-ci est plus liberticide qu'un flingue placé sur notre tempe. Car c'est bien cette réalité qui se cache derrière chaque nouvelle loi...

Aristophane

C'est ça !
La liberté, c'est l'esclavage
Le guerre, c'est la paix
L'ignorance, c'est la force

On sait où mène ce genre de mentalité. Si tu veux rouvrir les goulags, va le faire chez ton pote Castro et fous-moi la paix, ici, pauvre clown.

Olivier

@Ma liberté.
Ce qui me gêne dans votre liberté, c'est qu'il s'agit uniquement de celle d'acheter, de consommer, d'avoir ce que la pub vous force à désirer. Et ce même si pour ce faire il vous faut écraser d'autres consommateurs qui, comme vous, considèrent que la liberté c'est perdre sa vie pour la gagner, servir le dieu capital pour avoir la "liberté" de consommer.
Cette liberté là vous pouvez la garder pour vous, c'est une liberté d'esclave. Le libéralisme économique c'est la négation de la liberté.
Cordialement.

Lefèvre G.

hello

je me suis plongé dans la doc sur la constitution du Sénat et j'ai pu ainsi obtenir l'explication à la situation présente, que j'avais mal comprise, veuillez m'en excuser.

Je ne peux dès lors que saluer ce choix, et vous souhaiter bon courage pour la suite.

Cordialement,

G. Lefèvre

Ma liberté

@ Olivier-nostalgie-collectiviste.
On souffre fort d'une indigestion de "libre marché"? Qu'est-ce qui vous gêne donc dans ces termes de "liberté", de "selon mon libre choix"?
Inversément, mieux vaut être moutonnier. Mais de qui?
Quand vous alliez à la défunte coopérative du P.S., vous vous sentiez guidé par des éclairages divins?
Aujourd'hui, si vous optez pour des centrales d'achats mises en place par des Tests-Achats & consorts (ces "asbl commerciales"?), mentalement un rien biaisées, ça vous conforte dans quel sentiment de libre choix? Le cas échéant, tant mieux, c'est VOTRE choix.
Laissez alors la liberté à des millions d'autres citoyens - acheteurs d'aller se shooter là où bon leur semble: chez les Ecolos-bio, sur les échopes de halles et marchés publics, à la ferme, dans la boutique du coin, ou dans leur Supermarché. Ils ont chacun leurs critères préférés!

LIBERTE: ça vous donne tant d'urticaire??? Prenez alors un bon antihistaminique, il y a des génériques dans chaque parti.

Aristophane

Le libre marché, c'est mon droit inaliénable à vendre ce que je possède et à acheté ce qu'on m'offre.
Tout entrave au libre marché revient toujours à m'obliger de vendre ce dont je ne veux pas me séparer ou à acheter ce dont je n'ai pas besoin.
Toute autre opinion est un galimatias pleurnichard ou une réhabilitation camouflée de l'esclavage.

Olivier

Quatre remarques déseuphorisantes.
1."les citoyens ont voulu" me semble un peu excessif, il ne s'agit que d'1/3 des citoyens.
2. Vous me semblez oublier un peu rapidement que le MR est au pouvoir depuis 8 ans.
3.Le pouvoir corrompt, ce n'est pas une exclusivité PS.
4. Le liberalisme c'est quand même bien le soutien au libre marché?
Et qu'est-ce que le libre marché sinon l'assujettissement du plus grand nombre (chômeurs, salariés, ouvriers,..) pour le profit de quelques uns.

idem Simon

Sorry, sénateur, que nos réactions se soient télescopées en séquence: idem = Simon,
Je ne voudrais pas qu'on vous accuse de traiter le Mi-président RW-PS de pleutre.
Ce mot vient d'un citoyen wallon ordinaire masi pas crédule.

idem

En un simple exemple, à méditer par chaque lecteur blog:

"Finances publiques et réformes institutionnelles : le rôle central de la Région de Bruxelles-Capitale"

Juin 2008 - N°52 , Etienne de Callataÿ

http://regards.ires.ucl.ac.be/Archives/RE052.pdf

Cette étude ne portant que sur BXL-Capitale, il reste à définir ce que la Wallonie devra encore faire pour redorer son image et sa situation réelle, au-delà de discours lénifiants à la DiRupo (en partance, pleutrerie) et du liégeois Marcourt. En observant que le poids public sur la contribution au redéploiement régional ne peut résoudre une dé-industrialisation accentuée par l'attitude bornée des milieux syndicaux (FGTB en premier rang)! Reste donc du travail à faire pour les entreprises et une ouverture d'esprit au-delà des CESRW et autres organes de concertation!

Alain Destexhe

@ G. Lefevre

Mais je siègerai au Sénat aussi comme le veut la Constitution et je n'ai pas l'intention d'y être inactif. J'ai pleins idées et de projets pour le Sénat, par exemple changer la loi électorale (une compétence fédérale) comme il a été suggéré sur ce blog.

En en plus je prends quand même un risque, celui de remettre mon mandat en jeu en 2009

Simon

"manoeuvres politiques du MR." (G. Lefèvre 10:16)

Vous semblez oublier que nos systèmes institutionnels forment un "TOUT" avec de nombreuses interférences fonctionnelles!
Sinon, pourquoi verrions-nous tant de bisbrouilles entre Nd-Sd et à tous les niveaux, en ce compris les organes publics collatéraux? Il y a un travail de FOND à opérer à chaque niveau, les uns ne vont pas mieux sans que les autres BOUGENT aussi. Logique? Donc, être sénateur de communauté n'est pas un affaiblissement de rôle ou de résultat potentiel. Pensez donc sur le moyen-long terme plutôt qu'aux petites étapes coup-par-coup. L'inertie social(ist)e francophone ne se vaincrait pas mieux par une noyade dans le fédéral.
C'est sur le TERRAIN qu'il importe de marquer les coups, les uns après les autres. D'accord, G.L. ?

Lefèvre G.

Bonjour,

j'apprends la nouvelle dans le journal ce matin, et me sens de prime abord trahi, mon vote et celui de 80000 autres personnes n'ayant apparemment pas suffit pour indiquer la volonté des électeurs de vous voir siéger et nous représenter au Sénat fédéral.

Après lecture de vos explications, je suis mitigé. Certes, le combat anti PS et les élections régionales sont importants, vous faites du bon boulot à la communauté et ne pouvez en principe que mieux faire, déchargé de votre fonction au fédéral. Cependant, le fédéral s'occupe de sujets très importants, et a des compétences bien plus nombreuses que la communauté française .. Je vous ai accordé ma confiance sur base de votre bilan au Sénat fédéral, et aurait apprécié vous y revoir siéger.

Je vois dans tout ceci les effets pervers du calendrier électoral, et vois renforcée ma conviction en le besoin d'un regroupement des élections fédérales et régionales. Il serait également nécessaire de réformer le système électoral, comme vous le prôniez vous-même, afin de mieux prendre en compte la volonté des électeurs (qui devrait passer avant celle du parti politique à laquelle appartient l'élu).

Bref, je respecte votre décision mais suis tout de même déçu par toutes ces manoeuvres politiques du MR.

Bien à vous,

G. Lefèvre

Alexis de Tocqueville

Un strapontin en CF serait plus logique mais qu’en sera-t-il de la “gauche” socialiste dans deux ans?
A vue de nez, le PS devrait devenir 2e au niveau régional également. En effet, EDR reste président et je ne crois pas qu’il ait les capacités d’entamer un virage idéologique suffisant pour redevenir premier.
Le PS est en effet dans une situation difficile : son terreau électoral, encore nostalgique des grands combats sociaux du début du 20e siècle, réclame « plus de gauche », à savoir : la gauche perd son âme à courir après la droite. Or, cette position crypto-marxiste est condamnée à rester une idéologie d’opposition. Car il n’y a pas d’alternative à déplacer le poids de l’impôt davantage sur les taxes indirectes et moins sur les prélèvements directs. Or, pour la gauche, les prélèvements indirects sont « injustes » puisque les mêmes pour tous. Enfin, la flat tax (qui rapporterait pourtant plus aux caisses de l’Etat) est onbespreekbaar. Tout aussi inenvisageable et pourtant indispensable : réformer le Droit du travail et rendre plus flexible le marché du travail.
Selon moi, seul le Blairisme (voire sa version moins flamboyante incarnée par Gordon Brown), ou dans une version plus soft, le « Zapaterisme » (pensons aussi au Blair portugais Socratès) pourrait adapter la gauche wallonne au monde moderne.
Nous avons besoin d’une droite intelligente et d’une gauche moderne. Jusqu’à présent nous avions la droite la plus bête du monde et une gauche archaïque. Croisons les doigts.

Jean-Philippe

Vous avez été souvent critiqué pour vos choix. Parfois, carrément dénignré, pourtant avec méthode et intelligence, vous avez mené de nombreux combats sans relâche. Vous méritez amplement vôtre place et nous ne pouvons que vous apporter notre soutien. Car là où d'autres verraient l'opportunité d'un confortable maroquin fédéral pour 4 ans, vous préférez relancer le combat dans 2 ans. C'est très courageux de vôtre part.

L'enseignement a été tellement massacré par Arena (après Hervé Hasquin qui avait relevé la situation) que tout le travail est a refaire. C'est (comme toujours) une dure tâche à laquelle vous vous attelez.

RMRP

RMRP : Right man in the right place.
C'est ça une logique politique assainie, n'est-il pas Roger?

Avec son anglais + un néerlandais même approximatif, le sénateur ferait infiniment mieux que les Happart et autres clowns que le passé nous a imposés dans une CF fort hétérogène!

Roger

Etre pleinement présent en 2009 = recevoir un poste ministériel en communauté française si le MR gagne et vu que vous n'êtes pas bilingue??

Simon

Ces 80.000 votes de confiance, de soutien, viennent effectivement de citoyens parsemés dans toute la C.F. Je trouve correct à leur égard que vous vous attachiez à agir par priorité sur cette géographie. Tous mes (nos) encouragements vous accompagnent.

Outre cela - comme le pense beaucoup de wallons - on ne changera PAS des décennies d'actions ineptes et/ou partisanes sans une cassure profonde parmi les structures historiques d'une gestion publique dévoyée. Charleroi étant actuellement le cas le plus avéré, il est heureux de noter ce qui s'y dessine avec J-J.Viseur et d'autres honnêtes volontés locales (y compris certaines d'elles, égarées au P.S.). Leur restera à maîtriser l'armada des fonctionnaires locaux qui se sont déjà manifestés lors pour l'épisode-manip à la VanCau, car ces "serviteurs zélés" sont encore capables de nuisance au quotidien pour saborder les efforts de reconstruction à venir!
Quand donc d'autres cas vont-ils se révéler pour remuer les % de votants qui n'ont toujours pas compris? Car à suivre ce qui se dit et s'écrit de la part des "acteurs malfaisants" et de leur presse affiliée, les ficelles se tirent déjà pour faire jouer le statu-quo et piéger à nouveau l'armée des gogos francophones en 2009! Va-t-on ainsi accentuer les structures de contrôle / audit sur "ce qui existe" et leurs "méthodes" de désinformation aux élus et à nous-mêmes?

leila chahid

Oui il faut aussi que le PS soit relégué dans l'opposition en 2009 si on veut que la Wallonie se redresse. D'ailleurs le Plan Marshall n'est pas un succès; avec deux ans de recul on le constate sur le terrain.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan