Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Tristes résultats scolaires | Accueil | Coutumes politiques dominantes »

24 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

bebert

un malade et un malade =deux malades
merçi bébête

Babette

'un malade est un malade'
voici la meilleure déclaration que pouvait faire ledit bebert, parlant d'un cas personnel.
Ici tous les lecteurs s'en sont aperçu. Cas de pollution mentale.
Babette M., sans tes grossières fautes

bebert

a J.P.

j'aime certain générique ,ceux que l'on refile au pays du tiers monde me conviennent

en ce qui concerne tes anathèmes sur les maladies incurables je ne vois pas l'interêt d'allez travailler Celle ci doivent être reconnus comme incapacité de travail .
Les cons ,c'est ceux qui veulent travailler en étant malade (ex sarko, Napoléon, Hitler,James bond,... )
je plains leur entourage

Pour le reste demande a des médecins , j'ai heureusement pas une de ces maladies...mais toi peut-être ?

Jean-Philippe

@bebert,

les génériques ne sont pas des médicaments ?

Un médicament cure un mal, soigne ou évite la douleur. Sinon, ce n'est pas un médicament. Donc, les génériques ne sont pas toujours des médicaments, malgré qu'ils soient remboursés par ton pote Rudy D.


un malade est un malade et est sounmis a tous les contrôles de la medecine du travail !

Faut vraiment être un aparachik ignare pour pondre une ânerie pareille. Guéri-t-on du Parkinson, d'Alzheimer ? Si c'était le cas, cela se saurait. Donc, contrôler un malade de ce genre de pathologie après 30 ans de souffrance relève plus de l'irrespect du patient et de pratiques dignes de régimes nazis. Maintenant, je sais pour qui tu votes!

bebert

a vincent

cela me gène le moins du monde
je ne vote ni dans le hainaut ni a liège.
Tu peut m'envoyer ta brigade antiterrorisite comme en 40 , j'ai l'habitude sous ma fenêtre le FN surcolle le PS

Vincent

"mon cher alexis désolé pour le tee shirt mais je vote pas dans le hainaut"

Tout le monde sait bien que tu votes à Liège.

A propos, intéréssant de noter que tes copains, rudy et elio modèrent tous les commentaires de leur bog avant de les publier, c' est ça la liberté selon les socialos?

bebert

les génériques ne sont pas des médicaments ?
un malade est un malade et est sounmis a tous les contrôles de la medecine du travail !
mon cher alexis désolé pour le tee shirt mais je vote pas dans le hainaut
a robin
kaercher est une marque , je vois pas l'interêt de faire de la pub sur ce blog
a moins que tu ne soit represantant commerciale de cette firme

Simon

=> Jean-Ph,
"Rudy D., tout en se réclamant d'une idéologie de gauche, fait de la médecine de riche."
NON, il fait de la comptabilité budgétaire tatillonne. Tout n'est pas mauvais en ceci.
Demotte en obtient même aux yeux de la presse (et des mutuelles politisées PS et CdH !) un bouquet de remerciements admiratifs. Un dilemme subsiste cependant:

"Faire mieux avec les mêmes moyens!". Cette rigueur s'applique assez strictement aux sociétés privées, qui doivent rendre des comptes, avec sanctions économiques, trimestre après trimestre, sous la loupe d'auditeurs internes et externes. Bien sûr on n'est pas à l'abri de malversations (suivre la saga L&H ).

...plutôt que le sempiternel larmoiement ... "On manque de moyens", entendu dans nos organes de gestion publique. Ici, guère de sanctions, car les responsables politiques tournent et parfois abusent ...en restant alors déresponsabilisés. Les mesures prises sont toujours avec effets à retard (normal, inertie des "systèmes"). Leurs résultats (les comptes) sont publiés toujours trop tard (X ans après l'échéance des actions?). Sont-ils alors audités avec rigueur?

Bof. Si notre très sérieuse Cour des Comptes critique ...chez les parlementaires (les Partis), on préfère ne pas lire ses rapports impertinents! Si on vit en Région wallonne, simple: il suffit de confier la chose à l'ami Daerden (sur ses 30+ intercommunales?), restant à l'abri de regards trop rigoureux. En ce qui concerne les communes et surtout les """ASBL""": qui le fait scrupuleusement? Pas étonnant qu'ils s'en crée tellement, là où les amis vont déverser leurs bienveillants subsides !
L'administration se dote d'outils informatique parfois très élaborés mais reste en rade.
Pourquoi? Double problème: le personnel et le management => leurs motivations? Les procédures sont lourdes et inadéquates, sinon guère respectées. Pourquoi? Reflet des lois et règlements mal torchés, de prestataires mal gérés, avec des chargés de projets ...incompétents?... d'où ces moyens budgétaires considérables mis à la disposition des fonctionnaires ...mais utilisés de manière contre-productive! Ah, oui, c'est un terme de la droite, oublions-le.
Avez-vous suivi ce projet GIGANTESQUE de l'informatique du Min. JUSTICE ???
Voyez sinon où il en est à ce jour, après que la moitié des efforts aient été dépensés!
Ça se caricaturerait par un "retour à la cas départ". Comme au jeu de l'OIE !!!

Alexis de Tocqueville

Ce sont toujours les mêmes recettes : insuffler du "dynamisme" au système collectiviste, rationner, refinancer (toujours sur notre dos. Demotte ce matin l'a rappelé : j'ai taxé le Pmobiilier, les taxes sur le tabac). N'importe qui peut faire ça et arriver à "l'équilibre". Le budget de mon ménage dérape? Je taxe mes voisins et mes amis et hop l'équilibre!
Jamais une pensée pour le secteur productif qui finance tout cela. Car l'argent vient bien de quelque part! La Belgique doit être immensément riche pour se permettre une telle gabegie. D'ailleurs les pays de l'Est ont adopté d'autres systèmes. Ils ont eu peur du nôtre...

Jean-Philippe

Ne devons-nous pas dresser un constat ? La Belgique n'est plus à même d'offrir à ses concitoyens les ressources médicales que l'on trouve ailleurs.

Les budgets de la sécurité sociale (au sens large) sont grevés depuis des décénnies par un chômage endémique. Loin de crier haro sur les chômeurs, il faut constater que les budgets alloués à maintenir un niveau social valable empêchent de développer (entre autre) une médecine abordable pour tous. Paradoxalement, ce sont les couches de la population dite "a bas revenus" qui sont victimes d'une paupérisation des soins de santé.

Alors que nous crions (et j'en suis) contre l'assistanat, c'est ici que les personnes devraient être mieux assistées. Visiblement, le système Rudy D. de gestion des soins de santé est de plus en plus restrictif. Or, ce qui est rare est cher. Donc, en réduisant l'accès aux soins, Rudy D., tout en se réclamant d'une idéologie de gauche, fait de la médecine de riche. Et ce ne sont pas quelques slogans de campagne qui pourront le contre-dire.

Face a cette gabgie de moyens, il faut proposer une gestion parcimonieuse et responsable des soins de santé. Arrêter de lancer des campagnes tapageuses et coûteuses pour des médicaments qui n'en sont pas (les génériques) et utiliser cela comme prétexte pour ne plus rembourser les vrais médicaments (ceux qui soignent).

Eviter les contrôles et les démarches inutiles. Exemple: Un patient souffrant depuis 30 ans du Parkinson et incapable de se déplacer seul s'est vu convoqué auprès de la médecine du travail afin de statuer sur "son aptitude à reprendre une activité professionnelle". Du vrai Kafka dans l'administration de Rudy.

Taz

"La transition pose toutefois des problèmes à ceux ayant cotisé toute une vie au système pour entrer dans ce nouveau système."

Il existe des techniques financières pour éviter que la transition vers un sytème de liberté et de responsabilité individuelle ne génère de telles injustices. Voir par exemple chez Georges Lane :
http://blog.georgeslane.fr/category/Economie-appliquee-de-lorganisation-de-la-securite-sociale/page/16

Cosette

Sénateur
Merci de penser que dans la vie on n'est pas tous égaux devant les coups durs.
"Dans ces cas, la médecine à deux vitesses est, hélas, une réalité."
Bien vrai.
Cela me conforte dans l'idée que vous êtes quelqu'un de bien.

Robin

*** On peut légitimement se soucier de ces cas "lourds" (deux des miens, dont ma mère, sont passés de ce que l'on dit pudiquement "longue maladie" avec peu d'aides sociales; nos familles ont assumé la grosse part).
Mais en chiffres actuels, ça représente COMBIEN (de cas, en durée de traitement, en budgets, en % moyen d'appui par la Sécu ?).
L'envoyé de Mr Demotte peut nous dire, poliment?

** ça se compare comment avec le coût social des "aides multiples" à des tas de gens qui glandent sans le mériter?

* ENFIN: suite à l'épidémie infectueuse en cours sur ce blog (à la manière typique des PTB, des VB et FN, et maintenant de quels rouges/bruns?), c'est curieux: dès que l'Eric et la Sylvie cessent de jacasser, apparait du même coup un immonde individu alias 'bébert'. Un relais pollueur des grandes familles dites progressistes? C'est ça, gouverner l'espace public? En matière de progrès, on ne leur a vu imposer à leurs concitoyens que du laxisme (pour les analphabètes de service: ne pas confondre avec laxatif mental).
N'y a-t-il pas de produit désinfectant écologique contre ces misères?

Webmaster : please, karcher contre cette pègre!

Vincent

Bebert, j' espère que tu portes toujours le beau t-shirt rouge de rudy (et que celui-ci te le rend bien ...)

Alexis de Tocqueville

Le système de santé publique a été créé après-guerre sur quatre postulats: croissance économique et des salaires, hausse faible de l’espérance de vie et natalité forte. Aujourd’hui c’est l’inverse. Donc, de moins en moins de jeunes en bonne santé financent de plus en plus de vieux malades. La santé mange 10% du PIB contre 6 il y a 20 ans. Seules solutions : rationnement des soins ou prendre l’argent sur les autres pans de la sécu ou, évidemment, privatisation et transition vers une épargne-soins libre et transmissible aux héritiers comme les assurances-vie (Chili, Singapour). La transition pose toutefois des problèmes à ceux ayant cotisé toute une vie au système pour entrer dans ce nouveau système.
En tout cas, le système actuel va droit dans le mur.

bebert

excuse moi de te dire mon cher alain que la médecine a deux vitesses que tu dénonce c'est celle des riche contre celle des pauvre ...c'est cela le libéralisme social .....suppression de l'assistanat cher a notre ami Sarko ( juriste notoire de neuilly ) qui démontre a juste titre qu il existe aussi une justice a deux vitesses ....mais lui maintenant il est maitre de son destin , on ne peut plus le mettre en tôle comme le bourgmestre de Charleroi.( Chirac oui mais c'est trop tard car trop vieux )
Et pour répondre a ta fameuse phrase de jean gol je trouve que l'on pourrait ne pas rembourser les actes d'euthanasie , on est sur terre pour souffrir.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan