Ma Photo
Blog powered by Typepad

Powered by Rollyo

Pratique

« Coutumes politiques dominantes | Accueil | Soutien aux professeurs de Andrée Thomas sur le voile »

29 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

à vos côtés

Dernier slogan (sur fond vert!) du toute-boîte PS, fort imagé et multicolore.
A bas les droits d'auteur! On peint ici avec une touche d'amarante (sans Maingain), de bleu (pour faire éclaircie future?), plus les immanquables fonds de pages (en rouge, restons dogmatiques) où sont encadrées les icônes d'un autre âge.
Joëlle s'exclamerait: c'est comme dans le reliquaire de grand-maman. Ancêtre qu'elle préfère jeter aux orties, pour racler plus largement. Compétition oblige; qu'on le veuille ou pas, nous vivons dans un monde de "marchés", même pour ceux qui vomissent la notion élémentaire de l'offre et la demande qui régit nos vies au quotidien!

Je viens de suivre ce débat RTL-Vrebos consacré aux petits partis. Plutôt un patchwork de ceux-là (BiB, CAP, CdF, Vivant) accolés au panel des déjà médiatisés: Moustache Lelièvre (engagé au PS depuis 16ans...), mais aussi les divas journalistes: CdH-Delvaux (ex-RTBF) et MR-Reuter (RTL). Intéressant d'entendre la perplexité ou la spontanéité des uns et des autres face à des questions qui les dépassent parfois. Et d'apprécier l'empreinte rémanente des schémas mentaux sur chaque personnalité qui s'exprime:
- Lelièvre: socialo avant tout. Avoue sincèrement son incompétence économique.
- Delvaux: mimétisme parfait avec le discours Milquet (a bien appris son texte).
- Reuter: ne se dissimule pas, reste spontanée, dit penser en propre avant MR.
Sénateur, elle a comme vous des élans de sincérité, ceci dit sans flatterie.

Trois styles donc, mis face à la perplexité ambiante de l'électeur qui se cherche.
Vraiment "à vos côtés"? Mais aux côtés de qui?
serait peut-être ma question impertinente. (s), comme Simon

Vincent Binon

Je lance aujourd'hui une pétition pour la réalisation d'un débat télévisé entre MM. Di Rupo et Reynders. Vous pouvez la signer à cette adresse: http://www.ipetitions.com/petition/debat/.

Lombard

C'est encore mathématiquement plus intéressant pour les grosses pensions, ce n'est pas un cadeau pour les petits. Pourquoi ne pas faire un taux dégressif, exemple 12 % nets pour 750 Euros/mois, 10 % pour 1000 Euros, 8 % pour 1250 Euros, 6 % pour 1500 Euros etc...Au dessus de 2.500 euros, RIEN...

Hibou Lesage

Les gens attribuent de l'importance à la valeur 'travail' (*), partout dans le monde. D'autant plus s'ils doivent en survivre au quotidien ou -vivant de guère- aspirent à la 'propriété'. Lorsqu'ils ont acquis cette dernière (sous ses formes variées, par choix individuel), leur premier souci est de la protéger: ouvrier, fonctionnaire, autant que patron, TOUS.
Le sens humain de la 'sécurité': rien de plus naturel, pleinement logique.

Nos pensions? Le problème de l'ère 'après-travail' était posé avec injustices... jusqu'en 1946 (notre mise en place initiale d'une Sécurité sociale, améliorée sans cesse par nos législateurs successifs). Puis 60 ans se sont écoulés. Nous Occidentaux avons atteint le stade d'une relative abondance de vie. Un mode de vie établi jusqu'au niveau 'du cocooning et de tous les excès' (nous disent les fréquentes complaintes du collectif Terra Economica sur Yahoo).
Reste l'envie, ce trait incommensurable de tout être humain...

Certains font juteux commerce de cette envie et d'un passé révolu. A preuve le discours ambiant de politiciens ou syndicats qui ne jurent que par la seule 'solidarité'. Discours bourré d'irréel et empli de contradictions, lorsqu'il ne s'agit pas simplement d'un procédé attrape-mouches. Ainsi s'entretiennent: le refus systématique du changement innovant (p.ex. pensions 2e et 3e piliers), le maintien de 'droits acquis' quand bien même tout aurait changé alentours pour devoir les réexaminer. Ajoutez ces trucs jouant sur l'émotionnel:
- l'exploitation de l'homme par l'homme (qui exploite qui, au 21e siècle?)
- leitmotiv RTBF sur 'pénibilité' du travail (alourdir la législation du travail?)
- le 'harcèlement', en tous genres (mais où le trouve-t-on, le plus fréquent?)
- l'appui systématique sur la 'redistribution' (c-à-d prendre dans la poche d'autrui pour acheter les grâces d'obligés, ceux vers qui on répand la manne collective)...
Les gauches européennes discourent sur ces notions de 'modèle social'. Elles nous bercent d'illusions, mais ça porte au plan électoral, au moins sur une part des populations. Curieux: pas nécessairement sur celles qui souffrent du plus profond besoin ! Hypocrisie ambiante. La crédulité d'un certain public les y aide, des médias sont là ...qui propagent leurs mensonges.

Pensions 2e et 3e pilier: un MUST, afin de se garantir un en-cas positif pour le jour d'avenir où les mensonges de gauches-illusionnistes ne pourront maintenir pérennes ces 'droits acquis' mais obsolètes. A preuve? voyez la dette REELLE française si on y porte le poids croissant des pensions de leurs 55% à statut fonctionnaires ou assimilés: soit 130% vers 2030. Ceci ne nous rappelle-t-il pas étrangement une Belgique du début '90s, d'avant la rigueur d'une saine gestion financière?

(*) rappel d'évidence: les sociologues attribuent au travail la vertu de l'insertion sociale. Nos chômeurs ne contrediront guère cette vue. Les jeunes s'inquiètent de ne pas en trouver assez à portée de main. Certains aînés s'en font exclure contre le leur gré: slogan 'Vive le jeunisme' propagé par effet de mode ou phénomène de lassitude professionnelle? Enfin le plus grand nombre d'actifs eux bossent avec l'ambition d'agrémenter leur pouvoir d'achat: doit-on leur reprocher?

paul

De fait, après avoir convenu d'un pacte des générations, censé sauver le système par répartition en difficultés, comment peut-il maintenant proposer une telle hausse des pensions?

C'est tout simplement ridicule.

Simon

La Wallonie (plus largement l'U.E.) se flattent d'assurer un avenir "lumineux"
à ceux d'entre nous qui croient encore au Père Noël ( 33 % des électeurs?).
Les autres (le complément à 100%) souhaitent que nos autorités et nos politiques fassent enfin preuve de gestion REALISTE. C'est probablement le cas chez ceux de culture pragmatique, d'influence anglo-saxonne. Lorsqu'on voit le contraste chez nos "latins", les choses restent effarantes. Ainsi :
Mme Bachelot, Min. FR de la Santé sous la nouvelle législature, ose dénoncer une explosion des soins de santé (la France est d'une grande générosité publique pour ses malades...). Le gouvernement pense donc instaurer une franchise de "4 fois 10 €/an" afin de limiter l'explosion. Devinons alors que "61% des français sont contre". Soit le coût équivalent à 2-3 paquets de cigarettes/an. Ou, pour non-fumeurs 1 à 2 % du budget GSM /an! Rationnelle notre population d'Europe?

DiRupo - prestidigitateur qui n'en est pas à une promesse fallacieuse ou mensonge près - a donc facile de "Semer à tous vents". Seul problème, après l'avoir fait tant d'années avec les subsides U.E. type Objectifs I, II, Feder, Coreper, etc. la manne céleste va se vider au profit d'autres contrées d'Europe, car une SOLIDARITE bien comprise l'exige envers les vrais démunis.
Conseillons donc à Mystère DiRupo d'apprendre le sens profond de deux mots: GABEGIE et ESBROUFE. S'il veut nous répondre avec impertinence, qu'il le fasse faire par ses sbires sur son blog. Nous le lirons avec attention.

Alexis de Tocqueville

EDR ne rappelle jamais la logique du système de répartition. A l'heure où on nous demande de travailler plus longtemps pour assurer l'équilibre actuariel du système, comment peut-on être assez démagogue pour proposer une augmentation des pensions?
Le seul débat valable : le FINANCEMENT de la solidarité.

Pijean

Heu, quand je vois parfois la vulgarité que provoque le débat blogal (au lieu de la critique positive), je me demande si ce n'est pas parfois mieux de ne pas trop les médiatiser.

Enfin, certains ne font ici que copier ce que nos réprésentants expriment avec parfois à peine moins de diplomatie pendant les périodes électorales.

l'inspecteur d'eric

Tout ce qui ne se passe pas devant une caméra de télévision n'existe pas ! c'est comme ça , c'est notre époque qui veut ça semble t'il : le débat Reynders- Di Rupo a eu lieu sur La Première RTBF (radio) :
http://podcast.rtbf.be/sound/Elections_2007_16-5-2007-Face_a_l-Info__Deba_1744632.mp3
bofff...
On se demande bien comment ces deux là pourraient vraiment se rentrer dans le lard puisqu'ils sont dans la même majorité, à moins de croire qu'on peut être solidaires des décision prise au sein du gouvernement pendant 4 ans et puis du jour au lendemain quand la campagne électorale commence devenir des adversaires... pffff ! aucune crédibilité (d'ailleurs on sent bien qu'eux même n'y croient guère).
Si c'est pour voir quelque chose d'aussi décevant à la télé , je préfère encore regarder un épisode de Derrick !

Lombard

Il faudrait surtout " niveler " les pensions.Ce n'est pas normal que les politiciens, hauts gradés à l' Armée, présidents de Belgacom etc... touchent des pensions énormes à la limite de la nausée! Bien souvent ces personnes ont eu des " mois " terribles avec déductibilités de toutes sortes et on pu engranger un maximum d'argent.Un député européen après 20 ans de carrière et 52 ans peut arrêter et recevoir 6.000 euros/net par mois.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Entrez votre adresse email :

Delivered by FeedBurner

Rejoignez moi sur Facebook ou Twitter

Facebook Twitter

Devenir Fan